Chroniques matrimoniales – Entrez dans la danse, voyez comme on danse sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez !

Nous venions de finir de dîner quand Catherine et Alain arrivèrent. Je me suis surprise à imaginer la queue chevaline d’Alain rien qu’en l’entendant rire. Catherine me fit la bise et j’entendis son époux s’exclamer un « Ô, pute vierge ! »  enchan­té, elle lui dit alors que c’était ça, la politesse, « on fait la bise quand on arrive chez les gens ».

J’abandonnai momentanément le sexe du Balafré à la bouche de Catherine et, sans me relever, descendis le pantalon d’Alain qu’il avait déjà débraguetté. Comme je me l’étais ima­ginée, sa grosse et longue queue était déjà toute gonflée et durcie d’excitation. Je la taquinai, en l’embrassant comme si je lui faisais la bise «Bonsoir, belle bite, tu vas bien ?» et fis sem­blant de m’en désintéresser.

Oh non, Monique ! Ne me laisse pas dans cet état-là !

Je me relevai pour me blottir dans les bras de Christian. Je regardai le Balafré se faire sucer par Catherine. Il n’avait d’yeux que pour moi et j’en étais troublée.

Tu me suces trop bien, Catherine… arrête un peu… Je ne veux pas jouir avant d’avoir tenu ma promesse…

– Quelle promesse ?

– J‘ai promis à Monique de l’enculer bien fort ce soir… Et si je jouis dans ta bouche…

Catherine, souriante, belle à croquer, concéda « Une promesse est une promesse » et s’approcha de nous « Pour faire la bise à mon hôte ! ». J’ai toujours aimé la regarder sucer Christian. Même après toutes ces années, ce plaisir est toujours aussi vif.

Tu veux bien nous faire ton strip-tease ?

Catherine rosit de plaisir et me sourit, enchantée que je me sois jointe à cette demande, mais surtout que j’aie été la seule à mettre le disque dont elle raffolait pendant son effeuillage. Qu’elle était sexy quand elle balançait ses hanches en rythme, quand, debout, elle se cambrait, rejetant sa tête en arrière, faisant pigeonner sa poitrine dont j’enviais la plénitude, la rondeur ! Qu’elle était belle quand elle regardait par-dessus son épaule, comme si elle avait oublié notre présence… et son sourire… son sourire… !

J’étais excitée par ce spectacle et aussi de voir Christian, Alain et le Balafré bander si dur… si fort… sous mes doigts, mon sexe était chaud, humide, glissant et poisseux tout à la fois. Je remarquai soudain le geste du Balafré, m’invitant silencieusement à m’asseoir près de lui. Comme j’ai aimé sa voix sifflante d’excitation quand il chuchota à mon oreille

Tu me rends dingue ! Continue à te tripoter en matant Catherine… continue… ! Non ! Fais comme si j’étais pas là… Tripote-toi en pen­sant à elle… à vous deux… !

Catherine était complètement nue, offerte. Elle suçait Christian, mais maintenant que j’étais sur le canapé, je ne pouvais plus voir son visage. Je n’avais aucune envie de me lever pour mieux l’observer, alors, je lui demandai de chan­ger de position. Que son sourire était radieux autour de la queue de mon Christian ! Que ses yeux pétillaient de malice excitée, excitante !

Ça te va comme ça ou… ?

Un regard complice entre nous quatre suffit à nous com­prendre. Alain et Christian montèrent à l’étage pendant que Catherine et moi expliquions au Balafré ce qu’ils étaient allés chercher, le « banc de prières et de contrition », comme Rosalie et Nathalie se plaisaient à le nommer. Faussement candide, je dis à Catherine

Je crois que notre ami bande à l’idée que tu m’excites, Cathy, et que j’aime me toucher en te matant…

Elle me demanda sur un ton tout aussi innocent

Non ? Tu crois que ça excite les hommes ? L’idée de deux nanas ensemble ? Non… c’est pas possible !

Le Balafré souriait, ravi de nous voir nous moquer de lui.

Coquines ! Vous n’êtes que deux coquines !

Catherine fit semblant de prendre la mouche.

Ne nous insulte pas ! Nous serions deux coquines si nous faisions des trucs comme ça…

Elle se pencha vers moi, m’embrassa en prenant garde qu’il puisse voir les mouvements ne nos langues. Elle caressa mes seins, mon sexe… le sien était collant et glissant sous mes doigts. J’ondulai quand elle passa ses doigts dans mes che­veux et me caressa la nuque. Je la saisis par la taille pour qu’elle soit plus près de moi et commençai à lui téter les seins. Le Balafré était sidéré de pouvoir nous regarder nous « gouiner » d’aussi près.

Ô, pute vierge ! Qu’elles sont bandantes quand elles font ça !

Alain et Christian installaient le banc que Rosalie nous avait montré peu avant notre mariage. Nous ne nous en étions servi qu’une seule fois, mais quelle fois !

J’aurais bien aimé te le montrer, mais Christian s’est montré inflexible « Hors de question qu’Alain et moi le montions ! Tu dérailles, ma pauvre Monique ! Son usage est réservé aux femmes mariées et la petite ne l’est pas !» Comme j’ignore jusqu’où il poussera la plaisanterie, laisse-moi te le décrire. Il mesure 2 mètres de long pour une profondeur de 60 centimètres, il ressemble à un banc de prière, un prie-dieu, puisqu’il est pourvu d’un repose-bras, l’assise est plus haute à un mètre du sol, offrant ainsi la possibilité de voir et d’être vue de tout un chacun.

Comme ce fut le cas à chaque fois qu’un de nos partenaires le découvrait, le Balafré ouvrit des yeux comme des sou­coupes fasciné par toutes les perspectives que ce banc offrait.

Catherine s’installa comme je le souhaitais, à quatre pattes de telle façon que je pouvais autant admirer les va-et-vient d’Alain que sa bouche gourmande suçant Christian. Je me caressai un peu et d’un regard tragique, implorai le Balafré de me laisser le sucer. Il eut encore ce sourire étrange, plein d’une tendresse mélancolique.

Je croyais que tu voulais que je t’encule…

Mon Oh ! dépité l’amusa beaucoup…

J’adore quand tu me fais ça… !

Le bout de ma langue tout pointu suivait de près le bout de mon index qui caressait sa longue cicatrice brune. Je levai les yeux vers lui et d’un sourire lui indiquai que j’étais prête. Il me prit tendrement dans ses bras et m’embrassa, caressant mes joues, mes cheveux… son baiser était d’une douceur incroyable, un véritable baiser d’amoureux. Je le sentais confus, embarrassé de s’être ainsi mis à nu. D’un ton trop léger pour être honnête, je lui proposai de profiter du banc.

Pour le plus grand plaisir de Christian, Catherine et Alain, je m’installai face à elle, qui cessa de sucer mon époux pour m’embrasser goulûment… Outre le fait que nous aimions flirter ensemble, nous faire l’amour, nous éprouvions une jouissance infinie du surcroît d’excitation que nos gouinages suscitaient chez nos partenaires masculins. Nous aimions ellement en jouer…

Je sentis la langue du Balafré remonter le long de ma cuisse, lécher un peu ma vulve et manquai de défaillir quand il m’of­frit une feuille de rose… ma main droite s’arracha du rebord du banc… pour contrebalancer la violence de ce plaisir, il me fallait sentir quelque chose de doux… je caressai les seins de Catherine qui dansaient au gré des coups de boutoir d’Alain…

Les deux ! Je vous veux, les deux !

Christian bandait assez fort pour pouvoir exaucer le vœu de Catherine. J’entendis à peine leurs conciliabules, toute acca­parée par la sensation des doigts du Balafré qui allaient et venaient dans mon cul. Quelques instants avant que son gland ne force « la porte de derrière », mon ectoplasme s’envola jusqu’au plafond, me permettant d’observer la scène que mes yeux fermés m’empêchaient de contempler.

Je pus ainsi admirer le Balafré écarter mes fesses, appuyer son gland devenu violet foncé tant il était gonflé de désir contre mon anus, je pus voir l’érection impressionnante de Christian, le sourire qui illuminait son visage, me régaler de la cambrure de Catherine qui s’offrait avec un plaisir incroyable, je pus voir Alain s’allonger sous elle, attendre que Christian soit « confor­tablement installé » dans le cul de son épouse avant de l’emppaler sur lui.

Catherine releva brusquement la tête, sa bouche appelait les baisers, mais le Balafré ne s’en rendait pas compte… Il se regardait m’enculer au ralenti et je compris qu’il ne voulait pas prendre le risque d’oublier cette sensation…

Après quelques va-et-vient, Christian nous demanda de pivoter un peu. Sans qu’aucun membre ne sorte de nous, Catherine et moi nous installâmes côte à côte, en travers du banc, le repose-bras nous permettant de nous agripper et ainsi de ne pas prendre le risque de perdre l’équilibre.

Mon ectoplasme se régalait du spectacle… cette capacité à sortir de mon corps m’a toujours permis de jouir encore plus fort. J’en suis persuadée, mais je ne saurais expliquer ni pourquoi, ni comment.

Je voyais la cicatrice brune du Balafré disparaître dans mes fesses, puis réapparaître, encore et encore, un peu plus pro­fond à chaque fois. Je voyais la queue de Christian aller au même rythme dans le magnifique cul de Catherine. Je voyais les mains d’Alain pétrir les seins de sa femme… il souriait visiblement aux anges, une langue gourmande, riante et un peu vicieuse s’échappait par moments de ses lèvres…

J’ai aimé sentir les mains du Balafré écarter mes fesses… j’ai­mais ses yeux quand il regardait ce qu’il était en train de me faire. J’ai aimé ce mouvement de menton de Christian, pour faire comprendre en silence, qu’il voulait se régaler lui aussi du spectacle.

Le Balafré écarta davantage mes fesses et me fit un peu pivo­ter… à peine… juste assez pour que mon époux ait le meilleur point de vue possible. Les « Oh ! Oh ! Oh oui, Christian ! Comme ça ! Oh oui ! » de Catherine me confirmèrent qu’il ban­dait encore plus dur. Que son sourire était éclatant quand s’adressa au Balafré !

Alors ?

Putain, c’qu’on est bien dans son cul ! Et regarde… regarde comme elle se cambre quand…

Des quatre doigts de sa main droite, il écartait mes fesses, tandis que l’extrémité du pouce, il titillait mon clito… je me cambrai pour mieux le sentir… Christian bavait de plaisir en voyant les contractions de mon anus autour du sexe du Bala­fré tandis que je jouissais en criant « ENCORE ! ENCORE ! »

Tu as de la chance, Christian de l’avoir trouvée… hmmm… oh… oh putain… son cul c’est le Paradis ! Tu aimes comme je t’encule, Monique ?

Oui ! Oui ! OUI !

Semblant oublier ma présence, il reprit sa conversation avec Christian.

Elle suce comme une reine… sa chatte est… hmmm… divine… elle branle comme une pro… mieux qu’une pro… elle est belle… gaulée… en plus, elle se gouine… putain, Christian ! Quel veinard tu fais !

Ses va-et-vient étaient amples et plus lents, je savais qu’il voulait faire durer son plaisir. Christian était fou de bonheur, il ne le cachait pas.

Tu peux pas savoir comme elle me rend heureux ! Comme j’aime pouvoir la regarder se faire baiser… et puis… Catherine… Regarde-moi ! J’encule Catherine, la belle Catherine…

Mon ectoplasme vit sa belle main d’homme se poser sur les reins de Catherine, l’incitant à se cambrer davantage…

… quand… hmmm… et comme ça… je sens la grosse bite d’Alain dans sa chatte… si tu savais comme c’est bon ! Et ma Monique qui se fait enculer à mes côtés ! Regarde comme elle aime ça ! Écoute comme tu la fais miauler ! Je suis le plus heureux des hommes ! Tu as raison de m’envier !

Catherine me sourit. Un clin d’œil, j’adorais, j’adore toujours ses clins d’yeux ! Nous nous embrassâmes « à la salope » comme nous disons, seules nos langues se léchaient, nos lèvres ne se touchaient pas, nos cris se répondaient, j’aimais quand elle poussait cette longue plainte aiguë, ce cri venu du règne animal…

Ô, ma Catherine, ô mon amour… ô, pute vierge… ô… tu vas me faire venir… ô pu… ô…

Viens jouir sur leur cul, Alain !

Alain ne se fit pas prier, il aimait que ses amis envient sa « particularité particulière » comme nous disions, ce jet long et continu de sperme, cette particularité que personne ne s’ex­pliquait, mais qui faisait l’admiration des foules… Désormais, je sais qu’il en a toujours été bien plus fier que de la taille de son sexe, taille pourtant exceptionnelle !

Il prit place entre Christian et le Balafré, se branla en les encourageant

Allez, Christian ! Encule-la comme elle le mérite, ma Catherine ! Allez ! Mieux que ça ! Vois comme elle en redemande !

Puis, se tournant vers le Balafré

Jusqu’aux couilles ! N’aies pas peur ! Au plus tu iras profond, au plus tu la feras miauler, la Monique !

Je crois qu’il joignit le geste à la parole, car je sentis les couilles du Balafré heurter brutalement mes fesses. Une dou­leur excessivement jouissive me fit crier si fort que ma voix fut éraillée pendant quelques jours. Mon ectoplasme tour­billonnait comme s’il hésitait entre réintégrer mon corps ou continuer à se régaler du spectacle.

Alain se branlait, comme pris de folie. Je voyais bouger les lèvres de ces trois hommes, mais assourdie par la violence de mon plaisir, je n’entendais pas ce qu’ils disaient. Christian écartait tant les fesses de Catherine qu’on aurait pu croire qu’il cherchait à l’ouvrir en deux.

Enfin satisfait, Alain commença à jouir sur sa raie, puis félicitant le Balafré de l’art avec lequel il me prenait, continua sur la mienne. Je vis Christian sortir du cul de Catherine, son trou encore ouvert, accueillit la fin du jet d’Alain.

J’ai cru devenir folle de plaisir en constatant celui que prenait Christian à caresser sa queue maculée du sperme de son ami. Enfin satisfait, il encula une nouvelle fois Catherine. HAN ! D’un coup. Avant de reprendre ses va-et-vient.

Catherine semblait perdue dans ses sensations. Je lui touchai l’épaule, elle revint parmi nous. Nous nous embrassâmes rien que pour nous deux. Le Balafré s’en aperçut, compris que nous ne le faisions pas pour l’exciter.

Monique ! Monique ! Monique ! Oh, Monique ! Monique… Monique…

J’avais compris ce qu’il voulait, j’avais compris, mais je vou­lais l’entendre encore psalmodier mon prénom…

Monique ! Monique… Monique… !

Je délaissai la langue et la bouche de Catherine

Viens ! Vas-y ! Viens ! Je ne… AAAAAAAAAAAHHH !

Un orgasme incroyable me transperça de part en part, déclenchant celui du Balafré.

Mon ectoplasme réintégra enfin mon corps. Je tremblais comme une feuille. Après quelques minutes, Alain et le Bala­fré m’aidèrent à me relever, ainsi que je le leur avais demandé. Blottie dans les bras du Balafré, qui caressait mon ventre, mes seins, qui m’embrassait dans le cou, je regardai Christian jouir dans ma meilleure amie. La seule que j’aie jamais eue. Je regardai le corps superbe de cette femme jouir de ce que lui faisait l’homme de ma vie… Que j’étais heureuse !

Quand le Balafré nous demanda de rester encore un peu « le temps de me remettre de toutes ces émotions », Catherine l’engueula « Tu veux dire que tu comptes t’en aller sans même avoir pris le temps de jouir de moi ? ! » Nous éclatâmes de rire et c’est ainsi qu’il passa sa première nuit avec nous quatre.

Le lendemain matin, tandis qu’il aidait à démonter et à ran­ger le banc de prières et de contrition, il remarqua une marque dans le bois.

V 1921… le V ça veut dire « mai » ou…

Ça veut dire que c’est Valentino qui l’a fait… en 1921 !

Tout en répondant au Balafré, j’ouvris le tiroir du secrétaire et lui tendis le cahier de Bonne-Maman, estimant qu’il méritait de connaître son histoire.

Christian rencontre enfin Valentino et Monique communie avec la Nature…

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s