Odette&Jimmy – « All them good times, baby, baby, I’ve been yearnin' »

Comment évoquer la découverte du plaisir des étreintes torrides, sans cette évocation musicale qui l’illustre à la perfection ? Y aurait-il d’autres esprits aussi tordus que le mien pour avoir entendu pendant 40 ans « Wet down inside » ? J’ai halluciné en lisant les vraies paroles la semaine dernière !

Monique prit le volant aux côtés de Jean-Luc, je montai à l’arrière, entre Jimmy et Christian.

– On va te montrer la fameuse crique, mais nous n’y allons plus depuis presque quarante ans. Trop de touristes veulent profiter de cet écrin encore un peu sauvage et ce genre de touristes aiment à y venir avec leurs bambins, bambins avec lesquels ils ont envie de partir à la découverte de ce petit sentier qui grimpe le long des rochers… La crainte de nous faire surprendre par eux a très vite calmé nos velléités de partouzer ici !

– Parce que certains sont d’éminentes personnalités locales, respectables et respectées, un maire et son épouse, la directrice de l’école, le directeur d’une autre…

– Le capitaine des pompiers bénévoles…

Ex-capitaine !

– Oui, mais n’empêche… j’en connais plusieurs qui auraient préféré mourir plutôt que tu leur fasses le bouche-à-bouche, s’ils avaient su où tu aimes mettre la tienne… où tu la mets !

– Tu ne t’en plaignais pas…

– Je ne m’en plains toujours pas, mais je pense à…

– C’est marrant, j’aurais cru que le fantasme du pompier…

– Ah ah, Dédette ! Vas-y Christian, parle-lui de ce fantasme !

– En théorie, il existe. Dans la réalité, aussi. Je dois vivre à la frontière des deux, ni en théorie, ni dans la réalité ! Les femmes que j’ai eu à secourir étaient ou bien des mamies qui avaient glissé, étaient tombées à terre et ne parvenaient plus à se relever. Elles me gratifiaient alors d’un bisou sur la joue, en me remerciant et en me rappelant que mon papé était aussi bien serviable. Chez certaines, une petite lueur dans les yeux me permettait d’imaginer le genre de service qu’avait pu leur rendre le Toine, mais je ne leur ai jamais demandé. Sinon, de la viande saoule, des accidentées de la route ou de jeunes gamines blessées dans les rochers… des mômes de quatorze quinze ans pour qui j’étais un vieux croulant de plus de trente !

– Merde, alors ! Pas d’bol !

Pas d’bol ?! Tu déconnes ou quoi ?! J’ai pu faire ma vie avec les femmes que j’aime et qui s’aiment, j’ai pu la vivre entouré de mes amis les plus chers ! Pas d’bol ?! On est passé au travers des années SIDA sans qu’aucun d’entre nous ne soit contaminé et tu me dis que j’ai pas de bol ?!

Qu’aurais-je pu répondre à une telle tirade ?

Je reconnus immédiatement la crique, pas tant grâce aux descriptions qu’en faisait Monique, mais à cause d’une photo que m’avait montrée Mireille quelques heures auparavant. Une photo les représentant, entourant Rosalie, Nathalie, Valentino, Barjaco et Neuneuille peu avant le décès de ce dernier.

Il était trop tôt dans la matinée pour les promenades familiales des touristes et en ce printemps, le temps trop incertain pour les pique-niqueurs. Monique me désignait l’endroit exact de sa rencontre avec Marcel et Alain, quand retentit derrière nous l’éclat de rire de ce dernier « J’aurais dû le parier ! ». Il était en route vers le mas, quand il avait eu cette « prémonition ».

Alain me proposa de me montrer où et comment il vit Monique pour la première fois. Il s’installa à l’abri d’un buisson bien chétif et s’en plaignit sans grande conviction, m’invita à l’y rejoindre. Monique souriait, ravie de l’aubaine. Christian demanda à Jean-Luc de prendre sa place « à titre exceptionnel ». Jimmy se joignit à eux. Entourée de deux de ses meilleurs amis, je le regardais s’éloigner en contrebas.

Je n’aurais jamais pu imaginer que voir Jimmy avec une autre femme amplifierait à ce point mon désir et mon amour pour lui. Je sentais mon cœur battre à tout rompre dans mes oreilles, m’assourdissant à moitié. Je me tordais le cou à vouloir trouver le meilleur angle. Mes seins étaient lourds, mon sexe me brûlait, mes cuisses et mes fesses attendaient leurs caresses et je manquais singulièrement de mains pour les combler.

Christian et Alain l’avaient compris et s’étaient portés à mon secours. Je les avais repoussés « Non ! Après ! Attends ! » et j’avais davantage étiré mon cou.

– Ô, pute vierge ! Christian nous a trouvé son alter-égo ! Vé ! Elle est comme toi ! Mater lui suffit !

Christian me prit le menton pour m’obliger à le regarder dans les yeux. Il y cherchait une certaine lueur, qu’il trouva. Un large sourire illumina son visage buriné. Un petit nuage de prière inavouable traversa son regard. Je lui rendis son sourire et accédai à son vœu muet en ouvrant mon chemisier et le laissant admirer, il n’y a pas d’autre terme, ma poitrine dénudée.

Il me proposa de regarder à nouveau batifoler Jimmy, Monique et Jean-Luc en contrebas. Il se tint dans mon dos, malgré ma plainte « Je ne pourrais pas regarder ta queue, si l’envie m’en prenait ».

– Si tu regardes sur ta droite, celle d’Alain pourra te consoler

Je sentais son sexe durcir contre mes reins. Ses mains caressaient mes seins. Ses lèvres titillaient le lobe de mon oreille. Christian murmurait comme un mantra « Regarde ! Regarde comme ils sont beaux ! Regarde ! Regarde comme ils sont beaux ! ».

Je ne savais plus où donner du regard. À ma droite, le sexe d’Alain me fascinait, me faisait bouillir de désir. Au loin, plus bas, Jimmy prenait Monique adossée à un rocher, quand il me vit, il me fit un signe de la main auquel je répondis. Jean-Luc, pour changer, offrait à sa queue les plaisirs de la bouche de Monique. Mais j’avais beaucoup de mal à détacher mon regard de Jimmy, de son corps, je cherchais à apercevoir son sexe aller et venir, j’attendais qu’un rayon de soleil fasse étinceler sa peau brillante de plaisir.

Je me cambrai davantage pour répondre aux frottements de Christian, qui avait changé de mantra « Oh, tes seins, tes seins, tes seins ! ». Sans détacher mon regard de Jimmy, qui était sorti de Monique et permutait de place avec Jean-Luc, je suppliai Christian.

– Oh, tes mains, tes mains, tes mains ! Tu voudrais bien faire l’amour à mes seins avec tes mains ? Je suis sûre qu’elles pourraient me faire jouir.

Christian, dans mon dos, grogna de plaisir et entreprit d’exaucer mon vœu.

Quand je vis Jimmy, au comble du bonheur, fermer les yeux, porter ses mains à ses cheveux, je pris une main de Christian et une d’Alain, les guidai sur mon sexe, par-dessus le tissu de ma jupe. De son autre main, Christian caressait mes seins comme s’il suivait un parcours rituel. Je sentais les mouvements d’Alain se branlant, rien qu’aux tressautements de la main qui me caressait.

Je criai bien plus fort que je ne l’aurais cru, bien plus fort que je ne l’aurais dû. Jean-Luc, Monique et Jimmy se figèrent, me regardèrent surpris.

Je murmurai « Encore, encore ! », mais l’épaisseur du tissu qui m’avait été si agréable s’était transformée en barrière qui m’interdisait d’éprouver tout le plaisir dont j’avais envie. Un regard sur ma droite. Des sourires. Un « Christian, n’arrête pas ! » Les mains d’Alain sous ma jupe, à la recherche d’une culotte à ôter. Culotte aussitôt tendue à Christian bandant plus fort. Alain sous ma jupe. Mes lèvres écartées par ses doigts. Sa bouche. Sa langue. Les mains fébriles de Christian. « Relève ta jupe, que je puisse le voir te sucer ! ».

Le tissu froissé de ma jupe dans mes mains. Le visage de Christian penché vers celui de son ami. Mes seins jouissant des mains de Christian. Mes yeux fermés. La certitude d’être observée. Le désir de voir leur regard.

Mes yeux dans ceux de Jimmy. Une évidence. Nos regards vers Monique. Bel échange de sourires. Jimmy debout face à moi. Monique agenouillée devant lui. Moi debout, Alain à genoux devant moi. La langue d’Alain. Mes yeux dans ceux de Jimmy. La bouche gourmande de Monique. Le sexe à demi flapi de Jimmy.Ses yeux dans les miens. Les mains de Christian sur mes seins.Les yeux de Jimmy sur les mains de Christian. La langue de Jimmy affûtant ses dents. La langue d’Alain. Le sexe dur de Christian dans mon dos. Le sexe à nouveau dur de Jimmy. La langue de Monique. Les mains de Christian. Le souffle court de Jean-Luc. La main de Jimmy prenant la mienne. Les mains de Christian. La langue d’Alain. La bouche de Monique. Les yeux de Jimmy dans les miens. Notre premier orgasme simultané dans son pays. Les souvenirs me reviennent par flashs, comme un diaporama.

Alain nous proposa d’aller dans la maison de la rue Basse, la leur étant encore occupée par les gamins, qui devaient se préparer avant d’aller au mas pour d’ultimes répétitions. En chemin, Alain me désigna une petite maison en contrebas « C’était là que vivait Valentino ». Je demandai ce qu’il en était advenu à sa mort. Jimmy serra sa main sur ma cuisse. Nous étions à l’arrière de la voiture d’Alain, Monique, Christian et Jean-Luc ayant pris l’autre auto.

– Le p’tit puceau l’avait acheté en viager

– « Le p’tit puceau » ?! Le Balafré ? C’est comme ça que… ô, pute borgne ! Faut mettre ça à l’ordre du jour ! Le p’tit puceau… elle est bien bonne, celle-là !

– Non ! Je t’en prie, Alain… si tu savais comme j’ai honte d’avoir cru si longtemps qu’il… Demande-moi ce que tu veux, mais… par pitié…

Les pneus ont crissé, la voiture a un peu dérapé quand Alain a freiné sur le gravier. L’autre auto s’est arrêtée.

Alain m’entraînait sur le sentier qui mène à la maisonnette quand j’entendis Jimmy dire à ses amis, d’un ton faussement las « Elle a dit à Alain qu’il pouvait lui demander ce qu’il voulait… ». Je ne sais pas qu’elle fut leur réponse, ni même s’il y en eut une.

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.