Le cahier de Bonne-Maman – « Le printemps est venu. Comment ? Nul ne l’a su »

Avec le retour des beaux jours revint le temps de la légèreté. J’aimais ces petits messages secrets que nous nous adressions les uns aux autres. Comme ceux que Toine glissait dans mes poches, ceux que je déposais au fond de ses chaussures. Quand je me rendais à mon travail, je soulevais la pierre, notre pierre pour y découvrir un mot d’amour, une proposition de rendez-vous de mon Pierrot et y glisser ma réponse. Nathalie communiquait de la même façon avec nous. Il y avait aussi cette maison abandonnée, dans laquelle nous ne pouvions pas entrer, mais dont la boîte aux lettres nous servait de « boîte à pensées coquines », nous y déposions nos idées et puisque nous ne pouvions pas l’ouvrir sans prendre le risque de l’endommager, l’un d’entre nous, plus ou moins à tour de rôle, partait à la « pêche au courrier ».

Le dimanche matin, puisque aucun de nous n’allait à la messe, nous nous retrouvions dans cette petite crique où tu retrouves ton Christian, dans ma jeunesse, elle abritait déjà les ébats en plein-air… et je suis presque certaine qu’aux temps jadis, c’était aussi le cas. Idéalement située, un peu éloignée de la route, abritée du vent, mais ouverte aux regards des curieux, la mer n’y est pas très accueillante, trop de petits rochers sur le bord, trop peu de plage, les nageurs n’y sont pas attirés et puis, quand on remonte le petit sentier qui va de la crique à la route, si on tourne sur la gauche, cette petite enclave, ce nid fait de roches et de buissons…

C’est donc là que nous nous retrouvions, que nous pique-niquions, que nous dépliions le petit papier pêché… je n’oublierai jamais la voix de mon Pierrot, celle de Toine quand ils faisaient semblant de râler « ENCORE la figure Rosalie ! », Nathalie et moi feignions d’être dupes, de ne pas remarquer que la plupart du temps, c’était l’écriture de l’un ou l’autre, alors nous proposions d’aller faire une promenade, à la place. Et quand ils répondaient « Non, la figure Rosalie a été désignée par le sort, on est obligés de l’effectuer », nous leur répondions « On voit bien que ça vous pèse, que vous n’y prenez aucun plaisir, allons plutôt tremper nos petits petons dans la mer » et faisions mine de descendre vers la crique, alors, ils nous rattrapaient, nous serraient dans leurs bras en nous traitant de bougresses, de diablesses, Nathalie et moi piaillons et, tout en faisant semblant de vouloir nous échapper de leur étreinte, nous arrangions pour que leurs mains touchent nos seins, nos fesses, avec la même maladresse, nous leur effleurions le pantalon « Oh, pardon ! Je t’ai fait mal ? Tu as comme une bosse, là… Laisse-moi regarder… » et nous comparions l’étendue des dégâts. Dans le panier que nous prenions avec nous, il y avait toujours un flacon d’huile d’olive…

Le jeudi 1er mai 1919, je trouvai sous la pierre ce petit mot « Je viendrai te chercher samedi matin, mets ta jolie robe et ton joli chapeau, nous irons en ville ». Pierrot arriva avec sa carriole, je m’assis à ses côtés et nous attendîmes d’être sortis du village pour nous embrasser enfin.

Avec tous ces événements, le retour au village, Toine, Nathalie, je n’ai pas eu le temps d’en parler avec toi, je ne sais pas si tu en as toujours envie, mais de mon côté, j’aimerais bien tenir ma parole…

Tenir ta parole ?

Il arrêta la carriole, prit mes mains dans les siennes, me regarda droit dans les yeux, comme s’il voulait sonder mon âme

Rosalie, veux-tu devenir ma femme ?

Comment avait-il pu croire une seconde que ce n’était plus mon souhait le plus cher ? Je couvris ses mains, ses joues, sa bouche de baisers et à chaque baiser déposé, je répétais « Oh oui ! Je le veux ! Je le veux ! Ô mon amour, si tu savais comme je le veux ! ». Nous étions là, comme deux benêts, à rire et à pleurer en même temps, à regarder au loin, vers l’avenir et d’un même mouvement de la tête nous regarder l’un l’autre. Enfin, il prit une grande inspiration et me dit « Il est temps d’aller en ville, nous avons un achat à faire ! ». Je savais qu’il faisait allusion à la bague de fiançailles, mais je me trompais. Je me trompais lourdement !

Arrivés à la ville, Pierrot me fit descendre de la carriole et nous marchâmes bras dessus bras dessous, faisant plusieurs fois le tour de la place principale. Je me demandai bien pourquoi, mais il m’en donna l’explication avant que j’aie pu lui poser la question.

Si tu savais comme je suis fier de me pavaner avec toi à mon bras !

Il souriait, l’éclat de son regard… j’avais l’impression d’être une princesse de conte de fées ! L’émotion me fit perdre toute retenue, je l’embrassai à pleine bouche. Avant qu’il n’ait eu l’idée de me le reprocher, j’assénai

C’est pour que les jeunes filles de la région sachent que le plus bel homme de Provence, de France, le plus bel homme du monde est mon promis et gare à celle qui cherchera à se faire épouser par lui !

Oh, ma Rosalie…

Sans crainte du qu’en dira-t-on, nous nous enlaçâmes et nous embrassâmes longuement. Il sortit sa montre de sa poche, l’ouvrit, regarda l’heure et me dit « Ma Rosalie, il est temps… » avant de pousser la porte de l’étude notariale. Je pensai « Il veut régler les termes du contrat de mariage », je me trompais en partie. Quand le notaire nous reçut, Pierrot lui fit part de notre futur mariage, mais surtout de sa volonté d’acquérir la maison abandonnée qui nous servait de boîte aux lettres et que cette maison soit autant ma propriété que la sienne, que ce soit stipulé en toutes lettres dans « les papiers officiels », ce point ne posait aucun problème, en revanche, le notaire me dévisagea d’un regard expert et me demanda mon âge.

J’aurai bientôt dix-huit ans.

Vous êtes donc mineure, pour pouvoir vous marier, il vous faudra avant tout l’accord de vos parents.

Je lui expliquai que ça risquerait de ne pas être possible et lui racontai comment j’avais été chassée de la ferme familiale, comment j’avais été reniée pour avoir rendu visite à Pierrot en 1917. Mon cas n’était pas si exceptionnel que ça, il y avait des démarches à effectuer, des courriers, mais il me rassura sur ce point, mon mariage avec Pierrot était tout à fait envisageable. Il me tendit plusieurs lettres-type que je n’aurais qu’à recopier en remplissant les blancs et à qui les envoyer.

Nous achetâmes la maison pour une bouchée de pain. Elle avait perdu sa valeur quand les héritiers avaient divisé le bien en plusieurs lots et que celui à qui elle était revenue avait cédé les terres qui lui étaient rattachées. À sa mort, personne n’avait voulu la racheter. Une maison au cœur d’un petit village, avec un jardin d’à peine deux ares, ne présentait aucun intérêt pour des paysans. Année après année, elle s’était dégradée et menaçait de tomber en ruine.

La première fois où j’y entrai, il me fallut la regarder dans les yeux de Pierrot pour imaginer ce qu’elle allait devenir, un petit temple dédié à l’amour. J’espère que tu as ressenti tout ceci quand ton Christian venait t’y retrouver en cachette.

Quand nous sortîmes de l’étude notariale, nous étions à la fois fous de bonheur et un peu intimidés. Dans quelques mois, nous serions jeunes mariés et les heureux propriétaire d’une bicoque à retaper. Nous ignorions encore que quinze longs mois devraient s’écouler entre la remise de notre acte de propriété et la date de notre mariage.

Ma Rosalie, allons fêter ça dignement !

Pierrot me prit le bras et m’indiqua le meilleur restaurant de la ville, celui où se retrouvaient les notables du canton. Je ne le trouvai pas raisonnable d’engager une telle dépense, il me taquina, me reprochant de vouloir garder les pieds sur terre, quand il voulait s’envoler vers la félicité « surtout, rien n’est trop beau pour toi, ma Rosalie ! »

Je souris, baissant le visage, me demandant ce que j’avais fait pour mériter tant de bonheur.

Oh, ma Rosalie, si tu teintes ainsi tes joues de rose, nous allons faire des envieux, les femmes te jalouseront ta beauté, les hommes m’envieront la chance de t’avoir à mon bras !

Émue, je l’embrassai. Taquin, il ajouta « Et tu m’embrasses devant eux ! »

Nous déjeunâmes, les yeux brillants de tous les projets que nous faisions, quand nous riions un peu trop fort, nous sentions les regards désapprobateurs des autres clients, mais ça faisait déjà belle lurette que j’avais appris à ne plus m’en sentir gênée.

Le soleil était bien haut dans le ciel quand nous remontâmes dans la carriole et que nous reprîmes le chemin du retour. À mi-chemin, Pierrot se plaignit du soleil et du vin qui lui donnaient le tournis et envie de somnoler, il me tendit les rênes avant de me reprocher ma façon de diriger la carriole « à la mode normande, assurément ! ». Je m’apprêtai à répliquer quand il me sourit et m’embrassa. Le cheval, soudain libre d’aller où bon lui semblait, s’engagea sur un sentier qui débouchait sur les terres du père de Pierrot, avant de s’arrêter devant une grange. « Oh, mais comment cette bête a-t-elle pu deviner que c’était l’heure de la sieste ? » Qu’il était beau quand il rayonnait ainsi de bonheur, ravi de ce tendre piège qu’il m’avait tendu et dans lequel je m’étais précipitée !

Viens, ma Rosalie ! Suis-moi et allons batifoler dans les foins !

Je voulus ôter mes belles chaussures pour monter à l’échelle, mais il me demanda de ne rien en faire. « Garde aussi ton beau chapeau, ma Rosalie ! » Arrivés là-haut, nous nous embrassâmes, nous caressâmes, sa main glissa sous mes jupes

Mais tu as oublié de mettre tes dessous, coquine !

Je me demandais quand tu allais t’en apercevoir, coquin !

Tu permets ?

Pierrot souleva ma robe, dévoilant ma toison, prit une poignée de paille et me souriant comme un enfant

Fatché, ma Rosalie ! Tu es encore plus blonde que les blés !

Que la paille, mon Pierrot, que la paille !

Si tu veux… quand je dirai ça au Toine…

Vous vous moquerez encore de moi !

Mais on ne se moque pas, ma Rosalie ! Loin de là !

Il s’allongea au milieu du tas de foin « Dévorons-nous un peu avant la sieste » Je dégustai sa verge en me disant que c’était la meilleure gourmandise de l’univers, même en l’absence d’huile d’olive. Ses doigts écartaient mes lèvres, sa bouche me goûtait comme si mon sexe était un fruit mûr à souhait. Il ne s’interrompait que pour le contempler, tout comme je contemplais le sien, avec ravissement.

Arrête Pierrot… arrête ! Je vais… arrête ! Je vais… si tu… conti… nues… arrê… NON ! N’arrête pas ! N’arrête pas !

Je criai à m’en décoller les poumons. J’entendis un « CRAC ! », mais le temps de m’en inquiéter, je compris qu’il s’agissait de l’échelle qui avait brisé un branchage en tombant.

J’ai eu peur de t’avoir brisé le cou !

Essaie donc, ma Rosalie !

Il reprit les caresses de sa langue, tandis que ma bouche allait et venait, coulissait le long de son membre de plus en plus vigoureux « Ô, Pierrot ! Ô mon… oohh… ooohhh… ! »

Il se dégagea de l’étreinte de mes cuisses et me demanda de le chevaucher, son sexe dur s’enfonçant dans mon puits d’amour raviva mon plaisir… « Tu ne sais pas bien mener un attelage, mais montre-moi comment tu montes à cheval, belle Normande ! »

Je crus mourir de plaisir à maintes reprises ce samedi après-midi. Je voulais aussi le voir défaillir, j’étais attentive à la montée de sa jouissance, tous les sens en alerte pour ne pas manquer un souffle annonciateur, un frémissement des ailes de son nez, un tressautement de ses lèvres si joliment ourlées, une palpitation des veines de son cou, un plissement de ses paupières, une crispation de ses mains, sa langue qui appelait la mienne, je voyais son cœur battre sous sa chemise ouverte et bien sûr, mon sexe était attentif aux emballements du sien.

Sa voix dérailla quand il me demanda de poser la main sur le dessus de mon chapeau, comme si je voulais l’empêcher de s’envoler pendant une cavalcade au grand galop.

Ma Rosalie, tu es la plus belle chose qui me soit arrivée ! Demande-moi ce que tu veux !

Fais jaillir mes seins de mon corsage et caresse-les comme toi seul sais le faire !

En les caressant, son plaisir explosa, j’aimais son cri animal quand il jouissait comme ça. Je poursuivis mes va-et-vient au rythme de ses caresses sur mon bouton et j’explosai une fois de plus, inondant sa main et son bas-ventre, avant de m’écrouler sur lui, rompue de plaisir, comblée.

Nous nous assoupîmes un peu et il nous fallut nous résoudre à descendre de la grange pour retourner au village. Pierrot le fit tel un gymnaste, d’un saut léger comme une pirouette et remit l’échelle en place pour que je puisse descendre à mon tour.

Nous ôtâmes les brins de paille dont nous étions recouverts, je constatai, soulagée, que je n’avais pas filé mes bas du dimanche, montai à ses côté dans la carriole, et attrapai les rênes pour lui montrer comment une Normande s’y prenait pour diriger un attelage.

Où Nathalie propose la version adulte d’un célèbre jeu enfantin

 

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s