Instantanés – Impression, réveil charmant…

Jean-François Painchaud

Enfin !

Il est enfin revenu !

Il est enfin là, ce temps où l’air a la douceur de ton souffle sur ma peau, la fraîcheur du mien sur la tienne… !

Elle nous est revenue la saison où l’air se déplace avec la grâce qui précède tes caresses sensuelles… quand il suspend son vol pour mieux fondre sur nous… la saison où l’air tangue comme extrémité… le bout du bout du bout de ma langue, qui se régale à l’avance du goût que ta peau lui offrira… !

Jean-François Painchaud

Il est revenu !

Il est enfin là !

Il nous enveloppe, moi dans tes bras, toi dans mes bras !

Connaissez-vous la couleur des baisers ?

 

Chroniques matrimoniales – L’occasion fait le larron

800px-Almanach_1939Même si Valentino aime m’en attribuer tous les mérites, je voudrais te raconter ce qui s’est réellement passé, comme dans un compte-rendu, t’écrire comment les événements se sont enchaînés, comment ils lui ont permis d’échapper au pire et de lui assurer une certaine tranquillité.

La vie au village s’écoulait au rythme des événements internationaux, parfois de longues semaines d’apaisement, qui s’achevaient dans le fracas des bruits de bottes, bruits qui finissaient par s’évanouir dans ce mouvement perpétuel que je comparerais à celui des vagues s’écrasant sur une plage.

L’amicale des anciens combattants se réunissait plus souvent qu’au début des années 30. La crainte d’une nouvelle guerre faisait ressurgir les horribles cauchemars et nous demeurions les confidentes de ces hommes. Il n’y a jamais eu d’accord formel, mais nous ne parlions jamais de politique entre nous, nous savions que notre amitié, que notre complicité n’y résisteraient pas, qu’elles risquaient de voler en éclats ce qu’aucun de nous ne souhaitait.

Valentino vivait caché, tapi dans le repère que lui avait trouvé Toine.

À l’occasion du 14 juillet 1939, alors que nous batifolions tous près de « la source aux fées », Barjaco nous annonça, quelque peu dépité, que son cousin « le parisien » avait décidé de passer ses vacances « au pays ». Avec sa mauvaise foi coutumière, Barjaco le regrettait.

– Qué « au pays » ? Je ne l’ai vu qu’une seule fois ! Son père est parti bien avant ma naissance, avant même son mariage ! Et il n’a même pas marié une femme normale, non ! Monsieur a épousé une… parisienne !

Me voyant froncer les sourcils, il s’était adressé à Pierrot.

– Ça aurait pu être plus pire, tu me diras, il aurait pu tomber sur une…
(enchaînant les signes de croix, telle la bigote se préservant du Malin)… une… une Normande ! Dieu soit loué, elle n’était que Parisienne… !

J’avais fait mine de ne rien avoir entendu ou de m’en moquer, mais quand Barjaco s’était approché de moi, j’avais fait semblant de m’enfuir.

– Boudiou, la Rosalie ! Ne me laisse pas dans cet état ! Vé comme môssieur (c’est ainsi qu’il surnommait son membre) a besoin que tu le soulages !

– Je l’aurais bien volontiers sucé… voire je lui aurais bien volontiers offert mon corps, mais vois-tu… je suis Normande… si ça se trouve, c’est contagieux… Je m’en voudrais de te contaminer… que tu attrapes la Normandite aiguë… !

Claironnant un « Tu parles d’or ! », Barjaco s’était tourné vers Nathalie, qui lui ouvrit les bras en grand.

Il n’avait jamais évoqué Valentino, comme s’il ignorait son retour, mais il est vrai que nous ne nous rencontrions presque jamais rien que tous les deux. Valentino se terrait comme l’animal traqué qu’il était, je ne connaissais pas sa tanière. Par mesure de sécurité, seul Toine savait où elle se trouvait exactement. De temps à autre, ils arrivaient chez nous, à la nuit tombée. Je restais avec Toine pendant que Valentino se confiait à Pierrot.

Parfois, nous faisions l’amour, parfois, non, mais à chaque fois, Toine me demandait de soulever ma robe, il regardait ma « blonde toison » et passait ses longs doigts entre mes poils qu’il lissait, comme on peigne des cheveux. À sa façon de prononcer « Bouton d’Or », je savais si ses doigts allaient s’aventurer plus bas, écarter délicatement les lèvres de « cette bouche que l’on se délecte à faire miauler » comme il aimait à le dire, caresser la peau humide juste au-dessus du « bouton caché de Bouton d’Or », l’appeler d’un doux baiser, le faire éclore, le téter d’une bouche avide et délicate, de glisser ses doigts jusqu’à l’entrée de « la grotte miraculeuse »… ou si son « Bouton d’Or » n’était qu’une incantation, le phare auquel raccrocher son espoir, espoir de savoir les cauchemars envolés, de savoir que le pire était passé, qu’il était derrière nous.

Il arrivait que Toine propose à Valentino de passer la nuit avec moi, dans la chambre qu’il retapait pour le retour de son aîné, le père de Christian. Nous faisions alors l’amour avec plus d’absolu qu’avant, nous avions viscéralement conscience que ce pouvait être la dernière fois. Les menaces, le danger étaient constants, omniprésents, tapis dans les bosquets du manque de vigilance né de l’habitude, prêts à bondir et à anéantir Valentino.

Barjaco était furieux, parce que depuis l’instauration des congés payés, nous avions pris l’habitude de fêter la veille des vacances le 31 juillet, par une orgie où le vin coulait à flots, où les corps s’échangeaient, se mélangeaient et que son cousin l’importun avait annoncé son arrivée pour le 30.

– C’est un vieux garçon, en plus ! Vé si ça se trouve, il est encore puceau !

– Dans ce cas-là, viens avec lui, Bouton d’Or se chargera de le déniaiser… !

– Tu m’ôtes les mots de la bouche, Toine !

– Dis-moi, coquine, montre-moi comment tu t’y prendrais pour le déniaiser, mon cousin le parisien… !

– Ton cousin le parisien ? Je croyais que tu parlais de ton cousin l’importun…

– Té, mais c’est le même peuchère ! Il a le double-nom ! Mon cousin le Parisien-L’importun !

Je m’étais approchée de lui, m’étais faite câline, j’avais soulevé la combinaison de soie que je portais, découvrant ainsi mon triangle doré, l’avais contraint à lever les yeux, à croiser mon regard.

– Montre-moi comment tu voudrais que je m’y prenne avec lui…

Barjaco avait juré en patois, m’avait caressée à m’en arracher la peau, me demandant de lui apprendre comment faire pour préparer le corps d’une femme à d’autres attouchements. J’avais décollé ses mains, m’étais assise à califourchon sur ses cuisses, les yeux dans les siens, lui avais demandé d’imaginer une apparition féerique, comme un halo de lumière, une bulle de savon qu’un geste trop brusque ferait éclater.

– Essaie de la caresser avec toute la délicatesse cachée au bout de tes doigts…

Les caresses de Barjaco se firent idéalement aériennes, mon corps ondulait, s’échauffait… Je m’enivrai de mes mots quand je lui susurrai

– Que tes lèvres soient mille Sylphides, qu’elles volent sur ma peau et y déposent de chauds baisers, là… et puis là… et là encore… oui ! là… plus bas… que ta langue lèche ma rose tétine… Oh ! Sens-tu comme ton gourdin frappe à ma porte ? Veux-tu me prendre à la hussarde ? Ou préfères-tu, au contraire, faire ton entrée sur la pointe des pieds ?

– Pierrot ! C’est le diable que tu nous as rapporté là !

Je lui souris de toute mon amitié, de toute notre complicité, de tout mon désir aussi. Semblant se raviser, il pria ses « collègues et néanmoins amis » (la formule nous amusait beaucoup) de ne surtout pas chercher à l’exorciser, que c’était trop…

– Fatché ! Regarde-moi ça ! Môssieu est entré sans même demander la permission !

Il bougonnait, sans chercher à masquer le plaisir qu’il prenait. J’interpellai Nathalie. Nous aimions ce code secret, comme une langue des signes, que nous avions inventé, nous en changions dès qu’un de nos partenaires commençait à le décrypter, pour le plaisir de les surprendre à chaque fois que l’envie nous en prenait.

– Nathalie, viens par ici ! Barjaco ne doit pas pâtir de ses obligations familiales… !

Je fis un signe des doigts.

– Boudiou ! Qu’est-ce que vous manigancez toutes les deux ?

Je m’empalai d’un coup, au plus profond, sur le sexe dur et épais de Barjaco, je sentis ainsi à quel point mon minou était trempé. Je me relevai lentement, laissant à Nathalie le temps de s’agenouiller. Qu’elle était ravissante, juvénile, à plus de quarante ans, avec son éternelle robe de bergère ! Nous l’avions à peine modifiée au fil des ans, tant son corps et elle étaient restés les mêmes… Qu’il était attendrissant ce petit bout de langue gourmande qui apparaissait derrière son sourire… ! Et l’éclat de son regard, pétillant et léger comme des bulles de Champagne !

Elle léchait chaque centimètre carré de peau que je découvrais en me relevant. Quand je coulissais sur le sexe de Barjaco jusqu’à ce qu’il disparaisse, les baisers de Nathalie me précédaient et quand il avait disparu, elle léchait la cuisse, l’aine de Barjaco… Mais, toujours aussi gourmande, elle m’incitait presque aussitôt à hâter la cadence.

Barjaco était aux anges. Fidèle à sa tradition familiale, il commentait au gré de ses sensations…

– Fatché, la Nathalie… libère-moi donc tes belles mamelles ! Qué « Non » ? Qu’est-ce qui te ferait changer d’avis ? Qu’un de… outch… doucement, Rosalie… tu vas me faire venir ! Alors, Nathalie, tu dirais oui si un de ces… chhhhu Rosalie… tout doux… si un de ceux-ci te culbutait par derrière ? Vai ! Fallait le dire ! Messieurs… un volontaire ?

Toine, dont le sexe énorme se dressait tel un flambeau avait fait un pas vers nous. Il souleva le jupon de Nathalie.

– Oh, ma pitchoune ! Tu as pensé à moi… !

Depuis peu, il s’était découvert une passion pour les vieux dessous, les vieilles culottes fendues d’antan, en cotonnade, maintenues par des rubans multicolores, il ne s’en expliquait pas la raison, mais de nous voir ainsi attifées le remplissait d’une joie lubrique. Il aimait nous prendre ainsi pendant de longues minutes, nous ramoner jusqu’à nous laisser au seuil de la jouissance… Alors, il se retirait, préférant quand nous le suppliions, nous ôtait la culotte, la lançait au loin et reprenait ses va-et-vient. « Voilà, c’est ainsi que jouissent les honnêtes femmes ! Le con, le cul et les reins à l’air ! »

Toine me demanda de me relever un peu plus « Cambre-toi aussi, tant que t’y es, que je ne sois pas venu pour rien ! » Je ne relevai même pas la mauvaise foi et lui obéis.

– Ho, Barjaco !Tu préfères comme elle te suce quand je la prends comme ça ?

Rien qu’à ses petits cris, je devinai comment il était en train de prendre Nathalie, alors que je lui tournais le dos, comment il bougeait en elle.

– Oh boudiou… ouh fan… ouh que c’est bon ! Oui ! Oui ! Comme ça !

– … ou quand je… Hou, Pitchounette ! Venez tous voir comme…  Hou, ma Pitchoune… Si t’étais pas déjà mon épouse, je te marierais !

– Boudiou ! Elle… ô fan de Diou ! C’est encore meilleur !

Barjaco m’attrapa par la taille et me fit aller au rythme des coups de langue de Nathalie qui le léchait au rythme des coups de boutoirs de son Toine. Elle dégagea enfin sa poitrine du carcan de tissu en criant à Barjaco qu’elle ne le faisait que pour lui. Barjaco se déversa en moi, noyant ses jurons habituels de tendres remerciements.

La journée s’était ensuite écoulée paisiblement, comme une rivière lascive, par endroits agitée de tourbillons, je veux parler de nos galipettes, nos cochonneries réjouissantes et joyeuses, comme nous les appelions.

Le lundi 31 juillet au matin, nous préparions la maison pour recevoir nos amis et fêter les congés payés, même si la plupart étaient des paysans et ne prenaient donc aucun jour de vacances, spécialement à cette période ! Antonella et Léonie étaient déjà depuis 15 jours chez leur tante, Marie, la soeur de Pierrot, elles aimaient s’occuper de leur cousin, jouer avec lui comme avec un baigneur, « de vraies petites mères » comme on disait alors.

Barjaco toqua à la vitre, le béret ainsi tenu à la main indiquait qu’il ne rendait pas une visite amicale, mais qu’elle était plus formelle. Pierrot lui ouvrit tout grand la porte et le fit entrer. Quand il fut assis, après s’être assuré que nous n’étions que tous les trois, il nous demanda

– Il compte se cacher ainsi combien de temps ?

Pas la peine de prononcer son nom, nous savions de qui il parlait. D’un haussement d’épaules, Pierrot et moi lui signifiâmes notre ignorance. Baissant la voix, avec des airs de conspirateur, d’espion comme dans les films que nous voyions au cinéma itinérant, il nous confia « Parce que j’ai peut-être la solution… » et il nous raconta l’incroyable aventure qu’il avait vécue.

– Je suis allé le chercher à la Blancarde, parce que le Parisien voulait goûter à l’ivresse marseillaise avant de passer son mois d’août « en famille »… ô pute borgne, je t’en ficherais, moi, de la famille ! Heureusement qu’il m’a reconnu, sinon je serais passé devant lui sans le savoir… Nous voilà partis pour la tournée des grands ducs… il me demande si j’ai quelques bonnes adresses à lui conseiller, me propose de passer quelques heures dans un « lupanar local »… ce qui répond à notre interrogation… le cousin n’était pas puceau ! Je lui rétorque que je n’ai aucune envie d’attraper la vérole avec une fille qui s’ennuie, que je connais deux charmantes créatures qui s’offrent avec plaisir et que si ça lui dit… Le cousin était bigrement intéressé, mais il a quand même voulu « se perdre dans les rues de Marseille ». Et que je veux visiter ci, et que je compare tout à Paris… et que je veux voir ça et que je te raconte ma vie… Boudiou ! Il me farcissait le crâne de toutes ses histoires ! Qué bavard ! Rigolez pas ! Plus pire que moi, je vous dis ! Avec tout ça, le temps de rentrer avec ma carriole… qu’il a moquée, en plus ! Le temps de rentrer, tout le monde dormait. Sauf la mamé, mais de toute façon, la mamé, elle s’économise… elle se désaltère d’une goutte de vin, se nourrit d’une miette de pain et se repose d’un battement de cils… On avait déjà soupé, on est allés au lit… pas ensemble, hein ! Allez pas vous imaginer… ! Et ce matin… c’est vrai que je le trouvais rougeot… tout le dimanche, il s’est plaint de la chaleur, de la soif, mais moi, je croyais que c’était un prétexte pour boire un coup ! Ce matin… ô peuchère ! Je me le suis pas trouvé raide mort dans son lit ! Alors, je me suis pensé puisqu’il est venu mourir ici, puisque personne ne le connaît de par ici… autant qu’il soit pas mort pour rien… que ça serve à quelqu’un ! La mamé ne dira rien et en plus, elle y voit plus très bien… c’était la nuit… On pourrait habiller Valentino avec les affaires du cousin… échanger les papiers… ni vu, ni connu ! Qu’est-ce que vous en pensez ?

Nous étions abasourdis ! Pierrot fut plus prompt que moi à réagir, à réfléchir.

– Il faudrait prévenir Toine. On ne sait pas où se cache Valentino et il faut faire l’échange avant que ta femme découvre le corps, qu’elle…

– Té… mais t’es couillon comme…

En éclatant de rire, il me désigna.

– … comme cette femelle ! Pourquoi crois-tu qu’il y a une bâche sur ma carriole?

– Allons chez Toine sans tarder, alors !

– Parce que tu crois que je ne sais pas où il se cache, ton Valentino ? Allez… vai ! On fait comme ça… j’ai ma petite idée…

C’est ainsi que le corps d’un va-nu-pieds fut découvert par Barjaco parti inspecter ses champs, qu’il en avisa monsieur le Maire et que le cousin de Barjaco vint s’installer au pays, un mois avant le début de la drôle de guerre… !

En vérifiant sur son livret militaire que « tout collait », pendant que Valentino échangeait les photos d’identité, je constatai que les patronymes n’étaient pas les mêmes. Je m’en étonnai, Barjaco m’expliqua alors que son oncle était le fruit d’une liaison adultère que son grand-père avait entretenue avec la jeune fille qui aidait sa femme, qu’il l’aurait bien gardée parce qu’elle avait la galipette rieuse et bavarde, mais que malheureusement, son épouse n’avait rien voulu savoir. Quand le bambin était né, comme c’était un garçon et que la grand-mère de Barjaco n’avait eu jusque là que des filles, la gamine était montée à Paris avec son enfant, mais qu’ils étaient tous restés en très bons termes, que l’existence de cet « enfant de l’amour » n’avait jamais été tenue secrète. Cet enfant qui avait grandi à Paris, épousé une parisienne, avait eu un fils qui venait de mourir sur les terres de ses ancêtres.

– Comme un cercle… la fin est l’origine et l’origine est la fin…

Barjaco est un homme à l’aspect, aux manières rustres, ses mots sont souvent grossiers, il semble dénué de toute délicatesse, je peux témoigner qu’il en déborde, au contraire ! Tout comme il regorge d’une loyauté sans faille.

Tu comprends, Monique, pourquoi je refuse que Valentino parle de moi comme d’une héroïne, parce que s’il devait y avoir un héros dans cette histoire, ce serait Barjaco et personne d’autre ! Je me suis contentée d’enregistrer le décès d’un homme sous l’identité d’un autre.

Monique va de surprise en surprise…

Instantané – Avant la canicule

Il faisait tellement chaud chez toi, mais je ne m’en suis aperçue que plus tard… dans tes bras… tout contre toi… Je te disais ces mots d’amour dans ma langue imaginaire, tu y répondais par les tiens, dans la tienne… nos langues imaginaires sont à l’image de nos langues maternelles… différentes, elles cherchent à se retrouver, à s’enrouler, à danser ensemble, à fusionner, comme les langues de nos bouches…

Ma joue posée sur ton aisselle… tes doigts que tu ne pouvais plus dissimuler dans mes cheveux, désormais trop courts… ma comparaison volontairement ridicule… ton rire… l’éclat de tes yeux… notre pseudo lutte qui nous fit rouler du lit au plancher… la goutte de sueur qui migra de ton front vers mon oeil… cette larme qui en naquit… le seul enfant que je pourrai jamais t’offrir…

Vivement l’été, vivement la canicule, vivement ces petits accidents comme autant de preuves que nous sommes vivants !

C’est ici que s’achève cette première balade, mais j’avais envie de vous offrir cet autre texte que j’aime tellement…

Chroniques matrimoniales – L’anniversaire de Catherine – Deuxième partie

En demandant l’aide du Bavard, du Notaire, de Joseph et du Balafré pour l’organisation de cette fête d’anniversaire, j’étais loin d’en mesurer toutes les conséquences. Comme ce fut à chaque fois le cas, ils se montrèrent tous à la hauteur de la surprise qu’Alain voulait offrir à sa Catherine.

J’avais suivi les préparatifs de loin, par crainte de dévoiler ce plan secret, un mot en entraînant un autre, mais la raison principale était que je passais beaucoup de temps avec Rosalie et Valentino. Au fil des mois, j’avais pris conscience d’être passée à côté de mon grand-père. J’avais de vagues souvenirs d’un vieillard prompt à la rigolade, à l’accent provençal très prononcé, mais j’étais trop petite quand il est mort pour deviner le Pierrot qui se cachait derrière mon papé.

La première fois où Valentino m’avait parlé de lui, un bonheur incroyable s’était emparé de moi, un sentiment de joie profonde et de sérénité. Savoir que ce que Valentino et Rosalie vivaient ensemble n’avait jamais nui à l’amitié qui l’unissait à Pierrot. J’avais voulu tout de même avoir quelques précisions.

Mais quand vous vous rencontriez, quand vous parliez politique, quand vous passiez des soirées, des journées entières ensemble avec Pierrot, Toine et Nathalie, tu n’avais pas envie de prendre Rosalie dans tes bras ? De l’embrasser ? De la caresser ?

Ils s’étaient regardés, abasourdis par ma question.

– Mais j’étais face à Rosalie !

– Justement !

– Non ! Tu ne comprends pas ! Ce n’était pas ma Rosalina, ma Rosalinetta… non ! Là, j’étais face à Rosalie, la femme de Pierrot, mon ami… tu comprends ce que je veux dire ?

J’avais été sidérée de tant d’évidence…

Les semaines avaient passé. Arriva l’anniversaire de Catherine. Ils s’étaient tous surpassés, quelle fête incroyable ! Alain avait loué une belle villa dans les terres. Il avait prévenu Catherine que le meilleur traiteur de la région leur cuisinerait ses plats préférés, qu’un serveur viendrait les leur servir « comme si on était les deux seuls clients d’un restaurant étoilé », mais elle n’en savait pas plus.

Christian et moi arrivâmes avant tout le monde. Je découvris, épatée, la villa. La salle où se tiendrait le dîner était pourvue de grands miroirs sans tain, ce qui nous permit de ne rien rater du spectacle, sans être vus. Pour être tout à fait certain de ne pas être remarqués, Christian s’installa à table et me demanda de parler depuis un des salons derrière un miroir. Ce que je fis. Ne me demande ni pourquoi, ni comment, mais j’entendais distinctement chacun de ses mots alors que ma voix ne lui était pas audible.

J’en eus la confirmation quand le Balafré arriva dans mon dos, qu’il me surprit en me prenant dans ses bras. Je criai et Christian ne l’entendit pas. Je lui expliquai en deux mots ce que nous étions en train de vérifier et lui demandai si c’était lui qui avait eu l’idée de cette villa. Il eut un sourire éclatant.

– Non ! Pour la villa, c’est le Notaire et le Bavard qui méritent tes louanges !

Arriva le moment que je redoutais un peu, tout en l’espérant vivement.

Tu veux toujours connaître mon vœu ?

Qu’il était radieux en prononçant ces mots ! Son visage semblait parcouru de décharges électriques qui faisaient palpiter les ailes de son nez, tressauter sa lèvre supérieure d’une façon extraordinairement sensuelle. Je sentis mon propre trouble dans le ton de ma voix.

– Tu oses me poser la question ? Combien de fois te l’ai-je demandé ?

Je n’ai jamais su s’il avait voulu faire durer le suspens ou si l’arrivée des premiers invités l’avait interrompu. Sa version varie à chaque fois que je lui pose la question. Il me désigna ces hommes qui arrivaient dans la salle à manger, saluant Christian qui leur donnait les consignes.

– Voici ma contribution !

Je les regardais, je ne pouvais m’empêcher de les jauger. Un autre groupe arriva. Je m’exclamai « Mais y’en a combien ? » quand je sentis la grosse main puissante du Bavard triturer mes fesses.

– Fais marcher ta tête, Monique ! Elle va faire combien, la Catherine ?

Euh… 33 ans…

– Alors, tu l’as, ta réponse !

Trente-trois hommes pour Catherine ! Je l’enviai tout en me demandant si je pourrais survivre à tant de plaisir. Joseph arriva, me salua. Comme toujours, ses mots étaient choisis et délicats. Le Bavard lui proposa d’aller saluer les collègues qui patientaient dans un autre salon, me laissant seule avec le Balafré. Je trépignais d’impatience.

– Alors ? Ce vœu ?

Avant qu’il ait eu le temps de me répondre, je perçus une agitation dans la salle à manger. Joseph venait de prévenir tous les participants de l’arrivée prochaine d’Alain et de Catherine. Toute la petite troupe partit se cacher dans les différents salons, seul un homme en smoking ne les rejoignit pas, il serait le majordome durant la soirée.

Je les regardais, machinalement, j’avais posé mes mains sur un miroir et m’y étais collée en me demandant lequel ferait quoi… et comment… et quand… Je sentis les lèvres du Balafré sur mon cou, il les faisait danser sur ma peau, de l’épaule jusqu’à l’oreille… ses mains couraient sur ma robe, remontant de mon ventre à ma poitrine… il fit glisser la fermeture Éclair d’une main et de l’autre caressa mon sein.

– Oh, Monique… !

– Pourquoi ce ton plein de reproches ?

– Tu… j’aurais voulu que tu portes un soutif… mais… sentir tes seins… tes jolis petits seins… savoir que tu étais nue sous ta robe… oh, Monique !

Je voulus me retourner pour voir ses yeux, son visage, son sourire, mais il m’en empêcha. Malgré notre intimité, malgré toutes les fois où nous avions couché ensemble, il n’osait affronter mon regard.

– Voici le vœu que tu me dois, Monique. Pendant tout le week-end, aussi longtemps que durera la fête, je te prendrai après chacun des partenaires avec lesquels tu coucheras, je ne jouirai pas en toi, cependant… je veillerai à m’arrêter avant et tu enchaîneras avec le suivant. À chaque fois, je te prendrai comme il t’aura prise… Et lorsque tu me supplieras, que tes supplications seront à la hauteur de ton désir pour moi, je jouirai enfin, là où tu le souhaiteras…

Je me retournai, le regardai droit dans les yeux.

– Pourquoi ce vœu ? Ce vœu si… particulier ?

– Tu le sais bien !

– Peut-être que je le sais… mais je veux que tu me le dises… je veux t’entendre me le dire…

– Parce que je suis amoureux de toi, Monique ! Je t’aime !

– Et tu sais pourquoi j’accepte…

– Parce que tu me dois un vœu et que tu es de parole !

Tu n’as donc pas compris ? !

– Qu’est-ce que je n’ai pas compris ?

– Mais… que je suis amoureuse de toi ! Que je t’aime !

– Mm… et Christian ?

– Je l’aime aussi, mais différemment… mon amour pour lui est aussi sincère que celui que j’éprouve pour toi… il est juste différent… mais… je… Quand tu ne viens pas partouzer avec nous, tu me manques… Je rêve qu’un jour tu viennes… que tu m’enlèves… comme ça… un jour comme les autres… un jour où je ne m’y attendrai pas… et qu’on passe un week-end… quelques jours ensemble… rien que toi… toi et moi…

– Et Christian le sait ?

– Bien sûr ! Pourquoi devrais-je le lui cacher ? Ce n’est pas honteux !

– Et il en pense quoi ?

– Il dit que tu es mon Valentino ! Et puis… il sait qu’il restera pour toujours l’homme de ma vie… Il t’aime beaucoup, tu sais… Il a beaucoup de respect pour toi, parce que…

– Parce que ?

– Parce qu’il aime te regarder quand on couche ensemble… parce que, comme il dit, il t’arrive souvent de me faire tellement l’amour que tu en oublies de me baiser… parce que tu sais me faire l’amour en me laissant rester salope aussi…

– Elle dit vrai, tu sais !

Christian nous avait rejoints et avait demandé aux partenaires de la soirée qu’il me réservait, de patienter dans un autre salon privé.

– Mais ça ne t’ennuie pas un peu ? Elle ne parle pas que de cul ! Elle parle de sentiments… d’amour ! Ça ne t’ennuie vraiment pas ?

– Pourquoi veux-tu que ça m’ennuie ? ! Au plus elle aime, au mieux elle aime, ma merveilleuse Monique !

– Tu voudrais bien me laisser ta place pour ce week-end ?

– Comment ça ?

– Je te regarde la baiser… tu la baises comme un fou… et après… je la prendrai dans ton foutre… oh ! Je voudrais vivre rien qu’une fois, ce que tu vis… ce que tu as la chance de vivre…

Les yeux de Christian s’emplirent de larmes, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Il déglutit bruyamment avant d’accepter. Mon cœur s’emballa quand ils se donnèrent l’accolade. Je me blottis contre eux et les embrassai… à tour de rôle… l’un après l’autre… encore et encore…

Christian remonta la fermeture Éclair de ma robe en me souriant. Je compris tout de suite ce qu’il voulait. Je penchai ma tête sur le côté… un regard coquin… un sourire enjôleur… le bout de ma langue entre mes dents… mes doigts sur son tee-shirt… les doigts du Balafré sur ma fermeture Éclair… Un cran… des sourires… un autre cran… d’autres sourires… leur sexe dur contre mes cuisses… mes doigts s’aventurant sur la peau de Christian… quelques crans encore… des encouragements… mes attitudes de Sainte-Nitouche… de Sainte-Quitouche comme le disait Toine… les mains soudain impatientes de Christian… ma robe totalement ouverte…

Je me retrouvai les mains plaquées sur le mur, le visage collé au miroir… ma robe ouverte dont Christian releva le bas… ses doigts qui me fouillaient… ses mots à mon oreille… « Tu aimes ça ? »… ses doigts qui me fouillaient davantage, à la recherche de la réponse… ses doigts qui la trouvèrent… « Fatché ! Oh oui ! Tu aimes ça… ! » … « Penche-toi davantage »… le bruissement du tissu d’un pantalon jeté à terre… À nouveau ses doigts… son gland qui me pénètre… Je remarquai à peine Catherine et Alain trinquant au Champagne, seuls au milieu de cette grande salle… Je me contractai autour de son gland, ce qui le fit durcir davantage… ses doigts remontèrent le long de mon ventre… j’aimais ces caresses romantiques et sauvages sur mes seins… Les premiers va-et-vient passionnés, de plus en plus brutaux… Christian me baisait exactement comme j’avais envie de l’être à ce moment précis…

L’orgasme montait en moi, comme une fusée de feu d’artifice monte dans le ciel… je le sentais monter… monter… enfler… m’envahir… monter encore… Christian et le Balafré m’exhortaient

– Laisse-toi aller !

– Vas-y ! Crie comme une chienne !

– Sors l’animal qui est en toi ! Libère-le !

– Oui ! Oui ! Encore ! Crie encore comme ça !

– Dis-le plus fort que c’est bon !

– Crie ! Crie, Monique !

– Regarde comme il se branle ! Il t’aime comme je t’aime !

– Oui ! Regarde-moi, Monique ! Regarde comme je me branle pour toi !

– Tu aimes ça ? Oh oui, Monique ! Crie-le encore que tu aimes ça !

– Regarde encore, Monique !

– Regarde-le ! Vé comme il aime nous mater quand je te baise !

Je perdis tout contrôle et la fusée explosa enfin. Comme le ciel noir est aspergé de lumières multicolores, l’orgasme qui éclata en moi colora de vie chaque cellule de mon corps… Je n’étais plus Monique, il n’était plus Christian, nous n’étions que jouissance… Je sentis les ondes de son plaisir monter en lui avant même qu’il n’explose en moi… Christian rugit. Lui aussi redevenait animal !

Dessin de Milo Manara

Il se retira. J’étais pantelante… Je m’affalai sur le sofa et, avec une joie infinie,  écartai mes jambes… mes cuisses… pour que Christian puisse montrer « son œuvre » au Balafré qui siffla, admiratif, avant de me rouler une pelle… Peu de mes partenaires m’embrassaient ainsi… nous en parlions parfois avec Catherine, nous étonnant de cet accès de pudeur de la part d’hommes qui par ailleurs se livraient totalement à nous.

Le Balafré posa mes chevilles sur ses épaules, me demanda d’écarter mes genoux au rythme de sa pénétration.

– Comme c’est bon de la baiser dans ton foutre tout chaud ! Putain… c’que c’est bon !

Je les regardais se sourire, j’aimais l’amitié qui les unissait… j’aimais en être l’origine… Le Balafré allait et venait en moi. Il avait écarté les deux pans de ma robe, mais avait refusé que je l’enlève… il regardait mon corps… il caressait mon ventre… mes seins… il écarta d’une main les lèvres de mon sexe et se saoula de la vue de mon clito bandé… luisant… il s’enfonça profondément en moi… « pour que mes poils noirs se tissent avec ta blonde toison » … Je souris, surprise de l’entendre utiliser une expression de Rosalie… Je me cambrai tant pour ne faire qu’une avec son corps, que j’étais presque en position de souplesse arrière, seul le dessus de mon crâne touchait le canapé. Je devais ressembler à une contorsionniste ! Christian s’exclama « Qu’elle est belle… » et ajouta « … ta Monique ! »

Je sentis le sexe du Balafré enfler. Ses va-et-vient se firent plus amples, moins saccadés… pour cette nuit, je serai sa femme, il pouvait donc me faire l’amour sereinenement. D’une voix douce, il me demanda

– Ma chérie, tu veux bien sucer mon ami ? Qu’il puisse goûter à la douceur de ta bouche quand je te baise…

Christian, qui ne bandait pas, refusa ma bouche d’un geste de la main. Je n’ai jamais su s’ils avaient mis au point ce scénario ou s’il naquit de la situation.

– Ne t’en fais pas, mon ami, les pipes de ma femme feraient bander un mort ! Allez, ma chérie, montre-lui ! Suce-le bien pendant que je te baise !

Christian s’approcha de moi, son sexe tout mou avait du mal à rester dans ma bouche. Je fermai les yeux. Le Balafré se pencha vers moi, me souleva un peu la tête et, dans un mouvement d’une assurance absolue, me fit pivoter. Je me retrouvai ainsi allongée sur le côté. Nous voulions me mettre à quatre pattes sans qu’il ne sorte de moi.

Quand ce fut chose faite, qu’il me prit en levrette, il remarqua que je rejetais la tête en arrière et comprit ce que je désirais. D’une main, il attrapa la queue de Christian qui reprenait un semblant de vigueur, me la fourra dans la bouche, tandis que de l’autre, il me tira les cheveux.

– Regarde mon ami dans les yeux, ma Monique ! Montre-lui comme tu suces bien les queues quand je te fourre !

Christian bandait tout à fait désormais. Je sentais à nouveau tout le plaisir de chacune de mes cellules vouloir converger au creux de mon ventre, en faire une boule de feu qui grossirait jusqu’à exploser les irradiant en retour. Je dégageai ma bouche.

– Je le sucerais mieux si tu me parlais, mon amour et si ton ami m’encourageait de ses mots…

Le Balafré, amusé, me dit

– Ce sera tout ?

– Non ! Baise-moi comme une salope ! Montre à ton ami comme tu sais bien le faire !

Je sentis l’excitation du Balafré à la crispation de ses doigts sur mes hanches. J’aimais « le faire à la parlante », comme on disait, mais ce soir-là, leurs commentaires me firent décoller bien plus vite, bien plus haut, bien plus fort que je ne l’aurais imaginé.

– C’est vrai qu’elle suce bien, ta petite femme !

– Regarde-le, Monique !  Fais-lui ton regard de salope !
Oui… comme ça… suce-lui bien la pine !

– Oui ! Regarde-moi comme ça !

– Tu aimes comme elle te suce ?

– Oui ! Fatché ! Elle s’y connaît ! Elle suce toujours comme ça ?

–Regarde, si je lui touche le clito…

Je grognai de plaisir, la bouche pleine du sexe de Christian.

– Hummm que c’est bon quand elle grogne… ! Avale, avale ma queue !

– Tu veux que je la fasse rugir ?

– Oh oui ! Montre-moi comment tu t’y prends !

– Regarde…

Tout en allant et venant en moi, le Balafré posa un doigt sur mon petit trou et entreprit de l’enfoncer. Je criai de plaisir.

– Ouch… tu as raison, c’est bon quand elle rugit…

– Elle ne rugit pas encore… regarde comment il faut s’y prendre…

Il se retira lentement, du bout de ses doigts récolta un peu de nectar au fond de ma chatte et s’en servit pour lubrifier ses doigts qui entrèrent dans mon cul comme dans du beurre. Je poussai toute une gamme de cris. Je sentais mon ectoplasme à l’étroit dans mon corps, mais il y restait coincé… pour la première fois de ma vie, je me demandai comment faire pour le libérer.

– Regarde ! Regarde comme elle me tend ses fesses ! Tu vois ?

– Tu ne vas pas l’enculer, tout de même ! Pas devant moi…

Je sentis la salive du Balafré sur mes reins et celle de Christian sur mon omoplate, ils étaient aussi excités que moi !

– Elle n’attend que ça !

– Tu crois ?
Dis-moi, Monique… tu veux bien que… que ton… que ton mari t’encule devant moi ?

Je grognai « Oui ! », la bouche pleine du sexe de Christian qui l’avait enfoncé encore plus profondément dans ma bouche. Une claque sur mes fesses « On ne parle pas la bouche pleine ! » libéra mon ectoplasme.

Je nous vis, moi à quatre pattes, bien plus cambrée que je ne l’aurais imaginé, Christian dans ma bouche, une main sur sa hanche, l’autre caressant mon visage, la cicatrice brune du Balafré apparaissant, disparaissant entre mes fesses si blanches, apparaissant disparaissant encore, ses mains qui couraient sur mon corps, les miennes qui se crispaient sur un coussin du sofa.

Ils n’avaient pas interrompu leur conversation, mais fascinée par le spectacle de nous trois dans ce petit salon, je ne la captais que par bribes…

– Mais bien sûr que si ! Elle est en train de rugir !

– Ne dis pas n’importe quoi ! Elle miaule à peine !

– Ça ne peut pas être mieux que ça…

– Attends et tu vas voir ce qu’elle peut offrir, ma petite femme…

J’aurais voulu qu’ils fussent mille et que ces mille me prissent mille fois, de mille manières, au même moment ! Mon sang galopait dans mes veines avec la fougue d’un troupeau de tauraux sauvages à la poursuite d’un seul objectif, le plaisir.

– Allez ! Lâche tout, ma Monique ! Lâche tout !
Libère la lionne qui est en toi !

– Il a raison ! Lâche tout, ma… sa…

Mon ectoplasme captura leur regard au vol.

– … notre Monique !

– On ne sera pas trop de deux, si tu veux mon avis…

Alors, Christian fit l’amour à ma bouche, pendant que le Balafré le faisait à mes fesses, leurs mains se complétaient idéalement pour aimer le reste de mon corps. Toute mon animalité put enfin sortir de moi dans un incroyable rugissement. Le Balafré ne put ou ne voulut se retirer à temps, il jouit en criant presque aussi fort que moi, que Christian dont le sperme avait le goût du meilleur des nectars.

J’étais vidée ! Le Balafré et Christian m’apprirent qu’ils avaient convié les membres de notre « amicale » à une partouze pour les remercier d’avoir permis à Alain d’offrir ce beau cadeau à Catherine…

Catherine ! Je l’avais presque oubliée ! Catherine et ses trente-trois amants d’un soir ! Pourvu qu’elle ne succombe pas à tant d’hommes… j’étais vidée… comment ferait-elle ? Je demandai quelques minutes de répit, le Balafré me répondit

– Bien sûr ! Et puis… tu dégoulines de partout… il va falloir faire appel à un nettoyeur…

Pourquoi cet air de dégoût ? Lui et Christian étaient plutôt amateurs du spectacle de mon corps ruisselant, couvert de sperme… J’eus la réponse dès que le nettoyeur entra dans la pièce et qu’ils me racontèrent son histoire.

Je ne suis pas cruelle, si vous souhaitez savoir ce qui arriva ensuite, il vous suffit de cliquer ici !

 

 

 

 

Chroniques matrimoniales – Tout finit par des chansons

Nous roulions depuis peu quand nous aperçûmes Rosalie qui revenait du village, le Balafré lui proposa de la déposer, ce qu’elle refusa

– Je préfère marcher un peu, mon garçon !

Devant son air dépité, elle eut un sourire amusé, sembla le reconnaître.

Mais ne serait-ce donc pas le jeune Sherlock Holmes qui pense avoir reconnu qui se cachent derrière les surnoms que j’ai donnés ?

Elle l’invita à la suivre, je restai seule dans la voiture et les regardai s’éloigner avec des airs de conspirateurs. Je ne distinguais que la danse de leur dos, le Balafré enfonça ses poings dans ses poches, shoota dans un caillou, l’air satisfait. Rosalie lui ébouriffa joyeusement les cheveux, puis ils revinrent vers moi.

– Il avait vu juste ?

– Oui !

– C’était qui ?

– Ça, ma petiote, c’est à lui de te le dire !

Rosalie m’embrassa, me fit un clin d’oeil et s’en alla en sifflotant. Le Balafré prenait tout son temps, je décidai de le laisser profiter de cet instant. Au bout d’un temps qui me parut durer une éternité, en réalité ce n’était qu’une poignée de secondes, je n’y tins plus.

Alors ? C’était qui ?

Le Balafré sourit, mais demeura silencieux.

– Tu vas me le dire ?

– N’y compte pas !

Le Balafré démarra la voiture, comme si de rien n’était, comme s’il ne me laissait pas sur des charbons ardents. Je jouais toute une gamme de supplications pour le faire infléchir. Tout d’abord, je pris un air de chien battu, tentant de faire trembler mon menton, joignis les mains dans une prière improbable, plissai les yeux en espérant faire jaillir une larme, pris un ton pleurnichard.

S’il te plaît…

Le Balafré me regarda et se contenta de sourire. Je me fis câline, pris ma voix la plus douce, lui caressai la joue d’une main légère.

– S’il te plaît… allez… dis-le moi… !

Le Balafré prit une profonde inspiration, me regarda entre tendresse et émotion, son joli sourire jurait avec le non qu’il faisait de la tête.

Nous étions arrivés devant la maison quand j’eus l’idée du siècle, l’argument auquel il ne pourrait résister. Je me fis intransigeante et tandis que nous entrions dans la salle à manger, le menaçant d’un index sévère, lui dis

– Je te préviens, si tu ne me dis pas immédiatement qui c’est, tu n’auras plus jamais… plus jamais tu entends ? Tu n’auras plus jamais droit à mes faveurs ! Plus jamais je ne te sucerai, plus jamais je ne te caresserai, plus jamais je ne t’offrirai mon corps, mon cul, ma chatte, ma bouche… plus rien ! Et qui sera bien puni ?

Le Balafré éclata de rire, me fit signe d’approcher, descendit sensuellement la fermeture Éclair de son pantalon, sortit sa queue déjà dure et gonflée, il caressa du bout du doigt la longue cicatrice brune. Je sentis une bouffée de désir s’emparer de moi, je savais que mes yeux brillaient, que mes joues s’empourpaient, ma langue humectait mes lèvres… comme j’avais envie de lui ! Je levai les yeux, il me sourit et en silence fit mine de se rhabiller.

Tu as posé la bonne question, Monique ! Lequel de nous deux sera bien puni ?

Je le renversai sur le canapé en le traitant de salaud, avant de rire avec lui quand Christian fit son entrée.

– Ai-je bien entendu le mot « punition » ?

Je sus immédiatement sur qui elle s’abatterait… Ils montèrent à l’étage chercher le banc. Je les entendais rire et chuchoter assez fort pour que je sache qu’ils conspiraient, mais trop bas pour que je puisse savoir ce qu’ils mijotaient.

Depuis mon installation au village, j’avais pris goût au rituel de l’apéro. Chez mes parents, on ne servait l’apéritif que pour les grandes occasions, anniversaires, Noël, diplômes ou les rares réunions familiales auxquelles ne participaient que ma famille paternelle. Je ne les appréciais pas plus que ça, l’ambiance guindée faussement décontractée, les petits fours en quantité insuffisante qu’on devait manger avec parcimonie pour ne pas prendre le risque de se couper l’appétit et je n’avais droit qu’à un verre de soda.

Je n’avais jamais bu de Pastis avant que Christian m’y fasse goûter. Ici, j’avais aussi appris à aimer la simplicité des tartines de pâté, de tapenade, les olives et les éclats de rire, l’odeur de l’anis, le bruit des glaçons qui s’entrechoquent… J’aimais beaucoup les préparer, surtout quand je devais les improviser. Je chantonnai ce tube dans la cuisine tout en écoutant Christian et le Balafré installer le banc, il me fallut un peu de temps avant de remarquer qu’ils en sifflaient la mélodie.

Quand j’entrai dans la salle à manger, je les trouvai installés devant la table. Ils avaient sorti une piste de dés et semblaient vouloir débuter une partie de 4 21. Je m’exclamai

– La Provence dans toute sa splendeur ! Soleil, pastis, partie de dés, deux beaux mecs à l’accent chantant… que rêver de mieux ?

Ils se regardèrent, complices, un sourire coquin s’épanouissait sur leur visage, mais je me souvins de la sanction que j’avais promise au Balafré… pensant trouver un soutien auprès de Christian, je me plaignis et lui annonçai fièrement.

– Pour toi, c’est d’accord, mais lui… NON ! Il ne le mérite pas ! Tu sais, il ne veut même pas me dire qui il a reconnu !

– On a qu’à jouer ça aux dés !

L’idée me parut excellente. Nous inventâmes cette règle, un mélange de 4 21 et de strip-poker. À chaque tour, le vainqueur donnait un gage au perdant qui devait l’exécuter. Christian remporta la première manche et demanda au Balafré de retirer son tee-shirt. J’étais un peu dépitée parce que j’avais cru qu’il lui demanderait de répondre à la question qui me taraudait. Je râlai un peu pour la forme, mais au fond de moi, cette attente m’excitait beaucoup, je la trouvais plaisante.

Je perdis le deuxième tour, remporté par Christian.

– Ôte un de tes vêtements !

– Mais je ne porte qu’une robe !

– Comme ça, tu ne perdras pas trop de temps à réfléchir !

J’aurais voulu protester, ne serait-ce que par principe, mais un rayon du soleil couchant fit étinceler l’alliance au doigt de Christian, alors je lui dis « Oh Christian… comme je t’aime ! » Ce qui les surprit.

Nous étions tous trois dévêtus quand je pus enfin obliger le Balafré à me répondre. Malheureusement, les verres que j’avais bus entre temps avaient produit leur effet et je m’embrouillai

– Donne-moi un indice !

Soulagé, il me répondit

Un indice ? La Provence ! Oui, au moins l’un d’entre eux était provençal !

Non ! Non ! Non ! Tu dois me dire qui exactement !

Le Balafré fronça les sourcils.

Tu n’as droit qu’à un gage !

– Tu n’es pas dans ta classe et je ne suis pas ton élève !

Quoi ? Quoi ? Quoi ? Rébellion ? On trace des rails de train dans la purée ? !

Cette phrase, qui ne voulait rien dire, fut dès lors comme un mot de passe entre nous trois. Mot de passe annonciateur de rieuses sanctions.

Je pris un air contrit, me levai et présentai mes fesses au Balafré pour recevoir une fessée « bien méritée », c’est alors que le jeu prit une toute autre tournure. Christian proposa de me bander les yeux, que je m’installe sur le banc, pendant qu’ils lanceraient les dés, le vainqueur ferait autant de va-et-vient qu’il aurait marqué de points.

Je me mis à quatre pattes et entendis rouler les dés. Le Balafré remporta la première manche, fit 12 mouvements dans ma « petite chatte si accueillante ». Christian remporta la suivante, 10 va-et-vient seulement.

– Encore, mon chéri ! Ne t’arrête pas !

Une claque sur mes fesses « pour t’apprendre la politesse ». Je me cambrai. « Et en plus, elle en redemande ! ». Je m’enivrais de ce mélange de sensations, aveugle, je cherchais à deviner à combien de va-et-vient j’aurais droit. Christian remporta une bonne dizaine de manches successives, je le reconnaissais à ses pénétrations, mais avant tout à sa façon de poser sa main sur mon épaule.

Mais c’est toujours toi qui gagnes ou tu joues tout seul ?

Christian éclata de rire. Ils relancèrent les dés.

Ma parole, tu as une chance de…

Une chance de cocu ?

Je me raidis, faillis arracher mon bandeau.

Ne dis pas n’importe quoi, mon chéri ! Tu n’es pas cocu ! C’est comme ça que tu aimes et c’est comme ça que j’aime ! Tu serais cocu si je faisais ça dans ton dos, en te jurant l’exclusivité ! Nous, c’est pas pareil, c’est… du partage !

Tu as raison, je ne suis pas cocu, mais ça m’amusait de le dire…

Il se retira… zut ! Cette fois, il n’avait marqué que 7 petits points… Mais après être sorti de ma chatte, il me demanda d’ouvrir « ta jolie bouche pleine de sagesse ». Encore 6 va-et-vient, juste assez pour me faire saliver de désir. Je m’en plaignis pour la forme et les suppliai de me prendre tous les deux, je n’en pouvais plus de ces coïts interrompus… Les dés roulèrent et je reconnus enfin le Balafré.

Ah ! C’est pas trop tôt !

Une claque sur mes fesses.

Merci !

Quand je te disais qu’elle adore ça !

Je ronronnais, miaulais, grognais, j’aimais sentir mes chairs s’ouvrir pour accueillir leur membre, leurs doigts, j’aimais ces baisers tendres sur ma bouche qu’ils m’offraient en supplément.

Quand je jouis pour la première fois, je surpris Christian qui allait et venait lentement, profondément en moi. Alors, le jeu connut une première variante : quand le vainqueur de la manche me prenait, il devait s’efforcer de me faire jouir dans le temps imparti, ils me connaissaient assez pour savoir quelles caresses, quelles morsures me propulseraient vers l’orgasme. Juste avant de me faire jouir, le vainqueur faisait un signe au perdant qui forçait mes lèvres de son gland. Je me sentais tellement fière de leurs compliments, n’importe qui les qualifieraient d’obcènes, mais je les recevais comme autant de marques de respect, parce que c’en étaient.

Il y eut quelques matchs nuls, je devais désigner le vainqueur, mais à chaque fois je demandais « les deux en même temps ! ». Je faillis pleurer de bonheur quand, après le premier « ex-aequo » et mon premier « les deux en même temps ! », Christian s’exclama

Ô ma Monique, mon amour, si tu savais comme je t’aime !

Et que le Balafré lui répondit

Quel veinard tu fais ! Monique est une déesse de l’amour !

Mon estomac se mit à gargouiller et je réalisai que nous n’avions toujours pas dîné. Christian voulut préparer de quoi grignoter un peu, mais le Balafré lui dit « Laisse, je m’en occupe ! » et partit dans la cuisine en chantonnant. Qu’il était bruyant ! À croire qu’il prenait une casserole pour taper sur une autre ! Il claquait les portes des placards avec une telle force que je faillis lui demander de faire attention, mais les baisers de Christian, ses caresses sur mes seins, sur mon ventre, me firent jouir si fort que j’oubliais tout le reste.

Christian jouit en moi, en me remerciant de tout le bonheur que je lui offrais, d’être la femme que j’étais, me répétant son amour.

Reste en moi, mon amour !

Mais le Balafré était déjà de retour… Christian se retira pour lui laisser la place, ses doigts écartaient mes petites lèvres, il prenait son temps, regardait ma chatte pleine du sperme de son ami, le bout de son gland à l’entrée de mon vagin, il me prit au ralenti, millimètre par millimètre… je m’exclamai

Aloune ? !

Un éclat de rire général retentit.

– Ô pute vierge, je suis démasqué ! Pas moyen de te baiser incognito ! Mais ne m’appelle plus « Aloune », je m’appelle Alain !

C’est bien ce que j’ai dit… Aloune…

Tiens, voilà pour toi, petite impertinente !

Alors que je me cambrai pour accueillir la fessée, Alain me pénétra de tout son long, d’un seul coup de reins. Sous l’effet de la surprise, je relevai la tête et ma bouche s’ouvrit. Catherine en profita pour me rouler une pelle.

– Ô pute vierge, elles se gouinent encore !

D’une voix féline, terriblement sensuelle, Catherine demanda « Y’en a que ça dérange ? » avant de détacher le bandeau qui me masquait la vue. Qu’elle était rayonnante ! Nos regards se croisèrent, elle me sourit, nous nous comprîmes sans avoir à parler. Elle s’approcha de moi, je me redressai un peu, la queue énorme d’Alain toujours en moi et dégrafai un à un les boutons de sa robe, libérant ainsi sa magnifique poitrine opulente que j’aimais tant. Je léchai un de ses seins, caressai sa joue avant de demander à mon tour « Y’en a que ça dérange ? »

– Les diablesses ! Vé… elles me refont bander !

Christian exhibait son sexe gonflé, il rayonnait de bonheur. Le Balafré corrigea son propos

Plus qu’à des diablesses, nous avons affaire à deux déesses… les déesses de l’amour…

Il lança les dés et annonça « nénette ! ». Je ne sais pas si tu connais les règles du 4 21, «nénette » c’est le plus petit nombre de points qu’un joueur puisse faire 2,2,1. En l’annonçant, le Balafré reconnaissait sa défaite, Christian s’approcha de Catherine, souleva sa robe déjà déboutonnée et constata, ravi, qu’un homme avait déjà joui en elle, puis, se ravisant « ou peut-être deux ? Où préfères-tu que je te prenne, belle Cathy ? » La réponse collective fusa « Dans le cul ! ». Catherine resplendissait, heureuse de nous savoir enchantés qu’on l’aime pour ce qu’elle était, une femme à l’appétit sexuel insatiable, une femme qui prenait plaisir à en offrir. Elle m’embrassa amoureusement, nous étions semblables, mais nous ne fûmes jamais rivales, nous nous aimions avec naturel et simplicité, avec une évidence que nous n’avons jamais cherché à qualifier, à expliquer.

Oh oui, Christian ! Comme ça… !

Puis, me regardant

Il encule vraiment bien, ton mari !

– Le tien aussi… quand il daigne honorer mon cul… !

Té, Monique ! S’il n’y a que ça pour te faire plaisir…

Je sentis son doigt sur mon petit trou, comme si du pouce, il voulait en éprouver la souplesse. Il se retira presqu’à regret de ma chatte et me prit les fesses. Malgré la taille monstrueuse de sa queue, il savait s’y prendre pour que ce ne soit jamais douloureux. J’avais fermé les yeux pour mieux profiter de cette sensation et quand je les rouvris, je fis signe au Balafré d’approcher. Nous le suçâmes tout en continuant à nous embrasser à la salope.Dessin_1443

Ô pute vierge ! Elles me font venir ! Je viens… ! Je viens !

Alain voulut se retirer, mais je le supplai

Non ! Pour une fois, je veux tout dans mon cul ! Tout rien que pour m… ooohhh… c’est si bon quand tu… ooohhh…

Pour me faire taire, mon mari attrapa la queue du Balafré et me l’enfonça dans la bouche. Catherine criait son plaisir, encourageant Christian, le félicitant « Comme tu m’encules bien, Christian ! Au plus tu me baises… aaahhh… au plus… ooohhh… tu me fais jouir ! ». Quand Alain se retira, il écarta mes fesses pour que ses comparses puissent admirer « son oeuvre ». Le Balafré toucha mon anus d’une caresse légère, ce qui me fit jouir. Mon orgasme déclencha le sien, suivi de peu par celui de Christian.

Nous étions tous les cinq repus de plaisir. J’ai toujours aimé ces moments post-orgiaques, comme les nommait le Notaire, ces moments où nous nous affalions dans les bras des uns les autres, où nos caresses et nos baisers n’avaient pour toute fonction que de nous apaiser… Je demandai à Catherine s’ils voulaient partager notre repas.

Tu as vu l’heure, Monique ? Non, nous avons déjà dîné ! Nous sommes venus pour vous dire que nous ne serons pas là ce week-end…

Elle regarda Alain avec un amour infini.

Parce que mon mari m’offre un week-end romantique, rien que tous les deux en amoureux pour mon anniversaire !

Nous les félicitâmes. J’aidai Catherine à se rhabiller, caressant sa poitrine si excitante, je l’embrassai et lui souhaitai en avance un joyeux anniversaire. Quand ils sortirent de la maison, Christian ouvrit la fenêtre et leur cria « À dimanche soir, alors ! », puis se retournant, il demanda au Balafré

Que fais-tu ce soir après dîner ?

Sur le même ton, tout en me désignant, il lui répondit

J’aurais tant aimé bien l’enculer… !

Et arriva enfin le moment où Le Balafré demanda à Monique d’exaucer son vœu

Chroniques matrimoniales – La vie n’est rien sans l’amitié

Quand nous entrâmes, nous fûmes accueillis par Pierrot, Toine et Nathalie. Valentino semblait mal à l’aise, gêné comme s’il avait revêtu un costume qui n’était pas à sa taille, coupé à ses mesures. Il répondait à nos question parfois de façon très détaillée, mais le plus souvent très laconique. Il semblait avoir perdu de son assurance, tout en ayant gagné des certitudes. C’était très étrange. Petit à petit, un malaise s’installait, nous étions loin des retrouvailles joyeuses que nous nous étions imaginées. Pierrot parut plonger dans les yeux de Valentino, il hocha la tête, ils se levèrent et sortirent dans le jardin. Je racontai nos retrouvailles à Toine et à Nathalie puis la discussion s’éteignit comme une chandelle totalement consumée.

Il fallut leur retour à l’intérieur de la maison pour que je m’aperçoive de la faim qui me tenaillait. Je réalisai par là même que Valentino n’avait pas mangé non plus. J’étais à mes fourneaux quand Pierrot me prit par la taille, son souffle chaud dans ma nuque me réchauffait le cœur, il me murmura

– Ne t’en fais pas, ma Rosalie… Valentino a besoin de tuer ses démons, il a besoin de moi comme j’ai eu besoin de Nathalie, comme Toine a eu besoin de toi.

Comme si ses mots m’avaient ôté un poids sur les épaules, je respirai à plein poumons. La lumière parut refaire son apparition dans la maison en même temps que la légèreté. Valentino, Toine et Nathalie entrèrent dans la cuisine comme si notre éclat de rire avait été le signal convenu. Tout en disposant deux assiettes sur la table, Pierrot répondit à la question muette que tous nous posaient.

Cette créature est une diablesse ! Non ! Pire ! C’est une…

Toine entra immédiatement dans son jeu.

Une… une Normande, tu veux dire ?

Exactement ! Tu ne crois pas si bien dire !

Comme intimidé par l’assiette posée devant lui, Valentino nous regardait, Toine frotta une gousse d’ail sur une tranche de pain rassis, y versa un filet d’huile, la lui tendit et d’une voix très douce, que je ne lui avais pas entendue depuis des années, l’invita à manger. Valentino croqua dedans, ferma les yeux pour mieux goûter ce moment, avant de manger la soupe que je venais de réchauffer. Après quelques minutes d’un silence interrompu par le bruit de nos cuillères, il leva ses yeux emplis de larmes.

Merci !

Nathalie, toujours aussi curieuse, nous demanda la raison de notre éclat de rire et pourquoi Pierrot me traitait de diablesse.

Je venais de lui dire que Valentino a besoin de chasser ses cauchemars, qu’il a besoin de moi comme j’ai eu besoin de toi, comme Toine a eu besoin de Rosalie à notre retour…

Ouh, fan de Diou ! Tu veux dire tout… tout pareil ? !

Prenant l’assistance à témoin, je désignai Nathalie

Ah… tu vois !

Toine se bidonnait, Valentino sourit enfin. D’un sourire où l’indulgence s’unissait à une tendresse incroyable, au soulagement aussi. Avant que le jour se lève, Toine partit avec lui pour lui indiquer une cachette sûre en attendant des jours meilleurs. Nathalie rentra dans ses foyers, je restai seule avec Pierrot.

Que signifient ce regard et ce sourire ?

Je suis tellement heureuse…

Que Valentino soit de retour parmi nous ?

Oui, mais…

Mais ?

Mais surtout que tu sois l’homme que tu es, mon Pierrot ! Et tous… la Nathalie, le Toine… Barjaco aussi… vous êtes tous si… si… je ne trouve pas le mot !

Pierrot caressait ma joue, m’embrassait dans le cou, me répétant son amour. Nous sortîmes de la maison. J’avais laissé un mot sur la table de la cuisine pour qu’Antonella et Léonie ne s’inquiètent pas. Ce n’était pas la première fois qu’elles trouveraient la maison vide à leur réveil et savaient parfaitement se débrouiller toutes seules.

Imitant Pierrot, j’enfourchai ma bicyclette. Depuis toutes ces années, la région n’avait plus aucun secret pour moi, je connaissais chaque lieu où l’on pouvait s’ébattre à l’abri des regards indiscrets et à la vue des regards complices. Je calculai mentalement et à toute vitesse, le temps dont nous disposions, la distance qui nous séparait des différents endroits susceptibles de nous convenir, quand Pierrot fit allusion à ma façon de diriger un attelage « à la mode normande ». Je compris où il voulait que nous allions. C’était notre cachette, notre endroit rien qu’à nous, aucun autre homme ne m’y avait jamais culbutée et Pierrot n’y avait jamais culbuté aucune autre femme. Cette grange au milieu de nulle part, où nous avions fait une halte après sa demande en mariage et notre passage chez le notaire.

Il n’aurait pas pu choisir meilleur endroit. Vingt ans après, j’étais dans le même état d’esprit que ce premier samedi du mois de mai 1919. Je montai à l’échelle quand il me complimenta, dès qu’il me rejoignit, je lui dis « Question beauté et fraîcheur, tu n’es pas en reste, mon Pierrot ! » Il fit semblant de ne pas avoir compris, « avé ton assent… »

Je lui répétai au moins dix fois, modulant ma voix, variant ses inflexions, tournant autour de lui comme un maquignon le ferait dans une foire aux bestiaux. Je faisais mine de tâter ses muscles, tout en le déshabillant. Quand il fut totalement nu, je caressai ses gonades du dos de la main, remontai le long de son membre et, le regardant droit dans les yeux, lui répétai une fois encore

– Question beauté et fraîcheur, tu n’es pas en reste, mon Pierrot !

Vingt années s’étaient écoulées, mon corps s’était épanoui, mais comme je l’aimais mon corps qui me le rendait si bien ! J’aimais l’aisance avec laquelle il s’emboîtait à celui de Pierrot. Mon Pierrot qui me scrutait, semblant chercher à découvrir des trésors qu’il connaissait pourtant par cœur.

Laisse-toi faire, ma Rosalie…

Il écarta mes cuisses d’une caresse délicate. J’étais debout face à lui. Avant de s’agenouiller devant moi, il caressa mon « joli petit ventre », me sourit en faisant semblant de découvrir la blondeur de ma toison, « blonde comme les blés », embrassa mon cou, mes épaules, mes seins.

Je n’en pouvais plus de désir, mes jambes tremblaient tant mon impatience était grande. Je manquai de défaillir quand ses doigts écartèrent mes lèvres. Il me demanda d’une voix craintive, comme on quémande une faveur, s’il pouvait encore « se régaler les yeux de tant de beauté ».

Dès sa requête « laisse-toi faire », je savais qu’il me voulait passive. Je veux dire, je savais que je ne devais prendre aucune initiative, je ne devais ni le caresser, ni l’embrasser, pourtant, j’en crevais d’envie, je ne devais anticiper aucune de ses caresses, aucun de ses baisers, pourtant je me sentais brûler de désir.

Quand sa langue me lécha, je laissai échapper un grognement animal, mes mains s’agrippèrent à ses cheveux, j’aurais dû me taire, mais je psalmodiai « Ô Pierrot ! Ô mon Pierrot ! Oh, c’est si bon ! » entre deux cris bien plus sauvages, entre deux plaintes de plaisir animal.

Sa voix était rauque lorsque, ses mains sur mes hanches, il me demanda de danser sur sa langue. Mes yeux étaient clos, ma tête rejetée en arrière, pourtant, j’aurais pu décrire l’étincelle de son regard rien qu’en sentant son souffle sur ma peau…

Je me demandais combien de temps allait durer ce supplice qu’il s’infligeait ainsi quand une onde de plaisir me traversa de part en part avec la puissance d’une lame de fond. S’il ne m’avait pas tenue aussi fermement, je serais tombée à la renverse… Il poussa un cri, une sorte de juron amusé, j’ouvris enfin les yeux, desserrai mes doigts et regardai dans ma paume, les cheveux que je venais de lui arracher.

Comment me faire pardonner, mon Pierrot ?

Il s’allongea sur le sol où ne subsistaient, ici et là, que quelques brins de paille séchée et me demanda de le chevaucher. Je m’accroupis au-dessus de son membre. Bon sang ! Son gland était d’un pourpre presque noir ! J’avais appris à estimer la puissance de son désir, le degré de son excitation à la couleur de son gland. Au plus il était sombre, au plus il était proche de l’explosion. Je ne voulais pas qu’il jouisse trop vite, je voulais qu’il profite lui aussi, lui offrir autant de plaisir qu’il m’en offrait.

Ma Rosalie, nous n’avons plus trop de temps devant nous !

En disant ces mots, il m’empala brutalement. Mon plaisir explosa une nouvelle fois et le cri qu’il poussa en jouissant remonta le long de ma colonne vertébrale. Nous préférions ne pas nous arracher l’un à l’autre tout de suite après son orgasme. J’aimais, nous aimions profiter de ces longues minutes où mon puits d’amour palpitait autour de son sexe qui perdait peu à peu de sa raideur. Nous aimions nous dire de jolies phrases, les yeux dans les yeux, son sourire répondant à mes mots, le mien répondant aux siens. Il caressa ma joue.

Ma Rosalie, si je te demandais ce que tu veux, que me répondrais-tu ?

Que les vingt prochaines années soient aussi belles que les vingt dernières…

Pierrot fit la moue. Ce n’était pas la réponse qu’il avait espérée, je le savais parfaitement. L’air contrit, je haussai les épaules et me plaignis

Mais c’est ta faute, Pierrot ! Si tu ne m’avais pas ôté le corsage…

avant de lui tirer la langue et de lui faire un clin d’œil malicieux. Il me traita de bougresse et nous roulâmes enlacés dans la poussière de paille, comme deux gamins heureux de profiter d’une récréation inattendue.

ba9d5ab3a97d228cfe9c6b0d929f6bbaIl était temps de nous rhabiller, d’enfourcher nos bicyclettes et d’aller travailler. Quand nos chemins se séparèrent, il allait aux champs et moi dans les bureaux du père de Toine, Pierrot me houspilla « C’était bien la peine de te couper les cheveux… ! » et ôta les brins de paille qui s’y étaient logés avant de m’embrasser et de me souhaiter « la bonne journée ».

Le récit de Rosalie se poursuit ici…

 

Mais entre temps, Monique nous raconte d’autres jolis souvenirs, si vous souhaitez les découvrir, cliquez donc là !

Chroniques matrimoniales – L’absence est à l’amour ce qu’est au feu le vent, il éteint le petit, il allume le grand

J’étais déjà la maman de mes deux filles quand Valentino s’en est allé. Oh, ne va pas t’imaginer que ce fut chose aisée, ce ne fut le cas pour aucun d’entre nous. Pierrot et Toine l’auraient bien suivi, et, pour tout dire, Nathalie et moi aussi. Nous étions tous exci­tés par la perspective de voir notre idéal appliqué à grande échelle, à l’échelle d’un pays, mais la vie en a décidé autrement.

Je ne pourrais te dire si c’est tant mieux ou tant pis, je ne me pose pas ce genre de questions. Refaire l’histoire, la réécrire à la lumière de ce que nous en savons aujour­d’hui, très peu pour moi !

Je pourrais aussi te dire que ce furent les pires années de ma vie, mais je mentirais. Bien sûr, son corps me manquait, sa peau, ses cheveux, ses yeux, son sourire, ses mains, sa voix, ses « Rosalinetta », sa bouche, son membre et comment nous en jouissions, sa barbe, sa moustache… nos discussions aussi me manquaient cruellement.

Ces soirées où nous nous retrouvions tous les cinq, souvent plus nombreux, à parler de nos espoirs, de nos craintes, ces longues journées où nous ne nous contentions pas de refaire le monde, mais pendant lesquelles nous cherchions comment appliquer nos principes au quotidien. Comme je te l’ai déjà expliqué, l’anarchie n’est pas l’absence de règles, de lois, c’est l’absence d’un pouvoir, d’une autorité qui nous serait supé­rieure, à laquelle nous devrions nous soumettre sans avoir notre mot à dire. C’est la définition que nous donnions à ce magnifique idéal.

Il ne faut pas que tu tombes dans les clichés, la vie n’est pas qu’une suite d’événe­ments, elle ne peut pas se ranger dans un album-photos, ou dans ce cas, il faudrait pouvoir y inclure tous ces jours, toutes ces heures entre deux « Clic-clac, merci Kodak »

Par exemple, être anarchiste, c’est être contre la propriété privée, puisque ainsi que l’a écrit Proudhon, « la propriété c’est le vol ».Or, Pierrot et moi étions propriétaires de notre maisonnette, quelle belle contradiction, n’est-ce pas ? Voilà le genre de discus­sions que nous avions entre nous. Comment concilier anarchisme et propriété ? Nous étions rebelles à toute doxa, nous le sommes toujours, ce fut notre façon de vivre avec nos contradictions, nos incohérences.

Pour Pierrot et moi, il était hors de question de nous soumettre à un principe, si ce principe devait nous rendre malheureux. Nous aimions cette maison que nos com­pagnons nous avaient aidés à restaurer, aussi, nous décidâmes, avant même la fin des travaux, qu’elle servirait de halte à tous ceux qui le souhaiteraient, elle deviendrait un oasis pour nos compagnons qui en auraient besoin. Voilà comment nous assumâmes cette contradiction. Je te donne cet exemple pour que tu puisses comprendre notre état d’esprit.

Valentino était donc parti en Espagne depuis bien longtemps, je veux dire, il avait rejoint Valencia dès 1932, dès le début, avant que ça se mette à chauffer, avant la tra­hison de nos « alliés », avant la rébellion de Franco, le débarquement de ses troupes, avant les bombardements, avant la catastrophe, avant l’anéantissement.

Nous avions de ses nouvelles de façon chaotique, parfois trois lettres dans la même semaine, parfois nous restions des mois entiers sans rien recevoir. J’écris « nous » parce que ses lettres nous étaient destinées. Les seules lettres d’amour que Valentino m’ait écrites, il me les a toujours remises en mains propres. « Rosalinetta, à quoi bon écrire des mots d’amour, si je ne suis pas près de toi à contempler leur reflet dans tes yeux quand tu les liras ? » Il est comme ça, Valentino et c’est ainsi que je l’aime !

La vie au village s’écoulait paisiblement dans cette période troublée, nos enfants grandissaient, le père de ton Christian était pensionnaire en ville… quand je pense qu’il fut le premier lycéen de la famille, le premier bachelier !

Nous pratiquions toujours l’amour en groupe, notre cercle de relations était fluc­tuant, parfois il rétrécissait, parfois il augmentait. Mais un socle restait inébranlable, celui de « l’amicale des anciens combattants ». Nous nous rencontrions au moins trois fois pas mois, nous étions devenus tellement complices, qu’ils acceptaient volontiers de se prêter au jeu des saynètes érotiques, mises en scène et costumées par nos soins. Comme nous riions ! Comme nous jouissions !

Puisque je t’ai expliqué mon aversion aux dogmes, en voici un autre exemple. De ces quatre anciens combattants, aucun ne partageait notre idéal. Neuneuille était un roya­liste convaincu, Barjaco et Gentil Coquelicot, radicaux socialistes, quant à Bouche Divine, il se désintéressait totalement du sujet, il avait un joli sourire quand il retirait ses pro­thèses, qu’il levait ses moignons vers nous

– Comment je mettrais mon bulletin dans l’urne ? Mon intérêt pour la politique a dû s’envoler avec mes mains, avec mon bras… !

Qui aurait pu le lui reprocher ? Certainement pas nous !

Malgré toutes nos divergences, nous demeurions complices dès qu’il était question de jouir les uns des autres. Gentil Coquelicot et Barjaco étaient vraiment très inventifs quand il s’agissait d’imaginer des situations, mais c’était souvent le regard aiguisé de Neuneuille qui donnait l’idée de départ. Il sortait des costumes de la malle, au hasard, les regardait, les attribuait à l’un ou à l’autre et annonçait « Ce serait l’histoire de… » et l’imagination de Barjaco et Gentil Coquelicot se mettait en branle.

Que ces réunions de l’amicale étaient joyeuses… ! Que nous étions inventifs… ! Je te souhaite de connaître de telles sensations, quand tu connais la moindre des réactions de tes partenaires, quand leur corps t’est aussi familier que le chemin qui te mène chez toi, quand tout ton être sait comment ils feront naître, croître et exploser ton plaisir… et que, malgré tout, tu es à chaque fois surprise…

Je n’avais plus de nouvelles de Valentino depuis plus de dix mois, les discours de chaque côté des frontières, à toutes nos frontières, se faisaient plus martiaux. Nous avions appris les hor­reurs perpétrées par les franquistes et les staliniens, alliés pour nous éliminer. Il m’ar­rivait de pleurer dans les bras de Toine. Je ne sais pas pourquoi, mais il me fallait être blottie contre lui pour que mes larmes acceptent de couler.

Je pressentais que Valentino était mort ou enfermé dans un de ces camps que nos camarades socialistes avaient ouverts pour interner ces étrangers, ces mêmes com­battants qu’ils encourageaient encore quelques mois auparavant, à aller se battre pour la république, pour la liberté, pour la démocratie… quelle bande de Tartuffe !

Je travaillais toujours pour le père de Toine et l’assistais dans ses fonctions de maire, sa secrétaire de mairie en quelque sorte. Je m’étais découvert une passion pour les arcanes du droit administratif et quand je débusquais qui une subvention, qui une dérogation de telle ou telle taxe, nous fêtions joyeusement l’événement et il ne manquait jamais de m’en attribuer les mérites lors des conseils municipaux.

Je tenais également la permanence de la mairie chaque mardi, jour de marché. Je le faisais à titre bénévole, mais en contrepartie, le père de Toine m’accordait l’après-midi de repos. C’était notre accord. Il me convenait, il lui convenait et il convenait également aux villageois.

Le 21 mars 1939, alors que je fermais la porte de la mairie, je vis Barjaco s’approcher de moi à grands pas, le regard pétillant, le sourire éclatant. Il me fit un clin d’œil fort peu discret et d’un bref mouvement de la tête, m’informa qu’il sollicitait un entretien en tête à tête. J’étais un peu étonnée, assez déçue qu’il affiche de façon notable sa satisfaction du dimanche que nous avions passé avec l’Amicale des Anciens Combattants, pour fêter l’arrivée du printemps. Je lui lançai un regard sévère qui ne le décontenança pas le moins du monde, au contraire, il parut s’en réjouir ! Je le tançai

Pourquoi tu souris comme le ravi de la crèche ?

Me désignant son attelage, il me répondit

Si madame la secrétaire de mairie veut bien se me suivre, je pourrais lui exposer le motif de ma venue… excusez du dérangement, madââââme… !

Il avait dit ce dernier mot en faisant traîner le « a », comme nous imaginions que « ceux de la haute » les prononçaient. 

Si madame veut bien se donner la peine…

Je montai à ses côtés. Nous sortîmes du village. À chaque question que je lui posais, Barjaco répondait en sifflotant une mélodie à la mode. Je compris rapidement que perdre mon calme ne servirait à rien, si ce n’est à l’amuser davantage. Après quelques kilomètres de route, Barjaco arrêta sa carriole, m’indiqua un sentier d’un mouvement du menton.

– Vai ! Je m’en vais prévenir la Nathalie que Pierrot aura besoin de son aide, ce soir !

Je descendis, l’interrogeant du regard.

Profite, Bouton d’Or ! Profite !

Je remontais le sentier d’un pas rapide, je l’aurais aimé silencieux, mais il ne l’était pas. Comme mue par je ne sais quelle force, j’accélérai le pas. Le bruit de mes souliers sur le sol se fit plus sonore, plus rapide. Je courus presque sur les derniers mètres. Valentino m’avait entendue et se précipitait à ma rencontre.

Comment as-tu… ?

Barjaco m’a prévenue, comme tu le lui as demandé !

C’est ce qu’il t’a dit ?

Non ! Il m’a laissée un peu plus haut, sur la route, mais il n’a rien voulu me dire…

Je l’ai aperçu au loin, inspectant sa terre… Je ne savais pas qu’il m’avait… Ô amore mio, Rosalinetta… ! Tu es encore plus belle !

Je l’embrassais, je le caressais, je l’étreignais avec autant de passion, d’amour, de force qu’il m’embrassait, me caressait, m’étreignait. Nous pleurions, nous riions, nous parlions comme si nous devions rattraper ces dernières années en un instant ! Valentino m’entraîna dans un abri masqué par de la végétation et nous nous dévêtîmes. Je pus lire sur son corps toutes les épreuves qu’il avait endurées, son corps jadis robuste et puissant était devenu noueux et acéré. Il avait gardé toute sa force, mais elle était d’une autre nature. Mais qu’il était beau !

Une vague de désir me submergea, mes yeux devenaient noirs en même temps que les siens devenaient bleus. Tu sais, je t’ai déjà parlé de cette sensation dans mon cahier. Je me laissais bercer par la mélodie de nos souffles, de nos respirations qui devenaient une. Quand mes narines s’approchèrent de son pubis, que je sentis son odeur, je crus que j’étais en train de rêver, que c’étaient mes doigts qui me caressaient ainsi, pas les siens, alors, histoire d’en profiter davantage avant mon réveil, je décidai de le sucer comme j’aurais aimé le faire en réalité.

I tuoi baci, Rosalinetta… i tuoi baci… i tuoi meravigliosi baci…!*

C’est à ces mots que j’admis enfin que je ne rêvais pas, qu’il était vivant, près de moi, que nous étions réunis. Enfin !
82269326088a722a2b37a5b78a1f2da0

Ses mains, ses lèvres couraient sur mon corps, stoppaient, revenaient sur leurs pas, puis reprenaient leur course, avançaient plus en avant… Valentino redécouvrait la géographie de mon corps, comme je redécouvrais celle du sien. Nous nous enivrions de ce long et lent prélude, j’aimais comme nos petits cris se répondaient. Quand, n’y tenant plus, je m’empalai sur lui, je pris conscience à quel point il m’avait manqué, viscéralement manqué.

Valentino eut un sourire, un éclat très particulier dans son regard, comme si toutes ses peurs, toutes ses souffrances, toutes ses déchirures s’effaçaient en me pénétrant. Je lui dis « Bienvenue chez toi, Valentino ! » et un éclat supplémentaire agrémenta son sourire, illumina son regard. Il avait parfaitement compris ce que je ressentais et laissait exploser son bonheur, un bonheur apaisé.

La seconde suivante, notre étreinte devint sauvage, presque rugueuse, Valentino m’avait allongée sur le dos et me pénétrait, sortait de mon corps pour me pénétrer encore, un peu plus fort, un peu plus loin, un peu plus vite à chaque fois. Je crispai ma main au-dessus de la sienne, pour qu’il la serre davantage sur mon sein. Je le griffais, je le mordais, il faisait de même. Ce mardi-là, nous fîmes l’amour avec la rage des survivants, de ceux que la vie a éloignés avant de les précipiter à nouveau dans les bras l’un de l’autre.

La nuit était tombée depuis plusieurs heures quand nous arrivâmes au village, que nous entrâmes dans ma maison. J’entrai comme une messagère apportant une bonne nouvelle et lui comme un héros, ou pour être plus précise, comme le témoin et l’acteur d’une page importante de l’histoire.

La nuit était tombée depuis plusieurs heures pourtant nous nous étions mis en route peu avant le coucher du soleil. Qu’il fut long et joyeux ce trajet ! Nous étions de nouveau des gamins insouciants ! Je relevais mes jupes pour l’aguicher. Il se cachait derrière les arbres pour mieux m’attraper, pour mieux m’enlacer. Je faisais de même et à chaque « J’t’ai eu ! », nous nous embrassions, nous nous culbutions… nous ne voulions pas gâcher la moindre seconde, nos retrouvailles étaient encore trop récentes, trop fraîches pour que nous puissions en jouir sereinement, ce jour-ci et pendant les semaines qui suivirent, nous avions trop besoin d’étancher notre soif d’amour, de tendresse, de plaisir, de violence aussi, car nous avions besoin de nous sentir vivants et nous assimilions la violence des plaisirs, la crudité des mots, des situations à la vie. Ne me demande pas pourquoi.

La vie n’est rien sans l’amitié

 


*– Tes baisers, Rosalinetta… tes baisers… tes merveilleux baisers… !

Instantané – Funambule

a0c16919feb19e8037171e936b558e63Tu es cet homme inconnu, cet homme que je ne vois pas. Cet homme qui monte le long de ma jambe, cet homme qui regarde sous ma jupe.

Vois-tu comme je t’attendais déjà ? Vois-tu comme il ne suffirait qu’un geste de toi pour que je tremble de désir, que je frémisse de plaisir ?

Oui, je crois que tu le vois, je sens déjà tes doigts, je sens déjà tes lèvres à l’arrière de mon genou !

Tu souris, tu rayonnes et à mon tour, je te vois ! Je voudrais être cette goutte de sueur qui coule de ton aine à ton genou… voyager sur tes si jolies jambes… me frayer un chemin entre tes poils…

Pourquoi cet éclat de rire ?

Tu as raison, il ne tient qu’à moi que je sois cette goutte de sueur ! Et tu as déjà compris qu’il ne tient qu’à toi d’être cet homme inconnu, ce funambule le long de ma jambe…

Comment qualifier une relation ?

Le cahier de Bonne-Maman — « Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme »

J’ai commencé à trouver étrange le comportement de Nathalie peu après l’arrivée du printemps. Elle semblait toujours lasse et quand je lui demandais ce qui la tracassait, elle me répondait « Rien, mais je n’ai goût à rien. Je voudrais dormir, dormir et dormir encore », à peine le temps d’en être inquiète, elle avait retrouvé tout son entrain. Et quel entrain !

Et puis vint le week-end pascal. Toine était arrivé le premier à la maison, ce dimanche 4 avril, et il remplissait le tronc de petits papiers sur lesquels il avait inscrit « la figure Rosalie », quand je lui demandai quelle mouche l’avait piqué, il me répondit

C’est en remplissant le tableau que j’ai eu cette idée

Valentino lui avait envoyé une lettre lui demandant de l’inscrire pour toutes les tâches de menuiserie, mais aussi celles de plomberie, de maçonnerie…

Il faudra lui expliquer qu’il n’a pas besoin d’alibi pour passer du temps avec moi !

Mais j’étais touchée de cette attention et très excitée à l’idée de le revoir, il avait dû accepter un chantier bien éloigné de la Provence, parce qu’une telle occasion ne se présentait pas souvent… deux mois loin de ses bras, deux mois sans nos baisers, deux mois sans ses « Rosalina », sans ses « Rosalinetta », deux mois sans nos corps à corps… La brûlure de son absence se réveillait maintenant que je savais que nous nous reverrions sous peu…

Mais qu’est-ce qu’ils fichent ?

Pierrot et Nathalie étaient en retard à notre rendez-vous hebdomadaire. Je regardais le corps de Toine, déjà nu, son impatience faisait plaisir à voir ! Feignant de lui accorder une faveur, un prix de consolation, je m’assis à côté de lui, détachai négligemment mon chignon, pris ­–l’air de rien– une mèche de mes cheveux, en entourai son sexe et commençai à le branler, en lui parlant de tout et de rien, puis petit à petit, de ce que j’aimerais que nous fassions, lui et moi, si nous devions nous passer de la présence de Pierrot et de Nathalie. Il sourit et tournant le regard vers la cuisine

Tu me rends amoureux du beurre, Bouton d’Or !

Nous riions de bon cœur, notre complicité nous ravissait autant l’un que l’autre. Enfin, Pierrot et Nathalie firent leur entrée.

C’est pas trop tôt ! On se demandait si vous viendriez !

Ne vous en prenez pas à moi, mais à mademoiselle ! Elle voulait aller se confesser et j’ai dû… lui faire changer d’avis…

Tu voulais… aller à confesse ? Parce qu’on est le dimanche de Pâques ?

Non, Rosalie, mais… peut-être un peu oui… je ne sais pas… Je n’ai jamais été comme ça ! L’envie de sexe me réveille au milieu de la nuit… Je me soulage… je me rendors… et l’envie me réveille encore ! Je ne pense qu’à ça…

Viens me voir, Pitchounette dans ces cas-là ! Je saurais te soulager, si tu venais me voir !

Mais tu travailles à la ville, mon Toinou !

Parce que ça te prend aussi dans la journée ? !

Je vous l’ai dit ! Je suis possédée ! Ça me prend tout le temps ! Je ne pense qu’à ça… tiens, regardez donc ! Rien que de vous voir, je suis toute échauffée… ! Comme si je ne l’avais pas fait depuis des jours…

Il n’y a pas de temps à perdre, alors, ma Pitchounette ! Tiens, à toi l’honneur… que ta main innocente nous indique…

Je ne levai même pas les yeux au ciel, Nathalie pêcha un petit bout de papier. « La figure Rosalie ». Nous fîmes tous semblant d’en être étonnés. Nathalie s’allongea en travers du lit, ses jambes outrageusement écartées, livraient son sexe à notre vue, il palpitait de désir tout en coulant de la semence que Pierrot y avait déversé quelques minutes plus tôt.

Pierrot s’excusa de devoir me faire attendre un peu, Toine plaisanta sur la capacité de son gros goupillon à extirper le mal qui consumait Nathalie. Quand il la pénétra, elle gémit de plaisir et lui demanda de la brusquer un peu…

Je vous veux tous les trois… je vous veux tous les trois !

Je me mis à califourchon sur son visage, elle me dévorait le minou avec art et gourmandise, de nous regarder ainsi excita davantage Toine, et Pierrot commença à retrouver toute sa vigueur, il caressa la poitrine de Nathalie d’une main tout en se masturbant de l’autre. Quand sa main toucha les seins de Nathalie, elle me téta le bouton avec une avidité accrue, même si elle n’avait pas crié, j’aurais su, nous aurions su la force de son orgasme. Toine avait les yeux rivés sur ma toison et caressait Nathalie, comme il aurait eu envie de me caresser.

Que nous avons aimé ce dimanche pascal ! Nous faisions l’amour, chacun notre tour, à Nathalie, qui nous remerciait à chaque fois avec plus d’ardeur, plus de tendresse.

Le sommeil se saisit d’elle brutalement. La journée s’était écoulé à toute vitesse, il était déjà l’heure de dîner, pour une fois tous les quatre, mais Nathalie dormait profondément.

Nous la laissâmes dans les bras de Morphée et allâmes dans la cuisine pour manger un peu. Me voyant sortir la petite motte de beurre, Toine plaisanta avec Pierrot sur la façon dont je m’arrangeais pour le leur faire apprécier. Je riais avec eux, quand Toine se plaignit de souffrir du même mal que Nathalie.

Oh fatché ! Je bande encore ! Oh, mais regardez-moi comme penser à ma grosse queue dans le cul de la Rosalie me fait de l’effet !

Tu parles de travers, Toine… ce n’est pas ça qui te fait bander…

J’avais laissé ma phrase en suspens, pour les titiller un peu.

… ce qui te fait bander, c’est la bonne odeur du beurre, sa douceur… tu sais quand je fais..

Je pris un bon morceau de beurre et du bout des doigts en tartinai le sexe de Toine, surtout son gland… Quand il était très excité, Toine avait tendance à saliver plus que de raison… Quand je sentis une goutte de salive tomber sur mon avant-bras, je levai les yeux vers lui…

C’est appétissant, n’est-ce pas ? Moi, je ne peux pas y résister…

D’une langue gourmande, je retirai tout le beurre que je venais de mettre sur la verge de Toine. Il jouait avec mes cheveux en me disant combien il aimait faire ce que nous faisions, combien voir Pierrot se branler en admirant le spectacle l’excitait davantage. Je fis semblant de réaliser la présence de mon amoureux et abandonnai Toine pour aller le retrouver et lui enduire à son tour le sexe de beurre.

Prise à mon propre jeu, je passais de l’un à l’autre, m’enivrais de toutes ces sensations, de leurs mots de plus en plus crus, des miens qui le devenaient aussi, de leurs caresses… enfin, n’y tenant plus, je suppliai Toine.

Fais-le ! Fais-le moi enfin… !

Que je te fasse quoi ?

Prise par je ne sais quelle furie sensuelle, je le bousculai, l’obligeant à s’asseoir sur une chaise, enduisis mon derrière et son gland de beurre et m’empalai d’un coup sur sa verge dressée.

Oh, Bouton d’Or !

Oh, ma Rosalie !

La surprise les avait cueillis tous les deux et leur voix s’étaient mêlées dans ce cri. J’avais éprouvé autant de plaisir que de douleur, mais je voulais l’éprouver encore. Je me relevai et m’empalai de nouveau.

D’un ton qui ne m’était pas coutumier, j’ordonnai à Pierrot de s’asseoir sur l’autre chaise, aux côtés de Toine. Ils comprirent immédiatement. Je passai de l’un à l’autre, en les suppliant de ne pas arrêter de commenter, de parler de moi ainsi… Quand Toine jouit, Pierrot se releva et prit « la direction des opérations » comme il aimait à le dire. Il demanda à son ami de s’asseoir sur la table, d’offrir sa queue à ma bouche, écarta mes fesses et me sodomisa avec une rage que je ne lui avais jamais connue avant.

Apaisés, nous dînâmes avant de rejoindre Nathalie toujours endormie. Nous aimions beaucoup l’étroitesse du lit qui nous obligeait à dormir au plus près les uns des autres. J’eus un sommeil agité cette nuit-là, peuplé de rêves où des démons venaient me posséder, des démons qui ressemblaient fort à Pierrot, à Toine, à Valentino et à quelques autres comparses.

Les baisers de Nathalie me réveillèrent. Toine allait et venait en elle, brutalement, me semblait-il. Je savais reconnaître cette lueur dans son regard. Regarder sa promise me faire jouir de sa bouche, pendant qu’il lui faisait l’amour l’excitait énormément, le faire au réveil, après avoir passé la nuit tous les quatre était plus que rare à cette période de notre vie, alors il voulait en jouir pleinement. Pierrot se réveilla, un magnifique sourire aux lèvres et commença à caresser les seins de Nathalie qui en cria de plaisir.

À ton tour, Pierrot ! Cette créature aura ma peau… !

Si c’est pour rendre service… tu me connais, je ne laisserais jamais un collègue dans l’embarras…

Il fut surpris de trouver le sexe de Nathalie à la fois si étroit et si souple et tellement chaud.

T’as la fièvre du minou, ma Nathalie !

Elle me dévorait le minou, mais ses baisers devenaient trop ardents pour mon bouton. Toine me souleva, m’allongea en travers du lit, de telle sorte que mon visage reposait sur le ventre de Nathalie. Pierrot lui caressait les seins, quand Toine me pénétra d’un coup, de tout son long. Sans qu’aucun son ne sorte de sa bouche, il articula « Tes cheveux… tes cheveux ! », alors, j’en pris une mèche et lui fouettai les cuisses, les reins. Toujours sans émettre aucun son, il m’en remercia et arrangea artistiquement d’autres mèches sur le corps de Nathalie.

Nous enchaînâmes les figures, en inventant au passage, puis, comme la veille au soir, Nathalie s’endormit brutalement. Nous la laissâmes se reposer, et comme la veille au soir, nous rejoignîmes la cuisine pour déjeuner.

Aucun de mes amis provençaux n’appréciait la cuisine au beurre, mais je ne pouvais pas me résoudre à manger une côtelette d’agneau frite dans de l’huile. Je fis comme à mon habitude, deux poêlées, la mienne et la leur. J’étais en train de les servir quand Nathalie entra dans la cuisine. Je ris en la voyant essuyer ma poêle avec un morceau de pain avant de le porter à sa bouche.

Pour quelqu’un qui n’aime pas le beurre fondu…

Je ne sais pas pourquoi, mais j’en avais une de ces envies… Non ! Je t’en prie, ne fais pas cuire ma côtelette dans l’huile… rien que d’y penser…

Elle fit une moue de dégoût qui nous amusa tous.

Nous venions de finir de manger quand nos invités toquèrent à la porte. Pierrot leur ouvrit « Bienvenue à l’amicale des anciens combattants ! ». Nous nous connaissions tous assez pour avoir nos habitudes. Une d’elles était que nous n’embrassions Bouche Divine qu’en dernier, parce que ses baisers… ses baisers étaient la promesse de tant de plaisirs que nous n’aurions prêté aucune attention aux autres comparses si nous l’avions embrassé en premier.

Nous nous connaissions assez pour qu’aucun n’ait à rougir de ses « manies », par exemple, Gentil Coquelicot s’était découvert un plaisir qui lui était propre, mais n’avait pas hésité bien longtemps avant de nous en parler. Ce qui l’aidait à se mettre en condition pendant nos étreintes collectives, était d’avoir l’une de nous deux allongée sur son ventre pendant qu’elle se faisait prendre par un autre homme. Il en devenait écarlate de désir, ensuite, il nous « ravageait » l’une après l’autre, en nous inondant de mots doux prononcés comme des insultes.

Nous avions tous parfaitement conscience qu’il ne pouvait partager cette particularité qu’avec des personnes en lesquelles il avait une confiance absolue.

Le plaisir de Neuneuille était de nous observer sous toutes les coutures, mais aussi et surtout de nous palper, de nous fouiller, avant, pendant et après l’amour. Barjaco s’étourdissait de ses bavardages, à chaque fois qu’il constatait qu’un mot nous faisait réagir, il en prenait plus de plaisir encore.

Bouche Divine était secrètement amoureux de moi, secret qui avait fait long feu dès le début tant il était évident. Il appréciait que Pierrot ne lui en tint point rigueur. Plus tard, avec la même passion mêlée de désespoir qu’il était tombé amoureux de moi, il tomba éperdument amoureux de Nathalie. Puis, à nouveau de moi. Puis de Nathalie. Il n’a jamais été amoureux de nous deux en même temps, mais je crois que c’est parce que ça l’arrangeait bien, finalement.

Quand il était amoureux de moi, il aimait « se venger » de mon « infidélité » en se surpassant quand il faisait l’amour à Nathalie, plus elle se pâmait, plus il répétait « Je pourrais le faire à Rosalie si elle acceptait de ne plus coucher avec d’autres hommes que moi ! » et comme pour mieux me faire regretter ma « conduite », il l’embrassait avec tout son don. Il lui suffisait d’être amoureux de Nathalie pour que je bénéficie de ses prouesses.

En ce lundi de Pâques, Nathalie s’impatientait des politesses d’usage. Elle s’approcha de Neuneuille et lui glissa quelques mots à l’oreille. Il lui répondit par un sourire et glissa une main sous son jupon. Nous la regardions onduler en psalmodiant « Encore… plus fort… encore ! », avant de nous préoccuper de nous-mêmes.

Toute occupée à enfiler la capote sur le sexe de Bouche Divine, je ne remarquai pas que Nathalie s’était approchée de nous « Pardon, Rosalie, mais… ». Elle allait et venait sur lui, concentrée sur le plaisir qu’elle volait. Enfin, elle ne le volait pas vraiment, mais elle le prenait sans se demander si elle en offrait en retour, ce qui n’était pas dans ses habitudes.

Allongée sur Gentil Coquelicot, je me laissais aller aux caresses de Neuneuille. Barjaco riait de voir Nathalie se déchaîner, quand il lui en fit la remarque, elle répondit :

Je suis possédée, c’est sûr, maintenant !

Qué « possédée » ?

J’ai toujours envie… ça me réveille la nuit… ça me travaille le jour… au plus je le fais, au plus j’en ai envie…

Heureusement qu’elle dort beaucoup… sinon, on serait morts!  C’est pas une vie, je te le dis !

La mauvaise foi de Toine était absolue, mais moins que celle de Pierrot !

Et c’est pas le plus grave ! Figure-toi qu’elle est passé dans l’autre camp… celui de la… (mimant exagérément l’écœurement)… de la cuisine au beurre ! Alors que l’huile…

Nathalie plissa son joli nez, un air de dégoût froissa son minois.

Tais-toi Pierrot… rien que de penser à l’odeur de l’huile…

Barjaco se leva d’un bond, tendit la main à Nathalie, s’excusa auprès de Bouche Divine « Tu permets ? »

Allonge-toi sur la table et écarte les cuisses… laisse faire le docteur…

Il la pénétra de ses doigts, comme pour l’ausculter, il avait un air très sérieux. Nathalie frémit davantage quand il caressa sa poitrine qu’il regardait d’un œil expert.

Boudiou, coquine ! Tu n’es pas possédée, mais tu l’as été pour sûr ! Mets-toi à quatre pattes que je te prenne un peu…

Nathalie s’exécuta, le corps vibrant d’impatience, tandis que Barjaco enfilait sa capote. Il la pénétra, attentif à ses sensations.

Fatché ! Comme c’est bon de prendre une femelle quand elle est pleine… !

Pendant quelques instants, nous fûmes tous frappés de stupeur. Barjaco nous houspilla pour la forme.

C’est bien la peine d’être paysans pour ne pas reconnaître les signes…

Il énuméra, tout en continuant ses va-et-vient

Le feu au cul, le sommeil qui assomme, le dégoût de… serre plus tes cuisses, boudiou !… le dégoût de ce qu’est bon… les nichons fiers comme deux Artaban et sensibles et frémissants comme le cul d’une pucelle sous les mains d’un homme… le petit con souple, chaud et accueillant… elle est pleine, j’vous dis !

Puis s’adressant directement à Nathalie

C’est quand que t’as saigné la dernière fois ?

Je… ooohh… je… ooohh… je ne sais… ooohhh… j’ai oublié… ooohh… !

Nathalie essayait de s’en souvenir, mais Barjaco ne cessait de la houspiller.

Mais serre donc les cuisses, bougresse ! Tends ton derrière ! Mieux que ça ! C’est ça que tu veux ?

Tout en allant et venant dans son vagin, il la pénétra non pas d’un, mais avec deux de ses doigts.

Oh ! Fan de Diou ! Ça remonte à la Sainte-Martine !

Messieurs, retenez la leçon ! Rien ne vaut deux doigts dans le cul pour faire retrouver la mémoire à une femelle !

Fier de sa bêtise, il éclata d’un rire tonitruant.

Ainsi donc, Nathalie était enceinte ! C’était arrivé le dimanche que j’avais passé avec Valentino, juste avant son départ si loin de moi…

En fin d’après-midi, nos invités partis, nous évoquâmes la régularisation de notre situation. Puisque le mariage devenait urgent, je voulus délier Nathalie de sa promesse.

Je n’aurai jamais l’accord de mes parents, de toute façon…

Nathalie entra dans un de ses rares, mais légendaires courroux. Le visage empourpré de colère, elle tapa du pied par terre et du poing sur la table

On a dit une double-cérémonie, ce sera une double-cérémonie ou rien du tout !

Pour l’apaiser, Toine me conseilla d’écrire une autre lettre à mes parents. J’éclatai en sanglots, me levai, ouvris le tiroir du buffet et lançai quatre enveloppes sur la table. Toine et Pierrot les prirent, les mains tremblantes de rage, de surprise, de peine aussi. Elles n’avaient pas même été ouvertes, la mention « Refusé – Retour à l’envoyeur » à l’encre rouge barrant leur adresse.

Pourquoi ne pas nous l’avoir dit, Bouton d’Or ?

La tête entre les mains, je pleurais à chaudes larmes.

J’ai tellement honte… À cause de moi… Nathalie…

À cause de toi ? ! Mais, ma Rosalie, ce n’est pas ta faute si tes parents sont des cons !

Ne pleure pas, Bouton d’Or, je vais demander à mon père, s’il n’y aurait pas…

NON ! Le notaire a été très clair sur ce point, hein mon Pierrot ? Sans l’autorisation de mes parents… même si j’étais majeure, j’en aurais eu besoin…

Toine raccompagna Nathalie chez elle puisque Pierrot avait tenu à rester à mes côtés. Il passa la nuit à me consoler, à me demander d’avoir confiance, que tout allait s’arranger. J’enviai son optimisme. D’avoir tant pleuré m’avait épuisée, je m’endormis comme une masse.

Le lendemain matin, le père de Toine m’accueillit en me demandant si je pouvais lui rendre un petit service. En tant que maire, il avait un courrier officiel à envoyer, il l’avait déjà rédigé, mais pensait qu’il ferait « plus officiel » s’il était dactylographié. Or, il ne savait pas taper à la machine, pourrais-je lui rendre ce petit service ? Comment aurais-je pu le lui refuser ? Il me tendit la lettre, je la lus.

Vous pensez vraiment ça de moi ? Vous n’exagérez pas un petit peu, tout de même ?

Non, Rosalie, je suis même en-dessous de la réalité !

J’éclatai de rire et de sanglots en même temps… Ainsi, dès mon arrivée au village, j’avais agi comme une héroïne, j’avais pris en charge la classe des petits tant que l’instituteur était sur le front. Puis, au retour des combattants, j’avais su écouter leur peine et leurs tourments et grâce à mon comportement leur éviter de sombrer dans l’alcoolisme. Ainsi, la vie avait repris son cours normal, celui qu’elle n’aurait jamais dû cesser de suivre sans cette saignée.

Un de ses administrés voulait tenir la promesse qu’il m’avait faite quand il se battait pour la France, mais l’attitude de mes parents le lui interdisait. Ma réserve et ma pudeur naturelle m’avaient interdit d’en parler avant et c’est tout à fait par hasard qu’il avait appris ma situation.

La lettre se terminait par un « Je vous demande votre soutien, en tant que premier élu de votre ville aidez ce jeune homme à tenir parole, il ne supporterait pas qu’on le prenne pour un menteur, cela lui serait plus insupportable que ces longues années passées au front. Je vous en conjure, allez trouver les parents de Rosalie et tentez de les convaincre. »

Il signa la lettre et me sourit en apposant le cachet officiel de la commune.

Et d’une !

Comment ça « Et d’une » ?

Si tes parents sont aussi obtus qu’il m’y paraît, je pense qu’il faut les attaquer de toutes parts. Et puis, si Nathalie refuse le mariage à mon Antoine… Je ne veux pas que mon petit-fils, ma petite-fille apparaisse comme un enfant illégitime dans les registres… Nous avons mis au point un ordre de bataille. On va les attaquer sur trois fronts et je suis sûr qu’ils céderont !

Sur trois fronts ?

C’est une question d’honneur qui les a fait te renier, n’est-ce pas ? Selon eux, leur nom a été sali par ta conduite, n’est-ce pas ? Et bien, il est grand temps que ce soit la leur qui le salisse. J’ai téléphoné au père de Marie-Louise, à l’heure qu’il est, il a contacté son notaire, qui contactera celui de Coutances pour préparer les papiers, et il s’est engagé à payer l’addition « C’est bien le moins que je puisse faire pour Rosalie, sans elle, j’aurais dû revendre mon bien, mon affaire ». Son notaire expliquera la situation, sans rien omettre de ce que tu as fait pour Charles et lui aussi évoquera la dette d’honneur qu’il a vis-à-vis de toi ! Crois-moi, quand ceux que toi et mon fils appelez « les puissants » se piquent d’obtenir quelque chose, ils l’obtiennent !

Je le regardais, éberluée, il se donnait tant de mal pour moi, parce que je savais que la grossesse de Nathalie était le prétexte qu’il invoquait pour que je ne puisse refuser. Il a toujours eu cette façon de procéder, quand il faisait un cadeau, quand il accordait une faveur, il se débrouillait toujours pour nous donner l’impression qu’on lui rendait service en l’acceptant.

Je marmonnai un « Merci, merci beaucoup » quand il me dit

Tu ne sais donc plus compter ?

Levant le pouce, il annonça « le courrier du maire », levant l’index « le courrier du notaire » et il me regarda comme un maître d’école attendant une réponse.

Le troisième front ! Quel est le troisième front ?

Ah quand même ! Antoine aurait été vexé que tu ne me posasses pas la question ! Et bien, figure-toi que le troisième front vient de l’Amicale des Anciens Combattants ! Pourquoi rougis-tu ?

Qu’est-ce que c’est cette histoire ?

Toine a battu le rappel des anciens combattants du village, et ils ont décidé d’écrire, à leur tour, avec leurs mots, une lettre à l’amicale des anciens combattants de Coutances, pour expliquer ta situation et leur demandant de tenter de convaincre tes parents, et s’ils n’y parviennent pas, de faire paraître un avis dans le journal local racontant, en les nommant, la conduite de tes parents pour leur faire honte.

Je ne saurais dire quel argument a le plus porté, mais le fait est que dans le mois qui suivait, monsieur le maire recevait un courrier du notaire de Coutances auquel était joint le consentement parental à mon mariage.

Nous aurions donc pu nous marier avant même le début de l’été, mais comme le souhaita Nathalie « Puisque de toute façon, ça se verra que j’ai fêté Pâques avant les Rameaux, je propose qu’on se marie le 4 septembre, le jour de la Sainte-Rosalie ! ».

Je n’aurais jamais osé espérer une plus belle noce que celle que nous vécûmes ! Tout le village était présent, il y avait aussi Marie-Louise avec son bambin dans les bras, Charles à ses côtés, leurs parents, tous nos amis à l’exception de Valentino qui craignait de ne pas se sentir à sa place dans cette fête.

Il est temps pour Bonne-Maman de refermer le cahier et d’expliquer à Monique pourquoi elle l’a écrit.

Le cahier de Bonne-Maman — « La sagesse n’est pas dans la raison, mais dans l’amour »

L’hiver n’allait pas tarder à pointer le bout de son nez quand mon chemin croisa de nouveau celui de Marie-Louise et de Charles. La veille au soir, le père de Toine m’avait prévenue, il irait voir son gros client pour affaires et m’avait demandé de l’accompagner. « Mais ce sera pour toi une journée de détente, Marie-Louise et son époux voudraient te recevoir comme on reçoit une amie ». J’avais donc mis ma plus belle robe, et nous fîmes le trajet en auto.

Je retrouvai Marie-Louise avec grand bonheur, elle me fit les gros yeux en constatant que j’avais rapporté la malle, elle en avait tant… ! Et me demanda si je m’amusais bien avec les costumes et les éléments de décor. Par chance, nous étions seules à ce moment précis. J’aurais aimé savoir mentir, faire semblant, mais quand bien même aurais-je pu y parvenir par mes mots, mon regard, mon sourire m’avaient trahie.

Comme une grande sœur, elle voulut en savoir plus long. Devais-je me jeter à l’eau, lui dévoiler mes secrets ? Devais-je prendre le risque qu’elle me dénonce, qu’elle s’offusque de ma conduite ? Devais-je tout simplement assumer cette part de ma vie, pourquoi aurais-je dû en avoir honte ?

J’évoquai à demi-mots des saynètes un peu… lestes que nous inspiraient les fragments de textes que nous trouvions dans les poches de certains costumes. Je pensais qu’elle se sentirait bafouée d’un tel usage, au contraire, elle sourit.

Ces représentations, nous préférons les garder secrètes, Charles et moi… mes parents ne sont pas au courant, je ne pense pas qu’ils les approuveraient.

Ainsi donc, leur amour était de même nature que celui qui nous unissait ! Une fois de plus, je méprisai ce réflexe qui m’interdisait de penser que nous pouvions êtres mues par les mêmes envies, par les mêmes sentiments, par les mêmes sensations. Marie-Louise et Charles appartenaient à un monde qui ne serait jamais le mien, mais je n’étais pas plus envieuse de leur richesse qu’ils n’enviaient la simplicité de ma vie.

Je n’ai jamais su si elle avait pris conscience de la nature exacte de notre relation multiple. Dans son monde, il est des mots qu’on ne prononce pas, en tout cas pas avec les gens du mien.

Malgré tout, notre complicité éclata encore. Elle me demanda d’accepter « ces deux petits livrets un peu lestes » comme si je lui rendais service. Quand nous les lûmes, le dimanche suivant, Toine ne put s’empêcher de ricaner « Ah bravo ! Quand je pense que ça va à l’église tous les dimanches ! », mais il y avait plus de surprise amusée que de critique dans cette remarque.

Elle me parla aussi des progrès de son mari, de ces cauchemars qui ne le hantaient presque plus. Elle me remercia trop chaleureusement pour que je ne puisse en éprouver un certain malaise. Je n’avais rien fait de si exceptionnel, pourquoi se sentait-elle tellement redevable ? Pourquoi ces trémolos dans la voix ? Pourquoi me serrait-elle si fort contre son cœur ?

Tu es la première à qui je le dis, même ma mère l’ignore encore… Pendant le déjeuner, nous allons annoncer que…

Elle s’interrompit et mima un ventre rebondi. Cette grossesse était pour elle le signe que la vie reprenait son cours normal, que l’espoir pourrait renaître. Elle aurait souhaité que je sois la marraine de cet enfant à venir, mais je ne pus accepter de mentir. J’avais cessé de croire en dieu et je refusai de me commettre dans ce que je voyais comme une mascarade.

Nous eûmes à ce propos, une discussion franche et animée, ne redoutais-je pas la colère de Dieu ? Je lui répondis que si dieu existait, il serait bien plus mécontent que je me rende à l’église sans y croire plutôt que de rester fidèle à mes convictions. Charles nous rejoignit à cet instant, il entendit mes mots, me dit « Finalement, vous faites le pari de Pascal, mais vous en arrivez à la conclusion inverse ! » Je faillis lui demander qui était ce Pascal, mais la cloche annonçant que nous devions passer à table venait de retentir.

La règle était de ne pas faire attendre le patriarche à l’heure des repas. Nous descendîmes une fois encore, tous les trois ce grand escalier si impressionnant.

La nouvelle de la future naissance enchanta tout le monde, comme Marie-Louise l’avait souhaité, je fis semblant d’être aussi surprise que les autres convives. Le vin coula à flots, de nouveaux projets se faisaient jour.

Je repris la route, aux côtés du père de Toine, qui fut ravi de ne pas avoir à arrimer une autre malle au coffre de son automobile.

Nous plaisantions, joyeux comme des pinsons, le froid commençait à s’abattre sur la Provence, mais nous le sentions pas encore.

Le père de Toine me confia que le geste que j’avais eu pour Charles avait eu des répercussions sur son affaire et il s’en sentait redevable envers moi. Je haussai les épaules en lui rappelant tout ce qu’il avait fait pour moi, comment l’emploi qu’il m’avait offert, la chambre qu’il m’avait prêtée m’avaient permis de rester au pays. Il sourit « Au pays, dis-tu ? » Je pris alors conscience que je me sentais chez moi dans ce village à l’autre bout de la France, bien plus que je ne me l’étais jamais sentie dans ma Normandie natale.

Nous arrivâmes au village au milieu de l’après-midi et le père de Toine me donna congé. « Tu mérites bien cette journée de vacances, Rosalie ! Repose-toi, il sera bien temps pour toi de te remettre au travail dès demain ! »

Quand je rentrai chez moi, encore un peu grise de cette matinée, de ce déjeuner si joyeux, ayant congé pour l’après-midi, je trouvai Valentino attablé, en train de fumer, une tasse de café à demi vide devant lui. Il se tourna vers moi, me sourit. Il était déjà venu à plusieurs reprises à la maison, mais n’aurait jamais pu deviner que je ne travaillerai pas cet après-midi là.

Comme tous les ouvriers qui venaient nous aider, il possédait un double de la clé. Toine tenait une sorte planning des travaux, chacun savait ce qu’il restait à faire et s’inscrivait pour une tâche à la date qui lui convenait le mieux.

Valentino était menuisier-charpentier, il s’était engagé à réparer l’escalier devenu dangereux après des décennies sans entretien. Non, je n’étais pas venue pour surveiller son travail ! Nous riions ensemble parce qu’il n’avait pas cherché à me faire croire que sa question était autre chose qu’une plaisanterie.

Il m’offrit de me faire un café, j’avais appris à l’aimer bien plus fort, moins amer que celui de mon enfance. C’était la deuxième fois de la journée que je repensais à la Normandie et la deuxième fois où je réalisais que je ne m’y étais jamais vraiment sentie chez moi. L’odeur du café maintenu au chaud toute la journée sur le fourneau me revint en mémoire avec déplaisir.

Tu as de la peine ? Tu es… fâchée de ma présence ?

Non ! Je… je repensais à mon village, à mon enfance… L’Italie te manque ? Parce que mon pays ne me manque pas, je viens de comprendre que je suis chez moi ici…

Ton… « pays » ? Mais… tu n’es pas française ?

Si ! Mais…

Je me levai, pris une poignée de farine, la déversai sur la table, traçai une carte de France et lui montrai d’où je venais… je savais qu’il comprendrait parce que j’avais entendu des discussions entre italiens. Il sourit en me voyant récupérer la farine et la verser dans une assiette.

Tu es plus soigneuse avec la nourriture qu’avec tes vêtements !

Pourquoi me disait-il ça ? Avait-il fouillé dans mon armoire ? Et puis, mon linge y était proprement rangé ! Il regarda en direction de la salle à manger et je compris.

Je ris en lui expliquant qu’il s’agissait de costumes de théâtre et pourquoi dans ma hâte de rendre la malle à Marie-Louise, j’en avais vidé le contenu sur la grande table et le sofa. Je réalisai que je n’avais aucun meuble où les ranger.

Si tu le veux, je pourrais revenir pour t’en fabriquer un, mais réparer ton escalier est plus urgent…

Il avait parfaitement raison. Nous parlâmes des travaux à venir, de politique, d’exil. Les cafés et les heures avaient défilé sans que nous en ayons vraiment pris conscience. Il était trop tard pour qu’il se remette à l’ouvrage.

Il se lava, se rhabilla de propre pendant que je rangeais les costumes et les accessoires, du mieux que je pouvais, dans la petite chambre que vous connaissez bien. En sortant de la cuisine, il rit de me voir les bras chargés de robes incongrues.

Tu portes vraiment toutes ces robes quand tu fais du théâtre ?

Nous aimons bien nous costumer et nous inventer des histoires.

Des histoires ?

Attends, je vais te montrer…

Je dois encore trouver un endroit où manger, où dormir… il est trop tard pour que je rentre chez moi… Une autre fois, peut-être…

Où travailles-tu demain ?

Pour l’instant, nulle part ! Tu sais bien… un chantier par-ci, un chantier par-là… tu connais notre condition…

Alors, reste ici ! Demain, tu finiras ce que je t’ai empêché de faire aujourd’hui, je te ferai à manger, et tu pourras dormir ici !

Dormir ici ? ! Et toi ? Où dormiras-tu ?

Dans ma chambre ! Tu peux dormir dans le canapé et il y a deux matelas… on peut les installer si tu trouves que le canapé n’est pas assez confortable…

Mais… toi et moi seuls chez toi ? Tu sais ce qu’on dit des italiens avec les femmes… et avec les femmes françaises ! Tu connais la réputation que nous avons… tu…

Je connais aussi la réputation des anarchistes, Valentino ! Pourtant aucun n’a déposé la moindre bombe dans cette propriété privée, aucun ne nous a jamais molestés ! Fais-moi plaisir, installe-toi confortablement sur le canapé comme si tu étais au spectacle et ouvre grand tes yeux quand je ferai mon entrée !

J’allai dans la chambre et enfilai à la hâte une robe de princesse. Je ne saurais dire pourquoi je choisis cette robe, peut-être parce qu’elle était si éloignée de moi, du monde d’où je venais, de celui dans lequel je vivais… Peut-être parce que le haut de la robe, ce corset qui faisait pigeonner ma poitrine se laçait sur le devant et que je n’avais pas besoin d’aide pour l’attacher…

Je l’ajustai, pris le chapeau qui complétait le costume, le posai sur ma tête et fis une entrée théâtrale. J’ai gardé longtemps cette manie du petit pas sauté, des bras ouverts et de cette révérence maladroite.

Il rit, je ris. Je lus dans ses yeux qu’il me trouvait aussi séduisante que je le trouvais séduisant et qu’il en était tout autant surpris que moi. Nous venions de passer plusieurs heures ensemble, je le connaissais depuis des mois, mais c’est à ce moment précis que le désir s’est emparé de nous.

Un silence gêné s’était abattu sur la maison, comme si nos regards suffisaient pour poser la question que nous n’osions pas formuler à haute voix. « Bon, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » Valentino se leva d’un bond, comme si un ressort l’avait éjecté du canapé.

Rosalie… je ne vais pas rester…

Je comprenais sa gêne, je la partageais, mais quand nos mains se tendirent pour cet « au revoir » amical, nos corps réagirent comme s’ils avaient été aimantés.

Rosalie… Rosalie… il ne faut pas… Rosalie… il ne faut pas…

Dis-le… dis-le moi encore…

Il ne faut pas…

Dans un sourire, je posai mon index sur ses lèvres.

Non ! Redis-moi « Rosalie »

Je sentis un sourire naître sous mon doigt.

Rosalie

Encore

Rosalie

Encore

Rosalie

Je ne me lassais pas de l’entendre prononcer mon prénom, les « r » étaient tantôt rocailleux, presque gutturaux, tantôt roulés, chantants et quelque soit leur prononciation, ils me charmaient pareillement.

Encore…

Son sourire était aussi doux que sa voix.

Rosalie

Je levai enfin les yeux et osai le regarder. Quelle douceur, quelle tendresse teintée de crainte dans son regard d’habitude si assuré ! Je m’y lovai, j’aurais voulu qu’elle m’enveloppât, qu’elle ne cessât de m’envelopper.

Je fus foudroyée par le contraste entre la peau rugueuse de sa main et la douceur de son geste quand il attrapa la mienne pour la porter à sa bouche et y déposer son premier baiser.

Rosalie

Nous n’avions pas encore osé nous embrasser, je déposai quelques baisers, légers, timides sur sa poitrine. Je fermai les yeux pour trouver le courage de déboutonner sa chemise qui se dressait comme un rempart entre ma bouche et sa peau. À chaque bouton dégrafé, à chaque baiser sur sa peau mate, répondait un « Rosalie ».

Que ma peau me parut douce quand il prit mon visage entre ses mains pour m’embrasser, délicatement, passionnément ! Combien j’ai aimé la lenteur de ses gestes quand il délaça le corset…

Quand ma main effleura son pantalon, que mes doigts s’apprêtèrent à le déboutonner, Valentino poussa un soupir de désir et un petit cri entre crainte et excitation, le tout dans un même souffle.

Sa main se posa sur la mienne comme pour arrêter mon geste, mais quand je le caressai par-dessus le tissu de son pantalon, son « Oh… Rosalie ! » avait la sonorité des encouragements impatients.

Il m’embrassa encore, puis me demanda si je voulais aller plus loin. Dans un grand sourire, je lui dis « Tu mériterais que je te réponde « Non » et que je te laisse ainsi ! »

Il rit, tout en rougissant. Nous n’étions pas très à l’aise, Valentino ne savait rien de ma vie intime, je ne savais pas ce qu’il connaissait de moi. Mais le désir domina nos craintes. Seule notre envie d’être heureux, de nous offrir une parenthèse de plaisir avait de l’importance.

Quand je m’agenouillai, il voulut m’en empêcher, j’appris plus tard, qu’il croyait que je n’avais pas conscience des conséquences et fut soulagé de constater que je ne semblais pas étonnée, choquée par la vision de son membre.

Plus mon désir était ardent, plus je prenais mon temps. Quel étrange paradoxe ! Mais que j’aimais regarder son sexe dressé, gonflé, vibrant, que j’aimais en éprouver le relief du bout de mes doigts !

Tu regardes comme si c’était un chef-d’œuvre !

Je le regarde pour ce qu’il est ! Et aussi pour ne pas me précipiter… Je veux profiter de cet instant… Je veux imaginer le plaisir que je prendrai et savoir que mon imagination sera bien en-deçà de la réalité…

Il se méprit, car il voulut que je m’allonge. Je lui fis signe d’attendre, le regardai, fermai les yeux, approchai mon visage, entrouvris mes lèvres, les humectai du bout de ma langue, je l’entendis respirer plus fort, un peu plus fort, un peu plus fort encore…

Oh !

Dans un réflexe, ses doigts s’étaient crispés sur mes cheveux. Je goûtai son sexe comme on découvre une nouvelle gourmandise. Je goûtai aussi le plaisir infini de l’entendre gémir en italien, ne comprenant pas les mots mais en ressentant viscéralement la signification…

Ma langue s’humidifiait à l’aune de son plaisir, j’en prenais tout autant que lui et nous en étions également conscients. Je sus quand ne plus l’empêcher de s’arracher de ma bouche, je ne résistai pas quand il me souleva par les aisselles.

Il me déposa délicatement sur le canapé, dénudant mon corps avec lenteur, lui aussi voulait prendre le temps de le découvrir. Il avait remis de l’ordre dans ma tenue, recouvert mes seins du corset délacé, mais régulièrement, il tirait sur le ruban de telle façon que le tissu se décollât de ma peau, il jetait alors un regard en biais terriblement excitant sur ma poitrine à-demi dénudée.

Il remontait le bas de ma robe, centimètre par centimètre, s’étonnant de la douceur de ma peau sous mon bas. Soudain, telle une couleuvre coulant vivement dans un sous-bois, sa main gauche glissa sous ma robe, remonta le long de ma jambe et se faufila entre la peau de ma cuisse et mon bas, comme pour vérifier l’exactitude de cette impression.

Je me hérissai de désir, de plaisir, mes jambes s’écartèrent sans que je puisse les en empêcher. Son visage simula l’indifférence, mais son sexe le trahit. Nous nous sourîmes, complices, mais faisant mine de rien, il poursuivit son monologue et je fis semblant d’en comprendre chaque mot.

Quand le bas de ma robe dévoila mes cuisses, j’arrêtai son geste, en le suppliant de ne faire aucune remarque sur ce qu’il allait voir pour la première fois. Je vis passer dans ses yeux une vague de surprise et de crainte mêlées, il glissa sa main sur mon pubis, entre mes cuisses, sourit, mi-soulagé, mi-amusé et continua à remonter ma robe. Il m’avoua, par la suite, avoir cru que je le prévenais de mon hermaphrodisme ou quelque chose de la sorte.

Quand ma blondeur resplendit à la lueur des lampes à pétrole, il eut un sourire charmant. Il pencha la tête sur le côté, pour mieux m’observer, comme un lapidaire, face à un diamant brut, pourrait se demander comment le tailler pour le mettre en valeur, sans nuire à sa perfection.

Mes jambes s’ouvrirent sous ce regard, au rythme de sa respiration. Ses doigts écartaient mes lèvres, entraient dans mon vagin. Comme je l’avais fait plus tôt, il voulait en ressentir chaque relief, il se murmura à lui-même cette exclamation ravie « Oh che bella fighetta! ». Je lui en demandai la signification, il ferma les yeux, rougit un peu, fit non de la tête.

Tu serais offensée, alors que c’est tout le contraire

Ses doigts me transformaient en marionnette, j’ondulais, je m’ouvrais comme mue par leur propre volonté et ces mots que je ne comprenais pas, tout en les ressentant balayaient toute crainte, toute pudeur. Ses yeux étincelaient de désir, de folie.

Tu aimes mes caresses, Rosalina ?

Je tombai immédiatement amoureuse de ce doux diminutif, il me fallut quelques instants avant de reprendre mes esprits.

Ne le sens-tu pas sous tes doigts ?

Comme ça ?

Ses doigts allaient et venaient en moi, me paralysant de plaisir.

Ou comme ça ?

Tout en continuant ses va-et-vient, de son autre main, il caressa, non pas mon petit bouton bandé, mais les petites lèvres autour, accompagnant ses caresses d’une pression croissante. J’étais muette de plaisir.

Muette et paralysée, mais quel plaisir doux et violent ! Il répondit pour moi.

Comme ça, alora !

Je me sentais jouir sous ses doigts, nos sourires se répondaient et nos regards… ! Nos regards ! Ce fut la première fois où j’eus cette impression étrange d’une telle communion entre nous que mes yeux devenaient d’un noir ardent et les siens d’un bleu étincelant.

Enfin, tel un enfant, qui après avoir attendu patiemment, se décide à déguster cette pâtisserie dont il avait tellement envie, Valentino se pencha vers mon sexe offert, avec une avidité non dissimulée.

Sa bouche, sa langue, la précision de ses baisers… un orgasme me transperça les reins comme un coup de poignard. Mes gémissements de plaisir s’échappèrent de sa bouche. Il lui fallut user de toute sa force pour m’empêcher de l’étrangler avec mes cuisses.

Ayant dégusté mon plaisir, Valentino releva la tête. Ses lèvres, sa moustache, sa barbe, son nez, même ses pommettes luisaient. Il le vit dans mes yeux et rit de notre bonheur simple, inattendu…

Je voudrais aller dans mon lit, mais je n’en ai pas la force…

Tu as sommeil ?

NON ! Mais mon lit est… ooohh Valentino… plus confortable…

Je vais te porter, alora, Rosalina…

Il me souleva du canapé, m’embrassa « Tu es plus légère qu’une plume, Rosalinetta ! » et sans que nous l’ayons décidé, nos sexes s’unirent. Nous en fûmes autant surpris l’un que l’autre. Valentino s’arrêta. Je sentais mon sexe palpiter autour de son gland. La position était assez inconfortable, mais pour rien au monde, nous aurions voulu en changer.

Il avança lentement, précautionneusement, par chance, mon entrée théâtrale m’avait empêchée de fermer la porte de ma chambre.

Quand il voulut me déposer sur mon lit, son sexe entra de tout son long dans le mien, son gland cogna le fond de mon vagin.

Oh !

Il me reprit dans ses bras, me fit coulisser le long de son membre et « HAN ! » m’empala. Une fois. Deux fois. Dix fois. Prenant un peu plus d’assurance à chaque fois.

Je me pâmais, comme en équilibre à l’exacte limite de l’orgasme. Je le suppliai

Encore !

Il ne m’écouta pas et m’allongea sur le lit. Son regard, son sourire avaient retrouvé toute leur assurance. Avec la certitude que nos corps, nos esprits parlaient la même langue, la sérénité pouvait enfin s’inviter dans la fougue de cette première étreinte. Je puisais dans son regard, la force et l’assurance, je me sentais rayonner.

J’attendis que son sexe soit presque hors du mien, de sentir le bourrelet à la base de son gland à l’entrée de mon vagin pour, d’un geste de la main, lui demander de cesser tout mouvement.

Regarde ! Regarde !

J’écartai mes lèvres du majeur et de l’index d’une main, tandis que de l’autre, je me caressai, impudique, livrée à sa curiosité. L’orgasme me souleva à demi, je lui criai mon plaisir, mes sentiments dans un mélange de patois, de français. Il me répondit en italien et en français, qu’il aimait ce que nous faisions et d’autres choses que je ne compris pas.

Tu aimes quand je jouis, Valentino ?

Il hocha la tête et, comme à regret, m’avoua

Mais j’ai peur de…

Tu as peur de ?

Jouir trop vite… tu comprends ?

La surprise me fit dire, sur le ton péremptoire d’un sermon

Mais, Valentino, un cazzo non è un fucile a un solo colpo !

Il éclata de rire et surpris me demanda si je parlais italien, je lui dis la vérité, je ne connaissais que cette phrase, mais elle me semblait correspondre à ce que je voulais exprimer.

Qui te l’a apprise ?

Toine la dit souvent dans ce genre de situation…

Je me demandai soudain, si j’en avais bien perçu la signification…

Toine ? Tu… avec Toine ?

Redoutant son jugement, mais n’ayant pas envie de lui mentir, je regardai Valentino droit dans les yeux.

Oui ! Nous sommes un couple à quatre… Nathalie et Toine, Nathalie et Pierrot, Pierrot et moi, moi et Toine, moi et Nathalie…

De plus en plus surpris, il me demanda

Et Toine et Pierrot ?

Ah non ! Enfin… je ne crois pas…

Il ne me jugea pas, au contraire, cette précision sembla le soulager tout à fait.

Alors, la phrase de Toine veut bien dire ce que je croyais ?

Il opina en souriant. Son sexe avait perdu de sa dureté, mais dès que je me redressai pour voler un baiser à Valentino, sa vigueur revint comme par magie.

Écarte tes lèvres, Rosalina…

Non ! Tes doigts sont plus…

Plus ?

Plus plaisants que les miens… ils m’excitent plus…

Oh Rosalina… !

Ses doigts écartèrent mes lèvres, d’une main je me caressai et de l’autre, je m’agrippai à ses reins…

Embrasse mes seins, Valentino… s’il te plaît… ils ont besoin de tes baisers…

Une longue plainte s’échappa de sa bouche, comme si ma supplique le libérait d’un désir inavoué. Ma voix me surprit quand je lui demandai s’il sentait qu’une vague de plaisir allait bientôt me submerger. Je jouis violemment, haletant comme une bête sauvage, sans pudeur, j’avais perdu tout contrôle, j’avais envie de le mordre, de l’embrasser, de le lécher, de le dévorer tout à la fois.

Rosalina… Rosalina…

Je sentais les soubresauts de son corps tandis que son plaisir explosait enfin. Je l’empêchai de sortir de mon sexe « Profite et laisse-moi profiter de ce moment, mon beau Valentino ». Il y consentit en m’inondant de mots tendres en italien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous ne dormîmes pas de la nuit, et je ne pus me résoudre à aller travailler le lendemain matin, j’avais l’impression que cette nuit de folie amoureuse et sexuelle était tatouée sur mon corps, sur mon visage.

Je n’avais pas tout à fait tort, parce que lorsque Toine « venu aux renseignements » nous trouva assis dans la cuisine devant un bol de café, il eut un sourire amusé, prit mon poignet entre ses mains, fit semblant d’y chercher un pouls, et d’un ton très sérieux annonça « Bon, le bon docteur Toine a trouvé la Rosalie bien fatiguée, un peu fiévreuse, sans doute un coup de froid, je lui conseille de garder la chambre pour la journée ». Il déposa un baiser amical sur mon front « Profite, Bouton d’Or », avant qu’il ne s’en aille, Valentino lui dit quelque chose en italien, ils éclatèrent de rire, et Toine, tout en ébouriffant mes cheveux fit semblant de me sermonner « Il ne faut pas toujours répéter ce que je dis, Bouton d’Or ! »

Valentino demanda pourquoi il m’appelait ainsi, et Toine lui répondit en italien quelque chose que je compris tout à fait. J’aimais leur façon de parler de se regarder, ils faisaient de moi leur égale, ce qui n’était pas fréquent en 1919. J’étais une femme, je couchais régulièrement avec l’un, je venais de le faire avec l’autre, ils le savaient, mais respectaient tout autant mon désir que la femme que j’étais.

Ce fut donc, notre volonté commune, à Valentino et à moi, de n’être que tous les deux quand nous faisions l’amour. Il n’a jamais revendiqué une quelconque exclusivité et réciproquement. En revanche, il n’avait aucune envie de me voir coucher avec un autre, une fois encore ce souhait était réciproque.

Nous avons vécu une belle et longue histoire d’amour, en parallèle avec celle que je vivais avec Pierrot, mais je n’ai jamais cherché ni à la cacher, ni à en minimiser l’importance. Pierrot l’a acceptée, comme j’ai pu accepter les belles histoires d’amour qu’il a vécues sans moi.

Après l’automne, après l’hiver, le printemps est arrivé…