Dirty dancefloors and dreams of naughtiness

– Hey dis donc, Machin, on t’a jamais appris à dégager le passage devant Princess Hope ?

D’abord surpris d’être bousculé, Linus s’était retourné souriant en reconnaissant le son de ma voix. Il me toisa de haut.

– Princess Hope ? Vraiment ? Princess Hope dans cette… tenue ?!

En ce début de journée, notre joute verbale débutait sous les meilleurs auspices.

– En France, on dit que l’habit ne fait pas le moine, Machin.

– Je ne vois qu’un seul moyen de vérifier que vous êtes réellement celle que vous prétendez être…

Il attrapa ma main et m’entraîna dans les coulisses de la salle des fêtes où la grande malle, arrivée quelques jours avant eux, n’attendait que le tour de clé de Linus pour dévoiler les trésors qu’elle contenait. J’étais ébahie. Pour être plus exacte, Odette l’était, mais Princess Hope se dit déçue de ne point y trouver le carrousel qui l’avait tant enchantée. Je voulais faire la tatillonne, mais Linus me prit à mon propre piège.

– Je n’ai pas souvenir que Princess Hope l’ait déjà vu… Petronilla se serait-elle laissée aller à quelque indiscrétion ?

– Ho, Machin, embrasse-moi au lieu de me prendre la tête !

Comme toujours, son baiser avait le goût du tabac, mais le whisky avait laissé place aux arômes du café que Linus venait de boire. Je ne comprendrai sans doute jamais pourquoi j’aime tant le goût de ses baisers, mais le fait est qu’il me transporte au-delà du raisonnable.

– Tes baisers ont gardé la fougue et la fraîcheur de l’adolescence et j’adore ça ! Tu as l’air surprise, personne ne te l’a jamais fait remarquer ?

– Non, mais je le prends comme un beau compliment !

Une projection de vidéos était prévue en début de soirée, nous décidâmes d’offrir à nos amis un petit lever de rideau musical. Le temps d’en avertir Roweena et Gideon, puisque nous avions besoin de leur assistance pour la mise en place, la répétition débuta.

Quand je repense à cette journée, je m’aperçois qu’en la racontant, on pourrait croire que j’étais au centre de toutes les attentions, mais il n’en est rien. Notre absence est passée inaperçue parce que chacun se tricotait ses propres souvenirs. Jim, par exemple, était parti à la découverte de la nature environnante avec Marcel, son nouveau mentor, qui non content de lui montrer les trésors de cette terre à laquelle il est si attaché, l’incita à peaufiner ses connaissances de la langue française. À Jim qui s’extasiait des leçons de Monique et de Mireille, il conseilla d’étudier également auprès de Cathy.

Alain avait, une fois encore, servi d’interprète après un incident qui nous fit bien rire quand il nous le raconta. Joseph lui avait demandé de lui traduire les propos de Betsy. Parce qu’à mon grand regret, je ne parle pas anglais. Or, elle venait de s’adresser à lui en français. Cependant, ils se comprirent très vite. Elle venait de leur montrer sa plus belle création, celle dont elle était la plus fière et avait remarqué le sourire embarrassé de Joseph.

– Tu as une très belle âme, mais il te manque les rudiments pour que tes mains puissent la retranscrire.

Alain s’étonna de ce tutoiement inhabituel dans la bouche de son ami et en expliqua la raison à Betsy.

– Ta coquetterie te ferait-elle perdre la mémoire ? Tu sais bien que nous sommes de la génération où les maîtres tutoyaient leurs apprentis !

Durant sa longue carrière, Joseph s’était toujours refusé à prendre des apprentis sous son aile, sans autre raison que l’absence de magie entre lui et ses postulants. Cette magie s’était imposée d’elle-même dès le premier regard qu’il avait posé sur Betsy.

Cathy avait profité de la voiture de Christian soi-disant pour veiller à ce que les gamins ne mettent pas trop de bazar dans la maison du Toine où ils se remettaient de leur nuit d’Halloween, mais je la soupçonnais de vouloir passer du temps avec eux pour leur transmettre certains savoirs et autres secrets ainsi que Nathalie l’avait fait pour elle quarante-cinq ans plus tôt. En relisant mon brouillon, je lui ai posé la question et elle m’a confirmé le bien-fondé de mes soupçons.

Roweena était aussi au village, mais dans la maison de la rue Basse. Christian lui avait proposé de lui en dévoiler quelques secrets. Jimmy et Jean-Luc étaient les plus studieux puisqu’ils confrontaient leur point de vue sur les conséquences de la Première Guerre Mondiale avec Socrates.

Privé de sa très chère Betsy, Alister faisait plus ample connaissance avec Sylvie. Martial s’affairait en cuisine partageant ses astuces avec Gideon qui en était ravi. Ce soir, un grand buffet convivial et international serait au programme.

Dans un premier temps, j’avais écrit que Monique et Mireille se prélassaient dans le patio, mais cette dernière a voulu apporter cette correction : Nous ne nous prélassions pas le moins du monde, nous philosophions sur les vertus pédagogiques des échanges internationaux ! Pour ce faire, quoi de mieux qu’une position semi-allongée sur une banquette moelleuse, à picorer du raisin tout en sirotant des boissons fraîches, à l’instar de nos prédécesseurs hellènes ? Dont acte.

Avant de rejoindre Christian, Roweena m’aida à enfiler la tenue que je porterai durant ce spectacle impromptu. J’aimais l’éclat de son regard et son sourire facétieux quand elle me tendit la jupe dont nous avions rêvé sur ce bateau lors de notre traversée transatlantique. L’exacte fusion de la jupe aux diodes lumineuses et du jupon aux lambeaux artistiques. La partie arrière avait également été modifiée, le lourd satin rouge carmin avait laissé place à un brocart moiré. Le corset était réduit au strict minimum, mais le boléro de dentelles était le même.

J’avais souri à la vue du porte-jarretelles et des bas. Avant même que Roweena ne me le dise, j’y avais deviné la patte de Betsy. Je retrouvai avec plaisir les petites bottines aux talons idéaux pour rajeunir la ligne de mes jambes tout en me permettant de ne pas ressembler à un échassier déséquilibré par ses pattes trop longues.

Pendant ce temps, et avant d’aller rejoindre Martial, Gideon procédait aux derniers réglages avec Linus. Roweena et moi plaisantions de son excitation si peu contenue qu’elle transparaissait jusque dans ses sourires, dans les vibrations de sa voix magique et envoûtante.

Ce sont justement ces vibrations qui me donnèrent l’idée de remplacer mon assistant masturbatoire par le plug étrenné au Canada et dont je fais depuis un usage régulier. C’est pourquoi je passai en toute hâte devant Jimmy, Jean-Luc et Socrates sans me retourner sur leur air surpris et ne répondis pas à leurs compliments interrogateurs.

Quand je revins sur scène, Roweena et Gideon étaient déjà partis.

– Ouah, Linus ! Ton pantalon… laisse deviner… ouah !

– Il faut bien ça pour que vous ne m’appeliez plus « Machin », Princess Hope !

– Et si nous l’oubliions un peu, cette connasse et que je redevenais Petronilla ?

– Je louerais alors les vertus de mon nouveau pantalon !

D’essais en essais, plus ou moins concluants et puisque nous étions de cette humeur, nous abandonnâmes la lascivité de Marvin Gaye pour l’énergie des Arctics Monkeys. Lors de notre séjour en Irlande, mon enthousiasme pour leur premier album avait surpris Linus. Le morceau s’imposa de lui-même I bet you look good in the dancefloor. C’était la première fois que je l’entendais le chanter et son accent irlandais me troubla. De fait, je devais être plus attentive à ses mots pour ne pas me laisser surprendre, il me conseilla de ne pas trop y prêter attention, de me laisser guider par la musique.

– C’est marrant, ton accent me choque moins quand tu chantes Marvin Gaye…

– C’est marrant, il a fallu que je vienne ici pour me rendre compte de la différence entre ton accent et celui de Jimmy quand vous parlez français !

Nous passâmes assez vite à la répétition proprement dite. Linus voulait que j’assure les contre-chants, mais je lui fis remarquer que je risquais de rencontrer quelques problèmes. Il me rétorqua que mon accent n’en poserait aucun et s’étonna de mon sourire indulgent.

– Ce serait plutôt à cause des vibrations de ce jouet. Ma voix risque de dérailler, voire d’être totalement absente, toute à mes sensations, que je sais puissantes, je risque de ne plus être capable de chanter quoi que ce soit.

Bon sang ! Son sourire ravageur… et son rire… son putain de rire ! Une fois encore, il lacéra mes tripes d’ondes de désir et de plaisir.

– Imagine, si ton assistant masturbateur était relié au manche de ta guitare, te sentirais-tu certain de ta performance vocale ?

Pour comprendre ce dialogue, si vous ne connaissez pas ou si vous avez oublié ce morceau, cliquez sur ce paragraphe pour l’écouter.

Un éclair lubrique dans son regard déclencha ma question « Tu pourrais le régler ainsi ? » Le sérieux du ton de sa réponse « Je crois bien que oui » finit d’attiser la lubricité qui couvait en moi. Il l’installa à ses côtés et une fois de plus m’électrisa en riant de ma remarque « Oh, mais ce n’est pas ton pantalon qui est flatteur ! ». Il posa sa guitare et à sa demande, je m’assis sur ses genoux le temps qu’il réfléchisse à la meilleure façon de coupler son attirail à son instrument de musique. Ce qui prit plus de temps que prévu puisque nous ne résistâmes pas au plaisir de retrouver nos corps vibrants sous nos caresses. Et nous ne nous privâmes pas non plus de celui de nous embrasser à pleine bouche. Effectivement, nous avions retrouvé la fougue des étreintes adolescentes au fond des salles de cinéma, protégées des regards des autres par l’obscurité complice.

Mes mains, mes doigts couraient de sa nuque à son crâne presque rasé, les siennes s’égaraient un peu partout sur mon corps, ne souhaitant surtout pas retrouver un quelconque chemin. Son sexe dressé et durci contre ma cuisse était trop tentant pour que je résiste à l’envie de le caresser. Ainsi qu’il aime que je le fasse, je serrai ma main de toutes mes forces autour de sa verge et le masturbai en accélérant progressivement.

À regret, il desserra mes doigts pour les remplacer par la main artificielle. Je me levai le temps qu’il vérifie les connexions entre son assistant et sa guitare. J’en profitai pour m’isoler et mettre le plug en place. Aujourd’hui encore, je ne m’explique toujours pas cet accès de pudeur.

Je revins près de lui, lui tendis le smartphone et lui expliquai comment le régler. Nous voulions répéter consciencieusement afin d’être au point pour notre mini show, mais comme cela m’arrive trop souvent, j’avais perdu toute notion du temps et à peine ces derniers réglages effectués, nous entendîmes nos amis s’installer en vue de la séance vidéo promise.

Avant que Jimmy n’ouvre les rideaux et lance la projection, Roweena eut la présence d’esprit de monter sur scène pour annoncer le spectacle surprise que Linus et Petronilla allaient offrir à leurs amis. J’entendis la voix de stentor d’Alain traduire ses propos aux membres de la Confrérie et nous demander si nous étions prêts. Nous ne l’étions absolument pas, mais d’une seule voix, affirmâmes le contraire.

Le rideau s’est ouvert. La salle bruissait, mais je ne voyais personne. Je me demandais pourquoi j’avais eu cette idée de spectacle, pourquoi je l’avais acceptée. Mon cœur s’emballait, ses battements m’assourdissaient. Comme surgie de nulle part, la voix amplifiée de Linus retentit. Hey meuf, je parie que t’en jettes sur les pistes de danse ! Envahie par le trac, j’avais oublié notre petite mise en scène. Paniquée, je me tournai vers lui, assis sur un tabouret de bar. Sa guitare masquait son assistant masturbateur, à sa gauche, je ne distinguais de son ampli qu’une petite lumière rouge.

Le trac qui me paralysait accentuait le côté hautain du personnage que j’étais censée jouer. Nous n’avions pas pensé à éclairer la scène et bien nous en a pris. Les premiers accords retentirent, illuminant mon jupon et activant nos artifices sexuels. Une clameur admirative s’éleva de la salle.

Le trac, la musique, la voix de Linus, les ondes, les bouffées de plaisirs augmentaient mes sensations. J’avais l’impression d’entendre chaque soupçon de bruit, comme amplifiés, directement reliés à mes tripes. Je m’entendais chanter comme si j’étais à l’extérieur de mon corps. J’entendais chaque pulsion de mon plug et le sang qui coulait dans mes veines, échauffé par une excitation singulière.

J’entendais la voix de Linus, les accords de sa guitare, mais aussi le crissement de ses doigts sur le manche, les mouvements de sa main artificielle enserrant son sexe et coulissant. J’entendais les battements de son cœur. La salive inondait sa bouche et faisait claquer sa langue d’une façon que je n’avais jamais remarquée auparavant.

J’entendais le souffle de nos amis, la voix de ceux qui hurlaient le refrain avec nous. J’entendais la surprise des autres et même les battements du cœur de Jimmy et son murmure. Comme je t’aime, ma Princesse !

À l’instar du son de la guitare, le temps se distordit. Je sais que notre prestation scénique a duré moins de quatre minutes, pourtant j’eus l’impression qu’elle dura une bonne heure et en même temps moins d’une seconde. Le temps de me demander d’où venait ce bruissement d’ailes, un orgasme violent me projeta au sol. Comme si un sabre m’avait tranché les jambes au niveau des genoux. Bon sang, que c’était bon !

Nos amis nous applaudissaient à tout rompre, hurlant « Une autre ! Une autre ! » Linus s’en excusa et affirma que ce ne serait pas pour tout de suite. Je le vis sortir discrètement son sexe de la main artificielle et remarquai le sperme dégoulinant dessus. La salle, à nouveau plongée dans le noir, personne ne s’en rendit compte. Quand il débrancha sa guitare, avant de la poser à terre, une dernière note fit vibrer mon plug. Linus sourit avant d’éteindre le smartphone.

Il me rejoignit, m’aida à me relever et nous saluâmes les spectateurs comme il se doit avant de nous asseoir à notre place pour la soirée vidéo que je passai lovée dans ses bras. J’aimais ses caresses sur mes cuisses, ses lèvres sur mon cou, ses mots doux, ses baisers. J’aimais rester passive et profiter de cet apaisement.

Quand, entre deux vidéos, il se leva pour aller nous chercher de quoi manger, nous n’avions pratiquement rien avalé de la journée, Jim vint vers moi, les yeux écarquillés de surprise, mais avant qu’il n’ait pu prononcer le moindre mot, d’un geste, Marcel lui conseilla de se taire et d’un clin d’œil, d’attendre le bon moment. Leur échange muet semblait les réjouir pour une raison que j’ignorais.

Devant la table où se dressait le buffet, Linus était en grande discussion avec Alain et Jimmy qui vint vers moi, un large sourire aux lèvres.

– Alors, ça fait quoi de monter sur scène, ma Princesse ?

– Ça file les chocottes, mais putain, c’est sacrément bon ! Je ne me suis pas trop ridiculisée ?

– Ridiculisée ?! Tu plaisantes ou quoi ?! Tu veux vous regarder ?

Je n’avais pas songé un seul instant qu’ils avaient pu nous filmer, je n’avais même pas remarqué la présence d’Alain au pied de la scène. Jimmy le lut dans mon regard, me prit dans ses bras et de sa voix la plus tendre, me dit « C’est aussi pour ça que je t’aime tant, mon amour de Princesse ! »

Mireille gloussait un peu plus loin, se faisant taquiner par Gideon et Daniel. Marcel, Jim et Jean-Luc semblaient comploter avec Monique. Roweena était aux côtés de Christian, mais je ne voyais pas les autres, installés sur les lits à l’autre bout de la salle.

Quand nous visionnâmes notre prestation, Linus me fit admettre qu’il avait eu raison. Il y avait un léger décalage entre ses accords de guitare et les impulsions du plug. Il avait gagné son pari, mais se lamentait de ne pas pouvoir en tirer les bénéfices, leur départ étant prévu le lendemain. Jimmy lui affirma que ce n’était que partie remise, puisqu’il les conviait à venir fêter le Nouvel-An avec nous.

Bon ben, la rigolade, la musique, le spectacle, ça va bien 5 minutes, mais il est des moments dans la vie ou il faut bien penser aux choses sérieuses, comme la science, par exemple !

Encore un grand merci aux Fastened Furious pour leur vidéo « Antiviral » qui a su me redonner le sourire et aussi un peu l’autorisation d’écrire ce texte de style portnawak alors que le COVID19 m’avait pourri le moral.

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.