Les souvenirs de Tatie Monique – Fiançailles

380_1000
Nous nous retrouvions dès que nous le pouvions pour des parties fines en pleine nature.

L’été 1974 s’était écoulé doucement, Catherine avait repris sa place, place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Notre complicité, notre amitié avait été immédiate et ne se démentait pas au fil des mois. Elle travaillait toujours à la boulangerie, en ville, mais dès que la possibilité d’une fête s’ouvrait à nous, Alain venait la chercher. 

Nous passions aussi du temps, toutes les deux, à parler de tout et de rien, en ayant bien conscience du luxe que nous apportait notre amitié. À notre première rencontre, je lui avais affirmé que les temps avaient changé, je lui avais parlé de mai 68, de la révolution sexuelle, mais si les femmes que nous étions faisaient fantasmer bon nombre d’hommes, nous demeurions, aux yeux de beaucoup, marquées du sceau de l’infamie. À deux, l’étiquette « SALOPE » était moins lourde à porter. 

Avec Catherine, j’avais découvert de nouveaux lieux, de nouveaux partenaires, de nouvelles sensations, de nouveaux plaisirs qui s’ajoutaient aux autres. C’est à la crique que j’ai découvert celui de la regarder. 

J’avais été retenue à la maison par Bonne-Maman, qui avait besoin de mon aide. Depuis la lecture de son cahier, je l’appréciais davantage, mais surtout, elle avait perdu son âge, à mes yeux. Je ne la voyais plus comme une vieille femme, certes, elle l’était, mais à cette image se superposait celle de la jeune fille, de la femme qu’elle avait été. Je lui posais souvent des questions auxquelles elle répondait avec grand plaisir, ravie d’avoir tant de choses, tant de souvenirs à me transmettre, quand elle avait cru les emporter dans la tombe.

J’étais arrivée à vélo dans la petite crique, sur le chemin, bien cachées, j’avais reconnu les voitures. Surplombant l’endroit, j’observais ces hommes qui entouraient Catherine. Je ne voyais pas Christian parmi eux, mais, avant même d’en être déçue, il me murmura dans le cou « Tu aimes le spectacle ? »

– Qu’y a-t-il de plus beau ? Regarde-la ! Regarde comme elle est belle ! Et ces hommes… c’est vraiment…

– Excitant ?

– … Romantique !

J’aimais son rire. J’aimais sentir son sexe dur contre mon ventre, quand il m’enlaçait comme ça. Nous étions encore habillés, mais nous nous sentions déjà nus.  Nous descendîmes le petit sentier, nous nous approchâmes, je tournai autour de Catherine, d’Alain, du bavard et de celui que nous appelions malicieusement, « le notaire » pour différentes raisons. Bien sûr, il raffolait des branlettes entre les seins de Catherine, mais il exerçait quelque fonction officielle et surtout, sa langue agile ne lui servait pas uniquement à discourir sur tel ou tel point de droit administratif.

J’étais tellement admirative du spectacle de ces corps, que j’en oubliai presque de me dévêtir. Joseph souleva ma robe en me demandant l’autorisation de la retirer lui-même.

Le « cas Joseph » me plongeait dans des abîmes de perplexité. Pour commencer, il était le seul à ne jamais nous tutoyer, à ne jamais employer de mots crus pour pimenter ses ébats. Je crois que le mot le plus trivial qui ait jamais franchi ses lèvres fut un « saperlipopette ! » retentissant, une nuit d’hiver. Mais surtout, bien que son sexe fut ridiculement petit, il s’en servait avec une maestria digne d’éloges. La taille enfantine de sa queue n’a jamais semblé lui poser le moindre problème ou générer le moindre complexe. Il nous faisait jouir d’une manière incroyable, nous demandant juste de ne pas retenir nos cris de plaisir, après avoir joui, il nous remerciait toujours. Un homme bien curieux que ce Joseph…

Je l’autorisai à ôter ma robe, mais restai comme paralysée par cette vague de plaisir, qui montait en moi en regardant Catherine. Je devenais elle, je devenais ces hommes qui la prenaient tout à tour. Joseph le remarqua et me demanda de faire ce dont j’aurais le plus envie.

Je choisis une place de choix, m’installai confortablement, adossée à un petit rocher, et me masturbai en ayant conscience que mon activité excitait notre petit groupe, mais je m’en moquais, toute au plaisir que j’éprouvais. 

Mon orgasme me sortit de cet état second. Je rejoignis le petit groupe, le bavard s’activait dans les fesses de Catherine, qui suçait mon Christian. Nos regards se croisèrent. J’en avais déjà parlé avec elle, je voyais le plaisir qu’elle prenait à la sodomie, mais trop de peurs me freinaient, m’empêchant de franchir le pas. Celle qui dominait était la peur de la douleur. Catherine m’avait assurée que lorsque je serais prête dans ma tête, mon corps se détendrait et que mise en confiance, bien préparée, je n’aurais pas mal. En tout cas, c’est ainsi que son Paulo l’avait initiée. 

Quand elle reprit la place, qui était la sienne, au sein de ce groupe d’amoureux du plaisir et de la liberté, elle m’avoua que ce qui lui avait le plus manqué, avait été la sensation, le plaisir de sentir son anus se dilater, sentir la pénétration et les va-et-vient. 

Je regardais souvent son visage pendant qu’elle se faisait sodomiser et je pensais comprendre l’intensité de son plaisir. 

Ce fameux jour, j’eus la curiosité de regarder à quoi ressemblait son petit trou après une sodomie. J’attendis que le bavard se retire et scrutai son derrière. Alain me demanda « Tu veux voir ? » et écarta les fesses de Catherine. Je vis surtout les lèvres de son sexe palpiter, puis l’anus. Je l’entendis psalmodier « Encore… Encore… Encore ! ». Le notaire prit la place du bavard et entendant une fois de plus les gémissements d’aise de Catherine, pendant qu’il la pénétrait, je décidai que le temps était venu pour moi de goûter à ce plaisir.

Mes partenaires préférés étaient tous présents, le soleil se couchait paresseusement, en prenant tout son temps, un joli nuage parme et orangé en guise d’oreiller, l’air était doux comme un baiser dans le cou, des odeurs salées remontaient de la mer, la garrigue exhalait les parfums de la Provence… tous ces détails ont eu leur importance dans ma décision. 

J’attendis une « pause rosé bien frais » et blottie dans les bras de Christian, j’annonçai d’un trait, m’enflammant davantage à chaque mot,

– Vous me taquinez souvent de ce rempart de vertu que je dresse entre mon cul et vos bites, Alain m’a même affirmé « tu es cruelle de te faire prendre en levrette, d’offrir ton joli petit cul si bandant à la vue et d’en interdire l’accès ! » Je suis prête à faire céder ce rempart, mais je voudrais que ce soit Christian qui le fasse devant vous tous, que vous soyez témoins de ce moment si important pour moi… mais aussi… je voudrais que vous y preniez part, en me… « préparant »…

Dans mon dos, je sentais le cœur de Christian battre presque aussi fort que le mien. Du regard, je demandai l’assistance de Catherine, de son doux sourire, elle me l’accorda. Un bref conciliabule entre elle et les hommes, puis le notaire s’approcha de nous deux, qui faisions face au reste du groupe. Révérencieusement, il s’inclina, me tendit la main et, d’un ton exagérément pompeux, tint ce discours.

– Ce soir, Monique a décidé de franchir le pas. Pour elle, ce n’est pas seulement une expérience nouvelle, mais c’est surtout un pas de plus dans l’affirmation de l’amour qu’elle voue à Christian. Elle a souhaité se faire dépuceler le cul devant nous, pour faire de nous les témoins de son amour. Dans l’esprit de Monique et de Christian, l’amour se définit par le partage. Je vous invite donc à venir, les uns après les autres, la préparer afin que Christian puisse la déflorer en toute sérénité.

En écrivant ces mots, je ne sais pas si je parviens à restituer l’humour et l’ambiance, à la fois érotique et burlesque, qui régnait alors. 

Je me mis à quatre pattes sur le matelas moelleux fait des coussins que Joseph apportait avec lui, à chaque fois qu’il venait. D’un geste de la main, le notaire invita Christian à prendre place à mes côtés et à le regarder m’écarter les fesses, avant de me lécher de sa langue habile.

Un « OooOOOoohh ! » de surprise ravie s’échappa de ma bouche. En riant, le bavard dit « Fais-la taire, Christian ! ». Semblant obéir à cette injonction, mon homme força ma bouche de son gland. Je déglutis de plaisir. J’ondulais sous les coups de langue du notaire, sous ses caresses, de mon clitoris à mon anus. Avant même que je n’en manifeste le désir, il enfonça deux doigts dans mon vagin, tout en accentuant ses baisers. Je sentais mon corps se détendre, il sortit les doigts de mon vagin et commença à caresser mon anus avec son index, ainsi lubrifié. J’ondulais, je gémissais, tétant le sexe de Christian à l’aune de mon plaisir croissant. Ses mains devenaient fébriles dans mes cheveux.

Le notaire entra une phalange dans mon cul, puis le retira et céda sa place à Joseph. Je fondais de plaisir, tant sa langue était tout à la fois douce et ardente.

– Oh, ma douce Monique, je ne puis résister au plaisir de vous prendre…

Je jouis violemment, son petit sexe allant et venant dans mon vagin, tandis que son index s’enfonçait dans mon cul, plus profondément que celui du notaire. Je ne ressentais aucune douleur.

– Votre corps sera bientôt prêt. Mais… vous jouissez encore, ma chère amie ?

Le sexe énorme de Christian, au plus profond de ma bouche, m’empêchait de répondre, seuls, mes cris s’échappaient de mes lèvres.

– Ô, petite diablesse divine, créature sensuelle, sentez… sentez… vous me faites venir !

Comme à son habitude, il me remercia avant que le bavard ne le remplace. Plus rugueux, mais tout aussi efficaces, ses attouchements me firent décoller, m’échapper de mon corps. Comme nous étions beaux, tous les sept, entourés de ce halo mordoré ! Mon ectoplasme me restituait la scène, comme si je me trouvais face à un tableau, une toile de maître. Christian face à moi, son sexe dans ma bouche, le notaire me caressant le dos, les reins, le bavard derrière moi, me caressant d’une main et semblant soutenir son sexe épais de l’autre, Joseph, un peu à l’écart, aux côtés d’Alain et de Catherine qui parlaient à mi-voix. Han ! Le bavard venait de me pénétrer.

– Boudiou ! Si ton cul est aussi accueillant que ton joli petit con… Boudiou ! Quels régals tu nous promets ! 

Il enfonça son doigt visqueux en entier. Je crus défaillir de plaisir.

– Mais tu jouis, ma coquine ! Tu aimes ça, hein ?

Il allait et venait avec aisance. Je ne ressentais toujours aucune douleur. Je ne savais pas encore qu’il avait enduit son doigt de vaseline.

– Boudiou ! Ta fougue me fait venir ! Oh boudiou ! Tu me vides les couilles !

Quelques jurons plus tard, il se retira, me laissant pantelante. Alain s’approcha à son tour, me caressa, écarta mes fesses, siffla, admiratif, et entreprit de me dilater un peu plus, de son index et de son majeur. Je sentais, sur mes fesses, les va-et-vient de son autre main le branlant.

– Viens voir, Christian, comme nous te la préparons bien, ta Monique… Viens… !

Comme à regret, Christian sortit de ma bouche.

– À toi de jouer, ma Catherine !

Avant que je puisse comprendre ce qu’il lui demandait, elle s’allongea sous moi. Alain, agenouillé, se branlait entre mes fesses, tandis qu’elle lui léchait les couilles. Se rend-elle compte que sa langue me lèche aussi le minou ? Troublée de ce contact, j’ouvris les yeux, sa toison brune, dense et frisée, humide de sa jouissance et parsemée de gouttes de sperme… Comment aurais-je pu résister ? 

Je goûtai, d’une bouche timide, pour la première fois, un sexe de femme, les caresses de sa langue se firent plus précises, quant à la mienne, elle se fit plus gourmande. Je la dégustais avec délice sous les acclamations de joie des hommes, les doigts d’Alain allaient et venaient, s’écartant doucement. Il demanda à Christian de m’écarter les fesses, sortit ses doigts, se branla à toute vitesse. Je sentis la langue de Catherine délaisser mon sexe pour s’activer sur les couilles de son homme. Quant à moi, je ne pouvais me résoudre à ne plus la sucer. Quel régal ! Et quel bonheur de la sentir jouir de ma bouche !

– Ô, putes vierges ! Ô, vous me faites venir… ! Ô…

Je sentis le flot de son plaisir m’inonder.

– Regarde… regarde… !

– Oooh !

Plus tard, Christian me dit qu’il n’avait jamais reçu de plus beau cadeau d’amour et d’amitié. Ses amis lui permettant de me déflorer, en connaissant sa « singularité sexuelle » et moi, lui offrant mon « dernier pucelage ».

Je sentis son gland bouillant me pénétrer, volontaire et bienveillant. Je me cambrai davantage, ma bouche toujours soudée au sexe de Catherine.

– Tu en veux plus, ma Monique ?

Je relevai la tête, décollai ma bouche du sexe de Catherine.

– Oui !

Un coup de rein.

– Comme ça ?

– Encore plus !

Exclamations de joie.

– Comme ça ?

– Encore… ooohh… plus !

– Je vais te faire mal, non ?

– NON ! ENCORE !

J’aurais voulu le sentir aller et venir, mais il refusait tout mouvement. Je pensai l’y contraindre en imprimant moi-même la cadence, seulement, il se reculait dès que je tendais mes fesses vers lui. Un éclair de lucidité m’apporta la solution. Je demandai son aide à Catherine « Montre-lui ce que je veux ! ». Elle se mit à quatre pattes à mes côtés et offrit ses fesses au notaire. 

Satisfait, Christian commença à aller et à venir, à chaque mouvement un peu plus profondément, chaque va-et-vient un peu plus ample. Je hurlais ma jouissance comme Ève pouvait le faire avec Adam au beau milieu de l’Eden. Je faisais corps avec la nature, avec ces hommes, avec Catherine, avec Christian.

Quand il jouit, mon corps était en sueur et tremblait de plaisir. Nous nous écroulâmes au sol, il m’embrassait, prenant les autres à témoin, nous nous disions les mots d’amour que nous réservions d’ordinaire à notre intimité.

Enfin, il me demanda officiellement en mariage. Je demandai à Catherine et à Joseph s’ils voulaient être mes témoins. Christian posa la même question à Alain et au bavard, puisqu’il allait de soi que le notaire nous unirait légalement, sa qualité d’élu municipal lui conférant le statut d’officier de l’état-civil. Tous acceptèrent. 

Ce fut à ce moment que Catherine et Alain nous demandèrent d’être les témoins de leur propre mariage.

Nous n’avions pas de Champagne pour arroser cette soirée, le rosé était bien tiède et la dernière bouteille bien peu remplie, toutefois, nous fêtâmes joyeusement la perspective de ce double mariage.

– Boudiou ! Quand je pense que ce n’étaient que les fiançailles ! Vivement la nuit de noces !

Quand Monique revit, à 50 ans d’intervalle, une aventure vécue par Nathalie

Un commentaire sur “Les souvenirs de Tatie Monique – Fiançailles

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s