Odette&Jimmy – Odette achève son récit

En relisant mes notes, Jimmy m’a dit Je n’avais pas pensé, en t’invitant à venir t’installer au mas, que ça me priverait de l’effet de surprise pour nos prochains voyages…et dans un sourire, avec son plus beau sourire, il ajouta mais le jeu en vaut largement la chandelle !

Le jour qui a précédé mon intronisation à la Confrérie du Bouton d’Or, alors que mes récits circulaient de main en main, Christian et Alain ont froncé les sourcils d’un air suspicieux.

– Tu avais dit qu’à part Bertrand, tu n’avais couché qu’avec Jimmy avant de venir ici… pourtant ce Jim… ces Irlandais… tu as bien couché avec eux, non ?

– Non ! Jamais ! Pas une seule fois !

J’avais tapé du poing sur la table, faisant sursauter l’assemblée, tant l’offense qui m’était faite était de taille.

– Comment ça Non ?

– Ben non, le contraire de oui ! Dis-leur, toi !

Jimmy ricana.

– Laisse-moi profiter de ton art oratoire, je ne m’en priverais pour rien au monde !

Pointant un index réprobateur dans leur direction.

– Si vous aviez pris la peine de lire consciencieusement les récits qui les concernent, vous auriez remarqué que les seules fois où Jim m’a pénétrée de son magnifique membre, que Socrates, Linus ou Gideon ont fait de même, j’avais les yeux fermés voire bandés ! Alors, hein… que répondez-vous à ça, messieurs les suspicieux ?

Christian et Alain se regardaient, consternés.

– Quel est le rapport ?

– Quel est le rapport ? Quel est le rapport ?!?! Mais tout le monde sait bien, tout le monde vous dira… interrogez mes consœurs si vous ne me croyez pas… Quand on voit pas, ça compte pas !

Un yeah ! approbateur et unanime de mes consœurs, les applaudissements de mes confrères m’accordèrent cette victoire. Plus tard, Christian voulut savoir si je connaissais notre prochaine destination.

– Non. Aucune idée.

– Au moins, tu sais dans quelle partie du globe, c’est déjà ça !

– Bah non ! Comment veux-tu que je le sache ?

– Mais bourrique, t’as pas remarqué ?! Regarde Perth-Jim, un, deux, Nouvelle-Zélande-Jim, un, deux, Outback-Jim, un, deux… et là… ? C’est quand même malheureux que ce soit moi, le couillon de la bande qui doive te l’espliquer…!

Marcel s’était joint à la conversation et bougonnait devant mon manque de jugeote.

– Sauf que t’es pas un couillon. Tu joues au con avec les estrangers, mais avec nous… tu es démasqué !

– Boudiou ! Si j’étais pas déjà fou amoureux de Madame et si tu l’étais pas de Jimmy, je crois que je pourrais tomber amoureux de toi ! Ou de Mounico. Ou de Sylvie. Pas de la belle Cathy parce que je pourrais pas rivaliser avec ses deux zigotos… Mais tu me plais bien, la Princesse à Jimmy. Tu me plais bien !

Jimmy maugréa Maintenant que vous lui avez dévoilé mon astuce, je vais être obligé de tout chambouler mes plans Merci bien ! Monique et Jean-Luc se regardèrent et se tapèrent dans les mains Cool ! Un air d’incompréhension flotta dans pièce, rapidement dissipé par les exclamations de joie. C’est ainsi que nous avons décidé d’inviter Jim à passer les sept premières semaines de 2020 avec nous, au mas.

Depuis le début de l’été, nous lui organisons un séjour à la hauteur de l’estime que nous lui portons. Les répétitions s’enchaînent, je sais bien que la soirée d’accueil pour Jim n’est qu’un prétexte, mais je fais semblant d’y croire, comme tout le monde.

L’aisance avec laquelle je me suis fondue dans cette famille ne me surprend même plus. La présence de Martial me pose finalement moins de problème que celle de Jean-Luc qui s’amuse à me faire rougir en me donnant à lire les pages de ses journaux intimes de 1966 à 1969, celles où il parlait de moi, de ce qu’il faisait en pensant à moi, à tous les subterfuges auxquels il avait pensé pour trouver le moyen de m’espionner dans ma chambre ou dans la salle de bain. L’unique fois où le miracle des miracles s’était produit, il en avait été paralysé de surprise et de longues pages étaient consacrées à ses remords.

Je rougis en écrivant ces mots, parce que je me souviens précisément de la scène. Jean-Luc venait de se laver les mains, se les était essuyées et pour ce faire, avait utilisé la serviette posée sur la barre au-dessus de la douche. Douche sous laquelle je me trouvais, en train de me faire égoutter. L’appartement était mal chauffé, attendre quelques instants, à l’abri du rideau, dans une chaleur moite permettait de ne pas trop mouiller la serviette et ainsi éviter d’avoir froid en rejoignant nos chambres.

Jean-Luc sortait de la salle de bain quand je m’aperçus que la serviette avait disparu. J’ouvris le rideau de douche avec toute la rage engendrée par cette mauvaise plaisanterie. Martial, t’es le roi des cons ! Au passage, j’avais empoigné la serviette qui pendait sur le rebord du lavabo et poursuivis celui que je croyais être mon frère.

Jean-Luc se retourna, son regard glissa le long de mon corps. Tentant de garder un semblant de dignité, je me ceignis de la serviette en passant, la tête haute, devant lui, je lui dis d’un ton très détaché Je croyais que c’était Martial qui me faisait une blague. Salut ! Je m’étais ensuite enfermée dans ma chambre, tremblant rétrospectivement à l’idée du pauvre petit Jean-Luc victime une crise cardiaque. Je racontai l’incident à mes parents qui me conseillèrent de faire comme si de rien n’était. Et de prendre l’habitude de siffloter, de chantonner en phase d’égouttage. Habitude que j’ai gardée.

Je ne suis même plus surprise d’être la muse de Joseph. Nous passons de longues heures ensemble. Il esquisse du bout des ongles de somptueux bijoux sur mon corps, bijoux qu’il reproduit ensuite sur papier. Je ferme les yeux sous ses caresses et devine l’histoire qu’il veut me raconter. Je succombe avec aisance d’un homme délicat qui prend tant de plaisir à m’en offrir, en me faisant jouir de ses caresses, qu’il ne ressent pas le besoin d’en prendre davantage.

Daniel est un joyeux drille, mais toujours emprunt d’une certaine raideur en ma présence. Avant-hier, alors que j’assistai à la répétition de La novice à confesse, il s’est approché de moi, a calé son sexe entre mes seins, Pardon, c’était trop tentant !, a éclaté de rire avant de tourner les talons pour rejoindre sa place.

– Hep, hep, hep ! Monsieur le Notaire, reviens par ici, j’aurais deux mots à te dire !

C’est d’un pas guilleret qu’il est revenu vers moi, comme il le fait habituellement avec mes consœurs.

Marcel insiste pour qu’on porte à l’ordre du jour mon changement de surnom arguant que Princesse, c’était son nom d’amour que Jimmy lui avait trouvé rien que pour eux deux c’est presque du vol. Les autres lui ont opposé On t’a toujours appelé le Bavard, Daniel le Notaire et Jean-Luc le Balafré

– N’empêche que je trouve qu’on devrait la mettre au vote, mon idée… Moi, je l’aime bien le surnom que je lui ai trouvé… Blanche-Minette… ça lui va bien…Blanche-Minette.

Nous consentons à porter ce point au prochain ordre du jour, dans les questions diverses. Sachant qu’en règle générale, le premier point est une représentation théâtrale, nous n’avons pas fini de débattre du point 2, à savoir en ce moment, l’organisation du séjour de Jim, qu’une orgie débute. Il semblerait que les questions diverses soient abordées au point numéro 7, mais de mémoire de confrères et sœurs, jamais aucune séance n’y est parvenue !

Mais ce que j’apprécie par-dessus tout, ce sont ces longues journées de farniente avec mes consœurs. Vautrées sur les sofas, les fauteuils ou les chaises longues, nous parlons avec la même insouciance qu’à l’adolescence, la confiance absolue en plus, de sujets sérieux aussi bien que de très légers.

À la question À part Jimmy, lequel choisirais-tu, si tu devais n’en garder qu’un ? j’avouais mon impossibilité à faire un choix.

– En plus, je ne le ferais pas pour les raisons que vous pourriez croire. Alain, par exemple, il a une grande et grosse bite étonnamment dure, il la manie avec art, et je ne parle que de la queue, pas la peine d’évoquer ses autres talents (murmure unanime d’approbation), mais si je devais le choisir, ce serait pour ses goûts musicaux, pour sa façon de me faire danser, pour la façon dont il me parle de Cathy quand je pose pour lui… Jean-Luc me déstabilise avec ses sourires ironiques. Parfois… Je me demande parfois s’il ne me baise pas divinement bien, rien que pour se moquer de toutes ces années où je l’ai cru puceau… et sa manie de me demander Ça va ?… Oh que ça m’agace !

– Et tu sais d’où ça vient ?

Monique prit un air de conspiratrice et poursuivit.

– Étant donné qu’il est le deuxième homme de ma vie, j’ai bien le droit de le trahir un peu… surtout que c’est pour venir en aide à une consœur… Tu te rappelles du dernier été qu’il a passé avec vous, juste avant sa première affectation ?

– Bien sûr, que je m’en souviens, mes parents venaient de quitter Paris pour Avranches… c’est l’année où j’ai connu Bertrand !

– Qui n’avait pas osé te rejoindre et faire la connaissance de ta famille. Vous étiez sur la plage, Martial, Jimmy, Jean-Cule et toi. Tu étais partie nager avec Martial et Jimmy et lui était resté sur la plage. Quand il t’a vue sortir de l’eau, à contre-jour, il s’est mis à bander tellement fort qu’il a commencé à se branler en protégeant ses gestes des regards avec le drap de bain qui était posé à côté de lui. Tu avançais vers lui, tes hanches ondulaient. Il imaginait toutes les façons de te faire crier de plaisir. Tu t’es penchée vers lui, les cheveux dégoulinants. Des gouttes ont mouillé son torse. Tu as récupéré ton drap de bain. T’es essuyé les cheveux. Lui as demandé Ça va ? Il ne pensait qu’à son gland qui dépassait de son maillot de bain. Il ne savait que faire. Le cacher et prendre le risque que tu le remarques ? Ne rien faire et que tu le remarques quand même ? Alors sa gorge s’est nouée et il a couiné un Ça va ridicule. Et depuis, il s’est juré qu’un jour, il te fera tellement jouir qu’à ton tour, tu couineras Ça va !

– J’arrive pas à m’imaginer le Balafré en Pierre Richard du linge de bain, mais j’attends avec impatience une de ses mésaventures avec un gant de toilette !

– Mireille, t’es la pire de toutes !

– La flatterie ne te mènera à rien avec moi, Blanche-Minette !

– Si tu t’y mets aussi…

Nous sirotions nos boissons, quand nos regards sont tombés sur un drap de bain froissé qui traînait sur la terrasse. Nous avons éclaté de rire.

– J’ai une idée ! Si je lui faisais le coup de couiner ça va ? Vous en pensez quoi ?

– À condition qu’on soit toutes présentes quand tu le feras ! Une pour toutes, toutes pour une ! Pomponnettes Power !

– Ça allait de soi, Cathy ! Et toi, Monique, si tu avais à choisir ?

– À choisir en plus de Christian, d’Aloune et de Jean-Cule ? Hou la… la ! Le Bavard oui… parce que… on se comprend… (murmure unanime d’approbation)… Jimmy je dirais pas non… mais bon, mon Titi…

– Martial ?!

– C’est qu’il baise sacrément bien, ton frère !

– Pour sûr, c’est le moins qu’on puisse dire !

– On ne peut pas lui retirer ça !

– Martial ?! Martial, le gros nounours ?!?!

– Si c’est un gros nounours, je veux bien être son pot de miel !

– Monique !

– Quoi Monique ?! T’es mal placée pour le nier, Madame Touré ! Tu le trouves comment au pieu, ton mari ?

Sylvie sourit, son regard plongea en elle-même.

– Hé ho ? Y a quelqu’un ?!

– Et toi, Mireille ?

– Moi ? Je sais pas… je suis tellement comblée avec mes deux hommes… Ils se complètent si bien… Rien qu’à sa façon d’entrer dans notre chambre, je sais si Marcel va me prendre dans ses bras ou s’il préférera me voir dans ceux de Daniel… On l’a toutes fait, alors reconnaissez qu’il n’y a rien de plus agréable que s’endormir entre deux hommes qui viennent de vous faire l’amour. Et de ce côté-là, je suis gâtée !

– Tu te souviens du moment où tu es tombée amoureuse de Marcel ?

– Oui ! Parce que ça a été la première fois !

– Un coup de foudre ?

– Non. Le contraire, même ! Je le regardais faire, il n’arrêtait pas de jacasser… Vulgaire ! « Boudiou ! J’ai envie de me vider les couilles dans ton petit con ! » « Boudiou, je vais tellement bien te le fourrer ton abricot que tu en redemanderas ! » « Boudiou, tu le sens comme je me les vide ? » « Allez, viens nettoyer les outils ! » Il savait y faire, mais ses mots… ses commentaires… Dès qu’il a posé ses mains sur moi, j’ai oublié ma répulsion. Il a commencé à parler alors qu’il « visitait l’intérieur de ma grotte sacrée ». Je l’ai supplié « S’il vous plaît, cessez vos commentaires. Je vous en supplie, arrêtez vos bavardages ! » « Mais tu vas la fermer, Madame la bourgeoise ? Attends, je vais te faire taire, moi ! » Il m’a fourré sa grosse verge dans la bouche. « Ah, voilà qui est mieux ! » ses commentaires restaient orduriers, mais m’indiquaient comment le sucer. Plus tard dans cette soirée, quand nous avions joui l’un de l’autre… Quand il a éjaculé en moi, il m’a dit « Boudiou ! » et alors que j’attendais une insanité, il a plongé son visage contre mon cou « Merci, Mireille. Merci. Vous êtes une reine ! » Je l’ai embrassé. J’étais tombée amoureuse. Mais je ne suis jamais autant heureuse avec Marcel que lorsque Daniel est avec nous. Souvent, quand nous sommes que tous les deux, qu’il lit un roman, je l’observe en mesurant ma chance de l’avoir pour époux. Quand il devine mon regard posé sur lui, il décale un peu le livre « Que me vaut ce joli sourire ? » « Je suis tellement heureuse que tu m’aies choisie parmi toutes tes prétendantes… ! » C’était vraiment un beau parti dans mon milieu. Il était invité dans les familles qui avaient une fille à marier, j’en connaissais au moins quatre, mais c’est moi qu’il a choisie ! « Allez, approche un peu, jolie bécasse que je te fasse rougir des orteils jusques aux cheveux ! » Alors, en choisir un autre… non… sauf Martial bien sûr… alors oui, va pour Martial !

– Non, non ! Là, tu me charries, Mireille ! Là, tu me charries ! Et toi, Cathy ?

– Moi ? En plus d’Alain, de Christian, de… Oh, à ce propos, Monique, j’ai croisé le Siffleur hier à la supérette…

– Et comment va-t-il, ce cher Siffleur ?

– Bah, comme d’habitude… il siffle… il m’a offert le café, je l’ai fait siffler dans sa cuisine et de fil en aiguille, on s’est dit qu’on pourrait aller le retrouver un de ces jours pour le faire siffler, toi et moi…

– Quelle bonne idée ! Mais, ma chérie, c’est pas après toutes ces années que tu vas réussir à m’enfumer aussi facilement… alors ? Lequel ?

– Tant que j’ai mon Alain, ma Monique et mon Christian… bon… on va dire Jimmy…

 Jimmy ?!

– C’est un peu ta faute, quand même, Princesse ! Jimmy a toujours été un bon coup. On est bien d’accord ? (murmure unanime d’approbation) Mais depuis qu’il te fait découvrir de nouveaux horizons… Aïe ! aïe ! aïe ! Quand il revient, il est chaud bouillant pendant six mois, et les suivants, il l’est encore plus à l’idée de te revoir ! Mais ça, par contre, il nous avait jamais parlé de ce Jim ! Mais quand on y pense, les retours après Jim… n’est-ce pas, mesdames ? (nouveau murmure d’approbation unanime) et depuis que tu es avec nous, qu’on a lu tes récits… J’aime bien quand il te regarde, le voir heureux… et quand tu pars avec Alain, que nous parlons lui et moi, j’aime bien ce qu’il me dit de toi… de votre étonnement au réveil… quand tu sembles étonnée de réaliser que tu ne rêves pas, que tu es vraiment avec lui, qu’il le lit dans ton regard alors que lui-même est étonné que tu sois à ses côtés, que tu aies tout abandonné comme ça, pour lui… que tu laisses la jouissance de ton appartement à Émilie… et si nous faisons l’amour, je lui demande de me le faire comme il voudrait te le faire… tu sais, il t’aime vraiment !

– Tu me racontes ce que je vis avec Alain. Quand il me parle de toi… même parfois, au milieu d’un spectacle ou d’une orgie, quand tu ne le vois pas, qu’il te voit et qu’il me dit Regarde, comme elle est belle, ma Cathy ! Et quand il me raconte votre histoire ! Je n’en reviens pas ! Non, mais… réfléchis. Mets-toi à ma place. Alain, le dessinateur industriel à la grosse bite. Rien de plus à offrir. Monique qui doit prendre le train pour Paris, qui décide de rencontrer Cathy. Moi, je suis chez moi, au courant de rien. D’un seul coup, déboule Christian qui me demande un coup de main pour transporter son lit vers la maison de la rue Basse. De là, j’apprends que Monique s’installe chez nous. Qu’on va fêter ça, et que nous voilà partis chercher Catherine chez elle. Et qu’elle veut bien ! Et que depuis cette nuit, on est ensemble ! Tu te rends compte ? La Catherine ! Avec moi ! Et, toi Sylvie ?

– Moi ? Jean-Luc baise vraiment bien… Alain aussi… Marcel bien sûr… non… je ne saurais pas lequel… parce que Joseph…brrr… je frissonne de plaisir rien que d’y penser… !

En femmes avisées, nous avons donc décidé de ne pas faire ce choix à la légère, c’est pourquoi nous nous réservons encore quelques années de réflexion.

– Blanche-Minette, tu pourrais nous raconter une nouvelle fois… le membre de Jim et tout… Non, ne souris pas ! C’est pour qu’on sache la meilleure façon de l’accueillir… l’honneur de la France, son accueil légendaire… tu vois ? C’est presque… patriotique !

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.