Bonheurs des jours, confidences épistolaires – Renouvellement du bail

Le 8 mars 2019

Té petit, il a fallu que ça tombe sur moi ! Déjà que j’étais pas le meilleur élève de ma classe, déjà que j’ai pas dépassé le certificat d’études, déjà que je fais tellement de fautes que le papier à lettres sert à éponger les larmes du stylo qui n’en peut plus, il a fallu que tu demandes à la Fiancée que je te parle un peu de moi !

Ta mamé est vraiment une brave personne, elle a assepté de faire ses zigouigouis et de noter mot à mot ce que je lui dirai et de les retranscrire à la machine après. Ô put… avé ses lunettes… ô put… Té, tu notes aussi ça ? Mais j’ai pas commencé !

Petit, je sais pas si t’en as conscience, mais ta mamé c’est une sacrée rebelle ! Tu le notes aussi, ça ? Alors, note que tu es la plus sexy des secrétaires de la Confrérie ! Té rigole pas ! C’est vrai ou c’est pas vrai ? Qué t’es la seule ? Jussetement ! Té, petit, ta mamé elle est habillée tout comme il faut, la jupe sérieuse, le chemisier respectable, té, elle a même mis une culotte ! Alors, tu peux deviner comme je la trouve bandante ! Té ! Madame pour moins, elle serait déjà toute rouge, du ventre aux cheveux, mais ta mamé, non ! Juste, elle rigole en me traitant de con et en me demandant quand je vais commencer mon récit.

Alors voilà, comme tu le sais, je suis le petit-fils de Barjaco. J’ai toujours été le gros lourdaud de service, bien gentil, mais très con. J’étais comme ça, on n’y pouvait rien. Et tout a changé à cause de, oui plutôt grâce à Monique, mais laisse-moi t’expliquer.

Je suis le deuxième fils de mon père, qui était l’aîné des enfants de Barjaco, alors il vivait à la ferme, ses frères étaient partis à la ville, sa sœur avait suivi son mari, à l’autre bout du canton. Tu sais, Barjaco ne me prêtait pas plus attention qu’il en prêtait aux autres. Mon frère a fait les études de mécanique, mais moi, j’étais trop con pour faire autre chose que garçon de ferme, mais je n’étais pas malheureux, parce que c’était comme ça. Té, j’étais couillon, j’étais couillon et pis c’est tout. Les gens m’aiment bien, tu sais, le brave couillon mais plus brave que couillon…

Ma femme aimait bien aller au tagada, mais on vivait à la ferme, et comme tu le sais déjà, je ne peux pas me taire pendant la chose. Té, rigolez pas vous autres ! C’est dans ma génétique ! Barjaco parlait, mon père parlait et moi aussi ! C’est dans notre sang ! Alors, comme on entendait tout, des fois on donnait des idées à mon père et des fois ma mère elle aurait bien aimé plutôt dormir ! Alors, on se restreignait. Et puis, tu sais… des fois, le désir c’est comme un feu dans la cheminée, s’il n’est pas attisé, il peut s’éteindre ou avoir du mal à reprendre. Eh bien sûr qu’elle est belle ma comparaison ! Té, fézé les zétonnées, les filles !

Des fois, j’allais en ville pour aller voir mes cousins, ma sœur, la famille quoi ! J’en profitais pour aller faire des courses et me promener, et pis… m’encanailler… On se repassait des adresses ou on allait dans les cinémas pornos ou les sex-shops… J’aimais pas trop aller aux putes, parce que j’avais peur de choper la vérole et que j’avais pas les moyens pour celles qui m’auraient plu… Et puis un jour, je suis allé au ciné… Tu te rappelles ?

Note de Sylvie : Le Bavard s’adressait à Cathy.

Il y avait deux gars devant moi, et ils m’ont demandé si je venais aussi pour le « spectacle vivant » Ô, pute… j’avais aucune idée de quoi ils causaient ! Mais j’ai fait comme eux, j’ai pris un air louche et entendu et j’ai souri pour répondre que oui. Un homme est venu nous chercher. Je l’ai reconnu, c’était l’épicier-boucher itinérant. Paulo qu’il s’appelait. J’ai eu peur qu’il me démasque, mais non, il m’a souri et m’a serré la main et nous sommes entrés dans une petite salle que je ne connaissais pas. Pour les esthètes, il y avait une œuvre cinématographique sur l’écran, mais pour les autres, il y avait la belle boulangère, Cathy et quelques amis… Té ! Le destin et pis c’est tout !

J’avais bien compris que ce qu’on faisait ici ne devait pas sortir d’ici, mais comme j’ai l’air couillon et que j’ai tendance à parler un peu pendant la chose, Paulo et Cathy et certains autres avaient peur que je jacasse. Mais personne ne m’a fait de remarque. C’était un test ?

Note de Sylvie :Le Bavard s’adressait à Cathy qui a répondu que non.

Quand je suis rentré à la ferme, évidemment, je n’ai rien dit. Une petite cousine faisait sa communion, comme à la ferme on avait la place et que c’est la tradition, on organisait le repas chez nous autres. Il fallait commander deux grosses pièces montées, ma femme était bien enceinte de notre dernier, j’ai donc dû aller à la boulangerie.

Quand Cathy m’a vu, il y avait deux clientes devant moi. Aussi des commandes de pièces montées. Pour la même raison que moi. Arrivé à mon tour, j’ai juste dit « Hé bé, ce sera comme pour ces dames… » On n’était que tous les deux dans la boulangerie, mais j’ai quand même fait comme si on n’avait pas couché ensemble dans le cinéma. J’ai passé ma commande et je suis sorti. Le jour de la communion, j’ai récupéré les pâtisseries, Cathy m’a précisé qu’elle avait glissé une facture, je lui ai dit avec mon air le plus couillon qu’on allait pas les déduire des impôts, mais je l’ai remerciée quand même pour l’attention. Je savais pertinemment que ce n’était pas une facture ! Ce n’était pas la première commande qu’on passait à la boulangerie. Mais j’ai réussi à berner Cathy avec mon air couillon et elle a flippé que je donne “la facture” à ma femme en rentrant à la ferme ! Avoue que je t’ai bien eue !

Note de Sylvie :Le Bavard s’adressait à Cathy

Sur la facture, il y avait le calendrier de la tournée des spectacles vivants de Cathy. C’est comme ça que je suis rentré dans la bande à Paulo. Et pis, au fil du temps, j’ai connu Alain, le Notaire et Christian et puis encore après, le Balafré, et d’autres encore. Et puis, Paulo est mort et Cathy est rentrée en grand deuil. De temps en temps, on se retrouvait bien au château, mais il arrivait qu’il n’y ait pas de femmes, ou des… alors… avec Alain et Christian, on allait plutôt à la crique parce que c’était là que les filles se cachaient pour bronzer à poil, ah les Parisiennes ! Elles ne pensent pas qu’on puisse les voir de là-haut ! Alors, on aimait bien se palucher en les matant, comme dirait Monique ! Té, justement, la Monique, c’est elle qui a tout changé ! Qui a tout foutu mon plan en l’air !

J’aimais bien être un con, le couillon de service ! J’aimais bien, parce que je savais faire… Mais voilà, quand on a causé ce soir-là… té, Madame, c’est le jour qu’on s’est connus ! Quand Monique m’a regardé comme elle l’a fait ce soir-là. Pour la première fois, j’ai vu du respect et de l’admiration, ça m’a rendu fier et plus fort. C’est grâce à elle que j’ai pu avoir cette relation avec mon grand-père, Barjaco, avant qu’il meure. Avant, pour lui, j’étais un petit parmi les autres. Tout a changé quand je lui ai parlé de la petite fée, que je lui ai dit pour Monique, je suis devenu unique à ses yeux, celui qui transmettrait. Et quand nous sommes devenus la seconde génération de la Confrérie du Bouton d’Or, il a appris pour toutes ces années où je baisais à couilles abattues sans que personne ne s’en doute à la ferme, il était réellement fier de moi, parce que même bavard, j’avais su tenir ma langue.

Et puis, après, il y a eu l’arrivée de Madame. Je vais être très sérieux. Madame, j’aurais jamais pu être son mari, parce qu’on est trop différents et que le seul qui mérite de l’être, c’est le Notaire. Vouaï. Parfaitement ! J’aime bien l’escagasser, le moquer, le Notaire, mais c’est parce qu’il sait à quel point je le respecte et que je l’admire. Après toutes ces années, après tout ce qui s’est passé, je pense que le seul homme qui méritait d’être le mari de Madame, c’est lui. Madame, elle m’a aidé à faire tomber le masque du couillon, comme me le demandait Monique. C’est pas facile… On se méfie pas du couillon, tu vois… c’est plus facile pour causer avec les gens… on te demande pas ton avis… ou si on le fait, tu réponds par une connerie et tout le monde est content ! Mais quand t’es plus couillon… c’est une autre histoire !

Quand ma femme a appris, quand elle est partie avec les enfants, que je me suis retrouvé tout seul à la ferme, à pleurer du pastis tellement je buvais… que j’avais même plus le goût de m’occuper des terres, que je voulais plus voir personne, Madame a forcé ma porte avec le petit… C’est l’autre fumier de curé qui a lâché le morceau pendant la cérémonie de baptême, faisant entendre que le parrain était le père du filleul… devant ma famille, devant celle de Madame et du Notaire Le scandale du siècle ! Ma femme, je peux pas lui en vouloir, parce qu’elle a été vraiment humiliée devant tout le monde, d’apprendre son cocufiage… mais elle a fait un foin de tous les diables et elle est partie avec les enfants.

Madame est venue avec le petit Vincent, le père du Vincent que tu connais, elle m’a dit qu’étant son parrain, j’avais des devoirs, mais aussi des droits et que le petit en tant que filleul devait aussi me porter secours si j’en avais le besoin. Alors, elle s’est installée pour un mois tout entier, avec le petit, ses autres enfants avaient été envoyés en colonie, tout le village pensait qu’elle était elle aussi partie dans la famille du Notaire avec son époux. Tu te rends compte ? Elle a vécu cachée dans ma ferme pendant tout un mois, avec notre petit. Rien que pour moi ! Put… j’ai jamais autant baisé que pendant ce mois et qu’elle ! Que Madame ! Tu te rappelles ? On baisait tellement que même quand on baisait pas, bé… on baisait quand même ! Elle donnait la gougoutte au petit et hop, un regard elle était toute rouge et je savais bien pourquoi ! Tu sais, elle me l’a même donnée la gougoutte ! Té, Madame, y a prescription ! Et vouaï, c’est un beau geste d’amour ! Tu vois, tout le monde le dit !

Elle m’a redonné le goût à la vie, alors, je pouvais plus rester trop couillon. Sauf pour les villageois. Dès son “retour” au village, elle a gardé la tête haute. Oui, le petit Vincent avait peut-être été conçu lors de cette fête où ayant bu deux kirs, elle n’avait pas pu résister à ma proposition malhonnête, mais cet enfant était là et elle l’élèverait comme les autres, avec amour et fierté. Et moi, j’ai fait le couillon repenti qui avait aussi bu un coup de trop et qui s’était laissé aller à cette partie de jambes en l’air. Mais comme je suis couillon, mais brave, je remplirai mon rôle de parrain en épaulant cet enfant dès qu’il en aura besoin. Le Notaire a fait voter une résolution au conseil municipal pour rappeler que l’alcool ne doit pas être servi à quelqu’un déjà ivre et que lors des kermesses du comité des fêtes, la mairie prendrait des sanctions si la loi n’était pas respectée.

Mais on a aussi été obligés de faire plus attention que les autres, parce que si quelqu’un nous avait vus rentrer dans la même lieu, c’en aurait été fini de la Confrérie. Si ! Encore heureux, le mas de Jimmy était parfait et… c’est pour ça que de toutes les scènes, j’ai envie de te raconter ma préférée… parce qu’elle… Je peux raconter une scène ou pas ?

« Renouvellement de bail »

Alors, je t’esplique. Sur la scène, il y a une grande table de ferme, quatre chaises, une bassine, une grosse éponge. Madame est debout, presque accoudée à la table. Elle est habillée en bourgeoise sévère, en tailleur strict et moche.

Note de Sylvie : Madame proteste « C’est un tailleur Chanel ! » « Je te dis pas que c’est pas un tailleur Chanel ! Je dis que c’est un tailleur moche ! Té ! Le tissu ressemble au dessus-de-lit de ma mémé ! Chanel ou pas Chanel, pour moi, c’est comme si c’était un tailleur avé le tissu de la robe de chambre de mémé et une robe de chambre de mémé… bé… c’est moche ! Vé, la petite, elle me comprend au moins ! Et si la petite fée elle était là, bé… elle dirait pareil que nous ! »

Bon. Où que j’en étais ?

Note de Sylvie : Monique a proposé de convoquer son ectoplasme ou sa petite fée, puisque le Bavard préfère parler de petite fée, pour savoir s’il/elle se rangerait plutôt à leur avis ou plutôt à celui de Madame. Impatients d’écouter son récit de la saynète, nous avons protesté mollement, le Bavard, la main sur le cœur et le regard empli de fausse sincérité, s’est justifié « Croyez-moi, consœurs, confrères, ce n’est pas par goût du vice, c’est… de l’espérience ès scientifique ! ». S’en est suivie une interruption du récit. Malgré tout l’enthousiasme qu’ils y ont mis, l’ectoplasme/petite fée n’a pas jailli du corps de Monique.

Madame est habillée en tailleur Châââââânelllll… moche et elle s’impatiente. J’entre. On voit que j’ai travaillé dur au soleil. Je retire ma casquette, dégage le haut de ma salopette en faisant tomber les bretelles et je m’essuie avec un grand mouchoir. Je sursaute en apercevant Madame. Je suis tout gêné qu’elle me trouve en débraillé, en tenue de travail.

– Escusez-moi, Madame, mais c’est pas le mois prochain que je vous paie mon fermage ? Si j’avais su que vous viendriez… aujourd’hui… Voulez-vous bien m’attendre dans la cour, le temps que je me fasse tout propre, tout en dimanche ?

Té, petit, j’en profite pour te faire remarquer que je ne suis pas le grossier malpoli que Madame décrit à son mari !

Note de Sylvie : Madame a protesté « Ce n’est pas la même histoire ! Et puis, surtout, c’est toi qui racontes ! Tu vas te donner le beau rôle ! » Cathy a ajouté que l’âge venant la mémoire du Bavard était sans doute défaillante et que peut-être nous jouer la scène la raviverait. Le temps d’installer le décor, de se costumer, le Bavard reprit son récit là où il avait été interrompu.

–  Ainsi, vous pensez pouvoir décider du moment où j’aurais le droit d’entrer chez moi? ! Avec cette canicule, je devrais attendre en plein soleil, votre bon vouloir ? Mais c’est le monde à l’envers !

–  Mais non, Madame ! Mais… c’est que je suis en nage et… vous êtes si… élégante… je voudrais… un brin de toilette…

–  Je ne bougerai pas d’ici ! Mais pour ne point offenser votre pudeur, je détournerai mon regard pendant votre… brin de toilette.

Tout en me débarbouillant, je m’excuse de m’être embrouillé dans les dates et je remarque que Madame est en train de me reluquer alors qu’elle avait promis qu’elle le ferait pas. Elle s’approche de moi, avec les yeux qui puent la chatte… Hé, c’est vrai ou c’est pas vrai ?

–  Mon mari souhaiterait dénoncer le bail de fermage qui nous unit… toutes ces terres… on pourrait facilement les revendre par lots… ou les transformer en camping… ce qui nous rapporterait davantage…

–  Mais… mais… que deviendrais-je ? Ce contrat lie nos familles depuis des générations ! Vous allez me mettre à la rue !

–  Justement, mon brave. Justement ! Le contrat de fermage a été établi entre ma famille et la vôtre et j’ai encore mon mot à dire le concernant ! C’est pourquoi, je suis venue vous en parler afin d’en discuter les termes…

Je m’essuie le front de mon grand mouchoir, Madame s’approche plus près de moi, en glissant comme une couleuvre se réfugiant dans un buisson. Elle plonge la grosse éponge dans la bassine d’eau et la presse au-dessus de mon torse, en me demandant comment je me lave pour séduire les femmes.

–  C’est que, Madame, je n’ai guère de femme à séduire…

–  Que me dites-vous là ? Pas de femme ? Faisant, point d’envies ?

–  Si fait, Madame, si fait !

Alors, cette réplique, elle est de la douce Mireille, qui aime m’entendre causer comme à la Comédie Française.

–  Et comment les assouvissez-vous, mon brave ? Ne me dites pas, avec les…

–  Peuchère, non ! Mais regardez bien mes mains… oui ! La paume de mes mains… toute cette corne… hé bé… y a pas que les travaux des champs… !

Madame continue son petit jeu avec l’éponge et me la tend. Je vais pour retirer mon débardeur, qu’elle me dit non… de faire comme si je me lavais, mais en gardant mon maillot… que c’est plus sexy comme ça… et de faire mon coquin… mon petit vicieux… mon petit salopiaud… Y a quand même un bail à signer dans moins d’un mois… et puis… je commence à la trouver bien bandante, la proprio… avec son chignon et son air tout sérieux… Et de là, qu’elle envoie pas valdinguer la bassine qui se renverse sur ma salopette ? Elle va pour la ramasser quand je l’en empêche.

–  N’allez pas vous salir ! Laissez-moi faire !

Je me baisse pour éponger le sol et je reprends la bassine pour la remettre à sa place, mais en me redressant, je me trouve face à Madame qui s’est assise devant moi, nez à nez, ou plutôt nez à bite. Vaï, t’es contente ? Je l’ai dit, le gros mot !

Note de Sylvie : On n’avait pas prévu de jouer une scène, encore moins celle-ci, mais Madame a su réagir au quart de tour ! Elle a même improvisé un « Montre-moi s’il est si gros que ça, ton gros mot ! » avant de rougir et de reprendre sérieusement son rôle qui ne l’est pas.

Madame une chose est certaine, dans une autre vie, je l’épouserai… ou alors Mounico, la fille de Mère-Nature, mais, comme dirait la femme de ménage, revenons à nos moutons.

Assise devant moi, Madame m’arrache l’éponge des mains et s’esscuse de sa maladresse. En voulant arranger tout ça, elle aggrave la situation et se sent dans l’obligation de m’ôter ma salopette.

– Oh ! Mais vos cuisses… puissantes… viriles… poilues… sont également trempées ! Laissez-moi faire !

Elle m’arrache mon caleçon et tout en le frottant sur mes cuisses, regarde fixement mon membre. Elle semble en estimer la valeur, comme un maquignon avec un taureau. Sans me demander mon avis, elle prend ma bite dans sa main, la regarde sous toutes les coutures, teste sa dureté, la renifle… Si que tu la renifles ! Hein, vous autres, qu’elle la renifle ?

Note de Sylvie : Le Bavard a raison, Madame l’a toujours reniflée à ce moment du spectacle. Ah ah ! Prise en flagrant délit de chochotterie, sur ce coup-là, Madame !

Et pis après, qu’elle me soupèse pas les joyeuses ? Un maquignon, j’te dis ! Un maquignon de la bite ! Montre-leur, Madame ! Et pis, faut que je me rappelle… pour bien raconter au petit… la transmission, t’y as pensé ? Surtout qu’on a des intérêts avec la troisième génération ! Que ce soit avec Pauline ou avec le petit Vincent… Voilà… Voui ! Comme ça… !

Elle me soupèse pas les bijoux de famille et qu’elle fait pas sa pimbêche… déçue et tout…

– Il me semblait que les hommes de la terre… mon amie m’avait laissé entrevoir d’autres proportions… son métayer…

–  C’est que je ne suis pas votre métayer, Madame, je suis votre fermier !

–  Et de l’esprit avec ça ! Décidément, vous me plaisez de plus en plus, mon brave ! Possédez-vous le téléphone dans votre… masure ?

–  Oui, Madame, depuis l’automne dernier ! Avé la télé, j’ai tout le confort moderne de la modernité confortable !

–  Peu me chaut la… télé ! Puis-je me permettre… ?

Madame compose un numéro sur le cadran, elle appelle son amie en lui demandant quelques précisions et en se plaignant de son fermier moins bien doté que le métayer. On devine les réponses de l’amie à l’autre bout du fil.

–  Oui ! Exactement, ma chère ! Nous vous attendons… Oui… Oui… Vous avez parfaitement raison, très chère, l’essayer ne m’engage en rien ! Oui… Tout à fait… ! Oui !

Madame raccroche le combiné, revient, tourne autour de moi, tâte mes fesses, mes biscoteaux, palpe ma bite, soupèse mes couilles.

–  Montrez-moi, mon brave, comment vous manœuvrez votre engin pour susciter l’émoi d’une dame respectable !

–  Mais… je ne sais pas…

– Tss tss ! Et la corne dans votre main ?

–  C’est que d’habitude… j’ai l’imagination… pour m’échauffer, je regarde des photos… et j’imagine…

Madame me suggère de reproduire les poses des pines-up. Elle s’installe sur la table. Je lui demande d’échancrer son chemisier et d’ouvrir la bouche comme si elle voulait se régaler de ma pine. C’est Madame qui exige les gros mots, sinon, je me serais jamais permis ! Mais elle ne fait pas comme ça me conviendrait, ou bien elle a la bouche en cul de poule ou bien elle est trop grande ouverte, qu’on croirait que Madame s’apprête à communier ! Et elle se tient mal… pas comme une pine-up.

Note de Sylvie : Le Bavard a exigé que j’écrive ainsi, moi qui déteste les calembours foireux ! 😉

Je m’approche d’elle et l’installe comme j’ai l’envie. Pour qu’elle ouvre bien la bouche comme je veux, je m’approche d’elle et taquine ses lèvres avec mon gland, un peu comme si je voulais lui baiser la bouche et juste au dernier moment, je reprends ma place et lui promets de lui faire goûter sous peu mon sucre d’orge. Je lui demande de me regarder faire, si elle aime que je me branle pour elle, si elle mouille pour moi. Comme elle me répond pas, toute fascinée qu’elle est de voir ma grosse main aller et venir autour de ma grosse bite, je lui repose la question.

–  Venez vérifier pas vous-même, mon brave ! Mon taurillon provençal !

–  Qué « taurillon » ? Je vais te montrer ce qu’est un vrai taureau, la bourgeoise !

Ni une, ni deux, je fonce vers elle, lui arrache sa vilaine jupe. Boudiou ! En dessous, c’est tellement beau que c’est presque plus sexy que si elle ne portait rien ! Et quand je touche le tissu… fatché ! Je retourne Madame contre la table, je ne lui retire pas la culotte, mais l’écarte licatement avant de la prendre sauvagement.

–  Alors, ma salope ? Comme ça, t’en voulais du taureau provençal ? Tu la sens ma grosse pine de taureau quand je fourre ton joli con de citadine ? Tu la sens… HAN !… la ruralité ? Tu… HAN !… la sens bien… HAN ! profonde ? Dis-moi que t’aimes ça, ma salope ! Allez ! Dis-le-moi !

– Oh oui ! Culbutez-moi comme une souillon… !

–  Tu veux que je te lime ou tu veux que je te bourre ?

–  J’ignore la différence

–  Ferme les yeux et concentre-toi ! Là… je suis en train de te limer…

–  Hummm c’est bon !

–  Et là… HAN ! HAN !… je te bourre !

–  Oooh ! Tu me fais perdre la tête ! Oooh… j’ai oublié oooh… la différence… tu… humm… peux… rec

–  Limer

–  Humm… hummm… ooohh… !

–  Bourrer

–  Oooh… Oooh… humm !

Je recommence jusqu’à qu’elle a fait son choix, mais Madame n’arrive pas à se décider. À ce moment, une blondinette fait son entrée accompagnée de son métayer ainsi que de trois ouvriers agricoles… avé des mains blanches comme des cachets d’aspirine et les ongles tellement propres qu’on croirait ceusses de filles !

Note de Sylvie : Étant parvenu à ses fin, à savoir, faire râler ces dames avec sa remarque à la con, le Bavard poursuit son récit.

Peuchère, ils m’en font de beaux, d’ouvriers agricoles ces quatre marioles ! Mais bon… je passe… La blondinette me regarde faire, me sourit comme elle sourirait à une chaise, se penche vers Madame pour lui faire la bise.

–  Alors… smouïc smouïc… tu as suivi… smouïc… mon conseil… smouïc… finalement ?

–  Oui ! Oh ! Et je ne le regrette… humm… plus fort, mon brave… pas !

Et de là, qu’elles commencent pas à jacasser comme de rien ! La blondinette a l’accent tellement pointu qu’il raye les vitres de mes fenêtres, mais elle a un sourire coquin qui me fait bander plus fort. Boudiou, c’que c’est bon ! La Parisienne fait l’article à sa copine, elle déloque un à un ses étalons, en vantant leurs mérites respectifs… Té, petit, écoute-la comme elle parle de nous autres, pauvres hères !

–  Comme je te le disais, la taille ne fait pas tout… enfin, pas toujours… quand j’ai essayé celui-ci…

Note de Sylvie : À ce moment, Monique fait avancer Joseph “le Sage” jusque devant Madame.

–  J’ai cru qu’il se moquait de moi.J’allais le congédier sur le champ, quand une petite voix me souffla de ne rien en faire… Je l’essayai et… attends, tu vas voir !

Et là, qu’elle me dégage pas comme un vulgaire sac poubelle ?!

–  Tiens… essaye-le et tu verras !

Le Sage prend ma place et je suis tout surpris de voir Madame roucouler comme une colombe. Vouai, parfaitement ! Comme une colombe ! La Parisienne me prend la bite comme on prend la main à un bambin pour pas qu’il glisse sur le sentier, elle m’attire vers elle et… Boudiou ! Sa bouche c’est la maison de famille de ma bite, putain ! Oh qu’elle s’y… sent bien ! Ô pute borgne, c’est Sainte-Marie-de-la-Pipe cette nana-là ! Et sa bouche pleine de ma pine, elle continue sa conversation… Je sens que je vais venir quand elle retire sa tête…

–  Et celui-ci… regarde… n’est-elle pas a-do-ra-ble cette jolie marque brune ? Et soupèse-moi ces bourses ! On les sent bien pleines, n’est-ce pas ? Et t’as vu ? L’animal est réactif ! À peine… et hop ! au garde à vous ! Mais… essaye-le donc aussi… tu verras ! Je peux m’enfiler le tien ou tu préfères en garder la primeur encore un peu ? Oh ! Merci, t’es sympa ! Il est comment en sodomie ? Ah ? T’as pas encore testé ? Je peux ? T’es vraiment sympa, comme fille !

Et là, qu’elle tourne pas autour de moi en réfléchissant à haute-voix… elle me fait allonger sur la table et s’empale par le cul sur mon membre. Juste au-dessus de mon visage, il y a celui de Madame qui est en train de jouir du Balafré. Comme il a fait ses preuves, la Parisienne le congédie d’un battement de mains.

–  Celui-ci, je te l’ai pris pour le chemin du retour. Tu verras, il est tellement confortable que c’est un plaisir en soi de le chevaucher en pleine nature ! Tu verras ! Et endurant aussi… Humm… mais ta bite est un véritable régal pour mon cul, mon gars ! Je te l’échangerais bien contre un des miens pour la soirée… Oooh… mais qu’il m’encule bien, le bougre ! Tu verras, il te fera découvrir les joies de la Nature ! Et, crois-moi, je m’y connais, question nature !

Et d’un claquement de doigts, elle demande à son métayer d’approcher.

Mais pour toi qui rêves de sodomie sans limite regarde ce que je t’apporte ! Si ça c’est pas de la bite de compétition, je ne m’y connais p

Je suis le seul à comprendre ce qui lui a fait fermer son clapet, à la Parisienne, vous la voyez vraiment pas, la petite fée ?

Note de Sylvie : Le Bavard souhaite arrêter son récit, mais tient à ce que tu saches que le spectacle ne fait que commencer !

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.