Tic-tac… tic-tac…

reloj_4

Pour savoir combien de temps il reste avant la fin de la campagne de financement, cliquez sur ce lien

Tic-tac… tic-tac… le temps qui passe, vaste sujet ! Mais avant qu’il ne soit trop tard, vous pouvez participer à la campagne de financement que je viens de lancer sur Ulule, elle prendra fin quelques secondes avant la Saint-Valentin…

– Mais, in-femme Palli, pourquoi donc une nouvelle campagne de financement participatif ?

– Pour publier « Le cahier de Bonne-Maman », pardi ! Saperlipopette, voilà que je me mets à parler comme Rosalie !

Si l’aventure vous tente, cliquez sur cette phrase et d’avance merci ! 

Instantané – Notre histoire

Tu m’as demandé à quel point je t’aime, je t’ai répondu que mon amour est illimité, qu’il le restera jusqu’à la fin de notre histoire… Tu as souri, je sais que je titille un point très sensible chez toi quand je refuse de qualifier notre relation « d’histoire d’amour ». Elle est bien plus qu’un plan-cul, elle est plus importante qu’une amourette, pourtant elle n’est pas assez ancrée dans ma chair pour que je puisse la nommer « histoire d’amour », alors, je biaise en disant « notre histoire » et laisse planer les points de suspension. Je sais que tu les vois, ces trois points, comme trois petits nuages au-dessus de nous deux. Tu les imagines menaçants, au contraire, je les vois comme trois petits moutons sautillants, hésitants…

– Et si je te proposais une expérience que tu n’as jamais vécue avant ? Si je te précise que c’est mon plus grand secret, que je prends le risque, en te la faisant vivre, que tu me fuies, que notre histoire explose en plein vol, accepterais-tu ? Me ferais-tu suffisamment confiance ?

– Peut-être est-ce la solution… Serait-il possible que cette expérience me permette de pouvoir enfin qualifier notre histoire ?

– Je ne le sais pas… mais ça fait maintenant six mois que nous sommes ensemble, que nous faisons l’amour en prenant plus de plaisir à chaque fois… mais il me manque… il me manque un certain regard…

Tu ne veux pas m’en dire plus. Je te suis. Comme tu le souhaites, je ferme les yeux. Je t’entends me présenter « Ecce mulier! », je sens ton regard, comme si tes yeux me caressaient, comme si ces caresses étaient impudiques à l’extrême.

Enfin, une main inconnue dégage ma gorge, un peu brusquement, mon cœur s’emballe, je le sens palpiter dans cette paume inconnue… cet homme, je sais que cette main appartient à un homme, veut éprouver ma sensibilité. Il décolle sa peau de la mienne, je me penche vers lui, le suppliant dans un souffle « Encore ! »

– Encore ? Que veux-tu de plus ?

– Je veux tes mains, je veux qu’elles me découvrent, qu’elles me caressent, qu’elles me griffent… Je veux ta bouche, je veux qu’elle m’embrasse, qu’elle me morde… Je veux ses yeux, je veux qu’ils voient comme je m’offre à toi, je veux qu’ils pleurent de ne pas m’avoir fait cette proposition avant… Je veux que vous me demandiez, tous les deux, d’ouvrir les miens, que vous puissiez constater la puissance de mon abandon au plaisir… Je veux que tu sois aussi fou de moi, qu’il l’est… je veux… je veux…

Mon souffle saccadé suit les variations des caresses de cet homme que je n’ai toujours pas vu… ma voix devient fragile… elle semble prête à se briser, avant de redevenir ferme et assurée…

Pourquoi te tais-tu ? C’est tout ce que tu veux ?

– Non ! Et tu le sais parfaitement ! Tu sais ce que je veux… mais je n’ai jamais eu cette voix avant… rauque, féline, caressante et mordante tout à la fois… J’ai envie de luxure… j’ai envie de vous offrir du plaisir au-delà de toutes vos espérances… 

– Et tu ne veux pas en prendre ? 

– Si je parviens à vous en offrir autant que je le souhaite, j’en prendrai ma part… mon plaisir sera à la hauteur de vos fantasmes… infini…

Quand cet inconnu me demande d’ouvrir les yeux, pendant que vous me déshabillez totalement, quand tu lui proposes de découvrir mon sexe, quand il le fait avec ses yeux, avec ses doigts, avec sa bouche, je pense à mes cours de morale, à ce mot « luxure » dont je ne comprenais pas la signification, ce mot que je confondais avec « luxe », je me dis que ça y est, j’y suis, je suis en train de me vautrer dans la luxure, que c’est un sacré luxe…

Quand cet inconnu pare son sexe de latex, quand tu t’installes confortablement, comme au spectacle, que tu t’apprêtes à me regarder, offerte aux désir d’un autre, je comprends au plus profond de mon être que « notre histoire » restera à tout jamais une magnifique histoire d’amour, mais que je garderai ce secret aussi longtemps qu’il me sera possible de le faire…

Titien
« J’adore les Titien ! »

 

 

 

Quand Monique s’invite un peu partout…

Monique cadeau BonuxJe me suis découvert un nouveau plaisir… non sexuellement explicite… enfin… je crois… celui de recevoir une photo « contextualisée » des « Souvenirs de Tatie Monique »

Les lectrices, les lecteurs qui le souhaitent m’adressent une photo de leur exemplaire dans leur univers… Quoi ? ! Mon explication n’est pas claire ? ! Alors, regardez les photos et vous comprendrez… et cherchez à deviner ce qui anime, ce qui fait vibrer ces photographes !

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez déjà votre exemplaire, mais vous n’avez pas envoyé votre cliché et, en voyant défiler ces images, des idées de « composition » vous viennent à l’esprit ? N’hésitez pas à me les adresser, par mail ou sur Twitter @ColliotF et elles viendront compléter la galerie !

Tatie Monique s’invite chez certain.es quand d’autres s’invitent chez Tatie Monique, visitent sa cave et apprécient ! 

Instantané – Dialogue volé

 

– Tamponne-moi !

– Où ? Ici ?

– Non ! Là !

J’étais  entrée dans la cour de cet immeuble, j’ai toujours aimé ces vieux bâtiments, la façade un peu austère qui donne sur la rue, puis une cour voire un jardin dans les quartiers plus cossus, enfin, donnant sur cour l’autre bâtiment. Je sais qu’à l’époque de leur construction, le bâtiment donnant sur la rue était réservé aux plus riches, les plus pauvres logeant dans celui « sur cour ». Maintenant, c’est l’inverse, parce que le silence a plus de valeur que la lumière depuis que la fée électricité est passée par là.

Une fenêtre doit être ouverte, je la cherche des yeux. D’où viennent ces voix ? Ce dialogue entre rire et érotisme m’excite étrangement. Je suis venue pour expertiser quelques meubles, un vieil homme est mort et ses héritiers voudraient savoir si l’héritage vaut le coup avant de l’accepter.

Cet aspect charognard de mon métier me laisse souvent un goût amer, mais il arrive parfois que je tombe sur des livres, sur des papiers cachés dans des tiroirs secrets et là… le défunt reprend vie, redevient plus ou moins jeune. Je les lis, les mémorise avant d’en parler aux héritiers et toujours cette constatation qui a cessé de me surprendre, plus les héritiers sont jeunes, plus ils me demandent de garder, de me débarrasser voire de détruire ces documents qu’ils qualifient de « compromettants », a contrario, les plus âgés, les presque vieillards ont un sourire indulgent qui va de « ça ne m’étonne pas » à « quand je pense qu’il, qu’elle m’obligeait à aller à confesse plusieurs fois par an ! »

– Allez ! Tamponne-moi !

– Mais ça va déborder ! Comme ça, ça ne tiendra pas au fond !

– On s’en fout !Tamponne-moi là, maintenant !

Sont-ce les lettres que j’ai lues cette nuit qui me rendent d’humeur grivoise ? Suis-je plus sensible au double-sens de ce dialogue parce que je sais désormais que cette vieille bigote, à l’allure austère dont les portraits sans aucun sourire, sans aucun éclat ornaient un appartement terne, riait sur certains clichés que j’ai trouvés dans un coffret dissimulé tout au fond d’un tiroir secret d’une lourde armoire ?

Ces photos d’orgies familiales, avec des commentaires succincts sur « l’outil de belle taille du cousin Roger ». Je sais également que le tonton Maurice l’a « enculée de belle manière ». J’ai souri en remarquant l’emploi répété de l’adjectif « belle » ou « beau » quand elle voulait marquer son enthousiasme. Les derniers clichés m’avaient mise plus mal à l’aise, c’est la première fois où je suis confrontée de visu à la sexualité de vieillards, aux chairs flasques et usées, un côté révulsant, écœurant. Comme si la jeunesse enfuie effaçait la sensualité.

J’ai repris les premiers clichés et les ai classés par ordre chronologique, alors j’ai compris, j’ai accepté de voir vieillir ces corps, ces visages, je me suis focalisée sur les regards, sur les soupirs qu’il me semblait percevoir et j’ai fini par envier ce bonheur purement charnel, cette complicité, toutes ces années, la famille qui s’agrandit…

J’ai même été excitée par cette série, où elle précisait « Messieurs, le parrain sera celui qui me fera le plus jouir ! » après avoir lu ces mots, je remarquai l’évidence, elle était enceinte d’au moins six mois et je ne l’avais pas vu avant ! J’ai compté les hommes sur les différents clichés, pas moins de sept ! Sept hommes et quatre femmes, en comptant celui qui prenait les clichés, car je suis certaine que le photographe faisait partie des convives, ça laisse un choix presque infini de combinaisons…

Même enceinte, elle se livrait comme ça… ! La curiosité a été plus forte que tout, j’ai cherché dans les papiers, les clichés dataient de novembre 1935. Un coup d’œil sur le livret de famille, janvier 1936 naissance d’un petit Marcel. J’ai souri, continué l’expertise d’autres meubles, puis je suis retournée dans la salle à manger, ai cherché frénétiquement l’acte de baptême… j’ai souri en le lisant… Sacré Léon !

Léon au sourire goguenard, aux caleçons longs toujours aux chevilles, tire-bouchonnés, « Les couilles à Léon » une série de photos, un peu plus récentes, des années 50, où elles font l’objet de toutes les attentions de ces dames « Jolis pendants d’oreilles » « En médaillon » « Quelle belle montre ! » « La Légion d’Honneur » « À mon tour ! » sur ce dernier cliché, trois femmes agenouillées ouvrant la bouche, tendant la langue et les couilles à Léon bien visibles, bien pendantes, son sexe dressé et toujours ce sourire goguenard.

Comment s’appelaient ces femmes ? Qui étaient-elles les unes par rapport aux autres ?

– Vas-y ! Tamponne-moi !

– Hmmm… c’est bon quand je suis tout au fond… ! Tu le sens comme c’est bon ?

Je lève les yeux et croise le regard de cette jeune femme, la trentaine, son complice ne me voit pas, elle jouit de savoir que je la regarde, elle me sourit, je lui rends son sourire. J’entre précipitamment dans l’appartement dont je dois expertiser les meubles. Je m’allonge en travers du lit et sans même ôter mon pantalon, juste en le baissant à mi-cuisse, la main sous ma culotte, je me masturbe frénétiquement, au rythme des cris de plaisir de cette jeune femme en train de se faire tamponner accoudée à sa fenêtre ouverte.

En même temps que je jouis, ma décision prend forme. Dès mon retour à la maison, j’entreprendrai des recherches pour identifier tous les personnages de ces clichés, parce qu’une question me taraude, qui est Roberte, la marraine de Marcel ? Je ne connais d’elle que son corps à vingt ans, à trente ans et surtout à plus de soixante, ce dernier cliché où ces deux vieilles femmes exhibent leur sexe ouvert, leurs seins flasques à l’objectif concupiscent, mais où malgré tout subsiste la magie d’un amour non feint.

Instantané – Le trac avant l’entrée en scène

À toi de jouer ! À toi de prendre les choses en main ! Je me laisse faire…

En d’autres circonstances, si j’étais un peu moins pétrifiée, je t’aurais répondu une connerie du tac au tac. J’aurais pu regretter de ne point être architecte, pour prendre en main l’habitat urbain… Mais depuis ce matin, rien ne se passe comme je me l’étais imaginé.

J’aurais aimé avoir plus d’assurance, réussir à te faire croire que pour moi, tout ceci est sans conséquence, une aventure parmi toutes celles accumulées au long de ces dernières années, mais mon retard m’a trahie. Tu me connais trop bien pour ignorer ce qu’il signifie.

Tu as fait comme si tu ne remarquais pas mon calme inhabituel, mon silence, mon embarras. Tu m’as tendu un verre d’eau. Je l’ai renversé. Sans un mot, regardant par la fenêtre pour que je ne remarque pas ton sourire, tu l’as rempli à nouveau. J’ai été plus calme en le portant à ma bouche. J’ai tellement toussé quand j’ai avalé la première gorgée de travers que tu n’as pas pu retenir ton éclat de rire ! Tu t’en es excusé.

J’aurais voulu pleurer, au moins verser une petite larme, histoire de t’apitoyer, mais mon sens de la dérision m’a poussée à plaisanter sur l’ambiguïté de la situation. Nous avons ri ensemble. Je me détendais enfin !

Comment ai-je pu, dans l’ordre, casser une cigarette en la sortant de mon paquet, en prendre une seconde et l’allumer par le filtre ? Chevalier servant, tu m’en as offert une troisième et tu as tendu le briquet allumé.

Calme-toi, respire un bon coup… tout va bien se passer…

J’ai dû respirer trop fort, puisque je me suis brûlé ma frange et le bout de mon nez.

Tu veux qu’on remette ça à une autre fois ?

Non ! C’est ce matin ou jamais ! Après, je n’en aurais ni la force, ni le courage…

Je ne pensais pas que tu me demanderais de me déshabiller. J’avais tout prévu, sauf ça. Je pensais que ma tenue faisais partie de ton fantasme, de ce jeu que tu m’as proposé, mais là aussi, je m’étais trompée… J’ai retiré ma robe à la hâte, pensant te trouver nu quand je me retournerai, mais tu t’es contenté d’ôter ta chemise, de t’asseoir dans un fauteuil.

À toi de jouer ! À toi de prendre les choses en main ! Je me laisse faire…

Ma main tremble un peu, mais ton regard planté dans le mien m’apporte l’assurance dont j’ai tant besoin. J’effleure ta peau, la découvre enfin. Depuis combien d’années nous connaissons-nous ? Je ne savais pas qu’elle serait si agréable sous mes mains… Je m’agenouille et avant même de te goûter, je sais que je me régalerai. Ton odeur me fait oublier ce trac qui aurait pu rendre ce souvenir pitoyable.

Tu voudrais serrer tes doigts sur mes cheveux, mais tu ne dois pas mettre du désordre dans ma coiffure savante. As-tu bien fait allusion à une fois prochaine ? Toute concentrée sur mon plaisir, je t’en ai presque oublié, mais il m’a semblé t’entendre prononcer ces mots.

Je n’aurais pas dû retenir ton plaisir, j’ai voulu prendre mon temps, mais le temps est ingrat, il a filé à la vitesse de l’éclair. Je dois me rhabiller, sortir de ta chambre, rejoindre la mienne et quand je descendrai le grand escalier, quand tous les invités applaudiront mon entrée en scène, tu seras aux côtés de ton meilleur ami, feras semblant d’envier sa chance de m’avoir rencontrée et tu seras encore à ses côtés quand le maire fera de moi son épouse.

Quoi qu’il en soit, en ouvrant la porte de ta chambre, je n’ai qu’une certitude, celle d’avoir réussi à chasser ce trac qui me dévorait.

DNyyhpkW0AAP9D3

Instantané — Langueur matinale pré-hivernale

Je vais être en retard, mais j’ai la flemme et je m’en fous… ce que je nomme la floumme… Je regarde par la fenêtre… Et maintenant, je me tâte…

J’étais pourtant bien décidé à mordre cette journée à pleines dents… Nu sous mes draps, de mon côté du lit… elle s’est levée… je dormais encore, mais devais être en train de me réveiller, puisque son côté était encore tiède quand j’y ai posé ma main… j’ai fermé les yeux, me suis souvenu de notre première longue nuit d’amour depuis nos retrouvailles… l’odeur de sa peau usée par son parfum, un peu trop cuiré à mon goût, malgré tout si bandante m’a donné une furieuse envie de sentir sa respiration haletante sur mon nombril… ma main a glissé sous mes draps et je me suis tâté… une première fois… longuement…

Puis je me suis motivé, j’avais encore du temps devant moi, autant en profiter, partir en avance, prendre mon petit déjeuner à la terrasse d’un café… j’ai repoussé le drap et je me suis demandé si la météo serait assez clémente pour ça… la douceur du soleil frileux de ce presque hiver, sa lumière m’ont fait penser à l’éclat de ses yeux quand elle souriait, à l’instant précis où nous avons compris que cette nuit tout pouvait recommencer…

J’ai rabattu le drap sur mon ventre et je me suis tâté… pour la deuxième fois… doucement… lentement… pour que les frottements du tissu sur mon avant-bras, sur ma hanche me rappellent ses petits cris contenus, quand elle voulait me cacher son plaisir… comme si j’avais pu oublier sa façon de déglutir quand elle jouit !  C’est surprenant comme elle se pense insignifiante, comme elle n’a aucune conscience de l’empreinte qu’elle laisse dans la mémoire de ses amants… ! J’aimerais pouvoir en rire avec elle, mais le temps passant je sais que ça deviendrait usant…

J’ai trouvé la force de me lever, j’ai enfilé un jean, mais il était déjà trop tard pour envisager un café en terrasse… je m’en suis fait un « bien serré » que j’ai bu en regardant la rue s’animer… je devinais plus que n’entendais le bruit des talons de ces femmes pressées sur le trottoir d’en-face… j’ai senti le tissu râpeux de mon jean agacer la peau de mon sexe qui semblait vouloir s’étirer joyeusement… comme ces mouvements de gym qu’on fait pour se dérouiller… j’ai réalisé que je n’avais pas mis de caleçon… devais-je en mettre un ou, pour une fois, aller bosser nu dans mon pantalon ? Je ne savais pas… je me suis tâté… Il m’a semblé l’entendre rire et me taquiner, je me suis retourné, mais elle n’était pas là…

J’ai posé ma tasse sur le rebord de la fenêtre, j’ai fermé les yeux… concentré sur les sensations du bout de mes doigts, de mes ongles griffant ma peau, lissant mes poils… ses ongles, le bout de ses doigts m’ont manqué… j’ai souri en pensant à son souffle, à sa bouche, à sa langue gourmande, quand elle les posait là… un peu plus bas… La reverrais-je en « tout bien, tout bonheur » comme elle le disait en riant ? On ne s’est rien promis, on n’a rien voulu envisager… « Je veux être libre de m’envoler vers d’autres aventures sans avoir à me poser la question de la loyauté »… Dire que c’est parce que je craignais qu’elle ne me mette en cage que je l’ai quittée ! 

Je suis déjà en retard.. dois-je me lever ou rester à rêvasser, blotti dans ce nid de sensualité ? Je crois que je vais encore devoir me tâter…

Quand je découvre les joies du photomontage

Voici quelques photomontages que je m’amuse à faire pour promouvoir « Les souvenirs de Tatie Monique », plus ou moins réussis, je me suis bien amusée à les créer, alors je les regroupe ici pour en garder le souvenir.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parfois, j’y ajoute une légende… rarement fine… habituellement de mauvais goût… bref, à mon image…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jeune homme, vérifions si la chose… (Ode à Apollon)

Ronsard avait écrit cette magnifique « Ode à Cassandre » en 1545… merde, Ronsard quoi ! Souvenirs de lycée, quand on nous apprenait à dépecer les poésies pour chercher à en découvrir la magie… Je m’étais plainte auprès d’une prof, en lui disant que c’était comme autopsier le corps d’un être aimé. Elle m’avait répondu que non, c’était comme apprendre la recette d’un plat qu’on avait apprécié.

Je ne suis toujours pas convaincue, parce que si la poésie n’était qu’une suite de règles, elle perdrait de sa magie et par le fait, ne serait plus poétique… Je pense à Léo Ferré qui, à juste titre écrivait « Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s’ils ont leur compte de pieds, ne sont pas des poètes, ce sont des dactylographes ».

Ça tombe bien, j’étais dactylographe et quand on me demande de parodier l’Ode à Cassandre, je compte sur mes doigts et mon mauvais esprit pour relever ce défi !

Pour contextualiser cette parodie, j’ai imaginé la réponse que Cassandre aurait pu écrire au jeune Apollon qui lui demandait de succomber à ses charmes… une Cassandre un peu ironique, beaucoup désabusée…

Jeune homme, vérifions si la chose

À Apollon

Jeune homme, vérifions si la chose:
Qui au matin métamorphose
En se dressant vers le soleil,
Votre pyjama en soie mouillée
A point perdu sa dureté
Et son joli gland tout vermeil

Las ! Voyez comme ce dégueulasse,
Jeune homme, soudain s’efface,
Las, las encore il vous laisse choir !
Ô vraiment quelle imposture,
Puisqu’une telle trique ne dure
Que du lit jusques au pissoir !

Donc, si vous me voulez, jeune homme,
Tant que votre bite fanfaronne
Tandis que vous m’imaginez,
Baisez, prenez donc mes fesses
Et tâchez de les mettre en liesse
Avant d’avoir tout débandé.

Cornelis_de_Vos_-_Apollo_chasing_Daphne,_1630
« Ah ah ! T’es déjà tout mou, Apo’ ! » (tableau de Cornelis de Vos – 1630)

Instantané – La couleur des baisers

Tu me demandes de quelle couleur sont les baisers. Ferme-les yeux et plonge au plus profond de tes sensations.

Un baiser est rose quand une langue délicate et humide vient se poser sur une autre dans un sourire charmeur, dans un sourire séduit…

Mais un baiser peut être bleu, quand il est la promesse d’un ciel serein, d’un ciel d’été…

Un baiser vert, ce sont deux langues qui font connaissance, un peu timides, toutes frétillantes et curieuses du plaisir qu’elle vont se procurer…

Un baiser est rouge quand il est passionné, la passion qui coule dans nos veines, prélude à la jouissance qui nous fera chavirer… un baiser rouge est incroyablement vivant… c’est la vie même… un baiser rouge pourrait nous consumer s’il ne nous offrait pas ce petit supplément…

Un baiser en noir et blanc, c’est le souvenir d’un temps passé, quand notre doigt, glissant le long de nos lèvres, cherche à retrouver la sensation d’un amour envolé… il n’est pas triste, non ! Le baiser en noir et blanc est un baiser apaisé comme une sensation à tout jamais fixée… après passage dans le troisième bac…

Un baiser pourpre, c’est celui que l’on offre au milieu des décibels, quand le bruit nous protège, et que l’on peut se laisser aller à souffler de tout notre désir, comme un taureau peut le faire quand il est excité… personne alentour n’entendra l’étreinte enflammée que ce baiser promet…

Mais passées ces premières descriptions, tu commences à comprendre où je veux en venir… un baiser réussi est avant tout multicolore… toutes ces sensations, tous ces souvenirs que mes mots t’évoquent…

Tu m’as demandé de quelle couleur sont les baisers. Je t’ai répondu, maintenant ouvre les yeux… embrasse-moi et conviens que la couleur importe peu… puisque ce qui compte, c’est d’embrasser !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.