Daniel, ou la conspiration des chimères – Premier épisode

Depuis que Daniel avait découvert les aventures de Léon Sadorski, sa vie prenait un étrange tournant. Il regrettait d’avoir oublié la date exacte de cette découverte. Son regard avait été attiré par le bandeau rouge, jaquette minimaliste « L’Occupation comme vous ne l’avez jamais lue ». Sans même en lire le moindre mot, il avait succombé à l’envie d’acheter le roman. Plus tard, en le posant sur la pile des lectures en attente, il avait fait la grimace. « Prix du meilleur polar », s’il l’avait vu, il n’aurait jamais acheté ce bouquin.

Daniel a toujours eu en horreur les classements, les récompenses, les médailles et les prix. Cette aversion trouve certainement sa source à l’école primaire, quand le seul prix qui lui revenait était celui de la camaraderie. Prix tout à fait injustifié à ses yeux, Daniel n’a jamais été un bon camarade, seulement en ce jour de fête de l’école laïque et républicaine, il était impensable qu’un élève reparte les mains vides.

Il était donc le dernier de sa classe à “choisir” le livre qui allait lui échoir et comme il n’en restait plus qu’un, ce choix n’en était pas un et cette récompense prenait l’allure d’une sanction. Au fil de ces cinq années, sa bibliothèque s’était enrichie d’un guide sur les champignons des bois (fort utile quand on habite une cité dont la seule forêt se compose de deux marronniers, d’un saule pleureur et de trois platanes anémiques !), d’une merveilleuse « Encyclopédie illustrée des poissons » avec des photos en noir et blanc, puis l’année suivante d’une « Encyclopédie illustrée des pierres et minéraux » de la même collection, c’est-à-dire sans aucune photo en couleur, si ce n’était celle de la couverture verdâtre. Le CM1 lui avait offert « Les poissons d’aquarium » et pour finir l’école primaire en beauté, il avait reçu « L’encyclopédie illustrée du monde animal ». Peut-être faut-il voir en ces récompenses la genèse de son aversion pour tout ce qui, de près ou de loin, a trait à la nature…

Le prix reçu à la fin du cours préparatoire avait été, fort malencontreusement, oublié dans le train qui l’emmenait en colonie de vacances et puisqu’il avait déchiré en mille morceaux l’étiquette à l’en-tête de son école, portant ses nom, prénom et classe, il est à craindre qu’il ait fini dans un rebut quelconque des objets perdus de la SNCF.

Le plaisir de lire avait pris tout son temps pour mûrir en lui. Il était presque lycéen, l’été caniculaire de 1976 lui avait interdit les sorties en mer sur le petit dériveur que ses parents lui louaient chaque année, remerciement anticipé pour passer ses deux mois et demi de vacances avec ses grands-parents sans rechigner outre mesure.

La maison, pourtant habituellement si fraîche, avait été en passe de devenir une fournaise. La seule pièce à peu près épargnée était la chambre bleue, dont les volets étaient toujours clos. Inoccupée depuis la mort de son arrière-grand-père, bien avant sa naissance, semblable à un mausolée. Il avait senti le frisson de l’interdit le parcourir des pieds à la tête quand, pour la première fois, il s’était allongé sur le lit du mort. Il avait pourtant été invité à s’y réfugier pour échapper autant que faire se pouvait aux 32° Celsius ambiants.

Une bibliothèque imposante isolait un mur entier des bruits de la rue et, probablement, de cette chaleur estivale. L’odeur âcre, mélange de poussière et de moisissures, lui piquait un peu le nez. La curiosité l’avait emporté sur son désintérêt de la lecture. Il avait entrepris de déchiffrer dans une demi pénombre les titres des nombreux ouvrages. Pouah ! Que de la bigoterie ! Il avait sursauté en lisant « Ernest Renan », Daniel ignorait qu’il était écrivain. Pour lui, ce n’était qu’un nom de rue, plus précisément celui de celle qui le menait à son collège. « La vie de Jésus ». D’abord amusé, un tantinet ironique, il avait voulu savoir ce que ce monsieur Renan avait pu écrire qui ne figurait pas déjà dans les Évangiles.

Patatras ! La couverture s’était détachée de l’ouvrage, qui paraissait pourtant être relié. Conscient de sa bourde, frisant le crime de lèse-majesté, il avait voulu remettre les choses en ordre et avait poussé un juron joyeusement surpris en découvrant le leurre. La couverture, soigneusement dépecée, ne servait qu’à masquer un ouvrage licencieux abondamment illustré. Que d’émois masturbatoires la bibliothèque de l’ancêtre lui avait procurés cet été-là !

Oui. C’est bien ainsi que Daniel avait pris goût à la lecture.

Épisode 2

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.