Le cahier de Bonne-Maman – Là où il y a des filles amoureuses, il est inutile de verrouiller les portes


L’armistice était signé depuis plusieurs mois quand nous pûmes enfin nous retrouver vraiment. Il nous avait fallu attendre la démobilisation, qui s’est faite classe par classe. Nous étions révoltés de cette absurdité supplémentaire. Il n’y avait plus de combats, nos soldats avaient lutté contre la peur, la fatigue, la mort, mais ils devaient encore se soumettre à cet ordre idiot !

L’État-Major n’avait aucune, absolument aucune considération pour ces combattants, pour leur famille, le Toine était « de la 14 » et mon Pierrot « de la 15 », ils avaient réintégré leur régiment, mais nous ne sommes pas allées les voir, à leur demande, parce qu’ils n’auraient pas eu envie de retourner dans leur caserne et ils savaient qu’alors, ils auraient été passibles du peloton d’exécution, pour désertion.

J’ignore si tu sais à quel point ton papé était antimilitariste, mais l’incompétence des généraux, des maréchaux, pendant et après la guerre, a transformé un brave pioupiou en un rebelle à l’ordre, en un anarchiste, dans toute l’acception noble du terme.

Une autre absurdité a conduit à sa démobilisation quelques jours avant celle du Toine. Il a attendu son ami et c’est ensemble qu’ils ont pris le train pour Nice, où nous nous sommes finalement retrouvés. Ils avaient besoin de cette escale avant de reprendre le cours de leur vie civile. Nathalie a reçu le télégramme qui nous donnait rendez-vous « Nicœa civitas fidelissima STOP Nous vous y attendons belles fidèles »

Quand nous descendîmes du train, ils étaient sur le quai, une énorme brassée de mimosas dans les mains. Nous nous faisions bousculer par tous ces voyageurs, par les porteurs encombrés de grosses malles, nous nous faisions bousculer, mais avec bienveillance. Mon Pierrot et le Toine portaient encore leur uniforme.

Je ne pouvais décoller ma bouche de celle de mon Pierrot, il en était de même pour Nathalie avec son Toine. Nous riions, nous pleurions comme on respire et aussitôt après nous nous embrassions encore !

Nathalie et moi découvrions cette ville que nos amoureux tenaient à nous faire visiter. Qu’elle était belle ! Qu’elle nous semblait grande ! Que ses avenues étaient larges !

J’avais apporté de quoi manger, mais le Toine tint à nous faire goûter la focaccia et le clin d’œil qu’il m’adressa en disant « Avec tes provisions, nous n’aurons pas besoin de sortir de la chambre pour le dîner ! » embrasa nos joues et nos corps.

Bien vite, nous quittâmes le front de mer pour aller dans le quartier Saint-Sylvestre, où ils avaient loué deux chambres communicantes. Nous étions fous, un peu naïfs, tellement jeunes ! La logeuse, une petite vieille, était très souriante, très accueillante et joviale, mais je ne compris pas un traître mot de ce qu’elle nous dit.

Quand nous arrivâmes sur le pallier, devant les deux portes closes, Toine m’expliqua qu’elle avait parlé en italien. Ils avaient loué une chambre « pour les demoiselles » et une autre pour eux, elle leur avait expliqué que cette ruse avait fait long feu et qu’ayant connu l’enfer si jeunes, ils avaient gagné le droit à un peu de paradis sur cette terre.

La vie m’a appris que la compréhension, la tolérance se trouvent souvent là où on s’y attend le moins, cette vieille femme en était l’illustration parfaite. Nous avons passé trois jours dans sa petite maison et ces trois jours marquèrent pour nous quatre le retour à la vie, le début du bonheur.

Je redécouvrais le corps de mon Pierrot, qui ne pouvait s’empêcher de caresser, de toucher, d’embrasser le mien. De l’autre côté de la porte, j’entendais le petit rire nerveux et excité de Nathalie.

Je sus quand elle découvrit le corps nu de son Toine. Nous en avions souvent parlé, durant ces longs mois d’attente, je lui avais décrit avec force détails, à quoi elle devait s’attendre, à quoi ressemblait un sexe d’homme, sa taille, ses reliefs, mais son cri de surprise ne laissa aucune place au doute.

Le Toine riait, c’était un sacré farceur et il aimait plaisanter, taquiner. L’entendre rire, les entendre rire nous déconcentrait et, comme un fait exprès, à chaque baiser un peu intime, à chaque caresse un peu curieuse que nous nous prodiguions, répondait un éclat de rire ou une plaisanterie.

Pierrot, amusé, prit sa grosse voix et s’exclama « C’est pas un peu fini, ce boucan ? ! », et avant que j’aie pu le retenir, se précipita vers la porte et l’ouvrit en grand d’un geste théâtral.

Nathalie n’eut pas le temps d’en être surprise que j’arrivais déjà pour la refermer. J’aurais voulu faire les gros yeux, houspiller mon Pierrot, mais nous restâmes figés, comme frappés de catatonie, les yeux du Toine écarquillés, fixant ma toison, les miens tout autant fixant son sexe.

Comment aurais-je pu imaginer de telles proportions ? Je marmonnai « Je ne pouvais pas savoir, Nathalie… » quand lui commenta « Pour de la blondeur, c’est de la blondeur! » Je me retournai vers Pierrot, lui reprochant de ne pas m’avoir parlé de la particularité anatomique de son ami « Parce que tu crois que je la connaissais? ! Tu crois que je l’avais déjà vu bander? ! »

Je m’apprêtai à retourner dans notre chambre quand Nathalie s’exclama « Non ! Reste avec moi ! ». Interloquée, je constatai l’effet de sa supplique sur les sexes de nos hommes. Il me semblait que nous respirions plus fort, que nos cœurs battaient plus vite, à l’unisson. Je ne savais que faire, confuse de ce désir que je sentais monter en moi. J’avais conscience de transgresser toutes les règles morales que l’on m’avait inculquées, mais peu m’en chalait !

Que s’est-il passé dans nos têtes pour que ce soit moi, la plus jeune de cette troupe, moi qui n’avais pas encore fêté mon dix-huitième anniversaire, qui prenne la direction des affaires ? Nous ne nous sommes pas posé la question sur le moment, mais par la suite je me faisais souvent taquiner à ce propos « Nous étions comme les pauvres anglois face à la hardiesse de Guillaume le Conquérant ! »

Je sais bien qu’ils ne voyaient aucun rapport entre mes origines et mon assurance ce jour-là, mais sans un soupçon de mauvaise foi, à quoi bon les taquineries ?

Je m’assis sur le lit, aux côtés de Nathalie, je lui pris la main et de l’autre, invitai Pierrot et le Toine à s’approcher de nous. « Fais comme je fais ! », ne lâchant pas la main de Nathalie, j’attrapai fermement le sexe de Pierrot de mon autre main et entrepris de le sucer comme s’il s’était agi d’un sucre d’orge. Trop surpris de ce que nous leur faisions, Pierrot et le Toine ne laissèrent échapper qu’un seul « OH ! » d’une même voix.

Un peu vicieuse, je regardai Nathalie qui fit de même, nos regards se dirigèrent ensuite vers nos hommes, qui n’en revenaient pas. Eux, d’ordinaire si bavards, si prompts à commenter le moindre détail, étaient muets de surprise. Fières d’avoir pris l’ascendant, nous les léchions avec une avidité, une gourmandise croissantes. Je sentais le corps de Pierrot trembler de plaisir, ses doigts se perdaient dans mes cheveux.

Hmm, comme c’est bon ! 

Nathalie se régalait, nous nous regardions toujours, complices, coquines, taquines et nous commentions à voix haute, conscientes de les troubler davantage.

Alors, tu vois ? Je te l’avais bien dit ! Ça vaut toutes les friandises du monde, non ?

Oh oui ! Il a bon goût, mon Toinou !

Moins que mon Pierrot, j’en suis sûre !

Tu déparles, la Rosalie ! Tiens, goûte !

Avant que quiconque ne comprenne ce qui lui prenait, elle lâcha ma main et offrit le sexe gonflé de son Toinou à ma bouche. Excitée, je le goûtai sous le regard ébahi de nos deux compères.

Alors ?

Il est ben bon, mais je ne saurais dire s’il est meilleur que mon Pierrot… T’en penses quoi ?

Comme elle l’avait fait quelques instants auparavant, je lui offris la verge de mon Pierrot à goûter. Nous passions de l’un à l’autre, leur reprochant de ne pouvoir les départager. « Fadas ! Elles ont tourné fadas ! » furent les premiers mots du Toine, mon Pierrot se contentant de gémir de plaisir.

Je pense que toutes ces craintes accumulées depuis toutes ces années, ces craintes qui disparaissaient comme une digue qui cède ont libéré les flots de nos désirs et, l’excitation s’en mêlant, nous étions grisées. Une ivresse sensuelle s’était réellement emparée de nous. Nous les sucions, nous les léchions, nous les caressions comme si nos vies en dépendaient.

Au plus nous les sentions prêts à défaillir, au plus nous devenions ardentes. Je sentais régulièrement perler sur ma langue, les petites gouttes annonciatrices du plaisir prêt à exploser et je m’amusai de les soumettre à cette douce torture.

Soudain, Pierrot s’exclama « À notre tour, maintenant ! » et d’un même geste, ils nous renversèrent sur le lit. Mes jambes s’enroulèrent autour de son corps, il les écarta un peu pour être plus à son aise.

Je regardais Nathalie « se faire ausculter par le bon docteur Antoine », elle ondulait sous ses doigts, gémissait, le suppliait de la délivrer enfin de ce pucelage qui lui pesait tant. Il me désigna d’un mouvement du menton, en lui demandant « C’est ça que tu veux ? Tu veux que je te fasse ce que Pierrot fait à Rosalie ? »

J’ondulais comme un serpent sous les coups de boutoir de mon amoureux, qui prenait tout son temps, qui me caressait les seins, s’enfonçait un peu plus quand il se penchait pour m’embrasser.

Je croisai le regard de Nathalie et j’y lus la puissance de mon plaisir dans le reflet de ses yeux. « Oh oui, c’est tout ce que je veux ! »

Alors, le Toine la pénétra, avec force et douceur, il goûtait chaque instant de cette défloration et tenait à ce que Nathalie grave ces premières sensations dans sa mémoire, qu’elle s’en souvienne à tout jamais. « Ouvre tes yeux, pitchoune ! Ouvre tes jolis yeux ! »

Le Toine avait beau être taquin, farceur, prompt à la plaisanterie, à la grivoiserie, il fut très délicat, attentif, quand il dépucela sa Nathalie. Elle gémissait de son accent chantant « Oh, fan de diou, comme c’est bon… comme c’est bon ! » Je l’observais découvrir ce plaisir et j’en prenais ma part.

Au moment où je réalisai que mon Pierrot et le Toine allaient et venaient au même rythme, le soleil s’effaçait doucement pour céder sa place au crépuscule. Je remarquai leurs regards complices, leurs sourires convenus, un hochement de tête donna le signal

Tu es bien dans ta Rosalie ?

Autant que tu l’es dans la Nathalie !

Je ne crois pas ! Moi, je suis au Paradis… !

Oh gari ! Le Paradis, c’est dans ma Rosalie ! Tiens, puisque tu ne me crois pas…

En riant, Toine se retira et invita mon Pierrot à prendre sa place. Ils nous rendaient la monnaie de notre pièce et nous l’avions bien cherché !

Je me sentis envahie par ce membre énorme et je vis Nathalie jouir de mon Pierrot, le Toine jouait avec mes poils et semblait fasciné par leur blondeur. Je poussai un cri de plaisir animal quand, du bout de son doigt, il caressa mon bouton. Je me sentais palpiter autour de sa verge. « Tu ne mentais pas, Rosalie est encore plus belle quand elle jouit ! »

Combien de fois échangèrent-ils leur place, combien de fois nous firent-ils jouir avant de jouir eux-mêmes ? Je ne saurais le dire, mais l’honneur fut sauf, mon Pierrot jouit en moi et le Toine dans sa Nathalie ! Ça te paraîtra idiot, mais nous accordions une grande importance à ce détail.

Nous mangeâmes les provisions que j’avais apportées pour le déjeuner et quand mon Pierrot fut rassasié, désaltéré, revigoré, il proposa à Nathalie et à Toine de leur « faire visiter notre chambre, nous aurons bien le temps de nous reposer quand nous serons de retour au village ».

Ce fut dans un sentiment de légèreté, d’amour et de sérénité que nous passâmes notre première nuit ensemble, à goûter à ces plaisirs qui allaient devenir notre pain quotidien.

Bonne-Maman explique les liens qui les unissaient les uns aux autres.

Dessin d’Alexander Szekely

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s