Odette&Jimmy en Irlande

– Depuis qu’on s’est installés à notre table, t’as l’air entre amusé et agacé, comme si tu voulais garder encore un peu un secret, mais qu’en même temps, t’avais pas envie de prendre le risque de dépasser la date limite. Tu vois ce que je veux dire ?

– Et que oui, je vois ce que tu veux dire ! Parce que c’est exactement ça. Je voudrais pouvoir te demander simplement de me faire confiance sans avoir à t’en révéler la raison.

– Un indice, peut– être ?

– Déguisement

– Tu parles d’un indice ! « Déguisement » ! On se déguise à chaque fois !

– Déguisement

Sur le trajet qui nous menait à Belfast, Jimmy me raconta ce « mystère mystérieux » qui lui était tombé dessus durant l’année 2014. Il s’était rendu en Irlande à l’invitation de certains organisateurs des premières commémorations du centenaire de la Grande Guerre et en se promenant dans les rues de la ville, il était tombé sur une toute petite échoppe de costumes steampunks. L’idée de placer le réveillon et les semaines suivantes dans cette thématique lui était alors apparue comme une évidence.

Il était entré dans la boutique et avait eu la surprise d’y croiser un des participants à la réunion qui le regarda droit dans les yeux

– Être sérieux n’interdit pas d’apprécier le plaisir

– Qu’y a-t-il de plus sérieux que le plaisir ?

L’homme lui tendit la main et serra vigoureusement celle de Jimmy qui cherchait quelque chose du regard.

– J’aurais bien aimé acheter un costume pour ma belle, mais… je ne vois rien qui pourrait être à sa taille…

En habitué des lieux, son jeune confrère lui proposa de jeter un coup d’œil dans cette pièce dont l’accès était masqué par un lourd rideau.

– J’espère ne pas vous choquer

Jimmy souriait en regardant les costumes de plus près. De prime abord, il n’avait rien noté de bien choquant si ce n’était… Et en s’approchant, il comprit. Il était en terrain ami. Il s’était retourné vers le jeune universitaire « Je n’aurais pu rêver costume plus idéal ! »

Une conversation s’était engagée entre eux, conversation qu’ils poursuivaient par correspondance. Socrates CyrusSawyer, puisqu’il préfère qu’on le nomme ainsi, fait partie d’un club, une sorte de confrérie d’amoureux et d’amoureuses de steampunk, d’exhibitionnisme, de voyeurisme et d’univers légendaires.

– Avoue, Princesse, je ne pouvais pas mieux tomber !

Quand nous fûmes installés dans notre chambre, je lui demandai combien de temps il comptait me laisser sur les charbons ardents avant de daigner me montrer la tenue qu’il m’avait faite confectionner. Jimmy éclata de rire, téléphona à Socrates. Après un échange où je pus constater leur degré d’intimité, il m’expliqua « Justement, lui et quelques amis sont réunis dans leur club privé. Si tu es partante pour une petite balade en voiture et pour passer quelques heures en leur compagnie… »

L’endroit tenait tant du vieux manoir que du cottage huppé. Le lieu idéal pour abriter ce club de doux-dingues. Avant toute chose, une trentenaire qui écarquillait les yeux pour ajouter un soupçon de candeur à son regard, nous invita à tirer un des petits papiers de chacune des trois urnes qui étaient posées sur un vieux comptoir aux cuivres rutilants.

– Ainsi, le sort vous offrira une nouvelle identité

– Mais si un ou plusieurs noms ne me plaisaient pas ?

– Vous en choisiriez d’autres, mais le sort est toujours favorable pour celles et ceux qui l’accueillent sereinement !

Malgré mon scepticisme vis-à-vis de toutes ces foutaises new-age, je dois reconnaître que ce fut le cas. Petronilla HopeBowles au bras d’Enoch Jonas Osborne firent leur entrée dans cet univers surprenant, fascinant, passionnant.

Deux femmes et trois hommes étaient présents, celle qui nous avait accueillis se surnomme Bathsheba Betsy Batchelor ou 3B, elle est férue de dessin et depuis qu’elle a connu ce club, qu’elle en fait partie, elle se sent revivre. Au lieu de devoir les cacher, elle a trouvé ici non seulement des encouragements, mais aussi le bonheur de voir s’animer certains d’entre eux, de regarder des humains vivre et interpréter ses scénarios. Elle possède en outre un talent indéniable pour la coiffure et le maquillage.

L’autre femme, la petite soixantaine, représente à mes yeux l’irlandaise typique, rousse, potelée plus que dodue, forte en gueule, mais avec un cœur en or. Je fus déçue quand par hasard je la vis sans sa perruque. En fait, ses cheveux sont châtains.

– Je croyais que tu étais rousse…

– Dans la morne vie quotidienne ? Non. Mais ici, je peux me permettre de faire honneur à mon nom !

– À ton nom ?

– Réfléchis un peu, quel est-il ?

– Rowena Ella Darknoll

Suivant son conseil, j’épelai ses initiales… Red ! C’était si évident ! Pourtant, je commençais à comprendre leur mode de fonctionnement quand cette scène s’est produite. Outre Socrates, deux autres hommes entre la quarantaine et la cinquantaine étaient présents. Le premier, encore habillé « en civil » s’apprêtait à enfiler son costume et prendre l’identité que le sort lui a donnée, Marck Gideon Windlass. C’est un fou de technologie et d’histoire, il a toujours une idée pour améliorer ceci ou cela. Le troisième homme, monté sur ressorts, se surnomme Les Alister Batchelor.

– Batchelor ? Comme Betsy ? Vous… vous êtes de la même famille ?

– Quand le sort a décidé de m’attribuer cette nouvelle identité, je l’ai accueillie sereinement. Le sort souhaitait que nous devenions mari et femme, nous le sommes devenus.

– Dans… dans la vraie vie ?

Les deux sourirent, hochèrent la tête.

– Non ! Mon épouse n’aurait pas été très enchantée à cette perspective !

– Mon mari non plus ! Mais quand je suis Betsy et lui Alister, nous nous comportons comme mari et femme… non exclusifs…

– Y a-t-il un Mr Bowles ? Une Mrs Osborne ?

– Aucun Bowles exceptée toi, quelques Osborne, mais ce seraient plutôt les neveux ou cousins d’Enoch !

– Avant de vous faire essayer vos costumes, je dois vous rappeler que ceux-ci ont été confectionnés sur mesure mais à distance, certains ajustements peuvent s’avérer nécessaires. Je ne sais pas si Socrates t’a expliqué notre définition du « sur mesure ». Il ne s’agit pas que de mensurations, de choix de couleurs, mais aussi de ce que nous savons de vous et de comment nous vous imaginons dans cet univers. C’est dans cette idée que nous avons créé les vôtres, mais avant de vous les dévoiler, nous devrons attendre l’arrivée de Linus Enoch.

Ils nous ont donc fait visiter les lieux. J’ai souri en pénétrant dans leur atelier, je me serais cru projetée dans un téléfilm de Noël anglais ! Une longue table au plateau épais, des petits établis un peu partout, il y avait même une mini-forge ! « C’est pour le décor, pour nous aider à nous plonger dans nos univers ! »m’a précisé Red. En revanche, j’ai été très étonnée d’y trouver autant d’électronique. C’est son dada m’a expliqué Socrates en me désignant Alister.

Pour nous rendre dans la salle dédiée aux costumes et au maquillage, nous avons dû suivre un parcours labyrinthique. Un long couloir. Un escalier masqué par un panneau en bois coulissant et invisible pour qui ignore son existence. Quelques marches à monter. Un petit boudoir à traverser. Un autre petit couloir. Quelques marches à descendre. Un premier pallier. Quelques marches à monter. Un autre pallier donnant sur quatre porte, dont la première s’ouvre sur la salle des costumes et du maquillage.

Faire ce parcours nous prit du temps parce que Jimmy et moi nous arrêtions devant chaque vitrine, devant chaque tableau qui décoraient les lieux. J’avais admiré les dessins de Betsy et souri à chaque plaque de cuivre fixée à côté, indiquant « Don de la merveilleuse artiste, Bathsheba Betsy Batchelor ». Elle souriait en rougissant, Alister la tenait par la taille se réjouissant que ses pas l’aient menée jusqu’à lui et que le sort les ait faits mari et femme. Surjouant la contrariété, elle l’avait rabroué « Tu exagères toujours, Les Alister chéri ! » avant de l’embrasser langoureusement.

– C’est beau cette lune de miel qui dure depuis leurs noces à ces deux-là ! Tu verras !

Red avait raison, ils ne cessèrent pas de se taquiner, de s’embrasser, de se peloter ou de se caresser, selon, jusqu’à la salle des costumes. De leur côté, Socrates, Gideon et Jimmy semblaient poursuivre une conversation débutée bien avant.

La salle m’apparut immense, bien plus qu’elle ne l’est en réalité, cette impression était renforcée par les petits box qui permettent de se masquer à la vue des autres le temps d’enfiler son costume « la surprise favorise l’éclosion du plaisir ». Une fois le costume enfilé, un savant jeu de miroirs permet de se regarder sous tous les angles, l’éclairage modulable à souhait offrant mille possibilités de peaufiner son personnage, son scénario.

– Endosser nos costumes prend toujours du temps, surtout quand ils sont nouveaux, surtout quand on ne les a pas imaginés soi-même. En attendant l’arrivée de Linus Enoch, je vous propose de vous bander les yeux, Alister, Gideon et moi-même nous chargerons d’aider Jimmy à enfiler sa tenue, pendant que Betsy et Rowena s’occuperont de Petronilla.

Les yeux bandés, je sentis Red me prendre le bras pour me guider jusqu’à l’un des box. Quelle étrange sensation d’être dénudée puis vêtue par des mains inconnues !

– Tu nous dis, si on serre trop fort.

Je haussai le ton pour demander à Jimmy de traduire ma réponse « Ce n’est jamais trop serré ». Il leur expliqua la honte que j’éprouvais à parler anglais, à cause de mon horrible accent.« Mais c’est tellement chic, l’accent français ! » S’ensuivit une conversation durant laquelle naquit une idée plus précise de mon personnage, une lady excentrique, descendante d’un lord anglais et d’une princesse gour qui se pique de parler anglais exactement comme une Française. Cet obstacle étant levé, j’acceptais enfin de parler cette langue, mes hésitations, mes erreurs, la lenteur de ma diction étant censées accentuer mon excentricité.

– Les corsets à lacets nécessitent l’aide d’une tierce personne, mais nous n’avions pas tes mensurations exactes, alors…

– Alors, je ne vous les dévoilerai pas ! Cette sensation est… divine !

J’avais prononcé ce dernier mot en français, ce qui plut beaucoup à mes deux complices. J’avais l’impression qu’elles ajustaient mon corps aux vêtements plus que l’inverse, mais c’était très excitant de chercher à deviner, ne me fiant qu’à la sensibilité de ma peau, à quoi ressemblait ma tenue. Red avait renoncé à gainer mes jambes, en reprochant le manque de précision des renseignements fournis par Jimmy à ce propos. Ce qui nous donna une bonne occasion de critiquer la gent masculine sans vergogne, ni remords.

Il fallut de longues minutes pour enfiler ma robe, les doigts de ces deux femmes couraient le long de la jupe, comme si elles voulaient être certaines qu’il n’y demeurait aucun faux-pli. Elles me demandaient de faire tel ou tel mouvement, tel ou tel geste, leurs doigts à l’affût du moindre défaut, tout en m’assurant que j’en comprendrai la raison plus tard.

Bien que Jimmy fût prêt depuis longtemps, aucun des hommes ne manifesta la moindre impatience. Nous les entendions discuter avec Linus, arrivé entre temps.

– Sa voix te fait vibrer, toi aussi ?! C’est à n’y rien comprendre, il fait cet effet à toutes les femmes du club, il est pourtant resté vieux garçon !

– Il doit y trouver son compte…

– Tu vois, Betsy, Petronilla pense comme moi ! Exactement comme moi !

Elles m’aidèrent à faire mon entrée sous les exclamations enthousiastes de ces messieurs. Je sentis le bras de Jimmy contre le mien, mes doigts cherchèrent les siens, les trouvèrent et s’y accrochèrent.

– Ressentez-vous cette excitation particulière que l’on ressent avant une toute première fois ? Avant un premier rendez-vous ? Quand on ignore si l’autre nous plaira, si nous lui plairons ?

Je fus étonnée, et pour tout dire un peu déçue, de la relative sagesse de ma robe. Pourquoi avaient-elles pris tant de temps à ajuster jupe et caraco de soie et de dentelles pour que mon corps soit finalement si peu visible ? En revanche, l’arrière de la jupe était une véritable merveille ! Un satin épais, carmin, brodé de symboles, orné de breloques et d’accessoires qui me correspondaient. Jimmy portait un élégant pantalon à la braguette avantageuse, ce que je lui fis remarquer en français et qu’il s’empressa de traduire à ses amis.

– Pour créer ton costume, j’ai demandé à Enoch Jonas de me parler de toi, les vingt premiers mots qui lui venaient à l’esprit en pensant à toi, les mots qui te caractérisent le mieux. Il a tout de suite évoqué ton humour et ton goût pour la distorsion.

– Mon goût pour la… distorsion ?

– Tu n’es jamais celle qu’on pourrait attendre que tu sois… explique-lui, Linus !

– Il semblerait que tu aimes le rock, pourquoi et que préfères-tu dans le rock ?

– J’aime l’énergie, ce que ça fait vibrer en moi… quand débutent certains riffs de guitare…

– Quel genre de riffs ?

– Quand le son est presque… sale… saturé…

– Distordu, en quelque sorte ? Mais une femme noire, de ton âge, qui n’apprécie pas le funk, c’est plutôt incongru, n’est-ce pas ?

– Tu veux dire que mon esprit est aussi distordu ? Et puis, si je préfère le rock, j’apprécie certains morceaux… surtout quand… Ah oui ! La pédale wah-wah ! C’est aussi de la distorsion !

Linus prit alors une guitare que je n’avais pas remarquée, la brancha, se pencha sur une pédale.

– Sur une échelle de 0 à 10, à combien dois-je la régler ?

– Douze !

Il sourit. « On est sur la même longueur d’onde… » et commença à jouer les premières notes de Let’s get it on.

Jimmy et moi étions bouche bée ! À chaque note, le devant de ma jupe s’éclairait de mille petites diodes lumineuses et quand Linus appuyait sur sa pédale wah-wah, un souffle léger, comme une brise, faisait onduler le jupon devenu transparent ! Nos amis irlandais savaient la surprise que réservait ma tenue, mais découvraient mon corps avec un étonnement charmé. Après avoir constaté que le mécanisme de ma robe fonctionnait, nous fûmes conviés à les suivre dans la salle d’exposition. Très surprenante elle aussi.

Nous pouvions décider qui nous verrait, grâce à un habile système de stores et si nous souhaitions les voir, dans ce cas, il nous suffisait d’allumer une lumière ou pas. Jimmy était vraiment très sexy dans son costume. Socrates apporta une sorte de bras articulé, invita Enoch à détacher la coquille qui masquait son sexe, une nouvelle surprise nous attendait. Il y eut quelques réglages à faire.

– Il faudrait que tu nous montres comment tu te branles.

Jimmy/Enoch s’exécuta.

– Et comment tu aimes que Petronilla le fasse.

J’obéis à mon tour. Socrates lui expliqua comment permuter d’un mode à l’autre. Que nous avons ri pendant ces réglages !

– Je mesure à quel point tu leur fais confiance, parce que… Faut être sacrément rassuré pour confier ta bite à une main articulée !

– Mais… c’est que nous sommes experts en la matière, Petronilla !

J’étais interloquée que Linus ait compris ma remarque, faite en français, et le fus davantage de sa réponse.

– Enoch ne t’a donc pas prévenue ? Tu as devant toi le club des amateurs de la masturbation assistée !

L’éclat de rire fut général et chacun apporta son bras articulé. Anticipant ma question, Betsy me précisa qu’elles avaient également le leur, mais qu’à l’instar des hommes, elles ne s’en servaient pas à chaque fois, que ça dépendait de leur humeur, de leur envie du moment. Quand elle me montra son « caresseur », je ne pus me retenir de chantonner la mélodie du générique de La famille Adams.

Linus, amusé, me fit les gros yeux avant de prendre sa guitare, de la relier à la pédale wah-wah. Je frissonnais de plaisir quand il se mit à chanter. Bon sang ! Par quel subterfuge at-il déclenché ces vibrations sensuelles qui convergent vers mon entrejambe ? Je crois que cette réflexion devait se lire dans mon regard. Red affirma sur un ton plein de tendres reproches que Linus avait pactisé avec le diable pour avoir cette voix.

– Ou avec le Dieu de l’Amour !

– Merci, Petronilla, tu me comprends, toi au moins !

– Parle ou chante, à ta convenance, mais par pitié… n’arrête pas !

Les chansons se succédèrent, alternant rock, soul, funk. Toute à mes sensations, j’avais fermé les yeux pour mieux les ressentir. Je réalisai soudain qu’ainsi, je me privais du plaisir d’observer ces hommes se caresser. Je les rouvris et fus fasciné du ballet de ces mains sur leur sexe, Linus souriait, il pivota le temps de me montrer l’utilité de ce bras articulé prolongé d’une main. Je ne pus me retenir de pouffer, en effet, la guitare nécessitait l’usage de ses véritables mains. Jimmy s’était déplacé, il me faisait face et nous regardait, toutes les trois alignées ou presque face aux hommes. J’eus une pensée pour ces danses traditionnelles, les femmes sur une ligne, les hommes sur la leur. D’ailleurs, Red semblait danser en tapant la mesure de ses pieds. Betsy était beaucoup plus lascive et paraissait chalouper pour l’unique plaisir d’Alister.

Gagnée par l’effronterie, je m’approchai de ces hommes pour observer leur sexe de plus près. Socrates eut l’air surpris et son érection s’en ressentit. Il eut une moue désappointée, moue à laquelle je répondis par un grand sourire, avant de m’éloigner et de me diriger vers Linus dont le manège m’intriguait. Il était assis, je dus donc me pencher pour tenter de distinguer son membre de nouveau masqué par la guitare.

Guitare qu’il posa à ses côtés, éteignant ainsi les diodes de mon jupon. Je regardais, amusée les mouvements savamment irréguliers de sa main artificielle quand je sentis ses mains déboutonner le caraco qui recouvrait encore ma poitrine. Son regard m’excitait, autant que les mouvements de sa langue que je devinais derrière ses lèvres. Je sentais mes tétons durcir à vue d’œil, il caressa mes mamelons du bout de son index en fredonnant une chanson où il était question d’une femme au charme diabolique. Il sourit à Jimmy, constatant à voix haute qu’il ne leur avait pas menti avant de me demander l’autorisation de lécher mes seins. J’acceptai à la condition sine qua non de me montrer à quoi ressemblait son sexe. Ce qu’il fit volontiers.

Son sexe portait les marques laissées par son appareillage. Je lui demandai alors s’il ne l’aurait pas mal réglé, puisque j’avais constaté que ceux de ses homologues n’en portaient pas.

– J’aime quand c’est serré, ça ne l’est jamais trop à mon goût.

– Serré comment ? Comme ça ?

J’avais serré ma main autour de sa verge et la branlai lentement, mais fermement.

– Plus encore !

Je serrai davantage ma main.

– Oui. Comme ça, c’est mieux !

– Tu es donc adepte de la pierre d’alun avec ces dames, comme l’était Édouard VIII ?

Jimmy fut surpris que je connaisse le terme en anglais et me le fit remarquer quand nous nous retrouvâmes seuls dans notre suite nuptiale. La raison en est toute simple, c’est un produit hémostatique et dans ma carrière professionnelle, j’avais appris la traduction de certains composants de médicaments.

– Quel rapport avec Édouard VIII ?

– Mais, mon cher Socrates, tout le monde le sait ! C’est ainsi que Wallis Simpson l’a attrapé dans ses filets. Elle en mettait un morceau dans le vagin, ce qui resserrait ses parois et le Prince, qui était monté très fin, avait ainsi la sensation d’être viril comme un homme des bois.

Les exclamations de joie de nos amis me firent prendre conscience du sang irlandais qui coulait dans leurs veines. Ils ignoraient tout de cette anecdote qui ridiculisait à leurs yeux un membre de la famille royale et s’en réjouissaient à coup de claques sur les cuisses.

La langue de Linus titilla mes mamelons ce qui me fit perdre le fil de la discussion. Oubliant tout sens de la retenue aristocratique que j’avais adoptée jusque lors, je m’assis sur ses genoux, glissai sa main sous mon jupon pour me laisser aller à la douce violence de ce premier orgasme en terre d’Irlande. Ma main s’était resserrée sur son sexe et je sentis la chaleur de son sperme dans ma paume et sur mes doigts. Nous ne pûmes réfréner l’envie de nous embrasser, sa langue avait le goût du tabac et de l’alcool.

Quand je rouvris les yeux, Jimmy se tenait à mes côtés, se branlant furieusement tout en me disant son amour. Socrates nous avait rejoints également, Gideon et Red s’envoyaient en l’air sans chercher à retenir leurs cris de plaisirs. Betsy suppliait Alister, qui lui répondait qu’elle devait mieux le lui demander, mais si j’avais une idée de ce qu’elle voulait, je ne connaissais pas le désir précis qu’elle avait formulé. Je ne tarderai pas à le savoir.

Alister prétextait que réaliser le souhait de Betsy nécessitait une trop longue mise en œuvre, elle insistait « Alister chéri… ! » J’avais tout à fait conscience que cela participait à leur jeu. Elle tourna les yeux vers moi avec une moue de dépit. Je la tirai de ce mauvais pas en m’adressant à Jimmy/Enoch « Je crois qu’Alister ne nous juge pas dignes de découvrir tous leurs petits secrets. Peut-être le temps est-il venu pour nous de saluer nos nouveaux amis avant de nous esquiver sur la pointe des pieds. Qu’en penses-tu ? » Toute la petite troupe se récria« Mais non ! »« Pas du tout ! »« En aucune façon ! »

Betsy s’enflamma « Méchant Les Alister, tu as peiné nos nouveaux amis ! » Jimmy/Enoch entra dans la partie en affirmant qu’afin de nous prouver la sincérité de ses dénégations, Alister devait se résoudre à exaucer le souhait de Bathsheba. Il avait prononcé ce prénom comme on se délecte par avance d’une gourmandise. Red et Gideon avaient interrompu leurs galipettes et hochaient la tête d’un air entendu et satisfait. Nous étions bien des leurs et cette joute verbale en était la preuve si tant est qu’elle eut été nécessaire. Ils rejoignirent Betsy et Alister, qui s’excusa par avance du temps que durerait leur absence.

J’étais toujours à demi allongée en travers des cuisses de Linus, qui n’avait pas cessé de caresser ma poitrine. Socrates prit la guitare et plaqua quelques accords maladroits, mais qui suffirent à allumer les diodes parcourant mon jupon. Devant l’air renfrogné de Linus, il s’en expliqua.

– Je voulais voir de plus près cet étrange phénomène.

– Quel étrange phénomène ?

– La luminescence de ton pubis sous cet éclairage.

Je souris à Jimmy qui me sourit en retour.

– Il n’y a rien de bien étrange, ni de mystérieux.

Pour appuyer mon propos, je remontai le plus délicatement possible mon jupon. Je suis certaine que lorsqu’Arthur extirpa Excalibur de son fourreau de pierre, les personnes présentes furent moins étonnées que Socrates et Linus découvrant mon pubis immaculé. Ils eurent un geste pour le toucher, mais attendirent mon consentement pour oser le faire.

– Comment, diantre, as-tu réussi cet exploit ?

– J’ai vieilli, tout simplement !

Les doigts de Socrates semblaient incapables de se séparer de mes poils. Je sentais le sexe de Linus reprendre vigueur contre ma hanche. Jimmy me souriait, très excité de me voir susciter tant de désir. Parvenant à déchiffrer mon sourire, il les enjoignit à poursuivre leurs caresses, leurs baisers, leur faisant remarquer la chair de poule qui avait réapparu autour de mes mamelons. Il la désigna d’une caresse de l’ongle de son index, ce qui me fit gémir de plaisir. Je m’offrais à leurs caresses, à leurs baisers avec une évidence que je n’aurais pas crue possible avant cet instant.

Je préférais le goût des baisers de Linus à celui de ceux de Socrates, qui pourtant embrassait bien mieux. Je ne saurais m’en expliquer la raison, si ce n’est la saveur exquise de ce mélange de tabac froid et de whisky. J’ai gardé secrète cette sensation jusqu’à aujourd’hui.

J’aimais beaucoup regarder la façon dont Socrates se branlait. Une masturbation artistique, raffinée, aristocratique pourrais-je même écrire. Linus prit ma main et la serra si fort autour de sa verge que je craignis de voir ses yeux s’exorbiter. Je le masturbais d’une façon plus rugueuse que je ne l’avais jamais fait auparavant. Sa respiration saccadée était sifflante. Une goutte de salive atterrit sur mon poignet.

Aujourd’hui encore, je demeure incapable de savoir si c’est ce qui déclencha mon orgasme ou si ce fut la somme de tous ces éléments. Je vis remuer les lèvres de Socrates, mais n’entendis pas un seul mot tant la violence de mon orgasme m’assourdissait. Je me sentais onduler, je me voyais onduler alors que mes paupières étaient closes. Quand je recouvrai l’ouïe, les premiers mots que j’entendis furent ceux de Jimmy « Ô, ma princesse chérie, si tu savais comme je t’aime ! » Il les avait prononcés en français parce que ces mots m’étaient destinés et non à Petronilla, qui avait totalement disparu de ses pensées.

Je pris conscience d’un brouhaha et en ouvrant les yeux, vis dans un miroir du plafond, nos autres amis irlandais installer ce qui ressemblait à un carrousel. Quand ce fut fait, Betsy nous annonça qu’elle et Alister devaient s’absenter encore quelques dizaines de minutes, le temps pour eux de revêtir les tenues adéquates.

Linus interpella Gideon qui s’approcha de nous, regarda mon pubis et répondit aux questions de son ami. Oui, il était possible de changer ces huit diodes précises par d’autres et oui, il y en avait de telles dans leur stock. Red s’amusait de l’engouement de ses partenaires pour mon pubis tout en leur reprochant d’avoir mis ma belle tenue dans un tel désordre. Elle remarqua mon sourire amusé.

– Mais je ne suis qu’une femme du peuple, ma chère Petronilla à la différence de toi, aucun sang royal ne coule dans mes veines. Il est bien normal que je me fasse culbuter comme une… oh oui Gid… comme… oh oui… ô mon Dieu ! Comme…

Je devinais plus que ne voyais les mains de Gideon mettre davantage de désordre dans la tenue de Red en la tripotant sous les épaisseurs de tissus. Je sentis des doigts remonter le long de mes jambes, palper mes cuisses, mais au lieu de regarder à qui ils appartenaient, je fermai les yeux et me laissai faire, emportée dans une vague de plaisir incroyable. Jimmy/Enoch donna le signal de départ.

– Petronilla, Princess Petronilla devrais-je dire, laissez-vous aller et tentez de deviner à qui appartiennent ces doigts.

Comment n’ai-je pas succombé à tant de jouissance ? Cela restera à tout jamais un mystère. Je reconnus sans aucun doute possible les doigts de Jimmy écarter mes lèvres pour inviter ceux de nos amis à me pénétrer, l’un après l’autre, puis à plusieurs. Je ne sais pas quelle bouche léchait, suçait mes seins avec tant de talent. À son exclamation de surprise ravie, je compris que Red découvrait ceux de Jimmy/Enoch. J’avais tourné mon visage vers le ventre de Linus, sans m’en rendre tout à fait compte, ma main s’était crispée autour de sa verge. Les yeux clos, je découvris le goût de son gland. J’eus beaucoup de mal à desserrer mes doigts pour le sucer un peu. Une main, qui n’était pas la sienne, appuya sur ma nuque. Je sentis le goût âpre de son sperme au fond de mon palais.

Une force incroyable m’étreignit les reins et je jouis de nouveau emprisonnant plusieurs doigts de plusieurs hommes allant et venant dans mon vagin. Je visualisais les soubresauts de mon corps et cette vision amplifiait mon plaisir. Ces doigts emprisonnés à l’intérieur de mon sexe me faisaient percevoir à quel point il était humide, dégoulinant. La verge de Linus avait du mal à débander tant elle aimait ce que ma bouche et ma langue lui offraient.

Socrates et Gideon se plaignaient sans grande conviction de la chance que j’accordais à Linus. Red traitait Enoch de maudit français doté de toutes les bénédictions divines. Ce à quoi il répondit qu’il était à moitié sujet britannique. « C’est encore meilleur ! » jura Red dans un râle où le plaisir avait une grande part. Je gardais les yeux fermés craignant que la vision de Jimmy prenant du plaisir avec une autre ne gâte le mien.

Alister et Betsy nous rejoignirent peu après. Jimmy et moi fûmes conviés à nous approcher du carrousel. En apercevant mon reflet dans un miroir, je ne pus m’empêcher de sourire en repensant aux reproches que Red avait adressés à Linus et Socrates. Ma tenue ne ressemblait plus à rien, mais je l’en trouvais plus excitante encore.

– Petronilla, note la précision que requiert l’usage de cette monture !

En effet, ce cheval de manège un peu particulier était composé de deux éléments principaux et articulés de façon à coulisser. Betsy, débarrassée de sa magnifique robe, ne portait que des bottes, des bas et un porte-jarretelles très excitant. Elle avait ôté son corset, sa jeune et fière poitrine aurait damné tous les saints, y compris Patrick et ses alter-egos irlandais. Elle s’installa sur le cheval mécanique, mit ses pieds dans les étriers que Red se chargea de régler dès qu’Alister fut installé face à son épouse. Son membre harnaché d’une fine lanière de cuir me parut très impressionnant. Red suivait les indications du couple, relevant, écartant les pieds de Betsy à leur demande. Les étriers d’Alister ne nécessitaient aucun réglage particulier.

– Nous arrivons maintenant à la phase la plus délicate, mes amis. Es-tu prête, ma douce Bathsheba ?

Le sourire réjouit de Betsy pour toute réponse, Gideon procéda aux tous derniers réglages avec une lueur d’excitation dans le regard. Précautionneusement, il actionna une molette, attentif au moindre sursaut des corps et du cheval mécanique. Red l’assistait surélevant le bassin et les reins de Betsy à l’aide de coussins qu’elle plaçait suivant les indications de son amie. Le gland d’Alister était enfoncé aux trois-quarts dans le vagin de Betsy quand retentirent les premières notes d’une ballade irlandaise. À peine la pensée « Quelle bonne idée d’ajouter un peu de musique » avait traversé mon esprit que Red poussa un juron, maudissant sa mauvaise fortune. En réalité, il s’agissait d’une alarme lui rappelant qu’il était temps pour elle de réintégrer ses foyers et sa « morne vie quotidienne ». Elle nous embrassa, en espérant nous revoir bien vite, salua ses amis et sortit de la pièce, non sans nous avoir conseillé de ne pas nous montrer trop sages. Gideon tendit une télécommande à Betsy pendant qu’Alister enduisait généreusement sa verge de lubrifiant.

À la gauche du carrousel, face à la croupe du cheval, se tenait Jimmy/Enoch, à la droite se tenait Linus. Pour ma part, j’étais assise face au carrousel entre Socrates et Gideon qui se tenaient debout. Le fauteuil dans lequel j’étais installée, qui me faisait penser à un trône victorien était assez haut pour me permettre de ne pas perdre une miette du spectacle que le savant jeu de miroirs amplifiait. Gideon me souffla à l’oreille « Le spectacle va commencer ! », Betsy et Alister choisirent un programme. Un standard du rock aux accents celtiques qu’on aurait juré sorti d’un orgue de barbarie retentit soudain. Les premiers va-et-vient les satisfaisant. Betsy déposa sa télécommande dans une sacoche que je n’avais pas remarquée avant. Alister tira sur les étriers et le carrousel se mit à tourner lentement.

J’étais sidérée d’une telle ingéniosité et devinai immédiatement qui en avait eu l’idée. Je ne pouvais pas détacher mon regard de cette exhibition. Cependant, au bout de quelques minutes, je tournai mes yeux vers la droite pour admirer Gideon en train de se masturber, il le remarqua, me sourit, nous nous étions compris. Je taquinai son gland avec mes lèvres, avec ma bouche avant de faire de même avec Socrates puis de revenir à mon observation du couple sur le cheval mécanique. Ce petit jeu entre nous me plaisait de plus en plus, j’aimais alterner toutes ces sensations.

Soudain, je m’aperçus que Linus avait quitté sa place et s’éloignait de nous, en ronchonnant, me semblait-il. Il revint vers nous, une lampe dans une main et un petit banc dans l’autre. Tout en nous reprochant de l’obliger à choisir, il s’assit à mes pieds, installa la lampe entre mes chevilles. La lumière violette rendait mon pubis éclatant de lumière. Un Oohh collectif emplit la salle, mais pas au point de couvrir la musique, ni les gémissements de Betsy et encore moins les grognements de plaisir d’Alister. Linus me demanda s’il pouvait goûter mon sexe, je lui répondis que s’il ne le faisait pas immédiatement je lui en voudrais pour le restant de mes jours. Bon sang, sa langue était rusée comme un renard, et curieuse et avide ! J’en oubliais presque le spectacle, mais la main de Socrates sur ma nuque me rappela à notre douce réalité. « Fais comme si Linus n’était pas là et… »il ne termina pas sa phrase. Je me tournai alors vers Gideon et notre jeu reprit.

J’avais trouvé Betsy plutôt jolie, mais quand elle s’envoyait en l’air comme ça, sur ce cheval dont les mouvements irréguliers avaient été programmés à l’avance, elle devenait plus que belle et sa beauté rejaillissait sur Alister.

Je pris soudain conscience de la présence de Jimmy/Enoch dans mon dos, il avait apporté son nouvel ami, son assistant masturbateur, et me caressa les seins. Je ne saurais dire combien de temps dura ce moment de grâce absolue où je sentais couver en moi un orgasme puissant. Gideon voulut sortir de ma bouche parce qu’il allait jouir, il lut dans mon regard que je ne le souhaitais pas. Son sperme avait un goût presque sucré. À moins que ce ne fussent ses mots d’une douceur et d’une tendresse rares qui me donnèrent cette impression.

Je voulus repousser la tête de Linus pour ne pas lui briser le crâne en resserrant mes cuisses, mais il ne se laissa pas faire. Le sexe de Socrates dans ma bouche, les mains de Jimmy/Enoch semblaient découvrir la géographie de mon corps, ses caresses sur mes seins, sur mon ventre étaient divines. Je lui fis signe de l’index. Ses dents déchirèrent la naissance de mon cou. La bouche pleine, mon cri de jouissance fut assourdi, mais mes succions, ma déglutition firent jouir Socrates peu après.

Quand je repris mes esprits, Alister retirait avec une facilité déconcertante ce que j’avais de prime abord pris pour des lanières de cuir, mais qui était en réalité un préservatif texturé. La poitrine de Betsy se soulevait au rythme de sa respiration profonde. Elle me sourit. Welcome to Ireland !Je sentis les mains de Linus sur mes genoux et pensai enfin à les écarter en m’excusant platement. Son visage était luisant, mais son sourire et son regard l’illuminaient davantage.

De tous les pays où nous avons voyagé, l’Irlande est celui que nous avons le moins visité. Je ne me souviens finalement guère que du trajet entre notre hôtel et le club de nos amis. Nous eûmes l’occasion de rencontrer deux autres membres, mais que je trouvais bien trop jeunes à mon goût quoique très sympathiques.

Quand, vers le milieu du séjour, je demandais à Red si elle pouvait me conseiller un endroit où acheter une breloque steampunk pour mon bracelet, elle me répondit qu’il y avait tout le matériel nécessaire dans leur atelier pour que je me la fabrique moi-même. Je trouvais l’idée excellente. De toutes celles qui ornent mon bracelet, c’est certainement la moins aboutie, mais il faut dire que ces messieurs se sont bien amusés à me taquiner pendant que je la confectionnais !

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.