Le cahier de Bonne-Maman

À la fin des vacances,, je la voyais souvent la plume à la main, écrire avec application sur un vieux cahier aux pages jaunies.

Juillet 1974, Tatie Monique passe ses vacances chez sa grand-mère, à la fin du mois, avant de voir partir sa petite-fille, Bonne-Maman lui remet un cahier. Voici ce qu’elle y avait consigné.

Préambule

À table comme en amour, le changement donne du goût

Là où il y a des filles amoureuses, il est inutile de verrouiller les portes

La liberté est au-dessus de toutes les richesses

« Je ne saurais vous plaindre de n’avoir point de beurre en Provence, puisque vous avez de l’huile admirable »

« Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères, des divans profonds comme des tombeaux »

« Le printemps est venu. Comment ? Nul ne l’a su »

« S’il n’y avait pas d’hiver, le printemps ne serait pas si agréable »

« Si nous ne goûtions pas à l’adversité, la réussite ne serait pas tant appréciée »

« Jouis, il n’est pas d’autre sagesse ; fais jouir ton semblable, il n’est pas d’autre vertu »

À la Sainte-Reine, sème tes graines

« L’amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l’imagination »

« La sagesse n’est pas dans la raison, mais dans l’amour »

« Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme »

Épilogue

Pour celles et ceux qui seraient étonné.es du titre de chacun des chapitres de ce cahier, je ne peux que leur conseiller de cliquer sur ce lien 😉 !