Chroniques matrimoniales – Sous l’objectif

Le photographe installait son matériel, réglait ses éclairages. Je notai avec amusement la bosse capricieuse dans son pantalon. Elle était apparente, puis semblait disparaître dans les plis du tissu avant de le tendre à nouveau. Le Balafré m’observait avec la gourmandise d’un chat devant une jatte de crème.

Je voulais me déshabiller rapidement, mais il me demanda de ne rien en faire. Voulais-je jouer le jeu et m’effeuiller devant l’objectif ? À ma question « S’agit-il là de ton voeu ? » Il répondit par un éclat de rire « Certainement pas ! » Je fis semblant d’être mécontente de sa réponse, mais j’y mis une telle mauvaise foi, qu’il ne fut pas dupe, ne serait-ce une seconde.

Quand son matériel fut enfin installé, le photographe me demanda de m’effeuiller au ralenti. Je devais décomposer chacun de mes gestes, j’aimais ses commentaires et ceux du Balafré. J’aimais qu’ils apprécient et encouragent mes mimiques et attitudes « Pure, candide et salope à la fois ». Je ne portai aucune lingerie, aucun sous-vêtement, ce qui les déçut un peu. Je demandai au Balafré de m’imiter et de se dévêtir devant l’objectif, ce qu’il refusa fermement. Le photographe soutenait le même point de vue, ce qui me mit assez en colère.

D’une main ferme, je déboutonnai le jean du Balafré, le débraguettai et dans un même mouvement, le baissai ainsi que son slip. Je désignai son sexe et m’exclamai « Vous pensez vraiment que ce n’est pas sexy aux yeux d’une femme ? ! »

D’abord surpris de ma soudaine virulence, je parvins sans grande difficulté à les rallier à mon point de vue. Le Balafré consentit à un effeuillage, à l’unique condition que je ne le lâche pas du regard. Son trouble me troublait. Je l’exhortai « Excite-moi ! Excite-moi comme tu en as toujours rêvé ! Excite-moi comme si j’étais la femme de ta vie et ce que soit l’unique moyen de me conquérir ! ». Ma dernière injonction l’aiguillonna plus que je ne l’aurais imaginé. Comme si mes mots l’avaient plongé dans un état second, il oublia toutes ses craintes, toute sa timidité, toute pudeur. Ses yeux plantés dans les miens, mes yeux plantés dans les siens, nous oubliâmes pendant un instant, la présence du photographe. Nous nous faisions déjà l’amour alors que nos corps étaient distants de plusieurs mètres.

J’aimais observer le tremblement de ses mains. J’avais remonté sa fermeture Éclair, mais dans ma hâte de le regarder faire, j’avais oublié de rattacher l’unique bouton à la ceinture. Je me plaçai à la gauche de notre complice pour mieux l’admirer. D’un geste sensuel, mais néanmoins brutal, il écarta les deux pans de tissu, ce qui fit descendre la fermeture Éclair d’un coup. Je hochai la tête pour lui signifier ma désapprobation, revins vers lui, lui remontai sa braguette, agrafai le bouton. Avant de reprendre ma place, je lui murmurai « Laisse-toi guider ! Laisse-toi faire ! Laisse-moi faire ! »

Il s’accrocha à mon regard et sans un mot, sans un geste, je parvins à lui montrer comment faire. Il déboutonna lentement sa ceinture, titilla le bout métallique de sa fermeture Éclair, qu’il ouvrit au ralenti, presque cran à cran, il écarta d’abord le pan droit de son pantalon, puis le gauche. Je ne me souviens plus s’il dansait, s’il ondulait déjà…

Quand les deux pans furent écartés, je lus la détresse dans son regard, dans ce léger sursaut des sourcils. Je m’approchai de lui, suivie de près par le photographe, m’agenouillai et lui descendis le pantalon en prenant mon air le plus salope. Le photographe en aurait pour son argent, mais surtout, surtout je ne voulais pas qu’ils puissent remarquer le trouble qui me submergeait depuis peu, depuis ce strip-tease télécommandé du regard.

Le Balafré sursauta, mais il me sembla qu’il avait compris la raison de ce changement d’attitude. Quand il fut totalement nu, nous demandâmes à l’imprimeur ce qu’il lui plairait de photographier.

Tout d’abord ta chatte offerte et puis vous deux quand vous…

J’étais d’accord pour m’exhiber devant son objectif, je trouvais l’idée super excitante. Oh oui ! J’avais vraiment envie d’être au-delà de l’impudeur ! Quand j’y repense, 42 ans plus tard, je me sens envahie par cette boule de feu, ce désir fou de montrer au monde entier celle que j’étais ! La réaction du Balafré me surprit un peu.

Pour cette première séance, je voudrais que tu photographies son visage, son regard quand je la baise, quand elle jouit…

Quelle idée merveilleuse ! Je souris en réalisant que pour le Balafré, cette séance serait suivie d’autres… J’en étais tellement heureuse !

– Et toi, Monique, qu’est-ce que tu veux ?

– Offrir ma chatte à son objectif… j’aime bien l’idée ! Mais j’aime encore mieux la tienne, celle de photographier mon visage, mes yeux… parce que je ne les ai jamais vus quand je jouis… j’aimerais bien savoir à quoi je ressemble… même si je me doute que je dois être super jolie, vue l’ardeur que nous mettez tous à me faire jouir !

Le photographe était muet de stupéfaction, les yeux écarquillés, la mâchoire pendante, le Balafré éclata de rire et me traita de coquine.

Je m’allongeai sur la table installée à la hâte dans le studio photo, les fesses à demi dans le vide, les jambes écartées, je me livrais davantage à chaque « clic-clac » de l’appareil photo. Bon sang ! Que j’aimais cette sensation ! J’écartais un peu plus mes cuisses, comme le Balafré me le demandait, j’écartais mes lèvres, dévoilant tous les trésors de ma vulve, je sentais mes doigts glisser dans mes replis doux et humides…

– Vous arrivez à voir comme je mouille ?

Pour toute réponse, le photographe déglutit bruyamment, le Balafré marmonna un « oui » dans un grognement animal et terriblement excitant.

– Parce que je ne savais pas si c’était visible…

T’inquiète, Monique ! C’est à peu près aussi visible que ça…

En disant ces mots, le Balafré caressa sa longue cicatrice brune avec l’ongle de son index.

– C’est pas du jeu !

Qu’est-ce qui n’est « pas du jeu » ?

Quand tu fais ça… tu me rends folle !

Parce que tu ne nous rends pas fous, toi ? !

Le photographe se retourna et partit chercher un autre appareil. J’aimais écouter ce bruit particulier d’une pellicule qu’on rembobine. Je m’étais assise et souriais, je me sentais tellement bien, à l’aise, dans mon élément ! Au bon endroit, au bon moment. Le Balafré s’assit à mes côtés, passa sa main dans mes cheveux, me demanda « Je peux ? » avant de m’embrasser passionnément. J’aurais pu m’évanouir de bonheur… Nos lèvres, nos langues, nos salives, nos peaux, nos mains, tout ce qui nous constituait s’assemblait à la perfection.

Je n’eus pas le temps de me demander s’il en avait lui aussi conscience, qu’il me dit « Tu repousses les limites du bonheur » avant d’ajouter « À chaque fois, je crois avoir atteint le plaisir parfait et la fois suivante, tu m’en offres davantage… »

Le photographe était face à moi, pourtant, je ne l’avais pas vu revenir. La séance photo avait été improvisée, il ne pouvait pas y consacrer autant de temps qu’il l’aurait souhaité. À sa demande, nous accélérâmes le mouvement.

546ca3ca38d7ac80981797ecd4f468b8Je m’allongeai pour la seconde fois sur cette table, écartai les jambes, à la demande du Balafré, posai mes chevilles sur ses épaules. Il rappela la consigne au photographe « Que ses yeux et son visage » avant de me pénétrer.

Que j’aimais cette sensation ! Sentir mon sexe s’ouvrir pour accueillir le sien ! Je me concentrais pour ne pas perdre une miette de ces frémissements, pour garder en mémoire cette lente pénétration et la mélodie du souffle du Balafré.

À quoi penses-tu, Monique ?

En fait… je ne sens pas ta cicatrice… en fait…

Il éclata de rire en m’ébouriffant les cheveux. J’eus l’impression d’avoir déjà vécu cette scène, mais dans une autre vie. Je me gardai bien de le lui dire, par crainte de gâcher la magie de cet instant. Le photographe tournait autour de la table, se plaignant du manque de moyens, de la lumière qui ne lui convenait pas, « si j’avais su… ! »

Je voulus lui répondre d’un ton léger que ce n’était rien, qu’on reviendrait vite pour d’autres séances, mais ma voix trahit mon excitation, le plaisir que je prenais. Le Balafré se fit plus directif quant à la façon de me photographier. Il savait exactement ce qu’il voulait voir fixé sur le papier, comme s’il vivait enfin la scène dont il avait rêvé toute sa vie.

J’aimais ses longs va-et-vient, assez rapides, très profonds… j’aimais l’art avec lequel il me maintenait si haut dans le plaisir… Il savait précisément où j’en étais et avait compris que je lui laissais le rôle du maître du jeu… pour cette partie tout du moins !

Ne rate pas son regard quand elle jouira ! Je compte sur toi !

En 1975, les appareils photo n’avaient pas le mode « rafale » comme ceux que tu connais, je ne sais même pas si ceux avec un moteur existaient déjà… Mais quand bien même auraient-ils existé, celui-ci n’en était pas pourvu. Le photographe ne pouvait compter que sur son intuition, sa chance et sa rapidité pour faire avancer le négatif à l’intérieur de son appareil. Il s’en plaignit.

Comment être sûr que…

Je tournai un peu la tête vers lui, le débraguettai, extirpai son sexe dur dont le gland perlait déjà, avant le sucer goulûment.

Excellente idée, Monique ! Il n’hésitera pas !

J’entendis le photographe déglutir avec difficulté, je remarquai l’objectif qui tremblait, bougeait dans tous les sens… un juron, puis « Je n’arrive… même pas… outch ! à voir si… … hmmm… mise… au point… mais… que tu suces bien ! Oh oui ! Comme… »

Le Balafré lui rappela sèchement ce qu’on attendait de lui, je lui souris autant que je pouvais le faire avec cette queue dans ma bouche. Il me sourit en retour, me fit un clin d’oeil « Tiens-toi prêt ! Elle ne va pas tarder à jouir ! »

Tout en allant et venant, il écarta mes lèvres d’une main, faisant jaillir mon clito… Oui ! En le découvrant ainsi, j’eus la sensation qu’il faisait jaillir mon clito comme un diable sort de sa boîte… Il répéta « Tiens-toi prêt ! » et, alors que je m’attendais à la caresse de son pouce, il me souleva à peine, se pencha davantage et souffla doucement dessus. Mon ectoplasme bondit hors de moi, se heurta au plafond avant de réintégrer mon corps en une fraction de seconde. Je n’eus pas le temps d’observer la scène, entendis comme assourdi, le « clic-clac », un juron avant de sentir le sperme du photographe couler dans ma gorge.

Elle suce toujours comme ça quand elle jouit ?

Toujours !

Enivrés de plaisir, nous riions comme trois gamins facétieux. Le photographe retourna à sa boutique, le Balafré passa un doigt interrogateur sur mon front.

Pourquoi cette ride de contrariété, Monique ?

Tu n’as même pas joui…

– La journée ne fait que commencer, Monique !

Peut-être, mais mon car passera dans moins d’une heure…

Nous étions rhabillés, il me prit dans ses bras et me chuchota

Si je te promets de jouir en toi, tu m’autoriserais à te raccompagner dans ma toute petite auto ?

Ton amour de Torpédo ?

Nous nous figeâmes, comme foudroyés. Pourquoi ce refrain que Pierrot et Rosalie entonnaient parfois quand j’étais petite, quand je ne connaissais d’eux que Papé et Bonne-Maman, m’était venu à l’esprit ? Et pourquoi le Balafré semblait aussi stupéfait ? Nous repassâmes par la boutique pour convenir d’une nouvelle séance photo.

Vous pouvez venir quand ?

Je peux venir tous les soirs, les samedis après-midi, les dimanches et les mercredis… et toi ?

Pareil !

Tu as aussi congé le mercredi ? !

J’ai aussi congé le mercredi !

Quelle coïncidence ! Et comment ça se fait ?

Pour la même raison que toi !

Je n’en revenais pas, mais je n’étais pas certaine d’avoir bien compris.

Tu… tu… tu es « dame de service » ? !

Le photographe éclata de rire.

Tu ne sais pas ?

Presque, Monique ! Je suis instituteur !

Je le regardai, épatée. Aujourd’hui encore, j’ignore pourquoi je dis, sur ce ton précis « Maître d’école… ! Mazette ! » Ils rirent encore plus fort et de bon coeur. Nous prîmes rendez-vous et je sortis aux côtés du Balafré, en le regardant d’une façon qui l’amusa beaucoup.

Ne me regarde pas comme ça, Monique ! Je ne suis pas Haby !

T’es p’tète pas Haby, mais t’es… maître d’école !

– Tu as raison ! Je suis maître d’école… mazette !

Nous riions, complices, nous bousculant à coups de hanches, à coups d’épaules, comme deux vieux potes, nous ne nous étions pas concertés, mais il enseignait dans une petite ville de province, mon alliance étincelait à mon annulaire. D’instinct nous connaissions par coeur la partition que nous devions jouer en public, si nous voulions garder secrète la nature de notre relation. Nous la connaissions par coeur, mais c’était la première fois que nous l’éxécutions.

Le Balafré haussa le ton pour me proposer de me raccompagner chez moi.

– Tu n’auras pas à faire le trajet en autocar…

Il s’était chargé de l’antienne, je m’occupai du répons…

Quelle bonne idée ! Christian sera si content de te voir ! Tu dîneras avec nous ?

Si ça ne vous ennuie pas…

Si ça devait nous ennuyer, je ne te l’aurais pas proposé, mon cher !

Je claquais déjà ma portière quand je donnai ma dernière réplique. Peu avant de sortir de la ville, maintenant que personne ne pouvait nous entendre, je lui demandai

On fait quoi ?

Le Balafré haussa les sourcils d’un air lubrique.

Oui… mais où ? Chez moi ? À la crique ? Au château ? Non… il est trop tôt pour le château… Où as-tu envie de me baiser ? De jouir en moi, avec moi ?

Chez toi, mais…

Mais ?

Je voudrais que Christian soit présent…

Mais il ne rentrera pas avant…

Je calculai mentalement le nombre d’heures qui nous séparaient de son retour.

En attendant, on pourrait se promener… faire un tour en voiture… parler un peu… Ça te contrarie, on dirait…

Au contraire ! Mais je pensais… je ne pensais pas que tu en avais envie…

Je m’interrompis, sursautai, surprise de l’évidence avec laquelle l’idée venait de s’imposer à moi.

Et si on allait papoter avec Rosalie ? Parce que je voudrais bien savoir qui tu crois avoir reconnu…

Le visage du Balafré s’illumina

Ah Monique, si tu n’étais pas déjà mariée avec Christian…

Tu me proposerais de coucher avec toi ?

– Ton insolence me perdra, Monique !

Me perdra, tu veux dire…

Non ! Me perdra…

Son regard se noya dans la route qui s’étirait devant nous.

Comme l’écrivait Beaumarchais « Tout finit par des chansons »

Chroniques matrimoniales – La belle alanguie

Sculpture d’Yves Pirès

Lors d’une visite que Christian et moi fîmes à Valentino et Rosalie, elle évoqua un jeu qui « l’émoustillait de fort belle manière » quand elle avait mon âge. J’étais captivée par son récit et je sus dès les premiers mots que je m’en offrirai une partie dès que pos­sible. J’eus à peine le temps de me demander comment Valentino vivait ce récit, qu’il s’exclama

Quand une femme a tout à la fois ce courage, cette inconscience, cette légèreté, cette insouciance, cette liberté, comme ne pas être fou d’amour pour elle ?

Il l’avait ensuite regardée avant de poursuivre dans un grand sourire

Et si, en plus, c’est la plus belle des femmes…

Les joues de Rosalie avaient rosi. Qu’ils étaient beaux !

Sur le chemin du retour, Christian et moi souriions en silence. La météo était capri­cieuse en ce mois d’octobre 1975, mais bien que la matinée fut fraîche, l’après-midi de ce dimanche s’annonçait assez clémente pour que je me rende avec Christian « un mois pile après notre mariage » à la crique, là même où ma grand-mère s’était ainsi allon­gée, vêtue d’un délicat déshabillé de soie et de dentelle que Marie-Louise, son amie de la haute, lui avait offert. Comme mon grand-père, son Pierrot, l’avait fait, Christian déroula un matelas grossier pour ne pas prendre le risque d’abîmer le tissu fragile. Il me banda les yeux, m’embrassa dans le cou, sur la bouche, à nouveau le cou, la joue, le lobe de mon oreille, me chuchota « amuse-toi bien ! » et s’en alla.

Je me couchai sur le flanc. Les questions tournaient dans ma tête comme les boules du Loto. Combien de temps devrais-je attendre ? Qui viendra me baiser ? Combien seront-ils ? Y aura-t-il des spectateurs ? Si oui, Christian sera-t-il parmi eux ?

J’avais perdu toute notion du temps quand il me sembla entendre des bruits de pas. Je sursautai, attentive, mais fus incapable de déterminer si c’était le pas d’un homme ou ceux de plusieurs. Je me demandais même si je n’avais pas rêvé ce léger craque­ment sec quand je sentis le tissu de mon déshabillé se soulever et une main remonter lentement le long de ma cuisse.

À qui appartenait cette main ? Je ne parvenais même pas à savoir si elle était massive ou délicate, si les doigts étaient trapus ou effilés ! Tout ce que je savais, c’est que sa caresse m’électrisait. Je décidai de ne pas gâcher mes sensations en cherchant à mettre un nom sur cet inconnu, mais de me laisser aller, de m’abandonner au plaisir.

Quand je racontai cette première fois à Rosalie et à Nathalie, elles me dirent que c’est aussi le choix qu’elles avaient fait un demi-siècle plus tôt et m’affirmèrent que le plaisir en était plus grand, l’abandon plus total.

Je me laissais guider par ces picotements qui hérissaient mes poils. Je repliai ma jambe, faisant remonter lentement mon genou vers ma poitrine, puis l’écartai, la soulevai, l’écartai davantage, avec la grâce d’une danseuse. J’étais bouillante de désir, je voulais que ces mains inconnues m’écartèlent, m’ouvrent tout à fait, se montrent curieuses et impudiques. Il me sembla percevoir un cliquetis tout près de moi.

Je m’imaginai ainsi, exposée à l’objectif curieux d’un photographe lubrique. Alors, de mes doigts j’écartai les lèvres de mon sexe, le livrant ainsi totalement à la vue, il était chaud, humide. À chaque « clic ! » je m’offrais davantage. Je sentis un gland me péné­trer, dans cette position que Rosalie et Nathalie nommaient « la belle alanguie », cette queue prenait possession de mon sexe qui ne demandait rien d’autre. Je sentis une main prendre la mienne et la poser sur mon pubis. Je me caressais au rythme des va-et-vient de cet homme. Sa main caressait mon ventre tandis que l’autre titillait mon mamelon.

Je me cambrai autant qu’il m’était possible de le faire, j’ondulais comme un serpent pour qu’il me pénètre plus encore, pour que nos deux corps n’en fassent plus qu’un. Je gémissais dans une plainte comme une prière « Encore… encore… plus fort… plus fort… encore… encore… » Mais cet homme ne semblait pas l’entendre. Son souffle régulier dans ma nuque, il prenait son temps, retirant ma main juste avant que je jouisse pour m’obliger à retenir mon orgasme.

Il me connaissait si bien ! Ce n’était pas Joseph dont le petit sexe n’aurait jamais pu me remplir ainsi. Ce ne pouvait être Alain, pour la raison inverse. L’homme était si­lencieux, ce n’était donc pas le Bavard, même si Rosalie m’avait conseillé de ne pas me fier à cette caractéristique des hommes de cette famille « si bavards, mais qui savent garder le silence quand cela s’avère nécessaire ». Je secouai ma tête comme on s’ébroue, pour me contraindre à ne pas chercher à savoir qui me baisait ainsi.

Reconnectée à mes sensations, je perçus à nouveau des cliquetis irréguliers et un or­gasme fulgurant me happa sans que je l’aie senti venir. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, alors que je me concentrais sur mes sensations, cet orgasme me surprit. J’avais l’impression que mes tripes allaient sortir de ma bouche en même temps que mon cri.

Mon vagin palpitait encore autour de cette queue quand l’inconnu accéléra ses va-et-vient et s’enfonça HAN ! d’un coup de rein, pour jouir au plus profond de moi. Il se retira sans un mot. Encore quelques « clic ! » et je perçus les bruissements de vêtements qu’on ramasse, qu’on enfile à la hâte, le pan du déshabillé retrouva sa place initiale. Je ne suis pas certaine d’avoir entendu des bruits de pas.

Ainsi que nous l’avions décidé, je ne bougeai pas de ma place, gardai le bandeau sur mes yeux et attendis que Christian vienne me délivrer. Je m’assoupis, il me réveilla en dénouant le tissu qui m’avait rendue aveugle en me demandant d’une voix terrible­ment sexy si j’avais eu de la visite. Je me relevai, le bousculai pour le faire tomber sur ses fesses et pouvoir ainsi écarter mes cuisses, mes lèvres à hauteur de ses yeux.

Je ne sais pas… tu vois quelque chose ?

Son regard pétillait d’excitation lubrique, le bout de sa langue humectait ses lèvres avec une gourmandise rare.

Prends-moi !

Nous fîmes l’amour avec tendresse, avec rage, nos yeux hurlaient de plaisir. Quand nous nous décidâmes à rentrer au village, il retira délicatement mon déshabillé et me tendit « une robe décente ». Nous éclatâmes de rire en réalisant que la décence actuelle ne descendait pas plus bas que le haut de mes cuisses. Je cherchais du regard la culotte qu’il aurait dû m’apporter, mais Christian me dit « C’est plus bandant quand je te sais le cul à l’air ! »

Quelques jours plus tard, je trouvai une photo dans la poche de mon manteau, elle y avait été glissée la veille au soir, puisque nous avions profité de l’absence de Bonne-Maman pour organiser une partouze dans sa maison, ce qui offrait l’avantage de pouvoir nous servir du banc de prières et de contrition. Malheureusement pour ma curio­sité, les invités avaient été nombreux et je ne parvins pas à reconnaître la physiono­mie de ce bout de sexe qui pénétrait le mien sur ce cliché. Mais je vis immédiate­ment qu’il s’agissait d’un tirage professionnel…

En 1975, quand un laboratoire photo devait développer et tirer des clichés porno­graphiques, il était tenu de les refuser, voire de signaler le client aux autorités. Quel photographe aurait accepté une telle série ? Comme un flash, la réponse me vint à l’esprit. Je pensai à l’imprimeur qui s’était chargé de nos faire-part de mariage et avait même participé aux réjouissances de notre nuit de noces. Il y était venu avec ses ap­pareils photo, je me souvins qu’il tenait, attenant à son imprimerie, un petit magasin de photographe.

Le mercredi suivant, puisque je ne travaillais pas, je pris le car et me rendis dans la ville où il exerçait. J’entrai dans sa boutique, me dirigeai vers le comptoir, nous nous souriions, complices. Une maman prenait rendez-vous pour faire « la photo annuelle des enfants ». Quand elle sortit, je posai la photo sur le comptoir. Il la regarda attentive­ment, mais ne répondit pas à ma question. Il caressait la photo du regard, la scrutait sous tous les angles avec une excitation qu’il ne cherchait pas à dissimuler. Notre conversation ressemblait à un dialogue de sourds, mais j’y prenais un plaisir fou.

Qui vous a déposé ça ?

Oh ! Quelle belle prise de vue !

Qui vous a remis la pellicule ?

Oh ! Regardez… si l’on observe bien…

Je n’arrive pas à savoir qui…

Quel heureux homme ! Regardez la délicatesse…

Ne me faites pas languir ! C’est vous qui avez fait ces photos ?

… la délicatesse de ce sexe qui s’ouvre… Hélas, non ! Je n’y étais pas…

Il caressait la photo du bout de l’index et déglutissait bruyamment. Je posai ma main sur la sienne, plantai mes yeux dans les siens, me penchai par-dessus le comptoir pour lui demander de ma voix la plus féline, la plus sexy, s’il bandait dur en me ma­tant ainsi. Il libéra sa main, prit un ton professionnel.

Je vais consulter mes registres pour retrouver la trace de cette commande

Il se retourna et partit dans l’arrière-boutique. Je sursautai en entendant tinter la clo­chette de la porte. Un client était entré et s’approchait dans mon dos. Je n’eus que le temps de poser ma main sur la photo pour la dissimuler à sa vue. Je savais que si je me retournais, ce client lirait mon trouble sur mon visage. Il était tout près de moi quand il me dit

Quand tu te penches ainsi, mets au moins une culotte, Monique ! Sinon, tu vas tous nous rendre fous de désir !

En disant ces mots, le Balafré glissa la tranche de sa main entre mes cuisses.

C’était toi ? !

Tu es déçue ?

Tu sais bien que non !

L’imprimeur revint, un vieux registre à la main et le sourire aux lèvres.

Que puis-je faire pour ces messieurs-dames ?

Je me dirigeai vers la porte de la boutique, tirai le verrou, retournai le panonceau qui indiqua dès lors que le magasin était fermé, revins vers le comptoir et répondis à sa question.

Une séance photo, par exemple… !

Le Balafré marmonna un juron enthousiaste. Il ne travaillait pas ce jour-là. Nous sui­vîmes l’imprimeur dans son studio photo.

Le Balafré et Monique se dévoilent sous l’objectif du photographe

Instantané – Dialogue volé

 

– Tamponne-moi !

– Où ? Ici ?

– Non ! Là !

J’étais  entrée dans la cour de cet immeuble, j’ai toujours aimé ces vieux bâtiments, la façade un peu austère qui donne sur la rue, puis une cour voire un jardin dans les quartiers plus cossus, enfin, donnant sur cour l’autre bâtiment. Je sais qu’à l’époque de leur construction, le bâtiment donnant sur la rue était réservé aux plus riches, les plus pauvres logeant dans celui « sur cour ». Maintenant, c’est l’inverse, parce que le silence a plus de valeur que la lumière depuis que la fée électricité est passée par là.

Une fenêtre doit être ouverte, je la cherche des yeux. D’où viennent ces voix ? Ce dialogue entre rire et érotisme m’excite étrangement. Je suis venue pour expertiser quelques meubles, un vieil homme est mort et ses héritiers voudraient savoir si l’héritage vaut le coup avant de l’accepter.

Cet aspect charognard de mon métier me laisse souvent un goût amer, mais il arrive parfois que je tombe sur des livres, sur des papiers cachés dans des tiroirs secrets et là… le défunt reprend vie, redevient plus ou moins jeune. Je les lis, les mémorise avant d’en parler aux héritiers et toujours cette constatation qui a cessé de me surprendre, plus les héritiers sont jeunes, plus ils me demandent de garder, de me débarrasser voire de détruire ces documents qu’ils qualifient de « compromettants », a contrario, les plus âgés, les presque vieillards ont un sourire indulgent qui va de « ça ne m’étonne pas » à « quand je pense qu’il, qu’elle m’obligeait à aller à confesse plusieurs fois par an ! »

– Allez ! Tamponne-moi !

– Mais ça va déborder ! Comme ça, ça ne tiendra pas au fond !

– On s’en fout !Tamponne-moi là, maintenant !

Sont-ce les lettres que j’ai lues cette nuit qui me rendent d’humeur grivoise ? Suis-je plus sensible au double-sens de ce dialogue parce que je sais désormais que cette vieille bigote, à l’allure austère dont les portraits sans aucun sourire, sans aucun éclat ornaient un appartement terne, riait sur certains clichés que j’ai trouvés dans un coffret dissimulé tout au fond d’un tiroir secret d’une lourde armoire ?

Ces photos d’orgies familiales, avec des commentaires succincts sur « l’outil de belle taille du cousin Roger ». Je sais également que le tonton Maurice l’a « enculée de belle manière ». J’ai souri en remarquant l’emploi répété de l’adjectif « belle » ou « beau » quand elle voulait marquer son enthousiasme. Les derniers clichés m’avaient mise plus mal à l’aise, c’est la première fois où je suis confrontée de visu à la sexualité de vieillards, aux chairs flasques et usées, un côté révulsant, écœurant. Comme si la jeunesse enfuie effaçait la sensualité.

J’ai repris les premiers clichés et les ai classés par ordre chronologique, alors j’ai compris, j’ai accepté de voir vieillir ces corps, ces visages, je me suis focalisée sur les regards, sur les soupirs qu’il me semblait percevoir et j’ai fini par envier ce bonheur purement charnel, cette complicité, toutes ces années, la famille qui s’agrandit…

J’ai même été excitée par cette série, où elle précisait « Messieurs, le parrain sera celui qui me fera le plus jouir ! » après avoir lu ces mots, je remarquai l’évidence, elle était enceinte d’au moins six mois et je ne l’avais pas vu avant ! J’ai compté les hommes sur les différents clichés, pas moins de sept ! Sept hommes et quatre femmes, en comptant celui qui prenait les clichés, car je suis certaine que le photographe faisait partie des convives, ça laisse un choix presque infini de combinaisons…

Même enceinte, elle se livrait comme ça… ! La curiosité a été plus forte que tout, j’ai cherché dans les papiers, les clichés dataient de novembre 1935. Un coup d’œil sur le livret de famille, janvier 1936 naissance d’un petit Marcel. J’ai souri, continué l’expertise d’autres meubles, puis je suis retournée dans la salle à manger, ai cherché frénétiquement l’acte de baptême… j’ai souri en le lisant… Sacré Léon !

Léon au sourire goguenard, aux caleçons longs toujours aux chevilles, tire-bouchonnés, « Les couilles à Léon » une série de photos, un peu plus récentes, des années 50, où elles font l’objet de toutes les attentions de ces dames « Jolis pendants d’oreilles » « En médaillon » « Quelle belle montre ! » « La Légion d’Honneur » « À mon tour ! » sur ce dernier cliché, trois femmes agenouillées ouvrant la bouche, tendant la langue et les couilles à Léon bien visibles, bien pendantes, son sexe dressé et toujours ce sourire goguenard.

Comment s’appelaient ces femmes ? Qui étaient-elles les unes par rapport aux autres ?

– Vas-y ! Tamponne-moi !

– Hmmm… c’est bon quand je suis tout au fond… ! Tu le sens comme c’est bon ?

Je lève les yeux et croise le regard de cette jeune femme, la trentaine, son complice ne me voit pas, elle jouit de savoir que je la regarde, elle me sourit, je lui rends son sourire. J’entre précipitamment dans l’appartement dont je dois expertiser les meubles. Je m’allonge en travers du lit et sans même ôter mon pantalon, juste en le baissant à mi-cuisse, la main sous ma culotte, je me masturbe frénétiquement, au rythme des cris de plaisir de cette jeune femme en train de se faire tamponner accoudée à sa fenêtre ouverte.

En même temps que je jouis, ma décision prend forme. Dès mon retour à la maison, j’entreprendrai des recherches pour identifier tous les personnages de ces clichés, parce qu’une question me taraude, qui est Roberte, la marraine de Marcel ? Je ne connais d’elle que son corps à vingt ans, à trente ans et surtout à plus de soixante, ce dernier cliché où ces deux vieilles femmes exhibent leur sexe ouvert, leurs seins flasques à l’objectif concupiscent, mais où malgré tout subsiste la magie d’un amour non feint.

Une pensée « émue » à mes lecteurs… enfin, à mes lecteurs poilus !

Plaisir de lire, joie de s’émouvoir

Je me perdais dans les mots, je me perdais dans les phrases. Pourquoi la version livresque, l’originale, celle de Victor Hugo, pourquoi ce « Notre-Dame de Paris » me tombait des mains, alors que j’avais tant aimé le dessin animé, la comédie musicale ?

Assise sur un parapet, en contrebas de la cathédrale, je tournais négligemment les pages d’un doigt las, espérant qu’une phrase accroche mon regard et me donne envie de plonger dans le roman.

La lecture t’ennuie ?

Surprise, je levai les yeux vers cet homme à la voix douce et vibrante.

Je n’y trouve pas la magie à laquelle je m’attendais…

Tu veux de la magie ? Alors ferme les yeux, écoute ma voix et laisse-toi transporter… Sens-tu le vent fouetter ton visage ?

J’avais fermé les yeux, concentrée, je voulais le sentir, je le voulais de toutes mes forces…

Oui… Je sens un souffle chaud caresser mes joues…

Tourne-toi… N’ouvre pas les yeux ! Tourne-toi jusqu’à sentir, non pas un souffle chaud caresser tes joues, mais un vent froid, cinglant comme la bise…

Je me tournai, tendis mon visage vers le ciel et sentis la première gifle de ce vent glacial en cet été caniculaire.

Maintenant… je le sens…

Oui… Je l’ai vu… Respire ! Respire à pleins poumons l’air de Paris ! Imprègne-toi de toutes ses odeurs, y compris de celles de la Seine…

J’avais envie de me laisser guider par la voix de cet homme, par ses mots. J’inspirai de toutes mes forces et attendis, devinant que la magie allait opérer. Qu’il ne tenait qu’à moi qu’elle opérât…

Un picotement agaça mes narines, une odeur aigre, désagréable, puis une autre, plus lourde, mais non moins désagréable….

Des bourdonnements, un brouhaha assourdi, comme si mes oreilles étaient pleines de ouate…

Des fourmillements le long de mes jambes, au bout de mes doigts…

La sensation d’être bousculée par une foule qui ne me percevait pas…

J’éprouvais un certain malaise qu’atténuaient les emballements excités de mon cœur.

Et ce vent ! Cette bise qui faisait voler mes cheveux, qui me cinglait le visage…

Envolons-nous ensemble… ne crains pas le vertige, tu n’en souffriras pas !

Je me sentis arrachée du parapet, un arrachement tout en douceur, un arrachement libérateur.

Comme les pièces d’un puzzle, mes vêtements tombaient en lambeaux, dévoilant ma peau au fur et à mesure de cet envol, de cette ascension vers l’inconnu.

Je n’entendais plus la voix de cet homme, mais il me parlait avec les modulations de son souffle.

Je sentais la chaleur de son corps, son bras enlaçant ma taille, son torse contre mon dos, ses cuisses contre les miennes…

Le choc d’un atterrissage brutal.

La pierre tiède sous mes pieds… cette sensation que rien de néfaste ne pouvait m’arriver.

Que ressens-tu ?

Le vent me gifle… il est froid… Il me semble entendre croasser des corbeaux… les entendre voler… tournoyer autour de nous… La pierre est douce et tiède sous mes pieds… J’ai envie de tes caresses… que tes mains… que ta bouche… que ton corps réchauffe le mien… J’ai envie que tu me fasses l’amour comme dans un rêve… et qu’à mon réveil… je ne sache plus si c’était un rêve ou la réalité…

Sais-tu où nous sommes ?

Sur l’une des tours… Il me semble percevoir les gargouilles tout près…

Percevoir ? !

C’est comme si je les entendais gargouiller… et puis, la rumeur de la foule est moins sonore… moins bruyante… comme des vagues quand on s’éloigne du bord de mer…

Comme si un voile de pudeur s’était déchiré je prononçais des mots qui n’avaient jamais franchi mes lèvres.

Caresse-moi plus fort ! Oh oui ! Frotte-toi contre mes fesses… ! Caresse mes seins… Je sens ton désir… qui attise… mon désir… Caresse-moi plus fort… ! Mais que fais-tu ?

Je te caresse ! Ce n’est pas ce que tu veux ?

Je veux tes doigts, ton sexe… et tes mots ! Dis-moi ce que tu fais… ce… ce que tu ressens…

Je regarde Paris vieillir un peu plus à chacune de mes caresses… J’aime sentir ta peau se réchauffer sous mes mains… J’aime l’odeur de ton corps excité… J’aime sentir la moiteur de ton sexe… tu sens ? Je viens de glisser ma queue entre tes lèvres et je me branle en te donnant du plaisir… J’aime que tu te colles à moi comme une chèvre à un bouc… Et je veux prendre mon temps…

Tes caresses sont magiques… divines… elles n’ont pas d’âge… elles sont éternelles… oui… de toute éternité… mon corps les ignorait jusqu’alors… Parle-moi de ta queue… excite-moi encore avec tes mots… qu’à la fin je ne sache plus si ce sont eux ou ce que tu me fais qui me feront jouir…

Mais encore ?

Baise-moi ! Baise-moi avec tes mots !

Ta voix est envoûtante… Elle vibre et me fait vibrer… Tu sens comme ma queue est dure désormais ? Tu sens comme j’aime me branler comme ça ? La queue entre les lèvres de ton sexe que j’étire pour qu’elles la recouvrent ? J’en fais un fourreau… en attendant l’autre… l’autre fourreau… Je le devine déjà bouillant… humide… palpitant… Je veux que tu chasses toutes tes craintes… que tu ne penses qu’à cet instant… qu’à nous deux… Paris vieillit inéluctablement, je ne peux arrêter davantage le temps… à moins de cesser mes caresses… mais je ne le veux pas… pas plus que toi… J’aime comme tes seins s’offrent à la ville… J’aime ces petits cris que tu pousses… J’aime te sentir vivante contre moi… Sens-tu mes doigts ?

Oh oui ! Je les sens ! J’étouffe… j’étouffe de désir… Prends-moi ! Prends-moi comme personne ne me prendra plus jamais… Prends-moi comme tu n’as jamais pris personne avant !

La ville vieillit de ton impatience… Mais ne t’en veux pas… c’est ta fougue qui l’empêche de mourir… Je ne te prendrai pas… pas aujourd’hui… pas cette fois… Aujourd’hui… cette fois… c’est toi… toi qui viendras à moi… Sens… sens ma main sur ton ventre… je ne t’abandonne pas… Je vais caresser ta fente de mon gland et quand tu le décideras, tu te pénétreras de moi…

Je n’y arrive pas… Tu es trop loin !

Non, c’est toi qui n’ondules pas assez… sois lascive… lascive… las.. ci… ve…

Enfin, enfin je sentais son membre m’envahir ! Enfin, il était en moi ! Enfin, il était à moi ! Je vivais cet instant comme la plus belle des victoires !

Nous criions tous les deux, il me semblait que les corbeaux venaient régulièrement se poser près de nous. J’avais aussi l’impression que le vent me fouettait réellement, mettant tous mes désirs à vif… tous mes désirs dont j’avais jusque là ignoré l’existence… Je me faisais putain, je me faisais amour… Je devenais à la fois courtisane et vestale… J’avais mille ans, j’étais immortelle… Les mots coulaient de ma bouche, comme le plaisir suintait de tous mes pores, de tous mes orifices… Plus ses caresses étaient bouillantes, plus son corps semblait froid…

Il me disait que je me trompais, que son corps était bouillant comme la vie qui coulait dans mes veines, comme le feu que mon plaisir faisait naître en lui… Il me parlait d’amour comme on parle dans les rêves… sans raison… sans logique… dans le chaos de nos cellules…

Je jouis avec la certitude que c’était la première fois. Je jouis cent fois, je jouis mille fois entre ses bras. Mon corps était pris en tenailles entre l’envie qu’il jouisse enfin et la crainte que ce ne soit la fin de cet incroyable voyage .

La ville aura bientôt ton âge… elle sera bientôt de retour dans ton époque… Il va me falloir te redéposer sur le parapet… Reviens… Reviens me voir, ma beauté, mon amour, mon éternelle, ma fugace… !

Dans un même mouvement, dans une même sensation, je le sentis jouir au plus profond de moi et je sentis le vent devenir de plus en plus chaud… Cohérent avec la canicule qui régnait sur Paris… Les corbeaux ne croassaient plus autour de nous, je ne les sentais plus voler… Il me remercia, me redit son amour…

Comme il le souhaitait, je gardai les yeux clos… Je me sentis tomber au ralenti… engoncée dans ma robe devenue désagréable sur ma peau… Je sentis mes fesses se poser doucement sur le parapet.

J’ouvris les yeux. L’inconnu avait disparu… Je cherchai un signe, un souvenir de ce que j’avais vécu. Mais rien… J’aurais aimé qu’une plume de corbeau s’échappât de mon livre, mais rien. Rien de rien.

Avant de le refermer et de rentrer chez moi, une phrase accrocha mon regard « L’Égypte l’eût pris pour le dieu de ce temple, le moyen-âge l’en croyait le démon, il en était l’âme. »

Je fermai le roman, souris et adressai un salut à la cathédrale d’un geste ample de la main, certaine qu’il le remarquerait.

 

 

 

Instantané – À chacun son tour

J’avais fait mon coming-out peu avant d’être outée. J’en étais un peu furieuse parce que j’estimais que ma vie sexuelle ne concernait que mes partenaires et moi, mais l’air du temps étant à la transparence, il m’avait fallu lever le voile sur mon intimité.

J’y ai perdu quelques amies pour lesquelles je devenais soudain une prédatrice potentielle. Les garçons me regardaient tantôt comme la pauvre nana qui n’avait pas eu la chance de rencontrer « le bon », celui qui d’un bon coup de queue m’aurait fait découvrir le plaisir… Celui dont la queue aurait été, en quelque sorte, une baguette magique…

D’autres me classaient dans la catégorie « rivale éventuelle » et se montraient assez agressifs. Enfin, le plus grand nombre me voyaient comme le moyen d’assouvir leur fantasme « deux filles ensemble qui se chaufferaient, les excitant au passage, pour finir par succomber de plaisir sous leurs coups de boutoir ».

Je ne saurais dire quel comportement m’agaçait le plus…

Manon m’attendait à l’entrée du campus. Je la connaissais à peine, nous n’étions pas dans la même filière, mais nous avions déjeuné à la même table, avant ce maudit coming-out. J’ai aimé l’éclat de son regard, ses pommettes un peu rosies, quand elle m’a invitée à déjeuner « un peu à l’écart des autres ».

À plusieurs reprises, elle respira un grand coup, ouvrit la bouche comme si les mots avaient besoin d’espace pour daigner franchir ses lèvres. Je la regardais, affichant un sourire engageant, mais à chaque fois, une bouffée de honte mêlée de timidité l’en empêchait. Alors, Manon mangeait de grosses bouchées, histoire de justifier sa bouche grande ouverte.

Je décidai de prendre les devants, je la voyais soumise à la torture et ça me devenait insupportable.

– Que veux-tu me dire ? Que veux-tu me demander ? Comment c’est entre filles ? C’est ça ?

Elle hésita encore un peu, puis se jeta à l’eau. Elle était avec Quentin depuis quelques mois, comme avec ses copains précédents, « ça ne marchait pas très bien au lit ». Au début de chaque histoire, ça allait à peu près, puis le désir se délitait. Inéluctablement. Quentin, comme ses autres petits copains, lui reprochait sa passivité, son manque d’enthousiasme qui tuaient son désir à lui. Je l’interrompis.

Mais… ton désir à toi ? Ton plaisir ? Qu’en est-il de ton désir ? De ton plaisir ?

Elle était incapable de répondre à ces questions, ce qui me sidéra. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle était en train de perdre Quentin et que la douleur de cette rupture annoncée lui était déjà insupportable. Pour tenter de le retenir auprès d’elle, Manon voulait qu’il nous observe, elle et moi, nous embrassant. Elle et moi, nous caressant.

Quel ange malicieux a retenu la gifle que mon âme blessée voulait lui infliger ? Plus la colère, la rage m’étreignaient, plus ma voix se faisait douce, plus mon sourire était apaisé.

Mais toi… est-ce que tu en as envie ? As-tu envie de m’embrasser, que je t’embrasse ? As-tu envie de mes caresses ? 

Je n’y avais jamais pensé avant, mais depuis que Quentin m’en a parlé… C’est parce que ça marche mieux entre nous, quand on en parle avant…

Comme un service que l’on rend, j’acceptai un rendez-vous le soir même. Je ne sais pas si j’étais émue par sa détresse ou troublée par l’étincelle fugace qui avait illuminé son regard à l’évocation de ce fantasme.

J’arrivais un peu en avance, pour laisser la possibilité à Manon de tout annuler, de reporter cette étreinte sur commande. J’arrivais un peu en avance, mais Quentin était déjà là. J’avais beau de pas m’intéresser à la gent masculine, je remarquai immédiatement son excitation, d’abord dans son regard, dans son sourire, à sa façon de m’accueillir, de me faire la bise, avant que mes yeux glissant jusqu’à son entrejambe me confirment ce que j’avais déjà deviné.

Comment on fait ?

La question avait l’avantage de la concision. Je proposai un léger baiser pour commencer. Je ne sais pas pourquoi, mais je notai intérieurement, que Quentin était aussi brun que moi. Peut-être fut-ce dû au reflet que le miroir me renvoya à cet instant précis. Manon, la blonde Manon serrée contre mon corps, blottie entre mes bras, fermant les yeux dans l’attente de ce premier baiser.

J’embrassai sa chevelure, ou pour être plus précise, je caressai ses cheveux blonds de ma bouche ouverte. Je sentais son parfum, l’odeur de son corps m’enivrer peu à peu. J’en oubliai Quentin. Manon leva les yeux vers moi, me sourit, ferma doucement ses paupières et tendit ses lèvres vers les miennes. Je déposai un chaste baiser sur sa bouche, puis un second un peu moins chaste. Je la sentis sourire, puis lentement s’épanouir quand nos langues se frôlèrent, qu’elles se mirent à tournoyer ensemble.

Manon dit les mots que je m’apprêtais à prononcer, avant que j’en aie le temps.

S’il te plaît, Quentin, laisse-nous seules quelques minutes et reviens… ce sera ton tour après, mais laisse-nous quelques minutes rien qu’à elle et à moi…

Quentin s’exécuta. Il sortit de la chambre en sifflotant comme dans un souffle. Joyeux, fier et excité que les choses se déroulassent aussi facilement… Dans quelques minutes, il se régalerait du spectacle de Manon s’amusant avec une autre fille et quelques instants après, elle serait à lui, chaude et offerte… Avec un peu de chance, qui sait, je serais de la partie ! Quelle belle fin de journée, il s’apprêtait à vivre !

Manon me faisait penser à un explorateur qui se serait trompé de chemin, un explorateur qui, sûr de trouver une contrée inhospitalière découvrirait le paradis sur Terre.

Encore un baiser… encore un baiser…

Je l’embrassais avec une fougue croissante, j’aimais sentir ses cheveux couler entre mes doigts, ses cheveux comme des fils d’or que je lissais plus que je ne les caressais. J’aimais sentir sa tête rouler de désir, son cou appeler mes lèvres, sa poitrine qu’elle gonflait sans s’en rendre compte, comme pour inciter mes mains à la parcourir.

Manon se faisait plus hardie, tout son corps hurlait le désir qui la consumait… Je glissai ma main le long de son cou, ma main était l’éclaireur de mes baisers…

Tu veux que je continue ? Tu en as envie ?

Jamais je ne fus plus hypocrite qu’en posant cette question. Le sourire de Manon m’apprit qu’elle n’en était pas dupe, mais qu’elle aimait se prêter à ce jeu… elle attrapa ma main, la glissa entre ses cuisses… Bon sang, elle semblait découvrir sous mes doigts la moiteur de son sexe…

Elle voulut me dévêtir un peu, je lui chuchotai mon refus « pas tant que Quentin est dans les parages, mon corps, tu le verras, tu en jouiras autant que tu le souhaiteras, mais quand il ne sera pas là ».

 Ça me fait presque mal, là… tellement ça me chauffe… tellement c’est irrité… 

Tellement tu veux jouir, Manon ! Tu ne connaissais pas cette sensation ?

– À ce point, non !

– Alors… dis-moi… ferme tes jolis yeux et laisse ton corps répondre… comment veux-tu que je te fasse jouir ?

Quentin choisit, mal, ce moment pour venir nous rejoindre, Manon se serra plus fort contre moi. Regardant sa montre, un sourire charmeur aux lèvres, Quentin affirma que c’était à son tour, maintenant. Je sentis les cuisses de Manon se contracter autour de ma main, elle ferma les yeux, laissa exploser la vague et d’une voix troublée, lui demanda de nous laisser seules. Pour le restant de la soirée.

à mon tourJe repense à cette soirée parce que, en cette journée exceptionnelle, ce petit dessin s’est échappé du journal intime de Manon. Après ces longs mois d’observation, ces longs mois de questionnements, maintenant que l’étincelle de la découverte s’est apaisée, maintenant que notre relation s’est officialisée, maintenant que Manon peut conjuguer désir et plaisir sur la durée, nous avons pris la décision d’habiter ensemble et c’est aujourd’hui le jour de notre déménagement.

Un bout de phrase entendu dans le brouhaha…

 

Le cahier de Bonne-Maman – « Je ne saurais vous plaindre de n’avoir point de beurre en Provence, puisque vous avez de l’huile admirable »

Nous nous étions enfin résolus à sortir de la petite maison et nous admirions la mer en contrebas, depuis le promontoire où nous avait emmenés Toine.

—  Il aura fallu que je vienne ici, avec vous, pour réaliser à quel point tout ceci m’avait manqué… la mer faussement calme, caressée par le vent chargé de parfums… les pierres, la garrigue… la lumière… et ce vent… ce vent piquant comme la vie, apaisant comme la confiance…

Se tournant vers moi, il me demanda

—  Et toi, blonde Rosalie ? Ta Normandie ne te manque pas ? Si tu fermes les yeux et que tu penses à ton pays, qu’est-ce qui te manque le plus ?

Debout, face à ce paysage sauvage, rugueux, à cette mer docile et calme, dans les bras de Pierrot qui regardait au loin, par-dessus ma tête, je fermai les yeux et répondis

—  L’odeur des pommes qui sont tombées des arbres et qu’on ramasse sur l’herbe épaisse, humide… l’odeur des pommes qu’on épluche… les vaches grasses, leur odeur, le bruit des troupeaux… la mer vivante qui s’enfuit au loin, mais qui revient toujours… nos poissons… l’odeur, la texture de la crème fraîche, de nos bons fromages… la lumière du petit matin inondant l’orée de la forêt près de notre pâture… le trèfle en fleurs… les romulées… ces autres fleurs dont le nom m’échappe… le vent iodé qui cingle, qui fait couler les yeux, qui pique les mains…

J’inspirai de toutes mes forces et j’eus l’impression d’y être

—  … et le beurre !

Nathalie avait interrompu mon évocation en éclatant de rire. Elle ne comprenait pas que je puisse me régaler de la viande cuite dans du beurre fondu… elle tordait encore le nez en évoquant ce qu’elle qualifiait de vice.

—  Dire qu’elle ne connaissait pas les olives avant que je lui en fasse goûter et que l’huile lui donnait des hauts de cœur !

Toine eut un hoquet de surprise.

—  Pourtant… tu avais l’air d’apprécier la cuisine niçoise… Je me trompe ?

Gênée, je fixais le ciel à la recherche d’un nuage auquel accrocher mon regard, Nathalie s’intéressait plus que de raison à un petit caillou à ses pieds.

—  Ho ! Que signifient ces regards fuyants, ces sourires coupables et ces joues rougies ?

Pierrot et Toine nous pressaient de questions dont ils connaissaient la réponse, mais étaient excités à l’idée de l’entendre de nos bouches.

—  Vas-y, toi… dis leur !

—  Non ! C’est à toi de leur dire !

—  Non ! C’était ton idée… alors…

—  C’était TON idée, ma chère !

—  Non, c’était la tienne !

En réalité, c’était la nôtre, pour le moins, nous ne savions plus très bien qui l’avait eue en premier.

Pierrot et Toine usèrent de toute une gamme de stratagèmes pour nous convaincre de raconter. Ils nous cajolaient, nous suppliaient, exigeaient, larmoyaient, nous cajolaient encore. Nathalie et moi jouissions de ce pouvoir que nous détenions, mais quand lassées de nous faire supplier, nous voulûmes leur expliquer, les mots nous manquèrent, ceux qui nous venaient à l’esprit ne rendaient pas grâce à ces moments sensuels et intimes.

—  Si vous aviez pu voir…

—  Il aurait fallu vous montrer…

Toine nous répondit de ne pas nous en faire, il achèterait de l’huile en chemin et nous leur montrerions dans la chambre.

—  Ah, mais non ! Dans la chambre, ce ne sera pas possible… non !

—  Nous le faisions sur la table… non !

—  Ça risquerait de gâter le plancher ou les draps !

Maintenant que nous mourrions d’envie de leur faire partager ce jeu, que l’idée nous excitait autant qu’elle les excitait, voilà qu’un obstacle se dressait devant nous ! Nous étions dépitées et il était hors de question de demander, comme nous l’avait suggéré Toine, à notre logeuse de nous laisser l’usage de sa cuisine.

Philosophe et déterminé, Toine nous affirma péremptoire

—  Quand un obstacle se dresse devant nous, il suffit de le contourner pour le surmonter ! Attendez-nous ici, nous revenons au plus vite !

Georges Marie Julien Girardot

Nous les regardâmes partir au pas de course et le temps de réaliser notre effronterie, avant même que nos joues, nos fronts aient perdu leur rougeur, nous les vîmes arriver, toujours au pas de course, tenant chacun une bonbonne d’huile. Nous les houspillâmes, leur reprochant d’en avoir apporté bien plus que nécessaire. « Vaut mieux ça que l’inverse ! ». Je ne pouvais qu’approuver mon Pierrot.

—  Maintenant, mon Toinou, il faut que tu nous trouves un lieu à l’abri des regards indiscrets…

La voix mutine de Nathalie, son sourire plein de sous-entendus, son regard enjôleur, attisèrent le désir de Toine, qui ne cherchait pas à dissimuler la bosse dans son pantalon… bien au contraire !

Les rochers, les buissons faisaient un petit nid, comme un écrin naturel. Nous nous dévêtîmes comme si être nues en pleine nature était la chose la plus normale du monde, comme si l’on ne nous avait jamais inculqué la détestation de nos corps, du plaisir.

Nous dansions, lascives, au rythme d’une musique imaginaire. Sous prétexte de ne pas prendre le risque de tacher leurs habits, nous exigeâmes que Pierrot et Toine se missent nus également. Un peu rétifs à l’idée, il nous fallut user de mille ruses et arguments pour les convaincre.

Quand ils furent dévêtus, Nathalie s’adossa à un rocher, versa de l’huile dans sa main en coupe et, dans un geste d’une grâce absolue, fit couler l’huile de sa main sur sa poitrine.

La nature avait fait silence, pour ne pas troubler cet instant. Nous retenions notre souffle devant tant de beauté.

Enfin, comme je l’avais fait tant de fois, je m’approchai d’elle, mes mains caressèrent ses jolis seins et je la tétai. Nous entendions le désir proche de la folie dans la respiration saccadée de Pierrot et de Toine, dans leurs exclamations qui s’évanouissaient après la première syllabe. J’exagérai un rictus de dégoût, qui ne demandait qu’à se muer en sourire de plaisir. Je versai dans la main de Nathalie bien plus d’huile qu’elle ne pouvait en contenir, quand sa main déborda, que l’huile se répandit sur son ventre, je la léchai.

Pierrot et Toine étaient muets d’excitation, sidérés du spectacle du corps de Nathalie luisant de toute cette huile, ondulant sous les caresses de ma langue. Elle fit couler un peu d’huile sur sa toison, entre ses cuisses. Je dégustai mon amie sous le soleil, dans les parfums de la Provence, oubliant un instant la présence de nos comparses.

J’écartai les lèvres de son sexe et versai un long filet d’huile, je reculai mon visage pour mieux apprécier le spectacle et, enfin conquise, la dévorai tendrement, jusqu’à ce que ses cuisses se contractent autour de mon visage à m’en broyer les os du crâne.

Quand elle jouit, son cri dut s’entendre jusqu’en Italie.

Redescendue sur Terre, je regardai Pierrot et Toine.

—  Et c’est ainsi que j’ai appris à aimer l’huile d’olive !

Ils semblaient vouloir retenir leurs viscères, tant ils tenaient leurs bras croisés serrés contre leur ventre. En leur souriant, nous leur demandâmes s’ils souhaitaient nous goûter ainsi l’une après l’autre « pour savoir si nos goûts intimes sont différents »

Ils ne se firent pas prier « Laisse-moi admirer ta peau laiteuse étinceler au soleil… » Pierrot étalait l’huile que je faisais couler sur mon corps, de la même façon que Nathalie l’avait fait plus tôt. Je regardais ses mains viriles, à la peau brune, aux veines saillantes, aller et venir sur mon corps. Le contraste était saisissant, mais nos peaux se rejoignaient dans le scintillement.

Je regardais ses mains et ma respiration devenait irrégulière, tantôt légère, puis, dans un crescendo, de plus en plus ample, profonde.

Je regardais ses mains avec la folle envie qu’elles me possèdent.

Il fallut que j’entende une remarque de Nathalie pour réaliser que je criais, Toine précisa « comme le chant d’un oiseau lors d’une parade amoureuse ».

La bouche de Pierrot faillit me faire mourir de plaisir lorsqu’il dégusta mon sexe offert . Quand je le libérai de l’étau de mes cuisses, comme nous le leur avions demandé, il goûta Nathalie qui avait joui de son Toine.

Le regard de Toine avait ces reflets, comme des éclairs de folie, quand il s’approcha de moi. Il fit couler de l’huile sur mes seins, se dit fasciné de la trouver si ambrée tant ma peau était laiteuse. Il guidait cet onguent vers ma toison, lissant mes poils entre ses doigts, plus longs, plus nerveux, moins trapus que ceux de Pierrot.

J’entendais Nathalie le supplier de la prendre enfin, de ne pas la faire languir plus longtemps de désir, il se plaignait « mais… je t’ai à peine goûtée… »

Toine avait oint mon corps et je bougeais devant lui comme il me le demandait. Il voulait voir « chaque parcelle de ta peau briller, étinceler comme une pierre précieuse sous le soleil niçois »

Après s’être « régalé les yeux », il s’assit et me fit venir contre lui, le nez fiché dans mes poils, il écarta les lèvres de mon sexe, sortit sa langue et me demanda de me frotter, de danser sur elle. Mon bassin bougeait comme il n’avait jamais bougé jusqu’à présent. Dans un éclair de lucidité, je pris conscience de la situation : moi, la brave petite, la timide Rosalie, j’ondulais totalement nue, en pleine nature, au milieu de la journée, le sexe sur la bouche d’un homme qui n’était ni mon mari, ni mon promis, mais celui de ma meilleure amie dont le corps luisant chevauchait celui de mon futur. Mon cri transperça les montagnes pour aller se perdre au-delà de la frontière.

Après tant de caresses, tant d’étreintes, le corps de Toine était luisant, appétissant. Je le goûtais, réalisant à quel point j’aimerai pour toujours le goût de l’huile d’olive, comme sa saveur resterait à tout jamais liée au souvenir de cette après-midi.

Nos yeux se dévoraient de plaisir, de désir. Sans avoir à nous le dire, nous nous étions compris. Il s’allongea sur le sol, je lui versai une rasade d’huile sur les doigts, manquant de laisser choir la bonbonne, tant mes mains étaient glissantes. Il me caressa longuement les fesses et quand son index et son majeur purent aller et venir aisément en moi, je m’accroupis lentement sur lui et nous fîmes l’amour ainsi, sereinement, sans craindre qu’il me mette enceinte.

À nos côtés, Pierrot et Nathalie, repus de plaisir, ne songeaient même pas à épousseter la terre, les brindilles collées à leur peau. J’aimais leur sourire auquel je m’accrochai quand je sentis jaillir la jouissance de Toine dans mon derrière.

Nous essuyâmes tant bien que mal l’huile sur nos corps, il ne fallait pas prendre le risque de salir nos vêtements. Le temps de récupérer nos affaires, de dire au revoir à notre logeuse, nous reprenions le train et rentrions, joyeux et triomphants, au village où notre nouvelle vie nous attendait.

Comme l’écrivait Baudelaire, « Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères, des divans profonds comme des tombeaux »

Les souvenirs de Tatie Monique – L’enfant sauvage

Depuis que j’avais pris la décision de vivre ici, Christian me faisait découvrir tous les trésors du canton. Nous partions souvent, tous les deux, visiter d’autres villages, d’autres bourgades, explorer d’autres criques, d’autres forêts.

Un samedi après-midi, dans une petite ville, nous vîmes, sur la façade du cinéma municipal, une affiche annonçant la séance hebdomadaire, le film était sorti depuis plusieurs années, mais ici, point de « première exclusivité », point de multiplexe. Non ! Mais un projecteur hors-d’âge, une salle avec des chaises pliantes (j’exagère à peine), de mauvaises copies de films qui n’étaient plus à l’affiche depuis belle lurette, deux séances hebdomadaires, le même jour, celle de l’après-midi, celle de 21 heures et basta ! Le même film était proposé pendant deux semaines avant que les bobines ne partent pour un autre cinéma.

Cette semaine là, il s’agissait de « L’enfant sauvage » de François Truffaut. Ni Christian, ni moi ne l’avions vu. Nous connaissions à peine l’histoire puisque ni lui, ni moi ne goûtions le cinéma « nouvelle vague ».

Nous restâmes en arrêt devant l’affiche. Nos regards se croisèrent, un sourire malicieux apparu sur son visage, sourire auquel le mien, tout aussi malicieux répondit. J’ai toujours aimé cette complicité entre nous.

– Je connais un endroit où se cacherait peut-être une enfant sauvage…

– Ah bon ? Et tu ne l’as dit à personne ? Tu n’as pas rendue publique cette information surprenante ?

– Ben… comme je ne suis pas certain de la trouver…

– … il faudrait que tu demandes l’aide d’explorateurs avisés, c’est ça ?

– Mais quelle bonne idée ! Accompagne-moi, je te montrerai où je crois pouvoir la débusquer !

Nous avons roulé une bonne poignée de minutes, puis Christian gara sa voiture à l’orée d’une forêt. Je le suivais avec une étrange impression de déjà vu, j’aurais pourtant parié n’y être jamais venue.

– Nous marchons sur les traces de nos aïeux !

Alors, je me souvins d’un récit de Bonne-Maman, j’étais stupéfaite de la précision de ses descriptions ! 

Nous nous enfonçâmes un peu, puis, trouvant l’endroit idéal, je me déshabillai. J’étais un peu trop propre pour une créature sauvage et surtout trop bien coiffée. Christian y remédia en me faisant m’allonger sur le sol. Écartant mes cuisses, il goûta mon sexe, ses mains puissantes sur mon ventre m’interdisant toute ondulation, il me connaissait déjà assez pour savoir que le plaisir me ferait rouler la tête de droite à gauche et de gauche à droite.

Je me sentais sur le point de mourir tant sa langue était diabolique ! Il m’amenait aux portes du Paradis, mais m’en refusait l’accès. Je lui criais, je le suppliais de me faire jouir, avec pour toute réponse « Tu n’es pas assez décoiffée ! »

Quand mes cheveux furent assez emmêlés à son goût, il me fit jouir de sa bouche, prit un peu de terre humide, il y avait eu un orage la veille, m’en macula les seins, le ventre, les joues, les cuisses, un léger attouchement entre elles « pour le plaisir » ramassa mes vêtements « Allez, file te cacher, sauvageonne ! » et partit chercher les explorateurs.

Je le regardai s’éloigner, toute vibrante d’excitation, me dissimulai non loin de là. Pendant la demi-heure qui suivit, j’affinai mon apparence de sauvageonne, je grattai le sol pour que de la terre se glisse sous mes ongles, je frottai mes pieds au sol pour qu’ils paraissent usés et salis par de longues marches en pleine nature, je me roulai par terre pour que des brindilles, des morceaux de feuilles séchées se fixent dans mes cheveux, marquent ma peau, s’y collent.

Je reconnus le sifflement de Pascal, un des hommes dont j’avais fait la connaissance après le feu d’artifice du 14 juillet. Quand il me « découvrit »,  je mimai la surprise et la curiosité. Il joua le jeu, me tendit la main, puis m’ouvrit ses bras quand j’approchai de lui. Je m’y blottis et fis semblant de chercher à reconnaître son odeur, en le reniflant dans le cou, sous les aisselles, entre ses cuisses. Bon sang, ce qu’il bandait fort ! 

– C’est ça que tu veux, créature ?

Il retira son pantalon, son slip et je me mis à le flairer comme si j’étais une bête, plus j’expirais avec mon nez, plus je l’excitais. Il me caressait les cuisses, les seins, le ventre, les fesses, prenait ma main pour m’indiquer où je devais le caresser en retour, et comment je devais le faire.

N’y tenant plus, je me mis à quatre pattes devant lui et ondulait de la croupe, comme si je cherchais à lui faire comprendre ce que je voulais. Quand il me pénétra, il siffla de ravissement. J’imitai son sifflement. Il s’enfonça, se retira. Je sifflai de nouveau, me cambrant davantage. Il me pénétra plus lentement, plus profondément, plus rudement aussi, ses mains crispées sur mes épaules descendirent sur mes seins, les caressèrent, puis, à nouveau, il se retira tout à fait. Je sifflai, j’ondulai. Pourquoi sortait-il de moi alors que j’en avais aucune envie ?

Je me cambrai tant que je dus poser mon front contre le sol pour ne pas tomber. Il siffla et me pénétra, d’un coup, ses mains à nouveau sur mes épaules. Je sentais ses ongles déchirer ma peau. Je crispai mes doigts, m’accrochant ainsi au sol. Je me mis à grogner et mon ectoplasme s’éleva, me restituant la scène que je ne pouvais voir. Pascal, agenouillé derrière moi, qui me baisait comme s’il voulait me dompter, moi qui me soumettais. Je distinguai, entre les branches des arbres, Alain et le notaire, qui se tenaient à l’écart et regardaient la scène en spectateurs avertis. 

Forte de cette vision, je relevai la tête et commençai à humer l’air dans leur direction, comme un animal sauvage cherchant à deviner si la présence qu’il perçoit est inquiétante ou ne l’est pas. Mes grognements se firent aguicheurs. Pascal allait et venait en moi, tout en souplesse et en habileté. Il avait lâché mes épaules pour m’attraper les cuisses et les maintenir serrées. Je sentais chaque relief de son sexe coulissant dans mon fourreau humide. 

Mes cris allaient du gémissement plaintif au grognement de plaisir. Pascal sifflait toujours. Nos spectateurs s’approchèrent. Alain sortit son sexe de son pantalon et s’allongea de telle façon que je ne pus résister à l’envie de le sucer. Je ne comprenais pas d’où me venait toute cette salive, mais comme elle était la bienvenue ! 

Le notaire me touchait doucement le dos du bout des doigts, comme on cherche à rassurer un animal sauvage. « Elle vient ! Elle vient ! ». Je jouis avec une violence rare et Pascal continua ses mouvements, variant leur amplitude au gré du plaisir qu’il souhaitait nous faire prendre. 

Je sentais mon ventre se gorger de jouissance. « C’est bon de te baiser comme la bête que tu es ! »  Quelques coups de reins encore, ses mains agrippées à mes épaules, m’obligeant à relever la tête, son sexe au plus profond de moi « Tu sens mes couilles se vider dans ta petite chatte ? » Oh que oui ! Je les sentais vibrer, j’étais au-delà de l’animalité, comme touchée par une grâce qui me reliait à chaque cellule de son corps, comme si nous ne faisions plus qu’un ! Quand il se retira, d’un coup sec, je sentis tout ce plaisir accumulé au plus profond de moi jaillir telle une source magique.

Le notaire me prit par la main et m’allongea sur une petite butte de terre et de feuilles mêlées. « Je vais te montrer comment font les hommes civilisés ». Il posa mes mollets sur ses épaules, introduit son gland dans mon vagin, me caressa délicatement les seins et me pénétra au même rythme qu’il se penchait vers moi pour m’embrasser. 

Quand sa langue s’enroula autour de la mienne, je sentis son sexe gonfler et durcir davantage. Je compris qu’elle y avait trouvé le goût d’Alain. Je lus dans son regard la crainte que je le révèle. Avec douceur, mes yeux lui promirent de garder le secret aussi longtemps qu’il le souhaiterait. 

Il m’embrassa ainsi, allant et venant en moi, jusqu’à ce que le goût d’Alain disparaisse tout à fait. Puis, tout en me faisant l’amour, parce que c’est ce qu’il faisait ce soir-là, il ne me baisait pas, mais me faisait réellement l’amour, il me lécha, me téta le sein.

Je tournai mon visage vers Alain et poussai une série de petits cris plaintifs d’animal, grattant le sol de ma main. Il comprit et s’approcha de moi. « Mais c’est qu’elle aime sucer ma bite, la bougresse ! ». Je le suçai avec un plaisir décuplé, le regardant puis regardant le notaire qui jouit puissamment en me traitant de diablesse.

Alain me souleva de la butte, me prit dans ses bras où je me lovai, le nez fiché au creux de son cou, il me cajolait doucement, comme on le fait à un animal blessé qu’on s’apprête à recueillir. Puis, il me posa à terre où je me recroquevillai en poussant des petits cris pour quémander d’autres caresses. Il rit de bon coeur « Où as-tu mal, petite créature ? » et entreprit de m’examiner attentivement.

De nouveau à quatre pattes, je me laissais aller à son observation, j’aimais sa façon de fourrer ses doigts dans ma bouche, dans mon vagin, j’aimais la manière avec laquelle il écartait mes fesses, tel un abricot qu’on ouvre en deux avant de s’en régaler. Je devenais folle de désir et il en jouissait à l’avance.

Je m’offrais à sa vue en toute impudeur, quand je sentis son gland à l’entrée de mon vagin, je me cambrai davantage…

– Si tu gigotes ainsi, je vais…

Il laissa sa phrase en suspens, comme surpris de ce qu’il croyait comprendre, ses mains tremblaient d’excitation quand il écarta mes fesses, pour vérifier.

– … Ô, pute vierge, mais c’est ce que tu veux !

Il invita ses « collègues » à venir constater combien mon anus était souple, se servant de ce qui coulait de mon vagin, il lubrifia mon petit trou et me sodomisa pour la première fois. Je me sentais me dilater, m’ouvrir pour accueillir ce membre qui m’emplissait. J’eus une pensée pour Catherine et me souvins de nos conversations, sur le manque de cette sensation, qu’elle avait enduré pendant ces longs mois où elle s’était tenue à l’écart du plaisir.

Alain allait, Alain venait, je bramais mon plaisir comme on tousse d’avoir trop attendu pour respirer. Au creux de mes reins, les rayons obliques du soleil couchant me réchauffaient comme une couverture de lumière réconfortante.

– Comme je suis bien dans ton cul… comme j’y suis bien ! Ô, pute vierge, comme il est… BON !… ton petit cul !

Pascal qui, tout à l’heure, s’était approché pour constater mon désir, s’était agenouillé devant moi, je le suçais, comme possédée par la déesse du plaisir. Je décollai encore pour admirer la scène. J’entendais à la fois depuis le sol et dans les airs, le dialogue de ces hommes et je voyais la façon dont Alain s’y prenait, gravant à tout jamais dans ma mémoire l’ampleur, le rythme de ses va-et-vient.

– Au plus tu l’encules, au mieux elle me pompe !

S’adressant au notaire, Alain lui demanda « Vai ! Écarte-moi ses fesses, que je régale mes yeux aussi ! ». Quand il obéit à cet ordre, mon ectoplasme se rapprocha davantage, je voyais les veines sur la queue d’Alain qui semblaient luire, étinceler de mille feux. Je remarquai aussi le sexe du notaire prendre du volume, son regard allait d’Alain à mon derrière. Je me demandai ce qui le faisait bander ainsi, mon cul ou la queue d’Alain, cette queue précise, allant et venant. Il dit quelque chose à Pascal que je ne compris pas, mes oreilles bourdonnaient du plaisir que je prenais.

Pascal se servit de ses mains pour écarter mes fesses, ainsi les trois pouvaient admirer le spectacle. Je déglutis sa queue et l’avalai toute entière quand il se pencha en avant. Alain allait et venait, observant alternativement ce qu’il me faisait, Pascal se faisant sucer, mais son regard me sembla plus ambigu quand il se posa sur le notaire en train de se branler. Se posait-il la même question que moi ? 

« Regarde comme elle se cambre ! Ô, pute vierge, que je suis bien ! Ô, pute vierge… elle me fait venir ! Dis, tu le sens comme c’est bon ? Ô, pute vierge… ! Je viens… je viens… je VIENS ! Ô, pute vierge ! Ton cul… ton joli petit cul… il va dé… ton joli petit cul… il va déborder… Ô, put… il déborde de… de mon… de mon foutre bouillant… ! »

Comme si son orgasme avait donné le signal, le notaire éjacula sur mon sillon en regardant le sexe d’Alain sortir de moi. Mon ectoplasme réintégra mon corps à l’instant précis où Pascal explosa dans ma gorge, me noyant à demi.

Au moment de reprendre la route, je réalisai qu’il me faudrait faire le trajet totalement nue, ce qui m’émoustilla un peu. Sortie de je ne sais où, une laisse fit son apparition. Comme pour s’en convaincre lui-même, le notaire expliqua que les bruits de la civilisation risquaient de m’effrayer, entraînant ma fuite et la cavalcade dans les rues du village. Il était préférable que tous ignorent mon existence tant qu’on n’aurait pas décidé que faire de moi. Il attacha le collier autour de mon cou, Pascal essuya les plus grosses taches de boue.Alain prit le volant, Pascal à ses côtés, je me recroquevillai sur les genoux du notaire, qui me caressait les cheveux « Brave petite sauvageonne… brave petite… »

En chemin, j’appris qu’il me conduisaient chez « qui de droit, celui qui saura que faire d’elle ». À l’entrée de la petite ville, où demeurait encore Catherine, Pascal sortit de la voiture et rentra chez lui en sifflotant joyeusement. Le notaire descendit un peu avant l’entrée du village et je finis le trajet, couchée sur la banquette arrière. Quand Alain gara sa voiture devant chez lui, je remarquai de la lumière chez Nathalie.

En sortant de la voiture, tenue en laisse par Alain, il me sembla reconnaître son rire et celui plus léger de Bonne-Maman.

Alain toqua à la fenêtre.

– Docteur, venez voir ce que nous avons trouvé !

Christian apparut, ouvrit la porte, nous fit entrer.

– Quelle étrange créature…

– Je crois qu’elle est blessée… elle saigne blanc de partout…

– De partout ? !

– Oui… De partout… si vous pouviez faire quelque chose pour elle…

Il me fit asseoir sur les cuisses d’Alain, lui conseillant de me caresser les seins pour me rassurer. Enfin, il s’approcha et commença son auscultation.

– Voyons ça… Oh, la bougresse… ! Elle ne me laisse pas faire… Occupe-lui les mains pendant que je l’ausculte…

La douceur du sexe à nouveau dur d’Alain dans le creux de ma main, me fit pousser un soupir de soulagement. Tout en sifflant d’admiration, Christian commença ses attouchements, en regardant de près mon minou et mon derrière dégoulinants. Je fermai les yeux, sachant déjà que ce plaisir incroyable, à la limite de la folie, que j’avais pris avec ces trois hommes, n’était qu’un avant-goût de celui que nous allions nous offrir sous les yeux d’Alain

Les mois ont passé, le jour du mariage s’approche à grands pas

Les souvenirs de Tatie Monique – Voiture avec chauffeur

Quand je me suis installée au village, l’école fonctionnait encore. À l’instar de Bonne-Maman 57 ans plus tôt, j’y travaillais « en attendant mieux » , à la différence que je n’y étais pas « maîtresse d’école », mais « dame de service », comme on disait à l’époque. J’y faisais le ménage, la vaisselle, aidais en cuisine, soignais les petits bobos, mouchais les nez et essuyais les larmes. Il n’y avait que deux classes, celle des tout petits, qui ne savaient pas lire et celle des grands, jusqu’à la 7ème. 

J’aimais bien ce boulot, qui me laissait beaucoup de temps libre et presque autant de congés que les enseignants. Quand je croisais le bavard, le notaire ou un homme avec lequel j’avais fait des galipettes, rien dans mon attitude ne le laissait deviner. Comme si j’étais une autre Monique. Mes histoires de fesses, leurs histoires de bites ne concernaient que mes fesses et que leur bite. Les papas qui aidaient à la préparation des diverses fêtes, qui assistaient à la remise des prix, n’avaient rien à voir avec les amants que je rencontrais ici et là.

J’avais été très claire sur ce point peu après la rentrée, quand dans « le vieux château », alors que je le suçais, le bavard m’avait dit « Mon fils m’a dit que tu étais une dame de service très gentille » avant que la moindre allusion grivoise ne sorte de sa bouche, j’avais arrêté ma pipe et lui avais répondu « Je ne fais pas dans les parents d’élèves » et, profitant de la présence de mes autres amants dans la même situation, j’ajoutai « ceux qui me parleront de leurs gosses pendant nos parties fines, n’obtiendront plus aucune faveur sexuelle de ma part ! ». Bien que surpris par la virulence de mes propos, tous s’accordèrent pour reconnaître qu’il était plus judicieux d’agir ainsi.

Les semaines avaient filé à une vitesse incroyable, rythmées par les fêtes, par les préparatifs du double mariage, dont la date avait été fixée au 4 septembre 1975. J’avais vingt ans et pas froid aux yeux, Christian me proposait souvent de nouveaux jeux, je lui en proposais d’autres, nous nous amusions bien. Nous pensions être imaginatifs, pourtant il nous restait tant à apprendre, à découvrir…

J’avais fermement refusé que Bonne-Maman me cède sa maison et aille s’installer chez Nathalie. Quand nous avions envie de faire la fête en intérieur, nous avions toujours la possibilité d’aller chez Alain. En plaisantant, Nathalie m’avait soutenue « Mais, Rosalie, les laisser vivre tous les deux, tous seuls sous le même toit… AVANT le mariage… pense à la réputation de la petiote ! Je ne veux pas qu’on cancane sur elle ! ». L’accent de Nathalie était très prononcé, davantage que celui des plus jeunes, quand elle avait dit « cancane », j’avais eu la vision d’une file de canards, tortillant du cul en poussant des « coin-coin ! » très sonores.

Nous avions comblé le fossé des générations et parlions sans vergogne de nos aventures quand l’occasion se présentait. Elles avaient vécu, à peu de choses près, les mêmes expériences, de fait, nous n’avions pas besoin de préciser certains détails et s’il nous arrivait de le faire, c’est que nous en avions l’envie. 

Quelques jours avant les vacances de la Toussaint, nous papotions tous les quatre, entre l’heure de l’apéro et celle du dîner, quand Bonne-Maman mentionna « la voiture avec chauffeur ». À cette évocation, elles avaient à nouveau vingt ans  ! Nous ne comprenions pas ce dont elles parlaient, alors elles nous racontèrent la première fois où le Toine avait proposé ce jeu à Nathalie.

Elles s’enflammaient, s’interrompaient, riaient, parlaient en même temps, nous les écoutions médusés, éberlués, si elles n’avaient pas eu besoin de sortir leur mouchoir brodé de leur poche pour s’essuyer le coin des yeux, on aurait pu croire deux gamines surexcitées !

Que l’idée était tentante ! Du regard, je suppliai Christian de m’offrir cette « voiture avec chauffeur », son sourire, son léger haussement de l’épaule signifia « Oui ! Bien sûr, ça va de soi ! ». Encore toute excitée, Nathalie termina son récit en provençal, que je ne comprenais pas, mais j’y reconnus « Toinou » avant que tous les trois éclatent de rire.

Il était impératif que Christian s’occupe tout seul de l’organisation. Il lui fallut un peu de temps pour trouver les complices et surtout la voiture de luxe qui devait être spacieuse. Pour pimenter l’aventure, Christian avait suggéré que je me rende à Arles, que je parte seule à la découverte de cette ville. À 20 heures tapantes, la voiture m’attendrait devant la gare, je monterais dedans, un à un trois passagers me rejoindraient, enfin, Christian, dans un uniforme de chauffeur de maître, je devrais faire comme si je ne le connaissais pas, ne pas lui adresser le moindre regard, de toute façon, la petite vitre qui séparait les places arrière des places avant me l’aurait interdit. 

Je fis le trajet aller en train, je souris en montant dans la vieille micheline, c’était dans un autre train, plus moderne, plus « luxueux » que j’avais vécu les premières heures de cette vie qui était désormais la mienne. Je découvris la ville entre plaisir et dépit. Christian n’était pas à mes côtés pour me guider et je le regrettais, mais je savais que nous y retournerions très bientôt et je me consolais en me disant que puisqu’il avait choisi la robe que je portais, c’était un peu comme s’il était avec moi.

Je déjeunai dans le petit café qu’il m’avait indiqué. Le serveur plaisantait avec un client. J’aimais l’exubérance des éclats de voix, des gestes, des rires des provençaux. Bien que vivant depuis plusieurs mois en Provence, ce fut ce jour, ce midi précis que j’en pris conscience. La sensation était voluptueuse, un peu comme s’installer confortablement dans un vieux fauteuil, moulé à nos fesses, étendre ses jambes et souffler de soulagement après avoir enfilé ses chaussons un peu usés, pas très sexy, mais dans lesquels on se sent tellement bien… !

Après avoir déjeuné, j’écrivis une longue lettre à Christian pour lui expliquer ce que j’avais ressenti et pour qu’il soit un peu près de moi quand même, puis une autre lettre à mes parents pour les inviter à mon mariage, leur donner des nouvelles de Bonne-Maman. Ma décision les avait un peu inquiétés, alors je leur parlai de ma vie, de mon travail. Maman était « montée » à Paris pour y travailler, elle y avait rencontré mon père et parlait de son village avec ce léger dédain propre aux provinciaux fraîchement installés à la capitale, je faisais le chemin inverse. Je lançai les deux enveloppes dans la première boîte aux lettres que je trouvai sur ma route et passai la fin de l’après-midi à m’émerveiller de cette sensation d’être chez moi, à ma place.

L’après-midi fila à la vitesse de l’éclair et la voiture m’attendait déjà lorsque j’arrivai à la gare. Un homme y était déjà installé. Je m’assis à ses côtés, du bout des doigts, il souleva ma robe, écarta ma culotte et me regarda comme pour estimer la marchandise. Je le trouvais déplaisant, mais quand il sortit sa queue de son pantalon, je fus rassurée. 

Une longue cicatrice un peu brune dessinait une ligne presque droite le long de sa hampe. Catherine m’avait déjà parlé de cet homme un peu étrange, dont la timidité maladive l’handicapait avec les femmes, mais qui, dès qu’il était rassuré, s’avérait être d’une incroyable gentillesse.

Caressant délicatement son membre du plat des ongles, je lui demandai s’il m’autorisait à le sucer un peu en attendant les autres passagers. Il accepta de bon cœur et c’est avec sa queue dans ma bouche que j’entendis la portière s’ouvrir sur les deux derniers passagers, qui nous saluèrent joyeusement.

Le client et le serveur ! C’était donc pour cette raison que Christian avait tant insisté pour que je déjeune dans ce café précis ! Déguisé en chauffeur, il prit place en dernier. Étant occupée à m’installer entre le serveur et le « balafré », je ne l’avais pas vu entrer. Comme convenu, je déclenchai le petit interphone pour lui indiquer l’adresse de Bonne-Maman et « j’omis » de couper le petit micro. Ainsi, Christian entendrait mes ébats et, ne pouvant être spectateur, je lui décrirai avec force détails ce qui se passerait à l’arrière. 

Ces mains inconnues qui me découvraient me rendaient folle de désir, certaines sous ma culotte, d’autres par-dessus, ces langues qui s’enroulaient autour de la mienne pour la première fois… La voiture roulait, je n’en pouvais déjà plus de désir quand je me penchais vers le client du café, à ma gauche, le plus éloigné de moi, coincé contre la portière, pour le sucer. Le balafré baissa ma culotte pour me caresser les fesses, le serveur touchait mon minou de ses mains carrées et viriles, ma pipe était bruyamment baveuse, les cris de plaisir fusaient de toutes parts, ils me traitaient de coquine, de salope avec admiration. Bon sang, que c’était bon !

– Viens… viens sur moi, ma jolie !

953714267Je m’empalai sur la queue dure et large comme un madrier du serveur, je n’avais pas pris le temps de retirer ma culotte et elle restait suspendue à ma cheville droite. Le contact du tissu humide et frais sur ma peau était si excitant ! 

Je ne savais plus quelles mains avaient tiré sur l’encolure de ma robe pour en faire jaillir mes petits seins ronds, mais je me trouvais ainsi bien plus offerte, bien plus sexy que si j’avais été nue. J’embrassais « le client » la bouche bien ouverte, la langue sortie pour que tout le monde puisse voir ce baiser voyou. 

Une bite dans chaque main, la troisième au plus profond de moi, nous étions ballottés au gré des chaos, des virages de la route. Je jouissais de ces inconnus avec exubérance, en devinant l’état dans lequel nous étions en train de mettre Christian, au volant. 

Le client fut le premier à jouir de mes caresses, son sperme inonda mon ventre et ma poitrine, tachant le tissu froissé de ma robe au passage.

– Chauffeur, je descends là !

Christian s’arrêta à l’entrée d’une ville. Avant de descendre de la voiture, « le client » me remercia et me dit son désir de me revoir bientôt. La voiture redémarra, nous avions plus de place. Je restais empalée sur le serveur, je caressais ses couilles tout en branlant le balafré, qui manifesta son désir de me prendre, mais il souhaitait également voir mon regard, mes seins.

J’offris donc mes fesses aux coups d’œil de Christian, qui devait bien se régaler grâce au rétroviseur. Pour lui offrir le meilleur point de vue possible, je me cambrai exagérément.

– Ooooh… comme c’est bon ! Oooh, mon Christian, si tu sa… vais comme… comme c’est bon !

– Tu l’aimes, ma grosse queue ?

– Oooh… oui !

Le balafré me faisait aller et venir, en me tenant par la taille, m’embrassant la bouche, les seins, léchant du bout de sa langue mes petits mamelons roses. Je ne sais pas si la route était vraiment en si piteux état, mais à l’intérieur de la voiture, nous étions bringuebalés et certains chaos le faisaient s’enfoncer au plus profond de moi. Avant de jouir, il s’exclama :

– Ta chatte est une œuvre d’art, petite et que c’est…

HAN ! Il s’enfonça d’un coup jusqu’aux couilles. Son baiser, son coup de rein, ses doigts sur mon clitoris me firent hurler de plaisir, au beau milieu de sa phrase, je la sentais palpiter, couler.

– … et que c’est bon de la faire miauler !

Comme il semblait que ce fût leur règle, après avoir joui, il demanda à Christian de le laisser descendre. La voiture étant assez spacieuse, je me mis à quatre pattes sur la banquette, le front appuyé contre la vitre de la portière. Pour la deuxième fois, le serveur me pénétra, mais cette fois-ci, en levrette. 

Je le sentais aller et venir, il prenait son temps, chacun de ses mouvements étaient amples, il sortait entièrement à chaque fois et s’enfonçait ensuite d’un coup, de tout son long. J’étais folle de ces sensations ! Ses mains me pétrissaient les seins, puis la droite descendait vers mon minou. 

Je gémissais de plaisir, oubliant de décrire à voix haute ce que je ressentais, comment mon corps ondulait, comment mes lèvres s’écartaient pour laisser entrer le gland volumineux, doux et chaud, puis la verge, comment je sentais ses couilles battre sur ma vulve, comment les reliefs de sa hampe semblaient arracher les lambeaux de mon plaisir quand il se retirait.

J’oubliais de décrire mon sexe qui coulait un peu, cette envie de « pipi qui n’est pas du pipi » (à l’époque les termes « femme-fontaine », « squirt » nous étaient inconnus, mais nous avions bien compris que ce n’était pas une envie d’uriner). J’oubliais de lui décrire comment mon bassin ondulait, ma façon de me cambrer, je ne pouvais que gémir, soupirer, crier dans un crescendo des « OooOOOooh… oooOOOh… c’est bon… ooohh… ooohh… que c’est… BON ! »

Le serveur accéléra encore la cadence et jouit dans un cri animal. Avant de descendre sur la place de la ville où travaillait Catherine, il me fit cet étrange compliment :

– Quand ton petit con figurera dans les guides touristiques, comme une merveille à visiter absolument, je serai fier de proclamer que j’y ai mis ma queue et que je la remettrais avec plaisir, ma jolie !

Il m’embrassa une dernière fois avant de claquer la portière. 

Je me retrouvais, pantelante, seule avec Christian, qui ne se retournait toujours pas, ne prononçait aucun mot, et conduisait, raide comme la justice. Je le remerciai de m’avoir offert ce tour en « voiture avec chauffeur », lui demandai si je devais remettre de l’ordre dans ma tenue. Il fit « NON » de la tête et nous fîmes la fin du trajet en silence.

Quand nous arrivâmes devant la maison de Bonne-Maman, je poussai un cri de surprise en découvrant Christian qui m’attendait sur le trottoir. Il ouvrit la portière et dans un éclat de rire, m’accueillit d’un « C’était un sacré farceur, le Toine, tout de même ! »

Pétrifiée, les yeux exorbités, la bouche qui s’ouvrait et se refermait comme celle d’un poisson sorti de l’eau, je compris que Nathalie avait volontairement achevé son récit en patois, pour que j’aie droit à la même surprise qu’elle !

Dans les bras de Christian, je saluai d’un geste de la main, la « voiture avec chauffeur » qui s’éloignait déjà.

L’inculture cinématographique de Monique et de Christian leur permet de laisser libre-cours à leur fantaisie

 

Les souvenirs de Tatie Monique – Fiançailles

380_1000
Nous nous retrouvions dès que nous le pouvions pour des parties fines en pleine nature.

L’été 1974 s’était écoulé doucement, Catherine avait repris sa place, place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Notre complicité, notre amitié avait été immédiate et ne se démentait pas au fil des mois. Elle travaillait toujours à la boulangerie, en ville, mais dès que la possibilité d’une fête s’ouvrait à nous, Alain venait la chercher. 

Nous passions aussi du temps, toutes les deux, à parler de tout et de rien, en ayant bien conscience du luxe que nous apportait notre amitié. À notre première rencontre, je lui avais affirmé que les temps avaient changé, je lui avais parlé de mai 68, de la révolution sexuelle, mais si les femmes que nous étions faisaient fantasmer bon nombre d’hommes, nous demeurions, aux yeux de beaucoup, marquées du sceau de l’infamie. À deux, l’étiquette « SALOPE » était moins lourde à porter. 

Avec Catherine, j’avais découvert de nouveaux lieux, de nouveaux partenaires, de nouvelles sensations, de nouveaux plaisirs qui s’ajoutaient aux autres. C’est à la crique que j’ai découvert celui de la regarder. 

J’avais été retenue à la maison par Bonne-Maman, qui avait besoin de mon aide. Depuis la lecture de son cahier, je l’appréciais davantage, mais surtout, elle avait perdu son âge, à mes yeux. Je ne la voyais plus comme une vieille femme, certes, elle l’était, mais à cette image se superposait celle de la jeune fille, de la femme qu’elle avait été. Je lui posais souvent des questions auxquelles elle répondait avec grand plaisir, ravie d’avoir tant de choses, tant de souvenirs à me transmettre, quand elle avait cru les emporter dans la tombe.

J’étais arrivée à vélo dans la petite crique, sur le chemin, bien cachées, j’avais reconnu les voitures. Surplombant l’endroit, j’observais ces hommes qui entouraient Catherine. Je ne voyais pas Christian parmi eux, mais, avant même d’en être déçue, il me murmura dans le cou « Tu aimes le spectacle ? »

– Qu’y a-t-il de plus beau ? Regarde-la ! Regarde comme elle est belle ! Et ces hommes… c’est vraiment…

– Excitant ?

– … Romantique !

J’aimais son rire. J’aimais sentir son sexe dur contre mon ventre, quand il m’enlaçait comme ça. Nous étions encore habillés, mais nous nous sentions déjà nus.  Nous descendîmes le petit sentier, nous nous approchâmes, je tournai autour de Catherine, d’Alain, du bavard et de celui que nous appelions malicieusement, « le notaire » pour différentes raisons. Bien sûr, il raffolait des branlettes entre les seins de Catherine, mais il exerçait quelque fonction officielle et surtout, sa langue agile ne lui servait pas uniquement à discourir sur tel ou tel point de droit administratif.

J’étais tellement admirative du spectacle de ces corps, que j’en oubliai presque de me dévêtir. Joseph souleva ma robe en me demandant l’autorisation de la retirer lui-même.

Le « cas Joseph » me plongeait dans des abîmes de perplexité. Pour commencer, il était le seul à ne jamais nous tutoyer, à ne jamais employer de mots crus pour pimenter ses ébats. Je crois que le mot le plus trivial qui ait jamais franchi ses lèvres fut un « saperlipopette ! » retentissant, une nuit d’hiver. Mais surtout, bien que son sexe fut ridiculement petit, il s’en servait avec une maestria digne d’éloges. La taille enfantine de sa queue n’a jamais semblé lui poser le moindre problème ou générer le moindre complexe. Il nous faisait jouir d’une manière incroyable, nous demandant juste de ne pas retenir nos cris de plaisir, après avoir joui, il nous remerciait toujours. Un homme bien curieux que ce Joseph…

Je l’autorisai à ôter ma robe, mais restai comme paralysée par cette vague de plaisir, qui montait en moi en regardant Catherine. Je devenais elle, je devenais ces hommes qui la prenaient tout à tour. Joseph le remarqua et me demanda de faire ce dont j’aurais le plus envie.

Je choisis une place de choix, m’installai confortablement, adossée à un petit rocher, et me masturbai en ayant conscience que mon activité excitait notre petit groupe, mais je m’en moquais, toute au plaisir que j’éprouvais. 

Mon orgasme me sortit de cet état second. Je rejoignis le petit groupe, le bavard s’activait dans les fesses de Catherine, qui suçait mon Christian. Nos regards se croisèrent. J’en avais déjà parlé avec elle, je voyais le plaisir qu’elle prenait à la sodomie, mais trop de peurs me freinaient, m’empêchant de franchir le pas. Celle qui dominait était la peur de la douleur. Catherine m’avait assurée que lorsque je serais prête dans ma tête, mon corps se détendrait et que mise en confiance, bien préparée, je n’aurais pas mal. En tout cas, c’est ainsi que son Paulo l’avait initiée. 

Quand elle reprit la place, qui était la sienne, au sein de ce groupe d’amoureux du plaisir et de la liberté, elle m’avoua que ce qui lui avait le plus manqué, avait été la sensation, le plaisir de sentir son anus se dilater, sentir la pénétration et les va-et-vient. 

Je regardais souvent son visage pendant qu’elle se faisait sodomiser et je pensais comprendre l’intensité de son plaisir. 

Ce fameux jour, j’eus la curiosité de regarder à quoi ressemblait son petit trou après une sodomie. J’attendis que le bavard se retire et scrutai son derrière. Alain me demanda « Tu veux voir ? » et écarta les fesses de Catherine. Je vis surtout les lèvres de son sexe palpiter, puis l’anus. Je l’entendis psalmodier « Encore… Encore… Encore ! ». Le notaire prit la place du bavard et entendant une fois de plus les gémissements d’aise de Catherine, pendant qu’il la pénétrait, je décidai que le temps était venu pour moi de goûter à ce plaisir.

Mes partenaires préférés étaient tous présents, le soleil se couchait paresseusement, en prenant tout son temps, un joli nuage parme et orangé en guise d’oreiller, l’air était doux comme un baiser dans le cou, des odeurs salées remontaient de la mer, la garrigue exhalait les parfums de la Provence… tous ces détails ont eu leur importance dans ma décision. 

J’attendis une « pause rosé bien frais » et blottie dans les bras de Christian, j’annonçai d’un trait, m’enflammant davantage à chaque mot,

– Vous me taquinez souvent de ce rempart de vertu que je dresse entre mon cul et vos bites, Alain m’a même affirmé « tu es cruelle de te faire prendre en levrette, d’offrir ton joli petit cul si bandant à la vue et d’en interdire l’accès ! » Je suis prête à faire céder ce rempart, mais je voudrais que ce soit Christian qui le fasse devant vous tous, que vous soyez témoins de ce moment si important pour moi… mais aussi… je voudrais que vous y preniez part, en me… « préparant »…

Dans mon dos, je sentais le cœur de Christian battre presque aussi fort que le mien. Du regard, je demandai l’assistance de Catherine, de son doux sourire, elle me l’accorda. Un bref conciliabule entre elle et les hommes, puis le notaire s’approcha de nous deux, qui faisions face au reste du groupe. Révérencieusement, il s’inclina, me tendit la main et, d’un ton exagérément pompeux, tint ce discours.

– Ce soir, Monique a décidé de franchir le pas. Pour elle, ce n’est pas seulement une expérience nouvelle, mais c’est surtout un pas de plus dans l’affirmation de l’amour qu’elle voue à Christian. Elle a souhaité se faire dépuceler le cul devant nous, pour faire de nous les témoins de son amour. Dans l’esprit de Monique et de Christian, l’amour se définit par le partage. Je vous invite donc à venir, les uns après les autres, la préparer afin que Christian puisse la déflorer en toute sérénité.

En écrivant ces mots, je ne sais pas si je parviens à restituer l’humour et l’ambiance, à la fois érotique et burlesque, qui régnait alors. 

Je me mis à quatre pattes sur le matelas moelleux fait des coussins que Joseph apportait avec lui, à chaque fois qu’il venait. D’un geste de la main, le notaire invita Christian à prendre place à mes côtés et à le regarder m’écarter les fesses, avant de me lécher de sa langue habile.

Un « OooOOOoohh ! » de surprise ravie s’échappa de ma bouche. En riant, le bavard dit « Fais-la taire, Christian ! ». Semblant obéir à cette injonction, mon homme força ma bouche de son gland. Je déglutis de plaisir. J’ondulais sous les coups de langue du notaire, sous ses caresses, de mon clitoris à mon anus. Avant même que je n’en manifeste le désir, il enfonça deux doigts dans mon vagin, tout en accentuant ses baisers. Je sentais mon corps se détendre, il sortit les doigts de mon vagin et commença à caresser mon anus avec son index, ainsi lubrifié. J’ondulais, je gémissais, tétant le sexe de Christian à l’aune de mon plaisir croissant. Ses mains devenaient fébriles dans mes cheveux.

Le notaire entra une phalange dans mon cul, puis le retira et céda sa place à Joseph. Je fondais de plaisir, tant sa langue était tout à la fois douce et ardente.

– Oh, ma douce Monique, je ne puis résister au plaisir de vous prendre…

Je jouis violemment, son petit sexe allant et venant dans mon vagin, tandis que son index s’enfonçait dans mon cul, plus profondément que celui du notaire. Je ne ressentais aucune douleur.

– Votre corps sera bientôt prêt. Mais… vous jouissez encore, ma chère amie ?

Le sexe énorme de Christian, au plus profond de ma bouche, m’empêchait de répondre, seuls, mes cris s’échappaient de mes lèvres.

– Ô, petite diablesse divine, créature sensuelle, sentez… sentez… vous me faites venir !

Comme à son habitude, il me remercia avant que le bavard ne le remplace. Plus rugueux, mais tout aussi efficaces, ses attouchements me firent décoller, m’échapper de mon corps. Comme nous étions beaux, tous les sept, entourés de ce halo mordoré ! Mon ectoplasme me restituait la scène, comme si je me trouvais face à un tableau, une toile de maître. Christian face à moi, son sexe dans ma bouche, le notaire me caressant le dos, les reins, le bavard derrière moi, me caressant d’une main et semblant soutenir son sexe épais de l’autre, Joseph, un peu à l’écart, aux côtés d’Alain et de Catherine qui parlaient à mi-voix. Han ! Le bavard venait de me pénétrer.

– Boudiou ! Si ton cul est aussi accueillant que ton joli petit con… Boudiou ! Quels régals tu nous promets ! 

Il enfonça son doigt visqueux en entier. Je crus défaillir de plaisir.

– Mais tu jouis, ma coquine ! Tu aimes ça, hein ?

Il allait et venait avec aisance. Je ne ressentais toujours aucune douleur. Je ne savais pas encore qu’il avait enduit son doigt de vaseline.

– Boudiou ! Ta fougue me fait venir ! Oh boudiou ! Tu me vides les couilles !

Quelques jurons plus tard, il se retira, me laissant pantelante. Alain s’approcha à son tour, me caressa, écarta mes fesses, siffla, admiratif, et entreprit de me dilater un peu plus, de son index et de son majeur. Je sentais, sur mes fesses, les va-et-vient de son autre main le branlant.

– Viens voir, Christian, comme nous te la préparons bien, ta Monique… Viens… !

Comme à regret, Christian sortit de ma bouche.

– À toi de jouer, ma Catherine !

Avant que je puisse comprendre ce qu’il lui demandait, elle s’allongea sous moi. Alain, agenouillé, se branlait entre mes fesses, tandis qu’elle lui léchait les couilles. Se rend-elle compte que sa langue me lèche aussi le minou ? Troublée de ce contact, j’ouvris les yeux, sa toison brune, dense et frisée, humide de sa jouissance et parsemée de gouttes de sperme… Comment aurais-je pu résister ? 

Je goûtai, d’une bouche timide, pour la première fois, un sexe de femme, les caresses de sa langue se firent plus précises, quant à la mienne, elle se fit plus gourmande. Je la dégustais avec délice sous les acclamations de joie des hommes, les doigts d’Alain allaient et venaient, s’écartant doucement. Il demanda à Christian de m’écarter les fesses, sortit ses doigts, se branla à toute vitesse. Je sentis la langue de Catherine délaisser mon sexe pour s’activer sur les couilles de son homme. Quant à moi, je ne pouvais me résoudre à ne plus la sucer. Quel régal ! Et quel bonheur de la sentir jouir de ma bouche !

– Ô, putes vierges ! Ô, vous me faites venir… ! Ô…

Je sentis le flot de son plaisir m’inonder.

– Regarde… regarde… !

– Oooh !

Plus tard, Christian me dit qu’il n’avait jamais reçu de plus beau cadeau d’amour et d’amitié. Ses amis lui permettant de me déflorer, en connaissant sa « singularité sexuelle » et moi, lui offrant mon « dernier pucelage ».

Je sentis son gland bouillant me pénétrer, volontaire et bienveillant. Je me cambrai davantage, ma bouche toujours soudée au sexe de Catherine.

– Tu en veux plus, ma Monique ?

Je relevai la tête, décollai ma bouche du sexe de Catherine.

– Oui !

Un coup de rein.

– Comme ça ?

– Encore plus !

Exclamations de joie.

– Comme ça ?

– Encore… ooohh… plus !

– Je vais te faire mal, non ?

– NON ! ENCORE !

J’aurais voulu le sentir aller et venir, mais il refusait tout mouvement. Je pensai l’y contraindre en imprimant moi-même la cadence, seulement, il se reculait dès que je tendais mes fesses vers lui. Un éclair de lucidité m’apporta la solution. Je demandai son aide à Catherine « Montre-lui ce que je veux ! ». Elle se mit à quatre pattes à mes côtés et offrit ses fesses au notaire. 

Satisfait, Christian commença à aller et à venir, à chaque mouvement un peu plus profondément, chaque va-et-vient un peu plus ample. Je hurlais ma jouissance comme Ève pouvait le faire avec Adam au beau milieu de l’Eden. Je faisais corps avec la nature, avec ces hommes, avec Catherine, avec Christian.

Quand il jouit, mon corps était en sueur et tremblait de plaisir. Nous nous écroulâmes au sol, il m’embrassait, prenant les autres à témoin, nous nous disions les mots d’amour que nous réservions d’ordinaire à notre intimité.

Enfin, il me demanda officiellement en mariage. Je demandai à Catherine et à Joseph s’ils voulaient être mes témoins. Christian posa la même question à Alain et au bavard, puisqu’il allait de soi que le notaire nous unirait légalement, sa qualité d’élu municipal lui conférant le statut d’officier de l’état-civil. Tous acceptèrent. 

Ce fut à ce moment que Catherine et Alain nous demandèrent d’être les témoins de leur propre mariage.

Nous n’avions pas de Champagne pour arroser cette soirée, le rosé était bien tiède et la dernière bouteille bien peu remplie, toutefois, nous fêtâmes joyeusement la perspective de ce double mariage.

– Boudiou ! Quand je pense que ce n’étaient que les fiançailles ! Vivement la nuit de noces !

Quand Monique revit, à 50 ans d’intervalle, une aventure vécue par Nathalie

Les souvenirs de Tatie Monique – L’installation

Avant de quitter la ville, nous avions fait une pause au buffet de la gare, j’avais commandé une mauresque que Christian but pendant que je téléphonais à mes parents pour leur annoncer que je ne rentrerai pas à Paris, que je restais aux côtés de Bonne-Maman qui avait besoin de moi. Je crois qu’ils n’ont pas cru, ou pas réalisé ce que je venais de leur dire.

Nous roulions vers le village l’esprit encore tout chamboulé de la lecture du cahier de Bonne-Maman et de ce que nous y avions appris.

Nous n’avions pas envisagé cette hypothèse, mon installation définitive au village. Christian habitait encore chez ses parents, je savais que Bonne-Maman me ferait de la place dans sa maison. Je savais aussi qu’elle serait chez Nathalie quand nous arriverions. Nous craignions de les déranger en déboulant ainsi chez la grand-mère de Christian, mais je n’avais pas la clé et puis, je tenais à lui demander l’autorisation et leur dire de vive-voix que la lecture du cahier y était pour beaucoup dans ma décision. Elles nous accueillirent avec ce bonheur franc des petites gens.

Bonne-Maman, d’abord ravie, sembla se rembrunir et râla un peu qu’il était indécent de nous laisser dormir dans mon petit lit. Il me semblait impensable que je la prive de son lit conjugal, ne serait-ce que pour une nuit. Les glaçons ne tintaient pas encore dans les verres quand nous demandâmes à Alain d’aider Christian à déménager son lit de chez ses parents à ma petite chambre.

Qu’est-ce que nous avons ri ! Il n’en revenait pas ! J’abandonnais tout, la vie parisienne, mon emploi d’esthéticienne, pour vivre ici, sans avoir pris le temps d’y réfléchir longuement ! Mais quel risque prenais-je ? Je n’avais que vingt ans, un boulot de vendeuse, je pourrai en trouver facilement, ou bien n’importe lequel qui se présenterait, et puis, si mon histoire d’amour tournait mal, qu’est-ce qui m’empêcherait de faire le chemin inverse ? Il en convint. 

Quand le lit de Christian fut installé dans ma chambre, Alain s’exclama pour la dixième fois de la soirée « Ô, pute vierge ! ». J’éclatai de rire. « Attention, tu vas finir par inonder ton pantalon ! ». Nous nous regardâmes tous les trois, avant de reprendre la voiture pour retourner en ville. 

Ils m’attendaient sagement devant la boucherie, déjà fermée, je montai les escalier quatre à quatre et toquai à la porte de Catherine.

– Mais… mais tu n’es pas partie ?

– Je n’ai pas pu. Je m’installe au village, chez ma grand-mère… Alain nous a aidés pour déménager le grand lit de Christian, alors j’ai pensé…

Je ne savais pas comment le lui proposer, pourtant, dans la voiture, j’avais trouvé une formulation joyeuse et amusante, mais là… face à Catherine… j’avais tout oublié.

– Tu as pensé… ?

– On pourrait fêter ça tous les quatre… comme le baptême de ma nouvelle vie…

– Tous les quatre ? Avec… avec MOI ?

– Ben, oui…

J’allais lui préciser « si ça te fait plaisir », mais je n’en eus pas le temps, elle m’enlaça et m’embrassa en me remerciant.

– C’est à moi de te remercier ! Avec toi, la fête sera plus belle !

En nous voyant arriver, Alain et Christian manifestèrent leur joie. Catherine et moi voulions papoter pendant le trajet, nous nous installâmes à l’arrière de la voiture. J’observais le regard comblé de mon Christian dans le rétroviseur, et telles deux gamines, nous pouffions à chaque « Ô, pute vierge ! » d’Alain, qui se retournait régulièrement, comme pour s’assurer qu’il ne rêvait pas.

Bonne-Maman nous avait laissé la maison, elle passerait la nuit aux côtés de Nathalie.

J’admirais l’art avec lequel Catherine s’effeuillait. Jusqu’à ce soir précis, j’ôtais mes vêtements le plus vite possible, tant ma hâte d’être touchée, embrassée, caressée, léchée était grande. Au contraire, Catherine se déshabillait lentement, se caressant la peau, laissant monter en elle l’excitation et attiser le désir des hommes. Bon sang, que son corps était désirable ! Qu’il était beau ! Je pensai « quel gâchis, tous ces longs mois sans que personne ne le comble ! »

CNhZHCnWsAArvsG– Laisse-moi faire ! Je vais te préparer !

Assise sur le bord du lit, Catherine débraguettait Alain avec une douceur impatiente. Les bras ballants, les mains massives et puissantes d’Alain pendaient mollement le long de ses cuisses. Encore sous le coup de la surprise, il se laissait faire, totalement soumis au désir de Catherine. Au troisième bouton, il ferma les yeux, rejeta sa tête en arrière, je vis sa main gauche se soulever au ralenti et ses doigts retrouver la chevelure soyeuse de Catherine. 

Je vivais ce moment de grâce et plus de quarante ans après, j’en ai un souvenir précis, gravé dans ma chair.

Quand ses lèvres effleurèrent le sexe tendu d’Alain, je sentis les doigts de Christian caresser mes seins, descendre vers mon ventre, puis mon pubis, sa voix dans un souffle sur ma nuque « caresse-toi, ma chérie ». Alain gémit doucement et Catherine sembla revenir à la vie, telle une Belle au Bois-Dormant.

Il la releva soudain, l’enlaça, sa queue désormais taurine contre le ventre ardent de Catherine, il lui dit « Oh, tu m’as tellement manqué, Catherine ! », l’embrassa. Une fois encore, j’eus une vision du dessus de la pièce. Christian se caressant dans mon dos, une main sur ma toison, Catherine dans les bras d’Alain, l’embrassant, le corps de Catherine ondulant lascivement, se frottant contre le sexe, contre le ventre d’Alain, moi, me régalant de ce beau spectacle, me caressant pour la première fois à quelques centimètres d’une autre femme, ma bouche entrouverte, prête au baiser.

Au ralenti, Catherine s’allongea sur le dos. Alain voulait qu’ils se regardent quand il la pénétrerait. Ce regard ! J’étais tout à la fois Catherine, ressentant la pénétration du sexe d’Alain, millimètre par millimètre, écartant les parois du vagin pour le remplir totalement, mais j’étais aussi Alain au regard brûlant de désir, sa voix vibrante chuchotant presque un timide « Oh, que c’est bon ! Que c’est bon, ma Catherine… Ma Catherine ! »

Christian s’approcha d’elle, offrit sa queue aux talents de sa bouche.

Que mon sexe était doux sous mes doigts !  J’imposais la lenteur à mes caresses. Je voulais garder intacte la perfection de ce moment. J’aimais regarder les ondulations du bassin de Catherine, j’aimais l’éclat de son regard quand ma main effleura son sein avant de caresser le mien. J’embrassai Christian tandis qu’Alain allait et venait plus vite, plus fort, jusqu’à retrouver le rythme en lequel leurs corps aimaient danser, aimaient s’aimer. « Ô, pute vierge ! Comme tu me manques ! Comme tu me manques ! »

Par son baiser, Christian me transmettait tout l’art avec lequel il aimait que Catherine le suce. Il me semblait que sa langue dansait avec la mienne par l’intermédiaire de celle de Christian. 

Les ondulations de Catherine devinrent de plus en plus amples, je sentais son plaisir enfler, gronder en elle. Elle dégagea sa bouche pour nous supplier « Faites-moi jouir ! Je veux jouir de nous tous ! » avant de sucer Christian comme on boit après avoir trop attendu pour le faire. Nos mains aux doigts presque enlacés, caressèrent son clitoris, je jouis presque de la sentir jouir. Un bref instant, le temps se figea. Nous goûtions tous les retrouvailles de Catherine avec ce plaisir précis.

La bouche pleine de la queue de Christian, elle marmonna « Encore ! Encore ! Encore ! Encore ! » comme en écho, Alain psalmodiait « Ô, pute vierge ! Je vais venir ! Tu me fais venir… ! Ô, pute vierge ! Un mot de toi et je vais venir ! ». Ce fut de ma bouche que sortit la réponse de Catherine « Viens ! Viens ! Viens, Alain ! »

En écrivant ces mots, je ne sais pas si je peux transmettre cette sensation de communion absolue qui nous animait, qui nous reliait les uns aux autres.

Alain jouit longuement, se retira comme il le faisait toujours, pour laisser la place à Christian. Avant qu’il ne le fasse, je regardai attentivement le sexe de Catherine coulant du sperme d’Alain, et je compris le plaisir que mon homme pouvait prendre à pénétrer ce paradis humide et chaud.

Le creux des jambes de Catherine dans le creux de ses bras, Christian la pénétra, écartant ses cuisses de gitane pour mieux se régaler du spectacle. J’allais jouir de cette vision, de mes doigts fiévreux, quand je sentis la langue, pour une fois rugueuse, d’Alain.

– Ooohhhooohhh… !

J’aimais comme il me suçait, me léchait, me dégustait, j’aimais jouir comme ça, debout, sentir mes jambes trembler, lutter pour ne pas se refermer quand elles étaient écartées, pour ne pas s’écarter quand elles étaient serrées, se plier pour que mon sexe palpitant soit au plus près de la bouche d’Alain. Je voulais le sentir au plus profond de moi, il me fouillait de ses doigts impudiques, quand il me sentait jouir. Enfin, le sexe dressé, massif comme un pieu, il s’allongea aux côtés de Catherine, lui prit la main tandis que je m’empalai sur lui, en regardant Christian aller et venir dans le sexe accueillant de ma nouvelle amie.

Que nous étions beaux, tous les quatre ! J’embrassais Christian, Catherine embrassait Alain, entre deux baisers, nous nous disions des mots d’amour. 

Catherine était transpercée par un orgasme quand Alain la demanda en mariage. Les yeux humides de fatigue, de plaisir, de surprise, d’émotion, Catherine accepta. N’osant y croire, puis réalisant enfin, il sembla hésiter avant de s’exclamer « Ô, mon Dieu ! Bon Dieu, c’est le plus beau jour de ma vie ! » alors que nous nous attendions à un « Ô, pute vierge ! »

– Bouge sur mon homme, Monique ! Montre-moi comment tu le fais jouir !

Mes mouvements se firent plus amples pour qu’elle puisse regarder la grosse queue veineuse luire de mes va-et-vient. J’aimais comme sa main féminine sur mes fesses m’incitait à monter plus haut et comme les mains viriles d’Alain sur mes hanches m’obligeaient à m’enfoncer davantage, d’un coup, jusqu’à ce que je sente son gland heurter le fond de mon vagin.

– C’est trop de bonheur… ! Vous me faites venir, mes douces coquines… ! Vous me… ô, pu…

J’entendis la voix d’Alain comme assourdie, mes oreilles bourdonnaient, je regardais Christian jouir de Catherine, ses yeux me hurlaient « JE T’AIME ! ».

En 1974, le clocher de l’église carillonnait encore toutes les heures. Nous entendîmes sonner 11 heures. Catherine travaillait le lendemain. Il était temps de dormir. En se rhabillant, Alain et Catherine rirent en voyant l’état des draps, du boutis tachés de spermes et d’autres fluides.

– Pense à nettoyer tout ça avant que ta grand-mère revienne, Monique !

J’interrogeai Christian du regard qui hocha la tête en signe d’assentiment, alors, le sperme d’Alain coulant sur mes cuisses, je fis quelques pas qui me séparaient de ma valise, l’ouvris et tendis le cahier de Bonne-Maman à Catherine.

– Non seulement, je n’en ferai rien, mais de plus, je dédie cette soirée à la belle Rosalie et à la charmante Nathalie !

– Et moi, je la dédie au courageux Toine et au viril Pierrot !

Pour la première fois, Catherine dormit dans les bras d’Alain, chez lui, tandis que Christian et moi passions cette première nuit dans ce qui allait devenir notre lit conjugal.

Les fiançailles (du latin confiare « confier à ») sont une déclaration d’intention de mariage.  (Définition Wikipédia)