Le cahier de Bonne-Maman – À table comme en amour, le changement donne du goût

J’avais quitté ma Normandie sous la pluie et le vent et je découvrais une Provence éclatante de soleil, bien que très venteuse. Ce furent les premières choses qui me frappèrent, la lumière et ce vent que je ne connaissais pas. Ensuite, je me souviens des odeurs. J’étais une fille de la terre et sans doute bien plus sensible que toi à ces choses-là.

Je fis à pied le trajet depuis la gare, les reliefs me surprenaient et je m’arrêtais souvent pour regarder, toucher, sentir ces fleurs, ces buissons, goûter ces fruits que je ne connaissais pas encore.

Je trouvai facilement la ferme des parents de Nathalie. Elle avait reçu une lettre du Toine lui racontant mon histoire et lui demandant de trouver un lieu pour manger et dormir contre mon travail. 

Puisque j’avais mon certificat d’études et que j’avais une écriture soignée, je pourrais peut-être aider l’instituteur après avoir passé un petit examen. Si j’étais prise, je logerais au-dessus de l’école. Sinon, je pourrais toujours proposer mon aide dans une ferme, ce n’était pas le travail qui manquait !

Nathalie était curieuse de me voir et surtout d’entendre « mon drôle d’assent » ! C’étaient eux qui en avaient un ! Pas moi ! Ce fut longtemps un sujet de plaisanterie mon fameux accent, au fil des années, je l’ai perdu. Nathalie dit que ce sont leurs oreilles qui s’y sont habituées!

Très fatiguée par ce voyage, par toutes ces émotions aussi, je m’endormis la tête posée sur mes bras, alors que j’attendais que la Nathalie ait fini de me faire une omelette. Quand je rouvris les yeux, je la vis, souriante, un bambin sur les genoux.

Je mangeai un peu puis nous allâmes à l’école, au cœur du village, je rencontrai l’instituteur qui me fit faire une dictée, résoudre quelques problèmes d’arithmétique, m’interrogea sur la géographie. Le besoin était grand, je fus embauchée comme maîtresse auxiliaire et il fut convenu que je commencerai dès le lundi suivant, nous étions vendredi soir, j’avais donc deux jours entiers pour m’installer, faire le tour du village et connaissance avec ses habitants.

Je n’avais qu’une robe sur moi, celle que je portais pour aller voir mon Pierrot. À l’époque, surtout quand on était paysanne, on n’avait pas beaucoup de robes, on portait un tablier sur celle de la semaine et on avait la fameuse « tenue du dimanche »

Je portais ma robe du dimanche, elle était un peu sale, sentait la sueur et le tabac froid, des odeurs de cuisine aussi… Il n’y avait pas de magasin de prêt-à-porter. Les plus riches s’offraient les services d’une couturière, les femmes de ma condition achetaient du tissu et cousaient leurs vêtements. On n’avait pas de machine à laver non plus… aussi, je demandai à Nathalie si elle pouvait me prêter une de ses robes, le temps que je lave la mienne et qu’elle sèche… avec ce grand soleil et ce vent, même si le tissu était épais, ça ne prendrait pas longtemps.

Nous fîmes un aller et retour de la ferme à l’école, la grand-mère de Nathalie s’occuperait des petits le temps que je m’installe dans cette petite chambre, dont la fenêtre donnait sur la cour, et aussi le temps de papoter entre filles dont les fiancés étaient au front.

Nathalie me tendit une robe en me demandant « deux faveurs ». Tout d’abord, la serrer fort dans mes bras et tandis que je le faisais, de ne pas laver ma robe tout de suite. « Mon Toinou a dormi dessus, il a rêvé à moi en vous écoutant, derrière le drap tendu… » Ses grands yeux noirs étaient pleins de larmes.

Elle sentait le tissu, essayant d’y trouver l’odeur de son Toine. Je lui fis la promesse de ne pas laver ma robe avant le retour de nos hommes. Mais je ne savais pas encore qu’il nous faudrait attendre presque dix-huit mois avant de les revoir. Ne te moque pas, mais à leur retour, nous étions tous les quatre convaincus que ce « sacrifice » leur avait porté chance et permis de rentrer sains et saufs.

Je retirai ma robe comme je l’aurais fait devant ma sœur, Nathalie fut surprise de mes dessous. Une fois encore, il y avait quelques différences avec ceux qu’elle connaissait. Je fis une toilette de chat et tandis que je m’aspergeai de « sent-bon », Nathalie étala ma robe sur le lit et s’allongea dessus.

Je la regardais faire et comprenais très bien à quoi elle songeait. Plus que jamais, le corps de Pierrot me manquait. Et ses mains… Et ses baisers… Je me fis une petite place aux côtés de Nathalie et lui caressai les cheveux. Elle laissa enfin couler ses larmes et déversa sa peine, ses regrets.

Pourquoi avait-elle tant tenu à garder sa vertu ? Pourquoi avait-elle refusé d’écouter son cœur, son corps ? Et si le Toine ne revenait pas ? Cette guerre qu’on devait gagner si vite, ce retour des hommes pour les récoltes qu’on nous avait promis ! Ça faisait presque trois ans qu’il était parti…

Elle m’admirait d’avoir eu le courage de faire ce voyage pour rencontrer Pierrot. Elle avait presque vingt ans et enviait pourtant mon « espérience ». Je lui caressai les cheveux, embrassai ses yeux, ses joues, sa bouche. Nos corps firent le reste.

En ce printemps 1917, je découvrais le plaisir et la beauté d’un corps féminin, la douceur de la peau, le frémissement des seins sous mes mains. Il nous fallut presque une heure de caresses, de baisers avant d’oser nous dévêtir entièrement.

Quand je fus nue devant elle, Nathalie écarquilla ses grands yeux « Tu es blonde, même en bas ! ». Je rougis, bafouillai je ne sais quoi, sidérée qu’elle le fût. Je me faisais l’impression d’être une bête de foire, ma tenue, mon accent, les mots que j’employais, tout semblait étrange à Nathalie et maintenant, même mes poils l’étonnaient !

Remarquant mon air contrarié, Nathalie décida de me faire rire et s’agenouilla devant moi « pour implorer ton pardon ! » Comme ses excuses étaient douces… !

« Tu crois qu’on peut ? » était la question que nous nous posions le plus, et à chaque fois, la même réponse s’imposait « Bien sûr qu’on le peut ! »

Dessin de Gerda Wegener

J’avais aimé les baisers de mon Pierrot sur mon sexe, ceux de Nathalie étaient différents, mais je les aimais tout autant ! Je découvris aussi les délices d’un sexe féminin, ses parfums, ses trésors. J’aimais glisser ma langue dans ses replis secrets et j’aimais quand Nathalie faisait de même.

Nous nous caressâmes, nous embrassâmes, nous léchâmes, nous étreignîmes, nous embrassâmes encore, ondulant, lascives, étouffant nos cris de surprise, nos cris de plaisir. Ce jour-là, nous restâmes à l’orée de la jouissance.

Les cloches de l’église sonnèrent la fin de cette récréation, il était temps de nous rhabiller, de nous recoiffer et de retourner à la ferme.

Nous nous regardions droit dans les yeux, sans aucune honte, ni regret, sans crainte d’aller en enfer. Bras dessus, bras dessous nous fîmes le chemin en parlant de tout et de rien, comme s’il ne s’était rien passé dans la petite chambre.

En y repensant, tant d’années après, je me souviens que j’étais bien plus troublée par la robe que je portais, si différente de celles dont j’avais l’habitude, que par ce que je venais de faire avec sa propriétaire.

Après le repas, nous écrivîmes chacune une longue lettre à nos hommes, pour les rassurer. Je racontai mon voyage à Pierrot, la découverte de sa Provence, mon installation au village, je lui parlai de ma robe et de ma décision de ne pas la laver avant son retour, je lui décris, avec force détails, ma découverte du plaisir entre deux jeunes filles. Je ne voulais pas lui cacher quoi que ce soit, du fond de mon corps, je savais qu’il ne me jugerait pas.

Loin de nous juger, mon Pierrot et le Toine, dans leur réponse respective, nous encouragèrent à prendre du plaisir sans aucune honte, ni crainte d’un courroux divin, comme me l’écrivit Pierrot « Je subis la colère de dieu à chaque instant depuis deux ans, pourtant je n’ai rien fait pour la mériter. Si tu m’aimes, accroche-toi au plaisir, croque le bonheur à pleines dents, récolte le plaisir, fais-en provision, si je reviens de cet enfer, je vais en avoir besoin, j’en serai affamé » Je lui ai reproché d’avoir écrit « si » à la place de « quand », mais je ne manquais pas de lui raconter nos émois sensuels pendant les mois qui suivirent.

Dessin de Gerda Wegener

Nous nous laissions aller aux « plaisirs saphiques » comme le Toine les nommait de sa plume érudite, dès que l’occasion se présentait, parce que l’envie, le désir ne nous quittaient jamais. Nous devenions audacieuses dans nos étreintes, la seule crainte de Nathalie étant de perdre son pucelage.

Même si ça amusait son Toinou, qui la moquait un peu à ce propos, elle tenait à lui offrir sa virginité. Depuis toutes ces années, j’ai appris que quand Nathalie a une idée dans sa caboche, rien ni personne ne pourront la déloger !

Quand il revinrent au village, j’y avais trouvé ma place je m’étais accoutumée aux parfums, aux vents, à la végétation, aux reliefs, à l’accent, au langage, aux traditions, à la cuisine de la Provence, mais j’y avais surtout trouvé une amie, une compagne, une sœur, une de ces personnes qui t’ancrent dans la vie, qui te permettent de garder l’espoir dans les moments de doute.

Au fil des mois, j’avais appris à connaître mon corps, à le faire réagir, à moduler la montée du plaisir, et je savais la stopper si je voulais prolonger cet état ou, au contraire, je savais laisser exploser ce feu d’artifice intérieur. J’avais aussi appris à reconnaître tous ces signes dans le regard de Nathalie, dans les frémissements des ailes de son nez, je savais déchiffrer la mélodie de son plaisir rien qu’en l’écoutant respirer. J’avais appris ce que signifiaient les mouvements de ses cuisses, les ondulations de son bassin, les crispations de ses mains, même ses pieds m’indiquaient où elle en était dans son ascension vers son plaisir.

En apprenant à aimer une autre fille, nous ne pensions pas que nous saurions offrir tant de plaisirs aux hommes qui allaient partager nos vies, à nos compagnons. Mais le plus important, nous ignorions que nous en prendrions autant ! Sans en avoir conscience, nous nous étions libérées des carcans d’une morale qui ne nous aurait jamais convenu.

À leur retour, quand il me vit nue, mon Pierrot me dit que les nombreuses caresses de Nathalie avaient épanoui mes seins, qu’ils étaient encore plus beaux que lors de notre rencontre, qu’ils avaient tout pour combler ses mains d’homme. Il sut s’en montrer reconnaissant.

Comme l’affirme le dicton, « là où il y a des filles amoureuses, il est inutile de verrouiller les portes »

 

Les souvenirs de Tatie Monique – Voiture avec chauffeur

Quand je me suis installée au village, l’école fonctionnait encore. À l’instar de Bonne-Maman 57 ans plus tôt, j’y travaillais « en attendant mieux » , à la différence que je n’y étais pas « maîtresse d’école », mais « dame de service », comme on disait à l’époque. J’y faisais le ménage, la vaisselle, aidais en cuisine, soignais les petits bobos, mouchais les nez et essuyais les larmes. Il n’y avait que deux classes, celle des tout petits, qui ne savaient pas lire et celle des grands, jusqu’à la 7ème. 

J’aimais bien ce boulot, qui me laissait beaucoup de temps libre et presque autant de congés que les enseignants. Quand je croisais le bavard, le notaire ou un homme avec lequel j’avais fait des galipettes, rien dans mon attitude ne le laissait deviner. Comme si j’étais une autre Monique. Mes histoires de fesses, leurs histoires de bites ne concernaient que mes fesses et que leur bite. Les papas qui aidaient à la préparation des diverses fêtes, qui assistaient à la remise des prix, n’avaient rien à voir avec les amants que je rencontrais ici et là.

J’avais été très claire sur ce point peu après la rentrée, quand dans « le vieux château », alors que je le suçais, le bavard m’avait dit « Mon fils m’a dit que tu étais une dame de service très gentille » avant que la moindre allusion grivoise ne sorte de sa bouche, j’avais arrêté ma pipe et lui avais répondu « Je ne fais pas dans les parents d’élèves » et, profitant de la présence de mes autres amants dans la même situation, j’ajoutai « ceux qui me parleront de leurs gosses pendant nos parties fines, n’obtiendront plus aucune faveur sexuelle de ma part ! ». Bien que surpris par la virulence de mes propos, tous s’accordèrent pour reconnaître qu’il était plus judicieux d’agir ainsi.

Les semaines avaient filé à une vitesse incroyable, rythmées par les fêtes, par les préparatifs du double mariage, dont la date avait été fixée au 4 septembre 1975. J’avais vingt ans et pas froid aux yeux, Christian me proposait souvent de nouveaux jeux, je lui en proposais d’autres, nous nous amusions bien. Nous pensions être imaginatifs, pourtant il nous restait tant à apprendre, à découvrir…

J’avais fermement refusé que Bonne-Maman me cède sa maison et aille s’installer chez Nathalie. Quand nous avions envie de faire la fête en intérieur, nous avions toujours la possibilité d’aller chez Alain. En plaisantant, Nathalie m’avait soutenue « Mais, Rosalie, les laisser vivre tous les deux, tous seuls sous le même toit… AVANT le mariage… pense à la réputation de la petiote ! Je ne veux pas qu’on cancane sur elle ! ». L’accent de Nathalie était très prononcé, davantage que celui des plus jeunes, quand elle avait dit « cancane », j’avais eu la vision d’une file de canards, tortillant du cul en poussant des « coin-coin ! » très sonores.

Nous avions comblé le fossé des générations et parlions sans vergogne de nos aventures quand l’occasion se présentait. Elles avaient vécu, à peu de choses près, les mêmes expériences, de fait, nous n’avions pas besoin de préciser certains détails et s’il nous arrivait de le faire, c’est que nous en avions l’envie. 

Quelques jours avant les vacances de la Toussaint, nous papotions tous les quatre, entre l’heure de l’apéro et celle du dîner, quand Bonne-Maman mentionna « la voiture avec chauffeur ». À cette évocation, elles avaient à nouveau vingt ans  ! Nous ne comprenions pas ce dont elles parlaient, alors elles nous racontèrent la première fois où le Toine avait proposé ce jeu à Nathalie.

Elles s’enflammaient, s’interrompaient, riaient, parlaient en même temps, nous les écoutions médusés, éberlués, si elles n’avaient pas eu besoin de sortir leur mouchoir brodé de leur poche pour s’essuyer le coin des yeux, on aurait pu croire deux gamines surexcitées !

Que l’idée était tentante ! Du regard, je suppliai Christian de m’offrir cette « voiture avec chauffeur », son sourire, son léger haussement de l’épaule signifia « Oui ! Bien sûr, ça va de soi ! ». Encore toute excitée, Nathalie termina son récit en provençal, que je ne comprenais pas, mais j’y reconnus « Toinou » avant que tous les trois éclatent de rire.

Il était impératif que Christian s’occupe tout seul de l’organisation. Il lui fallut un peu de temps pour trouver les complices et surtout la voiture de luxe qui devait être spacieuse. Pour pimenter l’aventure, Christian avait suggéré que je me rende à Arles, que je parte seule à la découverte de cette ville. À 20 heures tapantes, la voiture m’attendrait devant la gare, je monterais dedans, un à un trois passagers me rejoindraient, enfin, Christian, dans un uniforme de chauffeur de maître, je devrais faire comme si je ne le connaissais pas, ne pas lui adresser le moindre regard, de toute façon, la petite vitre qui séparait les places arrière des places avant me l’aurait interdit. 

Je fis le trajet aller en train, je souris en montant dans la vieille micheline, c’était dans un autre train, plus moderne, plus « luxueux » que j’avais vécu les premières heures de cette vie qui était désormais la mienne. Je découvris la ville entre plaisir et dépit. Christian n’était pas à mes côtés pour me guider et je le regrettais, mais je savais que nous y retournerions très bientôt et je me consolais en me disant que puisqu’il avait choisi la robe que je portais, c’était un peu comme s’il était avec moi.

Je déjeunai dans le petit café qu’il m’avait indiqué. Le serveur plaisantait avec un client. J’aimais l’exubérance des éclats de voix, des gestes, des rires des provençaux. Bien que vivant depuis plusieurs mois en Provence, ce fut ce jour, ce midi précis que j’en pris conscience. La sensation était voluptueuse, un peu comme s’installer confortablement dans un vieux fauteuil, moulé à nos fesses, étendre ses jambes et souffler de soulagement après avoir enfilé ses chaussons un peu usés, pas très sexy, mais dans lesquels on se sent tellement bien… !

Après avoir déjeuné, j’écrivis une longue lettre à Christian pour lui expliquer ce que j’avais ressenti et pour qu’il soit un peu près de moi quand même, puis une autre lettre à mes parents pour les inviter à mon mariage, leur donner des nouvelles de Bonne-Maman. Ma décision les avait un peu inquiétés, alors je leur parlai de ma vie, de mon travail. Maman était « montée » à Paris pour y travailler, elle y avait rencontré mon père et parlait de son village avec ce léger dédain propre aux provinciaux fraîchement installés à la capitale, je faisais le chemin inverse. Je lançai les deux enveloppes dans la première boîte aux lettres que je trouvai sur ma route et passai la fin de l’après-midi à m’émerveiller de cette sensation d’être chez moi, à ma place.

L’après-midi fila à la vitesse de l’éclair et la voiture m’attendait déjà lorsque j’arrivai à la gare. Un homme y était déjà installé. Je m’assis à ses côtés, du bout des doigts, il souleva ma robe, écarta ma culotte et me regarda comme pour estimer la marchandise. Je le trouvais déplaisant, mais quand il sortit sa queue de son pantalon, je fus rassurée. 

Une longue cicatrice un peu brune dessinait une ligne presque droite le long de sa hampe. Catherine m’avait déjà parlé de cet homme un peu étrange, dont la timidité maladive l’handicapait avec les femmes, mais qui, dès qu’il était rassuré, s’avérait être d’une incroyable gentillesse.

Caressant délicatement son membre du plat des ongles, je lui demandai s’il m’autorisait à le sucer un peu en attendant les autres passagers. Il accepta de bon cœur et c’est avec sa queue dans ma bouche que j’entendis la portière s’ouvrir sur les deux derniers passagers, qui nous saluèrent joyeusement.

Le client et le serveur ! C’était donc pour cette raison que Christian avait tant insisté pour que je déjeune dans ce café précis ! Déguisé en chauffeur, il prit place en dernier. Étant occupée à m’installer entre le serveur et le « balafré », je ne l’avais pas vu entrer. Comme convenu, je déclenchai le petit interphone pour lui indiquer l’adresse de Bonne-Maman et « j’omis » de couper le petit micro. Ainsi, Christian entendrait mes ébats et, ne pouvant être spectateur, je lui décrirai avec force détails ce qui se passerait à l’arrière. 

Ces mains inconnues qui me découvraient me rendaient folle de désir, certaines sous ma culotte, d’autres par-dessus, ces langues qui s’enroulaient autour de la mienne pour la première fois… La voiture roulait, je n’en pouvais déjà plus de désir quand je me penchais vers le client du café, à ma gauche, le plus éloigné de moi, coincé contre la portière, pour le sucer. Le balafré baissa ma culotte pour me caresser les fesses, le serveur touchait mon minou de ses mains carrées et viriles, ma pipe était bruyamment baveuse, les cris de plaisir fusaient de toutes parts, ils me traitaient de coquine, de salope avec admiration. Bon sang, que c’était bon !

– Viens… viens sur moi, ma jolie !

953714267Je m’empalai sur la queue dure et large comme un madrier du serveur, je n’avais pas pris le temps de retirer ma culotte et elle restait suspendue à ma cheville droite. Le contact du tissu humide et frais sur ma peau était si excitant ! 

Je ne savais plus quelles mains avaient tiré sur l’encolure de ma robe pour en faire jaillir mes petits seins ronds, mais je me trouvais ainsi bien plus offerte, bien plus sexy que si j’avais été nue. J’embrassais « le client » la bouche bien ouverte, la langue sortie pour que tout le monde puisse voir ce baiser voyou. 

Une bite dans chaque main, la troisième au plus profond de moi, nous étions ballottés au gré des chaos, des virages de la route. Je jouissais de ces inconnus avec exubérance, en devinant l’état dans lequel nous étions en train de mettre Christian, au volant. 

Le client fut le premier à jouir de mes caresses, son sperme inonda mon ventre et ma poitrine, tachant le tissu froissé de ma robe au passage.

– Chauffeur, je descends là !

Christian s’arrêta à l’entrée d’une ville. Avant de descendre de la voiture, « le client » me remercia et me dit son désir de me revoir bientôt. La voiture redémarra, nous avions plus de place. Je restais empalée sur le serveur, je caressais ses couilles tout en branlant le balafré, qui manifesta son désir de me prendre, mais il souhaitait également voir mon regard, mes seins.

J’offris donc mes fesses aux coups d’œil de Christian, qui devait bien se régaler grâce au rétroviseur. Pour lui offrir le meilleur point de vue possible, je me cambrai exagérément.

– Ooooh… comme c’est bon ! Oooh, mon Christian, si tu sa… vais comme… comme c’est bon !

– Tu l’aimes, ma grosse queue ?

– Oooh… oui !

Le balafré me faisait aller et venir, en me tenant par la taille, m’embrassant la bouche, les seins, léchant du bout de sa langue mes petits mamelons roses. Je ne sais pas si la route était vraiment en si piteux état, mais à l’intérieur de la voiture, nous étions bringuebalés et certains chaos le faisaient s’enfoncer au plus profond de moi. Avant de jouir, il s’exclama :

– Ta chatte est une œuvre d’art, petite et que c’est…

HAN ! Il s’enfonça d’un coup jusqu’aux couilles. Son baiser, son coup de rein, ses doigts sur mon clitoris me firent hurler de plaisir, au beau milieu de sa phrase, je la sentais palpiter, couler.

– … et que c’est bon de la faire miauler !

Comme il semblait que ce fût leur règle, après avoir joui, il demanda à Christian de le laisser descendre. La voiture étant assez spacieuse, je me mis à quatre pattes sur la banquette, le front appuyé contre la vitre de la portière. Pour la deuxième fois, le serveur me pénétra, mais cette fois-ci, en levrette. 

Je le sentais aller et venir, il prenait son temps, chacun de ses mouvements étaient amples, il sortait entièrement à chaque fois et s’enfonçait ensuite d’un coup, de tout son long. J’étais folle de ces sensations ! Ses mains me pétrissaient les seins, puis la droite descendait vers mon minou. 

Je gémissais de plaisir, oubliant de décrire à voix haute ce que je ressentais, comment mon corps ondulait, comment mes lèvres s’écartaient pour laisser entrer le gland volumineux, doux et chaud, puis la verge, comment je sentais ses couilles battre sur ma vulve, comment les reliefs de sa hampe semblaient arracher les lambeaux de mon plaisir quand il se retirait.

J’oubliais de décrire mon sexe qui coulait un peu, cette envie de « pipi qui n’est pas du pipi » (à l’époque les termes « femme-fontaine », « squirt » nous étaient inconnus, mais nous avions bien compris que ce n’était pas une envie d’uriner). J’oubliais de lui décrire comment mon bassin ondulait, ma façon de me cambrer, je ne pouvais que gémir, soupirer, crier dans un crescendo des « OooOOOooh… oooOOOh… c’est bon… ooohh… ooohh… que c’est… BON ! »

Le serveur accéléra encore la cadence et jouit dans un cri animal. Avant de descendre sur la place de la ville où travaillait Catherine, il me fit cet étrange compliment :

– Quand ton petit con figurera dans les guides touristiques, comme une merveille à visiter absolument, je serai fier de proclamer que j’y ai mis ma queue et que je la remettrais avec plaisir, ma jolie !

Il m’embrassa une dernière fois avant de claquer la portière. 

Je me retrouvais, pantelante, seule avec Christian, qui ne se retournait toujours pas, ne prononçait aucun mot, et conduisait, raide comme la justice. Je le remerciai de m’avoir offert ce tour en « voiture avec chauffeur », lui demandai si je devais remettre de l’ordre dans ma tenue. Il fit « NON » de la tête et nous fîmes la fin du trajet en silence.

Quand nous arrivâmes devant la maison de Bonne-Maman, je poussai un cri de surprise en découvrant Christian qui m’attendait sur le trottoir. Il ouvrit la portière et dans un éclat de rire, m’accueillit d’un « C’était un sacré farceur, le Toine, tout de même ! »

Pétrifiée, les yeux exorbités, la bouche qui s’ouvrait et se refermait comme celle d’un poisson sorti de l’eau, je compris que Nathalie avait volontairement achevé son récit en patois, pour que j’aie droit à la même surprise qu’elle !

Dans les bras de Christian, je saluai d’un geste de la main, la « voiture avec chauffeur » qui s’éloignait déjà.

L’inculture cinématographique de Monique et de Christian leur permet de laisser libre-cours à leur fantaisie