Chroniques matrimoniales – Soirée dansante entre amis

Sur le chemin du retour, je chantais à tue-tête les rengaines dont le Balafré sifflait l’introduction. Je crois que ce furent mes premières leçons d’anglais. Le Balafré, patient, corrigeait ma prononciation et me traduisait les paroles.

J’avais hâte de retrouver Christian, de lui raconter ce séjour loin de lui et de l’entendre me raconter ce qu’il avait vécu en mon absence. Le Balafré klaxonna devant « la maison du Toine », ainsi que nous la nommions encore à l’époque.

POUËT ! POUËT !

La fenêtre s’ouvrit à la volée, Christian cria à pleins poumons « Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la pomponnette… » dans un sourire, le Balafré me conseilla d’entrer avant que Christian ne termine la tirade. Je répondis à la question qu’il ne me posait pas.

Pas besoin d’une leçon de rattrapage pour « la femme du boulanger »… c’est que je connais mes classiques, moi !

Le Balafré gara sa voiture, puisqu’Alain et Catherine venaient de l’inviter à prendre l’apéro. Après avoir salué Cathy et Alain, je me blottis dans les bras de Christian. Bon sang, comme ils m’avaient manqué, ses bras ! Cathy me demanda comment s’était passé mon séjour, j’évoquai brièvement mes leçons particulières, maintenant on dirait « un stage de remise à niveau », parce que j’avais hâte qu’ils me racontent ce qui s’était passé pendant mon absence.

Je parlai aussi des deux amis que le Balafré m’avait présentés, tous trois connaissaient déjà Jimmy, mais seul Alain avait déjà rencontré Martial.

Il faut que je vous dise que désormais, grâce à Martial, Monique a goûté aux étreintes dans les bras d’un…

Noir ?

Métis ?

Faites fonctionner vos petites cellules grises, les amis ! Nous parlons de Monique !

UN PARISIEN !

Goguenard, le Balafré désigna Catherine.

Preuve est faite que le sixième sens féminin est une réalité… Bravo, Cathy ! Tu la connais bien, notre Monique !

La bouche dans mes cheveux, Christian me demanda si c’était si différent que ça entre un provençal et un parisien. Je ne pensai pas une seconde qu’il faisait allusion aux origines africaines de Martial, parce que je n’y ai jamais prêté attention. La peau de Martial était noire, ses cheveux étaient crépus, mais ça n’avait pas plus d’importance à mes yeux que les cheveux bruns et ondulés, que la peau mate d’Alain et puis… si je devais comparer la taille de leur sexe respectif, Alain remporterait la palme haut la main !

C’est bizarre… il y a des mots que je préfère en parisien, mais d’autres que je préfère en provençal…

Lesquels ?

Ô, pute vierge… je viens… je viens !

Tu fais moins la maline, Monique… hein ? Allez ! Redis-nous ça comme si tu pouvais compter sur le soutien de Martial !

Je marmonnai un « je vieng’ ! », le Balafré se moqua de ma couardise. Nous ricanions comme des gamins farceurs, tout en grignotant et en buvant. C’est un luxe que je n’ai compris que bien plus tard, celui de pouvoir parler de tout et de rien, de boire, de manger, de commenter l’actualité, de rire tout en étant nus, de m’interrompre au milieu d’une phrase pour (par exemple) sucer mon voisin et de reprendre ma conversation… S’il m’a fallu autant de temps, c’est aussi parce que je n’avais connu que ce genre de relation et que le seul récit d’une vie amoureuse que j’avais lu jusqu’à présent était celui de ma grand-mère…

Je brûlais de désir pour Christian, j’avais une folle envie de lui, de ses bras, de sa peau, de ses yeux dans les miens, de son souffle sur ma  peau, de le faire saliver d’excitation, de plaisir. N’y tenant plus, je l’embrassai passionnément. Comme s’il n’attendait que ce signal, Alain s’exclama « C’est pas trop tôt ! » et se dirigea vers l’électrophone.

Lisant ma curiosité, mon impatience aussi, dans mon regard, dans mes baisers, dans mes caresses, Christian me raconta leur soirée « partie fine » avec la bande habituelle. Soirée qui avait tout de même duré près de quarante heures !

Heureusement que « Madame » y participait ! Sinon, la pauvre Cathy…

Qué « la pauvre Cathy » ? Quand je me suis plainte ?

Catherine était tombée dans le panneau et nos hommes s’en réjouissaient bruyamment ! Elle fit semblant d’en être vexée et, au lieu du magistral strip-tease que nous attendions tous, elle glissa vers moi d’un pas léger et m’invita à danser. Elle m’embrassa doucement dans le cou et susurra à mon oreille « T’en penses quoi de Jimmy ? Il baise comme un Dieu, tu ne trouves pas ? »

Oh oui !

Et ses coups de rein quand il jouit…

Ah ? Ça non ! J’ai pas remarqué, mais…

Je dénudai mon épaule pour lui montrer les traces de morsure.

Oh fatché ! Il n’y est pas allé de main morte !

Qu’est-ce que vous complotez, mes nines ?

Monique me montrait…

Le Balafré s’approcha, surpris parce qu’il ne lui avait pas semblé que Jimmy m’avait mordu si fort.

C’est parce que c’était pas toi de l’autre côté de ses dents ! Putain, je les ai senti passer ses morsures !

Mais… fallait le dire !

Tss tss, Monique… réponds pas… ils y comprennent rien !

On n’y comprend rien à quoi ?

À rien…

J’avais mal, mais à la fois… c’était si bon… !

Je le note !

Pfff tu vois ! Tu n’y comprends rien ! Jimmy sait mordre ! Ça ne s’apprend pas, je crois… y’a ceux qui savent et ceux qui te font que mal… ou ceux qui ne te mordent pas assez fort… et Jimmy sait mordre… c’est tout !

C’était la première fois que j’entendais Cathy parler sur ce ton, calme, posé, mais ferme… elle avait bien plus d’expérience que nous en ce domaine et nous faisait partager son savoir, il émanait d’elle une autorité naturelle qui me fascina. Elle lut notre admiration sur nos visage et nous lûmes sa fierté sur le sien. Le Balafré se prit à imaginer une chaire à l’université où l’on enseignerait l’art de l’amour, des plaisirs et dont Cathy serait la titulaire. Tout en développant son idée, il l’invita à danser d’un geste très élégant.

Je veux bien, mais je te préviens, j’ai fini ma plaquette hier, alors je ne couche plus qu’avec Alain !

Mais… c’est pas possible que tu tombes enceinte aujourd’hui ! Si ?

Normalement, non, Monique, mais c’est un risque que je ne veux pas courir. Ce bébé, je veux être sûre et certaine qu’il soit de mon Alain chéri… si je couche avec d’autres hommes… comment je pourrais en être sûre ?

Si à la naissance, le bébé s’écrie « Ô, pute vierge, je viens, je viens ! » c’est qu’il sera de ton époux !

Le Balafré arrêta le geste de Cathy qui menaçait de le boxer, il lui prit la main et réitéra sa proposition.

– Mais quelques pas de danse… tu n’aurais pas le coeur de me les refuser ?

– Tant qu’on ne couche pas ensemble…

Le Balafré la plaqua contre lui, il reluquait ostensiblement dans son décolleté, un sourire gourmand aux lèvres.

Il me tarde que tu sois enceinte, Cathy…

Pour pouvoir coucher avec moi ?

Non ! Enfin… si… aussi, mais je pensais à tes seins… je les imagine… tendus… lourds… tentants…

– Et ça te fait bander bien fort…

Et ça me fait bander bien fort !

Je sentis les mains d’Alain sur mes fesses, je gloussai d’excitation. Le Balafré me regarda, un étrange sourire aux lèvres. Dans les bras d’Alain, je l’entendis marmonner tout en dansant avec moi. Je lui demandai ce qu’il disait, il me chuchota « J’ai peur de me réveiller… »

Mais tu ne dors pas !

Si… je dors et je suis en train de rêver… j’ai peur de me réveiller… tout seul… dans mon lit trop grand…

Je me libérai de ses bras, reculai d’un pas et le giflai à plusieurs reprises, de toutes mes forces. Cathy, Christian et le Balafré se figèrent stupéfaits de ce soudain accès de violence. Alain se frotta la joue en me souriant.

Merci, Monique ! Merci !

Il m’enlaça et me fit tourner dans les airs en riant comme j’aimais tant l’entendre rire, d’un rire puissant, retentissant, chantant… un rire qui vient du fond des tripes et qu’on partage avec ses amis.

Aussi soudainement qu’il m’avait fait tournoyer, Alain me reposa sur le sol, se dirigea vers Cathy et la fit danser dans une espèce de chorégraphie quelque peu ridicule, mais tellement touchante ! Christian m’interrogea du regard, j’allai vers lui et lui expliquai.

– Alain avait peur de rêver… Il n’arrive toujours pas à admettre la réalité, qu’il est l’époux de Catherine, qu’elle l’aime si fort qu’elle veut un enfant de lui… Fallait bien que je fasse quelque chose… t’aurais fait quoi, toi ?

Je lui aurais pincé le bras, la main… c’est comme ça qu’on fait… « Pince-moi, je rêve ! » vous connaissez pas ça, à Paris ?

– « Pince-moi, je rêve… » ? Ah ah ! Quelles chochottes ces provençaux !

Notre conversation à mi-voix était couverte par la musique, les autres ne voyaient que mes épaules secouées par mon éclat de rire et la mine mi-affligée, mi-amusée de Christian.

– Ho la parisenca, ta rencontre avec Martial t’a rendue moqueuse !

– Faut croire… Tu savais que sa mère est normande ? De pas loin d’Avranches ?

– Non, je l’ignorais… Tu me raconteras tout ? Il me tarde que tu me racontes… tu étais heureuse ?

– Oh oui ! Mais tu me manquais… tu m’as tellement manqué !

– Qu’est-ce qui t’a manqué ?

– Tout !

– Quoi, plus précisément ?

– Tout ! Toi ! Moi ! Nous ! Tout ! Mais en même temps, j’étais heureuse… vraiment heureuse… J’aurais voulu être deux… une Monique ici… avec vous et une autre Monique… là-bas… avec eux…

– Ou plus simplement, nous tous ensemble !

– Non. Pas tous ensemble. Ça n’aurait pas été pareil… j’aurais eu… honte…

– Honte ? ! Mais honte de quoi ?

– De ne pas… de pas avoir été au collège… de rien connaître… de rien savoir… devant toi, j’aurais eu trop honte… alors j’aurais moins bien aimé… je ne l’aurais pas fait…

– Mais… mais tu sais qu’ils sont bien plus diplômés que moi, pourtant ! Je n’ai que le bac tandis qu’eux…

– Je le sais bien ! Mais avec eux… ça ne me dérangeait pas, mais devant toi…

homme_cocu_trompe demiChristian me regarda en psalmodiant « Monique… Monique… Monique ! » et c’est à cet instant précis, m’a-t-il dit plus tard, qu’il comprit en la lisant dans mes yeux, la profondeur de mon amour pour lui. Le disque était fini, Alain nous demanda d’attendre un peu, il voulait nous faire écouter un album qu’il avait acheté la veille. Le Balafré en profita pour s’approcher de nous et de me proposer « une démonstration de la figure Monique ».

– C’est pas sympa pour Cathy !

Alain, la pochette du disque à la main, nous interpella.

– Tu n’as qu’à la faire avec Christian et le Balafré, parce que moi, j’y ai droit… à la belle Catherine !

Il exultait comme un gamin qui fait enrager ses copains !

– Mais non, Aloune ! Pour « la figure Monique », il faut trois garçons pour une fille… et de la lecture aussi !

– Et si on inventait « la figure Catherine » ?

– Comment tu l’imagines ?

– On regarde Alain prendre Catherine. Le Balafré commence à te prendre comme Cathy le souhaite. Moi, je vous regarde depuis là-bas… comme si vous ne saviez pas que je suis là… après, j’arrive…

Ciel, mon mari !

Oui, c’est exactement ça ! Et là, Cathy m’ordonne de te prendre de la façon qui l’excite le plus !

Catherine battit des mains comme une enfant impatiente d’ouvrir ses cadeaux et nous demanda de venir l’embrasser à tour de rôle. Le baiser de Christian fut passionné, celui du Balafré fougueux, mais je fus la seule à penser à l’embrasser sur son autre bouche ! Elle ondulait sous ma langue, ses doigts se crispaient sur mes cheveux… elle gémissait de plaisir… J’entendais nos hommes se traiter d’idiots de ne pas y avoir pensé. Ils nous reluquaient de si près que j’aurais pu sentir la chaleur de leur gland.

Quand les doigts de Christian s’aventurèrent entre mes cuisses, ils y trouvèrent les miens. Un juron enthousiaste s’échappa de sa bouche et il partit se cacher dans le cagibi attenant au salon, pour nous mater tranquillement. Au bord de l’orgasme, je cédai ma place à Alain. D’un regard, je demandai la permission à Cathy d’écarter les lèvres de son sexe et d’observer attentivement le gland d’Alain la pénétrer. Elle me l’accorda, elle a toujours trouvé mon regard excitant. Le gland tendu, gonflé d’Alain la pénétra au ralenti. Cathy se cambra. Alain me demanda si j’avais bien vu et, sans attendre ma réponse, sortit de son vagin. Couverte de la mouille de son épouse, la queue d’Alain était encore plus impressionnante ! Plus tentante, aussi… Ils me taquinèrent à cause du bout de ma langue que je n’avais pas su retenir.

Té, Monique ! Ne te prive pas !

Je le suçai jusqu’à ce que sa queue ait perdu le goût du sexe de Catherine, écartai de nouveau ses « lèvres du bas » et observai… admirai la lente pénétration d’Alain. Le Balafré demanda à Cathy comment elle voulait qu’il me prenne.

– Viens un peu par ici… que je te suce pendant que… oohh mes chéris !

Le clin d’oeil d’Alain m’avait invitée à titiller le clito de Catherine tandis qu’il la prenait au ralenti… j’admirai ses savants va-et-vient et… bon sang, comme j’aimais le goût de ma Cathy ! Je voulais la faire jouir et j’y parvins. Alain se pâmait presque autant qu’elle de la sentir jouir autour de sa queue. Je relevai la tête. Le Balafré caressait doucement le visage de Cathy qui le suçait tendrement. Puis, comme si elle le congédiait, elle lui dit « Vaï ! J’aimerais bien te regarder la prendre en levrette… » Je remerciai Catherine d’un sourire complice, elle me connaissait si bien !

– Pendant que tu fais rien, mets-nous le disque !

Le Balafré siffla, admiratif. Alain avait acheté la version « import » de l’album de Rod Stewart « Atlantic crossing » c’était son péché mignon, les disques anglophones dans leur version d’origine, dite « import » ! Le disque venait à peine de sortir en France et il en avait déjà un pressage « import » !  Tu es de la génération Amazon, tu ne peux pas t’imaginer ce que cela signifiait ! Les grandes enseignes étaient bien trop éloignées, mais Alain avait son réseau et pouvait nous épater de ses trouvailles. Il contribua grandement à mon éducation musicale.

Les premières notes retentirent. À genoux aux côtés de Cathy, je regardais Alain aller et venir… j’observai le bassin de mon amie, de ma soeur, se tendre vers le plafond, avant de faire le chemin inverse… je sentis une douce caresse sur mes reins… le Balafré faisait glisser lentement le dos de sa main le long de mon dos… Il me pénétra tendrement, comme s’il voulait me prouver de quelle douceur il était capable avant le déchaînement qui allait suivre. Cathy l’exhortait « Plus fort ! Plus vite ! Plus… pro… profond ! Tu sais ce qu’on aime… dans les levrettes… Monique et moi ? »

– Dis-le moi…

– Quand… oohh… quand les… quand les… ooohh… quand les couilles giflent nos… lèvres… nos cuisses… quand… ooohh… quand on les entend… oooh… battre sur notre peau… hein, Monique… c’est ce qu’on… ooohh… ce qu’on aime ?

– Oooh… oui ! Oooh… oui !

Le Balafré me rudoyait idéalement dans cette levrette sauvage à souhait. La pièce semblait nimbée d’un nuage de sensualité, d’amour, d’amitié charnelle et nous en avions tous conscience. Christian fit son entrée sur les premières notes de « Stone cold sober ».

– Mais je vous surprends donc en pleine orgie ! ! Et dans la maison de mes aïeux, en plus ! Quelle honte ! Comment pourrais-je laver un tel affront ?

Mon sourire lui indiqua que j’avais bien ma petite idée à ce sujet. Il vint devant moi, se tint debout, son sexe dur à la main. Cathy se pâmait, blottie dans une bulle de plaisir, un plaisir intime qu’elle partageait avec Alain. Oubliant notre présence, ils se criaient des mots d’amour comme si nous ne pouvions pas les entendre….

Christian était encore dans ma bouche quand retentit le fameux « Ô, pute vierge ! Je viens ! Je viens ! » Ils s’enlacèrent, se dirent d’autres mots d’amour. Alain voulut écouter la face B de l’album, le temps d’aller jusqu’à l’électrophone, de retourner le disque, il rebandait déjà ! Il était au moins aussi étonné que nous ! Pour le taquiner, Christian lui demanda s’il « tirerait à blanc » pour pouvoir jouir plus longtemps de son exclusivité sur Catherine.

Parce que tu crois qu’il ne me tarde pas déjà de le tenir dans mes bras, notre bébé  ? !

Où Monique, Christian, le Bavard et le Balafré découvrent la genèse et les règles d’une société secrète… (hey, c’est intrigant, non ?)

 

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.