Allez hop, tout l’monde à la campagne ! – Quatrième épisode

Le grand jour est arrivé et avec lui, le grand lit que nous avons trouvé au hasard d’une vente aux enchères, à un prix dérisoire du fait, justement, de sa taille hors normes. Le plus difficile a été de le transporter jusqu’à la maison, de le monter à l’étage et de le faire entrer dans la chambre. Les escaliers sont trop étroits, la porte de la chambre aussi, il est donc passé, non sans difficulté, par la fenêtre, mais quelle rigolade !

Enfin, on a rigolé une fois le lit installé, les fenêtres et les volets remontés, parce que, pour tout dire, je n’en menais pas large quand il pendouillait au bout de ses cordes, se balançant dangereusement à trois mètres du sol au-dessus de mon époux. Nous avons pu acheter le linge de lit pour une bouchée de pain, bref une bonne affaire.

Le lit fait, nous nous sommes jetés dessus comme trois gamins. Je suis allongée entre mon mari et notre conjoint qui se demandent comment aménager la chambre. Les yeux rivés au plafond, je compte sur mes doigts, notre conjoint le remarque

– Qu’est-ce que tu fais ?

– Je me demandais… 3 fois 23, ça fait ?

– 69

– C’est bien ce qu’il me semblait !

Je plonge sous la couette qu’ils rabattent en riant. Cet hiver, j’ai découvert le plaisir d’avoir la tête sous les couvertures pendant l’amour. Le manque d’oxygène, la suffocation augmentent mes sensations et me garantissent des orgasmes plus puissants. Lequel des deux vais-je sucer en premier ? Par réflexe conjugal, ma bouche trouve le sexe de mon mari. Mes cuisses s’ouvrent sous les caresses délicates de ces deux hommes.

– Admirez cette merveille, je ne me lasse pas de la découvrir encore et encore !

– À qui le dites-vous ! Je ne veux pas flagorner, mais elle est encore plus belle depuis la Saint-Sylvestre !

– Il va falloir songer à aller brûler un cierge à Saint-Covid, si je comprends bien…

– Oh ! Que venez-vous de faire ? Recommencez, s’il vous plaît…

– Ça ?

– Oh oui ! J’adore comment mon épouse me suce quand vous la touchez comme ça.

– Ah bon ? Vraiment ?

Je délaisse le sexe de mon mari et me retourne pour sucer celui de notre conjoint. Je me régale de son odeur, de son goût, de sa texture sous ma langue. Je m’enivre de ses mots, des compliments qu’il me destine en s’adressant à mon époux.

– Et maintenant… notez la différence…

Mon mari écarte mes grandes lèvres et commence à me sucer, à me lécher comme il sait si bien le faire.

– Ouah ! Vous avez raison ! N’arrêtez pas !

Ivre de mes sensations, il me faut une bonne poignée de minutes avant de réaliser que j’offre au sexe de notre conjoint les mêmes baisers, les mêmes succions, les mêmes coups de langue gourmands que mon mari offre au mien. Emporté dans ce tourbillon, le temps s’évapore.

Je ne sais pas combien de minutes se sont écoulées, quand un signal d’alarme retentit dans mon crâne. Pointillés, ma vieille, pointillés !M’arracher à ce plaisir réclame un effort surhumain, suffocante, à la limite de l’évanouissement, je n’en ai pas la force. Les reproches indulgents de notre conjoint me parviennent, étouffés par la couette qui me recouvre encore du nombril à la pointe des cheveux. « Les pointillés, mon ange… les pointi… rhâââ… ! » Le délicieux jet de son plaisir inonde alors ma bouche, je m’en délecte avant de me tourner vers mon époux.

J’entends leurs conciliabules, mon mari demande à notre conjoint d’attendre un peu « avant de bouffer la chatte de notre petite femme ». Je sursaute quand des doigts écartent mes lèvres.

– Je ne me lasserai jamais de ce spectacle, mon ange !

Notre conjoint sait à quel point son regard me transporte, il sait aussi le pouvoir de ses mots sur moi. Je me concentre à nouveau sur la pipe que je taille à mon époux, en essayant de ne pas écouter leur dialogue.

– Pensez-vous que vous pourriez rendre cette beauté en dessin ? Je l’accrocherais en face du lit, comme ça, ce serait la première chose qu’on verrait en se réveillant, la dernière avant de nous endormir…

– Tu nous prépares des nuits… hmmm, ma chérie ! Des nuits agitées !

– Et vous pourriez rendre l’éclat de sa chatte trempée de désir ?

– Trempée à quel point ?

– Attendez, je vais vous montrer…

– Qu’est-ce que tu me suces bien, ma chérie, quand notre ami te touche… !

Je sens les doigts de notre conjoint me caresser comme si c’était la première fois et, aussi paradoxal que cela puisse paraître, comme s’il m’avait toujours caressée. Il a joui depuis trop peu de temps pour pouvoir bander, pourtant, je sais qu’il est excité. Le ton de sa voix ne ment pas. Dans ma bouche, le sexe de mon mari durcit, les veines qui le parcourent sont gonflées à l’extrême. Leur conversation se poursuit, mais je suis tellement prise dans cette double vague de plaisir, celui que je prends à sucer mon époux et celui que m’offrent les caresses de notre conjoint, que je n’en entends que des bribes.

– Vous voyez quand elle brille comme ça…

– Montrez-moi vos doigts quand vous les sortez de sa chatte… vous voyez… ils brillent plus…

– Je sais comment faire pour la rendre étincelante, cette belle et bonne chatte !

Il me pénètre de son index, fait quelques va-et-vient, le ressort, une ou deux caresses sur mon clitoris, il me pénètre de son index et de son majeur et recommence son manège, puis avec l’index, le majeur et l’annulaire. Je sais qu’il ne tentera pas plus, parce qu’il connaît ma crainte du fist, il sait que l’idée me tente de plus en plus, mais que je ne suis pas prête à m’y laisser aller. C’est un de nos sujets récurrents lors de nos séances de dirty talk.

Je sens la pression de la main de mon époux sur mon crâne, j’entends son grognement de plaisir. « Oh oui… comme ça… juste… juste comme ça, ma chérie ! ». Au même instant, sans cesser les mouvements de ses doigts dans ma chatte, notre conjoint excite mon clitoris du bout de sa langue. Mon cri de plaisir ondule sur la verge de mon mari adoré.

Comment se fait-il que cet homme capable de me projeter aussi loin dans le plaisir, avec ses mots, avec ses doigts, avec sa bouche, avec sa délicieuse pine soit resté célibataire, solitaire pendant toutes ces années ? Cette pensée m’obsède, ce n’est pas la première fois qu’elle s’invite dans mon cerveau.

– Ne cessez pas, cher ami, ne cessez pas… oh… ooh, ma chérie… jamais… jamais tu ne m’avais… oh ma chérie !

Je sens l’air frais sur ma poitrine. Mon époux a soulevé la couette pour me regarder le sucer, je l’entends déglutir. Notre conjoint me lèche, tète mon clitoris, ses doigts semblent vouloir s’écarter dans mon vagin. J’entends leurs va-et-vient mouillés, ce qui accroît mon avidité, si cela était possible. Mon mari l’encourage encore, il veut voir comment je le suce exactement quand je me fais bouffer la chatte par une tierce personne. Hélas pour lui, il n’en aura pas l’occasion, il jouit dans ma bouche. Ses mains ont lâché la couette qui me recouvre à nouveau.

Il demande à son complice de continuer le temps d’aller chercher son appareil-photo. L’envie de sentir le goût de la pine de notre conjoint alors que ma langue est encore imbibée des saveurs du sperme de mon époux se transforme en besoin vital.

Ma bouche sur le sexe mou de notre conjoint, je me grise du parfum de son pubis. La chaleur de nos corps exaltés sous la couette, l’oxygène raréfié, je hume, je cherche l’odeur de ce moment comme une truie en quête de quelque truffe enfouie entre les racines d’un chêne majestueux.

Il interrompt ses caresses, son cunni, soulève la couette à son tour.

– Je suis tout mou, mon ange, je suis tout mou !

Sans décoller ma bouche, je lui réponds que je m’en fous et d’un geste de la main, lui ordonne de reprendre là où il s’est arrêté. Il obtempère en soupirant dans un sourire « Mon ange… ! » La couette se rabat.

Ma langue a rejoint mes doigts sur son scrotum quand les jambes de mon mari adoré se glissent sous la couette. Notre conjoint ôte des doigts de mon vagin, décolle sa bouche de mes lèvres, sa langue se fait plus légère sur mon clitoris avant de le laisser orphelin.

Une première photo semble les satisfaire. Sans soulever la couette, je dirige une des mains de notre conjoint vers mon entrecuisse, je donne une petite tape sèche sur la cuisse de mon époux. Je ne sais par quel miracle, ils comprennent ce que j’attends d’eux. Ils écartent, chacun de leur côté, mes grandes lèvres, ma vulve se livre alors à leur regard en toute impudeur. Le plaisir me submerge, le sexe de notre conjoint dans ma bouche, je le tète avec avidité, comme si ma vie en dépendait. Il me semble qu’à cet instant, en effet, elle en dépend. La semi-érection que je fais naître ainsi libère mon orgasme qui n’attendait que ça pour exploser.

L’enthousiasme de leurs exclamations m’informe que le résultat a dépassé leurs attentes, alors, je reprends place entre eux. J’embrasse mon mari, puis notre conjoint dans un plus long baiser avant de consentir à regarder les clichés. Oui, je veux bien que mon époux dessine ma « chatte étincelante de se voir ainsi offerte à tous les regards », que notre conjoint encadre cette œuvre avant de l’accrocher face au lit.

À la Saint-Valentin, faisons-nous du bien ! – Deuxième épisode

Après avoir déjeuné, même si le repas n’était pas gargantuesque, nous avons décidé de suivre les recommandations sanitaires de mon époux en nous offrant notre séance rituelle d’agacements masturbatoires. En effet, si notre voisin nous rend visite chaque jour, nous ne baisons pas ensemble au quotidien (sauf à considérer que la pratique du sexe oral entre dans la catégorie « baiser »).

Prétextant revêtir une tenue plus adéquate, je vais me changer dans la chambre. En revenant dans le salon, un frisson d’excitation me saisit, comme un coup de fouet qui remonte du bas de mes reins à ma nuque, quand je les vois, mon époux adoré tiré à quatre épingles aux côtés de notre voisin dans son jogging distendu. Ils discutent en m’attendant. Je m’enivre de leurs compliments que je sais sincères autant qu’exagérés.

Nous avons décidé d’une petite mise en scène à l’attention de notre voisin qui ne se doute de rien. Je lui quémande « un petit baiser » auquel il consent volontiers. Mon époux assiste au spectacle de nos bouches avides, de nos langues impudiques engagées dans leur tango sensuel. Pour avoir un meilleur point de vue, il se tient dans mon dos, sa main, comme mue d’une volonté propre, se glisse sous ma robe, rapide et prudente comme une belette sortant de son terrier à la recherche d’une proie cachée dans les fourrés.

– Mais où avais-tu la tête, ma chérie ? Tu as oublié de mettre une culotte ! Je vous prends à témoin, mon cher ami, constatez, constatez !

– Je constate, je constate ! S’agirait-il là de ce que les spécialistes appellent « un acte manqué » ?

– Il me semble bien, surtout que ma chère épouse semble avoir également oublié… Ma chérie, ne m’avais-tu pas dit que tu avais écrit un petit compliment à l’attention de notre cher ami en cette occasion particulière ?

J’attends que notre voisin et mon époux se soient assis dans le canapé, je fais une sorte de petite révérence et, reprenant le quatrain cher aux fillettes par-delà les générations « Si j’étais jardinière, je t’offrirais des fleurs, comme je suis écolière, je t’offre mon cœur », je déclame « Si j’étais poétesse, je vous offrirais des vers, puisque j’étais secrétaire, prenez donc mes fesses ».

Notre voisin éclate de rire avant de réaliser ce que mes mots signifient. Ses yeux semblent balbutier leur surprise. D’un regard enjôleur, d’un mouvement de tête, je l’invite à me suivre dans la chambre. Mon époux lui demande s’il préfère rester seul avec moi, notre voisin confirme. Nous l’appellerons plus tard.

Les rideaux tamisent à peine la lumière, je m’en réjouis intérieurement. Notre voisin a déjà retiré son jogging, il s’approche de moi.

– J’aimerais vous déshabiller, regarder votre corps réagir à cette première fois.

Tant que je peux garder mon caraco… Je ne sais pas comment notre voisin a pu lire dans mes pensées, il poursuit, balayant de ses mots ce simple espoir.

– Avez-vous conscience que si mes mains connaissent votre corps, mes yeux n’en ont vu que quelques détails ? Je comprends ce que vous redoutez… Bien sûr, votre corps a vieilli, bien sûr, il s’est empâté, je sais bien que sa peau n’est plus celle de vos trente ans… la belle affaire ! Parce que je ne connais pas cette jeune femme que vous fûtes, j’en ai vu, certes, quelques photos, mais je ne sais rien d’elle. En revanche, je sais que la femme vous êtes devenue me fait bander, que j’aime la souplesse de sa peau sous mes caresses, que ce corps m’offre des plaisirs, je les espère partagés, des plaisirs qu’aucune autre ne m’a jamais offerts, des plaisirs insoupçonnés…

Je le laisse me déshabiller, je ne sais pas comment lui dire que ses mots m’émeuvent davantage qu’un bouquet de roses, fussent-elles rouges passion, que je les reçois comme un cadeau d’une valeur inestimable, un cadeau à côté duquel une parure de diamant semblerait minable. Une fois nue, je manque de m’évanouir sous les caresses de son regard. Cette femme de soixante-sept ans, il la trouve belle, alors, je deviens belle.

En spectateur attentif et en assistant complice de nos ébats, notre voisin sait déjà comment préparer mon cul pour que la sodomie ne soit que plaisir. Nous en avons parlé avec lui, mon mari et moi, il sait qu’en plus de trente ans de pratique, je n’ai jamais ressenti la moindre douleur. Il sait aussi que seul mon époux a eu accès à mon entrée privée. De mon côté, je sais que la sodomie n’a jamais dépassé le stade du fantasme pour notre voisin.

Nous souhaitons, lui et moi, pouvoir nous regarder quand il me pénétrera. Mon corps prêt, sa grosse pine (comme il aime que je la nomme) elle aussi enduite de gel, je m’allonge sur le lit. Mes fesses sont trop loin du bord, je l’ai fait exprès, parce que je savais que j’aimerai la sensation quand mes jambes sur ses bras, il m’attirera vers lui. Il a lu ma ruse son mon visage.

– C’est avec ce genre de comportement que vous… c’est ce genre de comportement qui me… Ma si désirable voisine, lorsque je porterai plainte auprès des instances dédiées pour avoir dérobé mon cœur, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même ! Et ça vous fait sourire… !

Je sens la chaleur de son corps irradier sur ma vulve et sur mes fesses enduites de gel. Ma main rejoint la sienne sur sa queue si dure, si désirable. Notre voisin me regarde. Sans un mot, dans un échange de sourires, nous guidons son gland contre mon anus. La pression qu’il y exerce est à la fois douce et résolue. Nous respirons au même rythme. Il est entré et s’enfonce lentement en moi. Ça y est, ma vieille, ton voisin est en train de t’enculer. Et t’aime ça, hein, ma vieille ?! Putain, sa bite est encore plus grosse, elle me dilate le cul comme jamais… Putain, c’que c’est bon !

Notre voisin se régale du spectacle. Je le sais parce que ses lèvres ont gonflé. Elles le font toujours quand il prend son pied. Il délaisse ce spectacle pour me regarder. Il voulait me dire quelque chose, mais il a remarqué ma bouche entrouverte, ma langue qui passe sur mes lèvres, elles aussi plus gonflées que d’ordinaire. Dans un sourire, il se penche vers moi. Je me redresse autant que je le peux. Nos bouches se rejoignent. Han ! D’un coup de reins involontaire (ou pas), sa grosse bite s’est enfoncée jusqu’à la garde. C’que c’est bon ! Je sais que ses va-et-vient seront encore meilleurs.

Notre voisin se murmure à lui-même « C’que c’est bon, oh, c’que c’est bon ! » Son regard va de son sexe à mon visage. Je pousse des petits cris de plaisir, au rythme et en écho à sa mélopée. Les mots qui s’échappent de ma bouche ne sont pas ceux que je souhaiterais.

– Vous m’enculez tellement bien… cher voisin… Oh ! Vous m’enculez comme un prince !

Je jouis une première fois. Je jouis d’autant plus fort que je ressens ainsi à quel point sa grosse pine m’emplit. Mon époux, répondant à notre appel, entre dans la chambre à l’instant précis où notre voisin se retire de mes fesses. Il regarde son sexe. Me regarde. Me sourit. « C’est trop bon… » D’un coup de rein, il me pénètre à nouveau, mais alors que je m’attends à des va-et-vient rapides et profonds, notre voisin se retire au ralenti.

– Si je continue, je vais jouir et avant de jouir, je voudrais nous offrir…

– Nous offrir quoi ??

Notre voisin me prend dans ses bras. « Vous ne vous en doutez pas ?! Allons, ne me faites pas croire que… » Il m’embrasse sans finir sa phrase.

Je regarde mon époux, frappée par le contraste entre sa tenue impeccable et le corps nu de notre voisin.

– Cette première fois aura-t-elle été à la hauteur de vos fantasmes ?

– Je peux vous affirmer qu’elle l’a été au-delà de tout ce que j’aurais pu m’imaginer.

Par la pression qu’il exerce sur ma hanche, notre voisin m’invite à me mettre à quatre pattes. De fait, je ne vois pas la scène qui se joue dans mon dos, mais la devine dans le dialogue entre mon époux adoré et notre voisin.

– Je n’en reviens pas, vous avez réussi à convaincre ma chère épouse de se mettre toute nue en plein jour !

– Vous ne vous imaginez pas comme j’en suis heureux !

Je sens ses mains écarter mes fesses, je le supplie.

– S’il vous plaît…

– S’il vous plaît quoi ? Dois-je comprendre que… ?

– Oui !

– Comme ça ?

Je gémis de plaisir quand il me pénètre d’un vigoureux coup de reins. Mon bassin ondule. Je me sens indécente, impudique, mais qu’est-ce que j’aime ça ! Je fais signe à mon époux. Il s’approche, sans se déshabiller, il sort son sexe de son pantalon. Je commence à le sucer et, au même moment, je comprends ce que notre voisin tenait tant à m’offrir avant de jouir. Dans cette position, je sens ses grosses couilles battre contre mes cuisses, caresser ma vulve. J’aime crier des « Oh, oui ! Oh, oui ! » et grogner de plaisir la bouche pleine du sexe de mon époux adoré. J’aime sentir les doigts de notre voisin agripper mes hanches, la furie de ses va-et-vient.

J’aime sa voix d’une sonorité irréelle de sensualité quand il me demande si j’aime ça, si je sens ses grosses couilles bringuebaler. J’abandonne un instant le sexe de mon mari.

– Oh oui ! Oh oui, j’aime… vous m’en… Oh oui… ooh… !

– Je vous en… quoi ?

– Oohh… !

– Je vous encule comme un prince, c’est ça ? C’est ce que votre épouse m’a avoué, tout à l’heure…

– Non ! Non… vous m’enculez… comme… Oohh… comme un dieu ! Et vos ma… vos magnifiques… Oohh… couilles… oh… ooh… ooohh… !

Le plaisir qui s’empare de moi vole mes mots entre mon cerveau et ma bouche. Je reprends ma pipe là où je l’avais laissée. Mon époux s’en félicite avec des mots qui attisent mon plaisir. Je sens ses mains sur mes seins. Je les sens se glisser entre mes cuisses. Je l’entends exclamer sa surprise de trouver ma chatte trempée comme jamais.

Et le temps se dissout dans le plaisir que nous prenons tous les trois. Il me semble que mes orgasmes s’enchaînent. À moins que ce n’en soit qu’un seul, qui au lieu d’exploser comme d’habitude, aurait opté pour le flux et le reflux, des ondes comme les vagues à marée montante… Je jouis encore quand je sens un grognement naître dans les tripes de notre voisin, enfler avant de s’échapper par sa bouche. Il ne se retire pas. « Permettez-moi de débander en vous, de profiter encore un peu de cette sensation ». Des vaguelettes de plaisir, plus douces, plus sereines me parcourent.

Quand notre voisin se retire, il reste derrière moi. Je sens les mains de mon époux écarter mes fesses. Il se penche en avant. Son sexe s’enfonce davantage dans ma bouche.

– Que c’est beau ! Regardez comme c’est beau ! Était-ce aussi bon pour vous que c’est beau à voir ?

– C’était même meilleur !

– Ooh… que c’est… beau !

Mon mari jouit dans ma bouche en prononçant ces mots. Nous restons dans le lit le temps de nous remettre de nos émotions. Les mots que nous nous disons sont empreints de douceur, de respect… et de grivoiserie.

– Avec tout ça, on n’a toujours pas joué notre partie d’échecs…

– Figurez-vous, cher ami, que je me faisais la même réflexion !

Nous sortons de la chambre. Mon époux y retourne aussitôt, son téléphone à la main. Il nous rejoint ensuite pour nous montrer la photo qu’il vient de prendre.

– Ainsi, le souvenir de cet extraordinaire moment ne s’effacera jamais de nos mémoires

Le cahier à fermoir – Vendredi 17 août 1945

Jean-Baptiste reprendra le travail lundi, je ne sais pas si je trouverai le temps d’écrire quand je serai seule avec le bébé, alors j’en profite pour le faire maintenant.

Notre petit Martial est plus beau chaque jour. Je me demande comment c’est possible puisqu’il était déjà parfait à la naissance. Il a dix jours aujourd’hui. Dix jours ! Tu te rends compte ? Dix jours que Jean-Baptiste le prend en photo à la moindre occasion, presque une semaine qu’il essaie, en vain, de lui faire dire « Papa » ! Si tu voyais les échanges de regards entre eux ! Je ne saurais dire lequel des deux est le plus fasciné.

Marcelle est venue nous rendre visite avant-hier, quand elle a pris Martial dans ses bras, elle a semblé surprise, elle s’est approchée de la fenêtre comme pour être sûre de ce qu’elle voyait.

– Vous le badigeonnez à l’Ambre Solaire ou quoi ?

– Je me demandais si je n’étais pas victime d’hallucination parce que je trouvais que sa peau devenait plus foncée, malheureusement, en Côte d’Ivoire j’étais coupé des indigènes, il m’était formellement interdit de les fréquenter et j’étais du genre obéissant. Le hasard fait souvent bien les choses, en allant poster une lettre, j’ai remarqué un petit enfant qui se précipitait dans les bras de sa maman à la peau noire. Je lui ai expliqué ce qui me troublait, elle a éclaté de rire devant tant de candeur, mais quand je lui ai raconté mon histoire, sa moquerie s’est muée en compassion. Elle m’a affirmé que la peau de Martial foncerait pendant un certain temps avant d’avoir sa couleur définitive. Elle a ajouté, qu’aux Antilles, il arrivait même que des enfants naissent blancs de peau avant de devenir nègres après quelques jours.

J’avais eu peur de passer pour une idiote en posant la question, pourtant il me semblait bien que la peau de Martial fonçait un peu plus chaque jour. J’avais eu peur de passer pour une idiote, maintenant, je me sentais parfaitement stupide de ne pas avoir osé en parler avec Jean-Baptiste.

Pour notre mariage, monsieur Dubois nous a offert un magnifique cadeau, un gramophone qui lui avait appartenu avant-guerre, il pense que nous en ferons un meilleur usage que lui. En fait, il ne s’en sert plus depuis des années. Il nous a aussi offert sa collection de 78 tours. J’ai fait la grimace en les découvrant, des chansons d’un autre temps, de la musique classique, rien de moderne, que de la musique de vieux ! Heureusement, Jean-Baptiste a dégotté un disque de Charles Trenet (le vrai, pas celui du square Dupleix !), deux de Raymond Legrand et son orchestre, un de Ray Ventura et ses collégiens, et surtout trois du Jazz de Paris d’Alix Combelle, notre orchestre préféré.

Ce midi, après sa tétée, Martial n’était pas décidé à dormir. J’étais installée sur le canapé, Jean-Baptiste m’a tendu le bébé, il a ouvert le gramophone et il a soigneusement choisi un disque. Les premières notes ont retenti. Horreur ! « Le beau Danube bleu » ! Il a pris Martial dans ses bras.

– Il n’est jamais trop tôt pour apprendre, mon fils. Je vais te donner ta première leçon de danse, parce qu’il se trouve que ce sont mes qualités de danseur qui ont séduit ta maman.

Tout sourire, il a commencé à danser. Soudain, il a fait semblant de remarquer mon air désabusé.

– Mais ta maman te dirait que ce n’est pas ainsi que l’on valse, qu’on doit le faire ainsi. Qu’en penses-tu, petit bonhomme ?

Je dois admettre que la valse de Vienne ne se prête pas au style musette. Mon Jean-Baptiste exultait.

– Attention, tu vas le faire vomir !

Après cette première valse, Jean-Baptiste a choisi « Bébé d’amour » et j’ai pu constater les bienfaits de mes leçons. Qu’il est beau quand il danse comme ça ! Martial s’est endormi, Jean-Baptiste l’a couché dans son moïse, posé près de notre lit et il m’a rejointe sur le canapé.

– Tes joues se sont teintées de rouge, mon amour lumineux, quelle en est la raison ?

– Je pensais à mes leçons de danse, quand j’incitais Albert à te décoincer… Si tu savais comme ça me manque…

– Tes leçons de danse ?

– Albert, nos taquineries… Je n’ose pas demander à madame Meunier quand Albertine pourra retrouver son Albert.

Jean-Baptiste a souri. Sa main puissante a serré la mienne.

– Je vois bien ton impatience, Albert, hélas je ne peux t’offrir rien d’autre que mes caresses et mes baisers.

– L’entends-tu, cette fausse modeste ou réelle candide ? Comme si elle avait oublié tous les plaisirs que ses mains, que sa bouche peuvent t’offrir !

Aussi bête que cela puisse paraître, je me suis trouvée toute gênée à l’idée de libérer Albert de sa geôle de tissu, de me pencher vers lui et de l’embrasser, pourtant Dieu sait à quel point j’en avais envie. Je ne sais pas d’où me venait cet accès de pudeur. Je pouffais d’un rire qui peinait à masquer mon embarras, je sentais que mon visage virait au cramoisi. Je redoutais avant tout qu’une plaisanterie de Jean-Baptiste m’ôte tout désir, fasse de cette gêne passagère un obstacle infranchissable.

– Si tu ne te sens pas tout à fait prête, nous pouvons attendre, ma Louise. Rien ne presse, nous avons toute la vie devant nous. De toute façon, il est grand temps que tu retournes t’allonger…

Il s’est levé, il m’a tendu la main. J’ai vu qu’Albert ne se dressait plus. Je ne sais pas pourquoi, mais ça a ravivé la flamme de mon désir. J’ai déboutonné avec tant de hâte le short colonial de Jean-Baptiste qu’un des boutons a volé dans les airs. Nous avons ri en le regardant tournoyer sur le plancher. Adieu mes craintes, adieu ma gêne, j’ai retrouvé Albert comme si nous avions été séparés pendant de longues années !

J’avais oublié à quel point j’aime son goût, à quel point l’odeur du pubis de Jean-Baptiste peut m’enivrer. Ma bouche se montrait trop avide, ma gourmandise risquait d’écourter mon plaisir. Alors, je me suis calmée. J’ai prêté attention aux mains de Jean-Baptiste crispées sur mes cheveux. J’ai senti leur étreinte se desserrer, ses doigts descendre lentement vers mes oreilles, vers mes joues. En même temps, je prenais conscience de la douceur de la peau de ses cuisses sous mes mains.

Albertine voulait hurler son désir, mais j’ai contracté mes cuisses pour la faire taire. Je ne lui céderai pas tant que madame Meunier ne m’aura pas affirmé que je peux le faire.

Mes baisers devenaient légers, suaves comme une île flottante sur de la crème anglaise. Je dégustais Albert avec délectation, mais élégance. Sur le moment, l’image m’a parue romantique, mais en écrivant ces mots, j’en mesure le côté amusant. Ma langue parcourait Albert, comme si elle voulait s’assurer que ses reliefs n’avaient pas changé. La salive emplissait ma bouche et faisait résonner les mots de Jean-Baptiste « Ô, ma Louise ! Ma Louise ! Mon amour lumineux ! »

Mes mains ont remonté le long de ses cuisses, elles ont touché ses fesses de telle façon que Jean-Baptiste a compris qu’il était temps pour Albert de faire l’amour à ma bouche. Je pensais qu’il se montrerait impatient, comme un cheval trop longtemps enfermé se rue dans la prairie qui s’ouvre devant lui, mais Albert a pris tout son temps.

Mon cœur battait à tout rompre. Je suis sûre et certaine que Jean-Baptiste a senti ses battements sur mes tempes. Mais il n’a pas accéléré le mouvement pour autant. Dans mon ventre toute une escouade s’est mise en marche. Mes cuisses étaient tellement serrées que je n’ai pas senti venir l’explosion du plaisir d’Albertine. Quand il a explosé, un flot de salive a inondé ma bouche. J’ai dégluti si fort qu’Albert est enfin parti au galop. Les mains de Jean-Baptiste se sont faites sauvages, elles tenaient mon visage si fermement qu’il ne formait plus qu’un avec elles. J’ai senti que mes mains faisaient la même chose avec ses cuisses.

Bon sang, que le cri que Jean-Baptiste a tenté de retenir m’a électrisée ! Le plaisir d’Albert a explosé dans ma bouche et je me suis sentie redevenir femme.

Enfin apaisés, nous avons regagné notre chambre. Jean-Baptiste m’a fait éclater de rire quand il a paru se souvenir de quelque chose, qu’il m’a laissée seule dans le lit avant de revenir le bouton de son short à la main. Il le regardait comme s’il se demandait s’il devait le considérer comme un trophée.

C’est à boire, à boire, à boi-re, c’est à boire qu’il nous faut !