Odette&Jimmy – Retour au Canada

– Si je te dis Toronto, tu réponds quoi ?

– Les enquêtes de Murdoch !

– Les enquêtes de quoi ?!

Devant son air ahuri, je traitai Jimmy de sale intello nécrosé par son confort bourgeois, mais me gardai bien de lui fournir l’explication qu’il attendait.

J’aimais le luxe de ces vols transatlantiques en classe affaire. Fidèles à nos habitudes, j’avais joué à l’épouse peureuse en avion et Jimmy au mari attentionné qui couvre le visage de sa moitié avec sa couverture. Ainsi aveuglée, rassurée par la chaleur de ses cuisses, je pouvais calmer ma crise d’angoisse et m’endormir paisiblement. Après avoir expliqué la situation à l’hôtesse de l’air, il avait mis son masque occultant sur les yeux et éteint la veilleuse. L’hôtesse nous ficha la paix pendant les heures qui suivirent.

Juste avant de jouer cette comédie, je lui avais susurré à l’oreille Petite pipe dans l’espace aérien, tout va bien, il semblait avoir tiqué. Quand l’hôtesse se fut éloignée, il marmonna Petite pipe dans l’avion… hmm… c’est trop bon !

Alors que nous découvrions, ébahis comme à chaque fois, notre suite nuptiale, Jimmy me prit dans ses bras, plongea son regard dans le mien et sur un ton plus solennel me reposa la question.

– À ton avis, pourquoi ai-je choisi de t’emmener à Toronto ?

– Parce que c’est notre dixième voyage et que tu veux savoir si désormais, je peux réveiller les ours ?

– Ah ah ! Sache que j’ai un peu plus d’ambition que ça, belle insolente ! Nos cris seront-ils assez puissants pour inverser le cours des chutes du Niagara ?

– Ouah ! Sacré défi ! Et si on rate, on plonge ?

– Ah ah, non ! Il y aurait des épreuves de rattrapage, mais je nous fais confiance !

Jimmy avait prévu un séjour autour des lacs. La première étape nous fit découvrir les chutes du Niagara, que nous admirions emmitouflés dans de gros anoraks et pantalons d’hiver. Jimmy me remercia de lui permettre de vivre enfin ce fantasme qui le tenait depuis l’adolescence. Devant mon air surpris, il précisa À cause du film.

– Celui avec Marilyn ?

– Oui !

– Tu me compares à Marilyn ?!

– Oui !

Je baissai les yeux pour vérifier que j’étais bien vêtue comme je le pensais ou si par le plus grand des hasards, ma tenue spéciale froid polaire ne s’était pas transformée en robe moulante à mon insu.

– Mais même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais pu imaginer que la femme avec qui je les découvrirais serait aussi sexy que toi !

La veille, sur la route qui nous menait de l’aéroport aux chutes du Niagara, je m’étais mise à me dandiner ondulant les bras comme une danseuse orientale. Jimmy me regardait, perplexe. Je lui demandai de stopper la voiture devant un panneau indicateur, sortis et fis quelques pas de danse devant lui. Air ahuri de Jimmy. De plus en plus agacée, je lui désignai le panneau, dansai à nouveau. Jimmy était passé du stade ahuri au stade vaguement inquiet. Vexée, un peu furieuse, je repris ma place à ses côtés en bougonnant.

– Si t’étais un peu plus ancré dans le quotidien des gens normaux, tu aurais compris, tu aurais ri et je t’aurais épaté. Alors que là… juste tu me regardes comme si j’étais complètement tarée ! Le panneau, mes pas de danse… Si tu regardais un peu plus la télé au lieu d’avoir le nez plongé dans tes bouquins, t’aurais compris direct et j’aurais eu droit à des étincelles d’émerveillement dans ton regard, mais voilà… Permets-moi de te dire que tout savant que tu es, ben t’as de sacrées lacunes en matière de séries télévisées, toute une éducation à refaire !

– C’était donc ça, les enquêtes de Bullock ?

– De Murdoch ! Les enquêtes de Murdoch ! Mais cette fois, ce n’était pas celle-ci. Tu t’en es arrêté où, question séries ? T’as continué après Zorro ? Columbo, par exemple, ça te dit quelque chose, Columbo ?

Jimmy riait et l’idée nous vint d’un séjour studieux où il comblerait ses lacunes, grâce à mes devoirs de vacances. Arrivés à l’hôtel, je débutai ma première séance. Puisqu’il n’avait pas souri à mon astuce et que le souvenir de ma prestation était encore frais, je décidai de l’initier à Dr House. Pour lui donner un supplément de motivation, je me mis sous l’écran et débutai un strip-tease durant le générique, strip-tease que j’interrompis dès le début de l’épisode. Jimmy tenta de m’apitoyer, je demeurai inflexible. Un élément vestimentaire ôté ou échancré par épisode. Rien de plus. Et la leçon durera jusqu’à ce que tu aies saisi mon astuce.

Son œil frisa et son sourire s’élargit bien plus tôt que je ne l’aurais cru. Mais son côté vieux prof sentencieux a vite refait surface. C’est Huntington, le panneau indiquait Huntingdon ! Mais c’était très bien vu ! Il me raconta ensuite les querelles sans fin entre la petite Nathalie et son père, Christian lequel affirmait se foutre de la véracité, de la crédibilité des cas et des circonstances des diagnostics. Si j’avais envie de réalisme, je regarderais un documentaire, pas une fiction !

– Pour autant, je crois n’avoir jamais regardé un seul épisode.

– Alors, concentre-toi, interro à la fin de l’épisode !

Je m’installai contre son corps, mais anticipant mes desseins en vue de le perturber, il décida de modifier un chouïa les règles. Puisque j’étais d’humeur taquine, il estimait être dans son bon droit. Il couvrit ma tête du plaid posé sur le fauteuil le plus proche et choisit un épisode au hasard. J’attendis la fin du générique pour débuter une pipe d’anthologie, à en croire ce flatteur de Jimmy. Il est vrai que je me sentais l’esprit léger, comme si je n’avais jamais eu le moindre problème, le moindre tourment dans ma vie. J’avais cette certitude que le monde s’offrait à moi, qu’il me suffisait d’avoir ne serait-ce que l’idée d’un rêve pour qu’il se réalise.

Ma bouche prenait un plaisir incroyable à faire l’amour à son sexe. Ma langue, plus qu’humide, allait et venait, s’aventurant jusqu’à son aine, en passant par ses bourses qu’elle se disputait avec ma bouche. Parfois, ma langue remportait la victoire et pouvait les lécher vibrant jusqu’au périnée. Parfois, la victoire revenait à ma bouche qui pouvait les gober à l’envi. Et l’ardent désir de sentir à nouveau les reliefs sinueux de sa hampe, le goût de son gland soumis aux va-et-vient de ma bouche s’emparait de moi. J’en profitais tout en faisant onduler ma langue le long de sa p’tite bosse. Ses doigts se crispaient sur mon occiput arrachant quelques petits cheveux de mon crâne. Quelle divine douleur ! De celles que j’appelle de mes vœux en certaines occasions.

Bien évidemment, je stoppais toute caresse, tout attouchement, tout baiser dès que je le sentais sur le point de jouir. Sinon, quel aurait été mon intérêt ?

À la fin de l’épisode, je lui posai trois questions. Il ne put répondre à l’une d’elles et se trompa pour les deux autres. Son sourire était éclatant. Il avait remporté la partie puisqu’il était évident qu’il avait besoin d’une leçon de rattrapage. Une autre erreur à porter à son passif.

– Puisque tu sembles trop fatigué pour le moindre effort de concentration, je vais te laisser dormir tout seul, pendant ce temps, j’en profiterai pour lire un bon roman.

– Ah non ! C’est pas ça que j’avais…

– Prévu ? C’est qui l’élève et c’est qui la prof ?! Hein, dis-moi, c’est qui ?!

– Et toi, alors ? Serais-tu capable de répondre, hein ? T’étais concentrée, peut-être ? Alors, réponds, quelle pathologie ? Cite au moins une erreur diagnostic sur ce cas et quel a été le déclic pour House ?

– Docteur House, si tu permets… Respect jamais ne nuit !

Abasourdi que j’ai pu répondre aux questions, Jimmy reconnut la réalité de ce qu’il pensait être une légende. Le cerveau d’une femme est capable d’accomplir différentes tâches tout en restant concentré sur chacune d’elles, ce qui est impossible à un cerveau masculin. Il était tellement emballé par cette certitude… Comment aurais-je pu trouver la force de l’ébranler en lui soumettant mon explication plus prosaïque ? Dix ans de soirées en tête à tête avec ma télé et les multi rediffusions sur les chaînes de la TNT m’ont surtout permis de mémoriser le scénario de chaque épisode.

Toute auréolée de cette victoire, je refusai fermement de combler ses lacunes concernant Les enquêtes de Murdoch. Ce sera à Toronto et pas avant ! J’acceptai, toutefois, de retenter l’expérience avec un autre épisode de Dr House. Jimmy voulu équilibrer nos chances et me proposa d’en suivre un épisode en VO.

– Que signifie cet irrésistible sourire énigmatique ?

– Que grâce aux progrès techniques et à mon envie de progresser en anglais…

– Mais tu as donc pensé à tout, diablesse !

Malgré mes protestations, il recouvrit mon visage du plaid avant le début de l’épisode. Non, mais ! Piquée au vif, je relevai le défi pour cette seconde fellation, mais le bougre avait plus d’un tour dans son sac. Au premier tiers de l’épisode, sa main glissa de ma nuque à mon cou, d’un doigt habile, il dégrafa le bouton de ma robe. Sa main se faufila entre le tissu et ma peau, ses ondulations ouvrirent ma fermeture-éclair tout au long de sa progression vers mes reins. Cet homme serait capable de faire fondre la banquise s’il lui en venait l’idée !

Son sexe gouleyant dans ma bouche me grisait déjà, sa main à l’orée de mes fesses m’enivra tout à fait. J’en oubliai même le défi. A-t-il remarqué la particularité de la robe que je porte ? Il me rendait folle de désir à caresser mon dos, mes reins, mes fesses et à faire le chemin à rebours pour se crisper sur ma nuque dès que je me cambrais pour m’offrir tout à fait. Je tentai un T’as pas le droit, peu convainquant. Il se contenta d’en rire. Je me levai d’un bond, en profitai pour jeter un coup d’œil à l’écran. Quelle chance, l’unique épisode réalisé par Hugh Laurie ! Ça me fera une question subsidiaire à lui poser !

Je me dirigeai vers le dressing et sortis de ma valise perso, le cadeau que m’avait envoyé Sylvie. Je revins vers Jimmy en agitant le pochon dans lequel il se trouvait.

– Mon cher Jimmy, puisque tu ne veux pas éteindre l’incendie que tu as allumé, permets-moi de te présenter celui qui partage désormais mes nuits torrides, mon nouvel époux !

Jimmy me prit le pochon des mains regarda à l’intérieur avant d’éclater de rire. De ce rire si particulier qui m’enflamme à chaque fois.

– Vous en êtes encore aux fiançailles ? Le mariage n’a pas été… consommé, me semble-t-il. À moins que ce ne soit plutôt avec l’emballage ?! La princesse est gourmande de rugosité !

– Mais quelle conne ! Quelle conne ! Quelle conne !! En fait, je voulais le découvrir avec toi… mais quelle conne !

Avec six heures d’avance sur l’horaire officiel, nous décidâmes d’en profiter pour ouvrir nos autres cadeaux Après tout, il est minuit passé en France… Dans un réflexe, j’avais refermé ma robe et quand il me vit revenir pour la seconde fois du dressing avec mon cadeau à la main, Jimmy me sourit.

– Le bleu te va aussi bien que le blanc, Princesse ! Par quel miracle as-tu retrouvé la même ?

Mes chères consœurs, reconnaissez qu’il est impossible de ne pas succomber à un homme capable de remarquer ces détails. Et ne vous avisez pas d’ironiser à propos de l’avantage d’être amoureuse d’un historien, parce que j’y ai pensé avant vous !

– J’ai vu une affichette d’une couturière à domicile, j’y suis allée avec un des carnets de maman. Tu sais, j’ai enfin trouvé le courage d’ouvrir les cartons qui m’étaient destinés et dans ce qu’ils m’ont légué, il y avait tous les carnets de maman. D’ailleurs, à ce propos… Elle y tenait ses comptes, mais pas que. Elle y notait des recettes de cuisine, nos appréciations, commentaires et suggestions. Elle y notait aussi les divers rendez-vous, mais surtout ses patrons de couture, ses projets et dans quel autre carnet on pourrait trouver la fiche technique. Toute une organisation qui ne m’étonne pas, mais dont je n’avais jamais soupçonné l’existence.

J’ai retrouvé la fiche de ma robe, je l’ai apportée à la couturière en lui demandant s’il lui serait possible de l’adapter à ma morphologie actuelle. Elle était épatée de la précision, des échantillons de tissus proprement agrafés à la fiche. Elle pensait que maman avait été styliste ou couturière. Je lui ai expliqué qu’elle n’avait pas pu réaliser ce rêve parce qu’il faut bien manger ! Et toujours cette crainte d’avoir à assumer seule la charge de la famille, si papa était contraint à retourner vivre en Côte d’Ivoire. La couture ça gagnait moins qu’agent hospitalier et à l’hôpital, l’emploi était garanti. Je n’ai pas le souvenir d’avoir acheté du prêt-à-porter avant leur départ pour Avranches, mais une chose est certaine, je n’ai jamais eu honte de ce qu’elle me cousait. J’étais toujours à la mode ou si ce n’était à la mode, toujours habillée comme je désirais l’être.

– Je ne pensais pas dire ça un jour, mais ta robe te va encore mieux aujourd’hui qu’elle ne t’allait à dix-sept ans. Pourtant à dix-sept ans… !

Je me sentis rougir et restai muette de stupéfaction. Jimmy m’ouvrit les bras, me fit le sourire viens, par ici, Princesse, qu’on fasse connaissance avec ton nouvel époux, comment aurais-je pu résister ? Il voulut profiter de cette leçon de rattrapage pour l’étrenner.

– Docteur Quoi ?! Attends, t’as vu l’heure, mon gars ?! La leçon est terminée, depuis quand les profs font des heures sup’ ?!

Je reconnais avoir un peu prêté le flanc à la critique avec cette dernière remarque. Nous faisions les idiots sans nous préoccuper de quoi que ce soit d’autre que notre plaisir à rire ensemble, tout en attisant notre désir dans l’attente du compte à rebours et du traditionnel feu d’artifice. Une enveloppe accompagnait le paquet, enveloppe sur laquelle était écrit À n’ouvrir qu’après avoir découvert le contenu de la boîte.

– Tu n’as même pas eu la curiosité de regarder dans le pochon ?

– Ben non ! Dans sa lettre, Sylvie m’a écrit J’espère que tu feras bon usage du sex-toy que je t’envoie pour fêter dignement 2019 ! Vois-y un signe ! Alors, j’ai voulu en garder la primeur pour le tester avec toi… Mais je ne pouvais pas deviner…

Comme à son habitude, Sylvie avait écrit un chef-d’œuvre de cocasserie, elle m’y donnait les grandes lignes de ce jouet que Manara ne renierait pas. Toutefois, je tiens à te signaler que certains hackers farceurs peuvent détecter les jouets connectés et potentiellement les déclencher à distance. Cela étant dit, quand tu te promènes avec ce plug dans le cul, qu’il est connecté, y a quand même moyen que tu sois assez ouverte à la surprise et à la fantaisie !

Pendant que Jimmy connectait le jouet à mon smartphone et qu’il s’essayait aux différents modes et réglages, l’idée d’une vidéo nous vint à l’esprit. Apprends le français avec Princesse et ce coquin de Jimmy ! Leçon 1 – Seasons greetings ! À force de tripatouiller sa nouvelle caméra dans tous les sens, Jimmy l’avait déréglée et l’image ressemblait à celle des vieilles publicités locales des années 1980, d’où le ton volontairement ringard et notre jeu outrancier.

– Comme elle te le répète souvent, tout est une question de motivation. La leçon du jour portera sur l’art de recevoir un cadeau et le plaisir de l’étrenner. Elle te sera donnée, mon cher Jim, par Princesse…

Jimmy zoomait et dézoomait sur moi. Je fis semblant de tenir un micro Aidée par ce coquin de Jimmy ! Ma voix atteignit alors des sommets de ringardise, aux JO, elle eut mérité la médaille d’or de l’épreuve.

– Jim, mon cher ami, s’il est un adjectif pour qualifier la Française, c’est bien l’élégance. Admire cette créature de rêve qui s’approche ! Et ce sourire, si… Parisien !

En fait, ce sourire était lié à cette pensée : Purée, les talons… ! Je me suis montrée trop audacieuse. Si je tombe, on rigolera tellement qu’on ne pourra plus filmer. Te casse pas la gueule, Dédette, l’honneur de la France est en jeu ! Te casse pas la gueule !

– Vé ! L’élégance, la distinction… vé, pas besoin de rivière de diamants, une robe bien dessinée, bien découpée, bien cousue pour sculpter un corps que l’on devine de rêve !

Dans un sens, tant mieux, parce que des rivières de diamants, on n’en avait pas, ni même la première goutte du moindre ruisseau.

– Comme tu peux le constater, le méridional est plus rustique en matière d’élégance…

J’avais tourné la caméra vers Jimmy, nu dans son éternel déshabillé de soie, comme j’aime à le nommer. Ça le fait tellement râler, que j’aurais bien tort de m’en priver ! Jimmy qui jouait les outragés Qu’est-ce que tu trouves à y redire ?! Elle est parfaitement adéquate, ma tenue ! Après ce préambule en anglais, pour que Jim puisse comprendre de quoi il en retourne, nous filmâmes la leçon proprement dite.

– Chère Princesse, pour vous remercier de vos judicieux conseils en matière de motivation, voici ce petit cadeau, qui, je l’espère, vous comblera d’aise.

Écarquillant exagérément les yeux, ouvrant une bouche en cœur, je sortis le jouet du pochon de tissu.

– Oh ! Quelle bonne surprise, mais qu’est-ce donc ? Une bonde pour ma baignoire ?

– Non, Princesse !

– Une patère à fixer à la porte de ma chambre ?

– Non, Princesse !

– Une lampe de chevet pour mes lectures nocturnes ?

– Non, Princesse !

– Serait-ce un écrin d’un joaillier de la Place Vendôme ?

– Non, Princesse !

– Eurêka ! J’ai trouvé ! Un bouchon pour ma bouche afin que je me taise enfin !

– Non… un bouchon, en quelque sorte, mais…

Jimmy et moi avions parfaitement conscience de venger tous ces parents et grands-parents qui ont dû se coltiner Dora l’exploratrice en jouant nos rôles de cette façon.

– Le plug anal. Répète après moi : le plug anal !

D’un index guilleret, Jimmy désignait mon smartphone.

– Et connecté ! Le plug anal connecté !

– Répète après Jimmy !

– le plug anal connecté !

La scène suivante, nous trouvait enlacés, dansant langoureusement sur un slow sirupeux. Adressant un clin d’œil appuyé à la caméra Jimmy ne se doute pas que son cadeau n’est plus dans sa boîte ! En contrechamp, Jimmy souriait Si elle croit que je ne l’ai pas vue ! Mais Princesse ignore que j’ai eu le temps de le connecter. Amusons-nous un peu !

Même si je m’y attendais, la première vibration me surprit. Je hoquetai ma réplique. Oh, mais quel coquin ce Jimmy ! Ce coquin de Jimmy ! Nous étions convenus qu’il réglerait le déclenchement sur un mode, mais il en avait choisi un autre pour pimenter le jeu.

– Et maintenant, Jim, mon cher ami, je te montre comment un chevalier servant aide sa princesse à se débarrasser de son écrin de tissu. Note bien la technique ! On pourrait même la nommer French Touch !

Tout en me serrant davantage contre son corps, Jimmy dégrafa le bouton, glissa sa main sous ma robe et descendit la fermeture-éclair comme il l’avait fait plus tôt. Son autre main tenait la caméra. Je suivais sa progression sur l’écran de télé, fascinée de découvrir la chair de poule au fur et à mesure que je la sentais se propager le long de ma colonne vertébrale. Une autre série d’impulsions. Je regardais les tressautements de mes fesses, les ondulations de mes hanches quand, reculant d’un pas ce coquin de Jimmy dévoila ma poitrine dans un geste tout hitchcockien.

– Admire cette belle paire de seins ! Et regarde tout autour des mamelons… Tu sais ce que ça signifie, ils réclament leur dose de caresses. Regarde, regarde comme ils se tendent ! Arrête de gigoter, Princesse !

– Co… rhââ…! Coquin de Jim…my… tu… rhâââ… tu as… oooh !

D’une voix pour le moins troublée, je fis la leçon à ce coquin de Jimmy.

– Tu sais très bien ce qu’ils… ooh… réclament, coquin de Jimmy, mais tu fais… ooh… semblant ! À ta place, Jim poserait ses lèvres ici… ou… hmm… là… et se branlerait comme ça…

L’objectif de la caméra glissa de mes seins vers ma main, celle avec laquelle je mimais une branlette savante. Je visualisais Jim découvrant ces images, ses yeux écarquillés, sa bouche frémissante d’excitation, sa paume crispée autour de son gland, ce tissu qu’il aime froisser en se masturbant. Je pouvais même entendre ses Oh my God ! Oh my… God ! Oh Princess ooh ! Si j’y parvenais si bien, c’est grâce au jeu qu’il avait inventé lors de notre séjour en Nouvelle-Zélande. Il s’amusait beaucoup de nos histoires plus ou moins improbables, jouées avec plus ou moins de conviction. Nous lui avions demandé d’en imaginer une, qui a fini par devenir un de nos nombreux petits rituels.

Il s’installe sur la terrasse, une bière à la main, allume l’écran d’une télé en se réjouissant à haute voix de la fin de sa journée de travail. Il lance une vidéo et la commente d’une voix sortie du fond de ses entrailles, en se branlant. Je le rejoins peu après, le salue avant de m’asseoir à ses côtés et de poser un grand saladier rempli de pop-corn entre nous.

– Tu regardes quoi ? Encore cette vidéo ?! Mais tu lui trouves quoi à cette nana ?!

– Regarde, regarde comme elle est belle ! Regarde comme elle s’offre !

– Tu trouves ?

Le plus difficile pour moi étant de faire semblant de ne pas être cette nana à l’écran et de la regarder avec scepticisme. Par intermittence, ma main se trompe et au lieu de plonger dans le saladier, s’aventure sur l’entrejambe de Jim. Je me dénude ostensiblement, Jim obnubilé par la vidéo ne s’en aperçoit pas. Peu avant de jouir, d’un mouvement brusque du coude, il envoie valdinguer le saladier encore à demi-plein. Il s’en excuse tout en s’essuyant la main sur le premier morceau de tissu qu’il trouve, à savoir, comme par hasard, la robe que j’ai ôtée et posée sur la table basse. Il entreprend de m’aider à ramasser le pop-corn quand Jimmy fait son entrée et me demande ce que je fous nue, à quatre pattes devant Jim, le zguèg à l’air.

– Je ramasse le pop-corn qu’il a fait tomber par terre

– Tu ne le suçais pas un peu ?

– Non

– Même pas une petite levrette de courtoisie ?

– Même pas ! Il me calculait pas, de toute façon…

– Jim, petit frère, tu es un idiot. Regarde ce que tu rates !

Jimmy me prend en levrette tout en incitant son frère à le regarder faire. À admirer comme je bouge bien.

– Redresse-toi, Princesse, montre-lui tes seins ! Alors, Jim… toujours pas tenté ?

– Non. Vraiment pas.

– Pas même une petite pipe ?

– Non. Même pas. De toute façon, j’ai tout donné…

– Mais les pipes de Princesse réveilleraient un mort !

Jim consent, du bout des lèvres, à ce que je le suce, mais sort immédiatement de ma bouche. Tu vois, ça ne marche pas. C’est gentil, mais… à moins que… Il remet la vidéo en route et son membre à demi-revigoré dans ma bouche. Cet ingrat de Jim ne quitte pas l’écran des yeux et affirme qu’il rêverait de faire à cette femme ce qu’elle fait avec un autre. Semblant prendre soudain conscience de quelques ressemblances entre elle et ma personne, me supplie à genoux d’exaucer ce rêve. Que voulez-vous ? Je n’ai jamais eu le cœur de rester sourde à certaines prières. J’accepte donc de bon cœur, car mon âme est pure.

Ainsi que le fait l’acteur, qui lui ressemble étrangement, Jim caresse mes seins et ayant retrouvé toute sa vigueur, demande à Jimmy d’y aller plus fort, plus vite, plus amplement afin que mes seins puissent faire l’amour à sa grosse queue noire tandis que ses mains caresseraient mon corps. Jimmy, serviable comme à son habitude, s’exécute. Après avoir joui, il me suce les seins et jouissant à son tour, Jimmy me mord l’épaule ce qui déclenche immanquablement mon orgasme d’une puissance incroyable.

Pour cette vidéo, nous nous sommes montrés plus créatifs qu’à l’ordinaire, au lieu d’une longue et unique scène, nous avions décidé de différents tableaux entre lesquels Jimmy inséra des intercalaires d’un formalisme scolaire à toute épreuve.

Nous étions dans la chambre nuptiale avec un lit si grand qu’il aurait pu accueillir tous les convives de la noce. Jimmy avait ouvert la baie vitrée en grand. Il faisait un froid de canard, mais je le ressentais comme autant d’agréables petites morsures.

– Jimmy, peux-tu vérifier que le plug anal est bien en place ?

Je me mis à quatre pattes sur le lit afin qu’il puisse le faire, mais ce coquin de Jimmy, au lieu de regarder mes fesses, s’allongea sous moi, tête-bêche.

– Un pubis immaculé, comme une étoile au milieu d’un ciel nocturne. Répète après moi : pubis immaculé !

– Coquin de Jimmy ! Je te vois venir, tel un renard autour d’un poulailler ! Tu veux qu’il prononce Plus d’baise, il m’a enculée ! Mais quel coquin ce Jimmy ! Coquin de Jimmy !

Jimmy me fit taire en déclenchant une série de vibrations tout aussi agréables bien qu’assez différentes des précédentes. Il filma mon pubis immaculé, puis la caméra s’aventura entre mes cuisses. Quand son autre main écarta mes lèvres pour filmer mon clitoris, son sexe se dressa d’une façon qui me surprit. J’articulai Mais quel coquin, ce Jimmy ! Coquin de Jimmy ! avant de me régaler à nouveau de ce membre magnifique. Nous avions attendu quelques heures entre cette scène et la précédente parce que nous voulions la filmer au plus près de minuit.

Jimmy avait installé la caméra de secours de telle façon que nos corps se détachaient sur les chutes du Niagara au loin. La langue de Jimmy frôla mon clitoris quand le décompte débutait. Il avait réglé le déclenchement des vibrations sur les bruits ambiants, aussi les cris émerveillés des autres touristes sur leur terrasse me procuraient un plaisir inédit. Jimmy grognait d’aise sous mes caresses et mes baisers.

Je me regardais onduler, aveugle à tout ce qui me déplaît dans mon physique. J’aimais être à la fois actrice et spectatrice, comme si en me regardant, je me permettais d’améliorer mon jeu et j’y prenais un plaisir fou. Il me semblait que les secondes duraient moins longtemps qu’elles n’auraient dû. Les vibrations s’enchaînaient, s’intensifiaient ce qui me faisait crier un peu plus fort à chaque fois et mes cris amplifiaient les effets du jouet. Quand le compte à rebours fut terminé et que le feu d’artifice débuta, je faillis périr. Jimmy eut la présence d’esprit de déconnecter le sex-toy et annonça fièrement à la caméra C’est comme ça qu’on souhaite un bon anniversaire à Princesse !

– La nouvelle année, coquin de Jimmy ! Pas mon anniversaire !

– Et tu vas avoir quel âge, cette année, Princesse ?

– On ne demande jamais son âge à une femme, coquin de Jimmy ! Jim, répète après moi : On ne demande jamais son âge à une dame !

– Jim sait déjà que tu auras soixante-neuf ans cette année ! Jim, mon ami, mon frère, répète après moi : soixante-neuf !

La nouvelle année avait déjà quelques heures et alors que nous tombions de sommeil, Jimmy me demanda de lui parler des carnets de maman. J’essayai de rassembler mes esprits pour être la plus concise possible, trop épuisée pour y parvenir, je lui répondis Si tu connais un spécialiste en déchiffrement, je crois qu’ils sont codés. Et je m’endormis.

J’avais apporté deux carnets, dans lesquels les preuves d’un code m’étaient apparues évidentes. Je les montrai à Jimmy dès mon réveil. J’adore le regarder quand il est tout sérieux et concentré. Étrangement, je le revois jeune homme. Pour ne pas l’influencer, nous décidâmes qu’il les lirait quand je ne serais pas avec lui. Je lui proposai d’attendre dans le salon tandis qu’il les découvrirait dans le bureau.

– Et pourquoi pas, moi dans le salon et toi dans la chambre ?

– Pour mettre ta machine à fantasmes en route ? Ça va pas la tête ?! Cette mission requiert tout ton sérieux, Jimmy !

Jimmy s’inclina. Quand il me rejoignit, son sourire répondit à mes interrogations.

– Princesse, je crois savoir d’où te vient ton goût pour les positions à deux chiffres ! Mais il y a d’autres bizarreries que je n’arrive pas à décrypter. Martial a hérité des carnets de citations de votre père, je me demande si…

C’est pour cette raison qu’à mon retour à Gif, je lui ai envoyé tous ceux en ma possession et qu’il a découvert des pans de leur vie intime.

Nous roulions vers Toronto quand Jimmy me demanda de lui en dire davantage sur les enquêtes de Murdoch, puisqu’il avait comblé son retard en matière de séries médicales.

– J’en avais pas tant que ça ! Je connaissais déjà Urgences !

– Et alors quoi ?! Je devrais te remettre la médaille du Mérite parce que tu as été plus loin que Daktari ?!

Néanmoins, je consentis à lui en dire un peu plus.

– La série se passe à Toronto, tout à la fin du 19ᵉ siècle et au début du 20ᵉ, Murdoch c’est Rahan détective.

– Rahan ?!

– Oui. Rahan. Comme lui, il a tout inventé, tout pressenti. Murdoch, tu lui donnes une lampe Pigeon, une bobine de fil de cuivre, un peu de vinaigre et de citron, un bon morceau de charbon et il t’invente le chromatographe couplé au spectromètre de masse, si tu vois ce que je veux dire. Comme Rahan inventait le télescope avec un bout de bambou et deux morceaux de cristal de roche…

– J’ai hâte de voir ça !

Je n’aurais jamais pensé que cette série l’amuserait autant, mais bon sang, ce que ses commentaires étaient pénibles ! La leçon que j’en ai tiré, c’est d’éviter de lui montrer des reconstitutions de la période dont il est spécialiste. Nous avons passé une dizaine de jours à Toronto et au retour de chaque promenade, le rituel sensuel débutait par quelques épisodes à regarder attentivement durant lesquels je le perturbais un tant soit peu. Apprenez, si vous ne le savez déjà, que Jimmy se déconcentre très facilement pour peu qu’on lui propose une levrette courtoise.

Nous avons bien évidemment découvert les quartiers chinois. Quand nous y mangions, je délaissais les fortune cookies, prétextant attendre un signe significatif du destin avant de lire son message. Un soir, alors que nous dînions et que je m’apprêtais à refuser ce petit biscuit, une pendeloque se détacha de la robe de la serveuse, tomba dans la tasse de thé qu’elle était en train de me servir et m’éclaboussa. La serveuse m’aurait malencontreusement tranché la gorge qu’elle n’aurait pas été plus affligée. Je lui répétais que ce n’était pas grave, que ma robe était à peine mouillée, pas même tachée, elle continuait à se confondre en excuses.

– Comment puis-je me faire pardonner ?

– En nous offrant ceci en souvenir et en proposant un fortune cookie à madame. C’est un signe assez significatif pour toi, Princesse ?

Jimmy amusé avait récupéré la pendeloque et la serveuse accepta le marché. Je levai les yeux au ciel en découvrant le message que m’avait réservé le destin. Your many hidden talents will become obvious to those around you .*

– Évidemment, ça ne veut rien dire… Arrête de sourire, Jimmy, tu m’agaces et ça me fait rire !

Je reconnais que quelques mois après, on peut lui trouver un sens. Sur le chemin du retour, Jimmy taquina mon incapacité à masquer mon dépit. Je lui souris en ouvrant la serviette de papier Au moins, j’ai ma breloque !

Arrivés dans notre suite, Jimmy voulut retenter l’expérience d’un épisode en VO parce que tu feras un peu moins ta maline. Quand j’avais ri de la rigueur avec laquelle il s’était pris au jeu de ces leçons, il m’avait rétorqué que la seule façon correcte de s’amuser était de le faire avec sérieux. Je n’avais jamais entendu cette série autrement qu’en français. Sans les images et à cause des agacements de Jimmy, j’étais incapable de suivre quoi que ce soit. Il choisit, parce que le titre l’inspirait, Republic of Murdoch*, dès les premières images, je le prévins que l’épisode était atypique et surprenant.

– Ce qui implique que nous le regardions de la même façon ?

La question de Jimmy n’en étant pas vraiment une, je me contentai de lui sourire.

– Préviens-moi à la moindre sensation désagréable, Princesse.

S’il est un adjectif qui ne qualifiait pas mes sensations, c’est bien désagréables. J’étais excitée par la perspective de cette double pénétration, mais je n’aurais jamais imaginé qu’elle aurait autant d’effet sur Jimmy. Ses mains semblaient folles de désir, elles caressaient mon corps comme si elles le découvraient. Sa bouche, quand elle n’embrassait pas ma peau, semblait ne connaître que ces mots C’est bon, oh, comme c’est bon !

Je fus emportée dans une vague de plaisir qui me fit perdre toute notion de temps, d’espace. La voix vibrante de Jimmy me parvint enfin. Que dis-tu, Princesse ? Je n’en avais aucune idée ! Tout ce que je savais, c’était ce désir fou de le sentir en moi, de sentir tout le poids de son corps sur le mien, mais j’avais oublié les mots. Je me libérai de l’étreinte de Jimmy, retirai le sex-toy, m’allongeai sur le dos.

– Fais-moi jouir plus fort.

Je guidai son sexe.

– Serais-je à la hauteur ?

– En douterais-tu ?

Quand je jouis, je le mordis si fort que je crus avoir atteint son humérus. Ses dents avaient déchiré mon épaule, mais comme à chaque fois, je ne ressentis aucune douleur.

Jimmy fut incapable de répondre à mon interrogation orale.

– Tu m’as déconcentré au-delà de ce qui est humainement raisonnable, mais je suis époustouflé de ta mémoire !

– C’est parce que c’est un de mes épisodes préférés.

– Alors, regardons-le ensemble, au calme.

Si j’avais cru que l’ardeur de cette partie de jambes en l’air avait fait perdre toute notion d’anglais à Jimmy, la réalité se serait chargée de me détromper. Il ne comprenait presque rien aux dialogues, nous décidâmes donc de visionner l’épisode en français. Une chance, le premier lien ne nous dirigea pas vers la version canadienne francophone, mais vers la version française.

Je me réjouissais de retrouver les voix dont j’avais l’habitude, tandis que Jimmy s’en plaignait. J’ai adoré le voir aussi surpris que Murdoch quand celui-ci découvrit la maison où avait grandi l’agent George Cabtree et j’ai souri quand il s’est émerveillé de la qualité de cette adaptation. Alors, monsieur rien ne vaut la VO, reconnais que la VF est parfois bien utile !

Le séjour se poursuivit entre découverte des lacs et leçons de rattrapage, je pensai avoir un an pour me remettre de ces émotions, mais c’était sans compter sur le destin.

*Vos nombreux talents cachés deviendront évidents pour ceux qui vous entourent.

*Le pirate de Terre-Neuve, pour la version française.

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.