Le cahier de Bonne-Maman – « Jouis, il n’est pas d’autre sagesse ; fais jouir ton semblable, il n’est pas d’autre vertu »

Pendant cette année 1919, nous fîmes, Nathalie et moi, la connaissance de presque tous nos partenaires. Certains ont cessé de nous rencontrer après leur mariage, après la naissance d’un enfant ou après un deuil, mais tous ont gardé secrets nos ébats et aucun ne nous a jamais manqué de respect.

Pour autant, n’allez pas vous imaginer que notre vie sexuelle se limitait à ces orgies ou à une accumulation d’amants. Certes, nous aimions nous étourdir dans ces soirées, mais ce que nous aimions par-dessus tout, c’était de jouir de nos corps en toute liberté, de ne pas rougir de nos envies. Quand on est intimement convaincu que la vie s’achève avec la mort, qu’il n’y a rien après, ni paradis, ni enfer, on profite de chaque instant, malgré les contingences, malgré les souffrances et on est plus attentif aux autres, plus ouvert. En tout cas, c’est ainsi que nous étions, que nous sommes toujours.

Un matin de septembre, alors que je reportais des écritures comptables sur le grand registre du père de Toine, je sentis son regard lourd d’embarras se poser sur moi. Je travaillais sur une table installée dans son bureau, je levai la tête, il m’expliqua ce qui le tracassait.

Un de ses plus anciens clients, un riche propriétaire terrien, avait une fille qui avait fait un « mariage d’amour » quelques années avant la guerre. Jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle, la plupart des mariages étaient dits « de raison », quelle que fût l’origine sociale des époux. Par la suite, surtout dans les familles avec du bien, cette tradition a perduré, perdure encore. Le berger qui épouse la princesse, ou inversement, est un mythe que la littérature a contribué à distiller dans nos esprits, s’il est très plaisant à imaginer, il est cependant fort éloigné de la réalité.

Quoi qu’il en soit, cette jeune fille avait épousé un jeune homme, de son milieu, mais qu’elle avait choisi. Ce qui me permit de comprendre immédiatement l’amour que lui portaient ses parents. La veille, le père de Toine avait eu un rendez-vous chez ce client, dont le gendre devait reprendre laffaire. S’étonnant qu’il ne participât point au rendez-vous, l’homme lui expliqua

Il est en crise, je ne sais pas combien de temps elle durera… Je crains qu’il ne me faille revendre mon affaire… Les mois passent, rien ne change. Les drogues n’ont plus d’effet sur lui et quand il les prend, on dirait un fantôme… Il effraie ses enfants à crier comme un possédé… Il leur fait honte à sangloter comme une fillette… Et puis, tout semble rentrer dans l’ordre… Jusqu’à la crise suivante. On ne peut jamais savoir quand elle va débuter, ni combien de temps elle durera…

Je regardai le père de Toine et lui demandai

Vous voudriez savoir si je pourrais lui apporter mon aide ?

Non ! Enfin… si… mais… ce que tu fais avec Antoine, ce que Nathalie fait avec Pierre, ce que vous faites avec les autres, ceux du village, tu ne pourrais le faire avec lui… Comprends-tu, il demeure à plus de cinquante kilomètres… comment pourrais-tu t’y rendre si une crise se déclenchait au milieu de la nuit ?

Avant qu’il n’ait fini d’exposer le fond de sa pensée, je lui proposai de rencontrer cet homme et son épouse pour tenter de leur expliquer comment nous procédions. Il me sourit, soulagé, me remercia chaleureusement et termina par cette boutade

Je louerais bien notre Seigneur de t’avoir mise sur notre route, mais puisque tu ne fréquentes pas plus l’église que mon fils, je craindrais de heurter tes convictions !

Au village, seules trois personnes possédaient le téléphone. Le père de Toine était l’une d’elles. Il appela son client, lui parla de moi et lui fit part de ma proposition. La crise avait été plus violente que d’ordinaire, il avait fallu appeler le médecin en pleine nuit, qui lui avait fait une piqûre, avait évoqué la nécessité de le mettre chez les fous, ce que sa fille avait fermement refusé, pour le moment, son gendre dormait encore, mais je serais la bienvenue quand je souhaiterai venir parler à sa fille.

Le père de Toine n’était pas homme à tergiverser. C’est ainsi qu’une demi-heure plus tard, nous nous mettions en route. J’aimais beaucoup me déplacer en automobile à ses côtés. Je découvrais des villages, des villes que je ne connaissais que de nom et il avait toujours une histoire à me raconter à leur propos, quand il ne me parlait pas d’un client. Nous arrivâmes au milieu de la matinée et nous fûmes accueillis par ce patriarche à l’air sévère, je ne me l’étais pas du tout imaginé ainsi. Il fit appeler sa fille qui nous rejoignit immédiatement. Je demandai à lui parler en tête à tête et la suivis dans ses appartements, à l’étage.

Cette femme était mon aînée de quinze ans, pourtant avant même d’avoir parlé avec elle, je sus le respect que je lui inspirais et la confiance qu’elle me faisait. Elle entrouvrit la porte de sa chambre et je pus observer son mari s’agiter dans son sommeil.

Quand il est ainsi, je sais que la crise n’est pas finie…

Sa voix était étranglée de sanglots. Je me demandais si elle serait assez forte pour supporter l’horreur des souvenirs de son époux. Nous étions dans l’antichambre, elle s’apprêtait à refermer la porte quand je lui demandai « Avez-vous un mot, un geste secret qui le rend particulièrement… amoureux ? »

Quelle sorcière étais-je donc, moi, la gamine pas même mariée, pour connaître l’existence de tels gestes, de tels mots entre un mari et sa femme ? Sa détresse était plus grande que la bienséance, elle eut un sourire contrit, le rouge lui monta aux joues, je l’encourageai du regard, s’en excusant presque, elle me souffla

Un baiser sur ses doigts… un certain… baiser… sur ses doigts

Il s’agita davantage.

Allez à ses côtés, rassurez-le en lui disant que vous êtes près de lui, qu’il est à l’abri, dans sa maison et… embrassez-lui les doigts !

Elle fit comme je venais de le lui conseiller, je souris en la regardant embrasser les doigts de son époux. Pourquoi m’étais-je imaginé un doux baiser pudique ? Parce que son univers était pétri de convenances bourgeoises ou parce que je n’avais jamais pensé que nous étions mus par les mêmes émotions ?

Elle embrassai l’index et le majeur de son mari comme on taille une pipe, n’interrompant son baiser que pour lui dire « Je suis là… tu es revenu ». Il paraissait s’apaiser, d’un geste de la main, d’un hochement de tête, j’encourageai cette femme à continuer. Oubliant ma présence, ou feignant de l’oublier, ses baisers se firent plus précis, je regardais, fascinée, sa bouche s’ouvrir, aller et venir, le bout de sa langue titiller la petite peau entre l’index et le majeur, avant de s’enrouler autour des doigts. Soudain, la magie opéra tout à fait. Les doigts de l’endormi se mirent à jouer avec les lèvres de son épouse, il sourit enfin dans son sommeil « Tu es revenu et je suis là ! »

Comme si on avait arraché un masque tragique, je vis le visage de cet homme changer du tout au tout. Quand il glissa hors du sommeil, quand il prit conscience de ma présence, ce fut comme s’il me connaissait déjà. En quelques mots, il comprit la raison de ma venue et m’en remercia, mais demeurait incrédule. Comment une gamine pourrait supporter l’évocation de ses souvenirs ? Avec douceur, mais avec fermeté, avec patience, je lui parlai d’autres anciens combattants qui venaient me livrer les leurs au village, je le rassurai en lui affirmant que les mots crus ne m’effaroucheraient pas et puis, ce n’était que pour cette fois « pour amorcer la pompe » ensuite, s’il le souhaitait, il pourrait se livrer à son épouse.

Je m’isolai avec lui, dans ce qui devait être son bureau, pendant que sa femme patientait dans son boudoir. Je n’avais jamais vu une telle propriété, plusieurs appartements dont chacun devait être plus vaste que ma maison toute entière ! Je n’étais pas envieuse, mais très surprise de constater, de visu, cette différence.

Charles, puisque c’est ainsi qu’il se prénommait, évoqua les cris, la boue, l’odeur de la mort, celle de la merde, l’odeur de la peur, le froid, l’humidité, le bruit, le silence angoissant qui précède l’assaut. Enfin, après presque une heure de confidences, cette vision qui venait le hanter, surgissant à l’improviste, parfois dans son sommeil, parfois alors qu’il était éveillé. Ce traumatisme qu’il ne parvenait pas à surmonter. Il suffoquait, son corps entier toujours bouleversé par ce qu’il avait vécu.

Monté à l’assaut avec plusieurs hommes, un obus les avait ensevelis, il ne savait pas combien de temps il était resté ainsi, couvert de terre, sans pouvoir bouger, sans savoir s’il était debout ou couché, la tête vers le ciel ou enfoncée dans le sol, mais avec la certitude qu’il allait mourir asphyxié, personne ne viendrait les sauver, personne ne saurait où ils étaient, ils allaient mourir là, oubliés de tous, sans avoir dit adieu aux êtres chers. Un autre obus souleva la terre et le projeta dans les airs, quand il réalisa qu’il s’en était sorti vivant, plus contusionné que blessé, il éclata de rire, soulagé, avant de s’apercevoir qu’il était entouré de cadavres et que plusieurs de ses compagnons demeuraient ensevelis. Il a creusé longtemps, priant de tout son cœur pour un miracle qui ne s‘est jamais produit.

Les larmes inondaient son visage, je lui demandai s’il voulait répéter à sa femme ce qu’il venait de me raconter ou s’il préférait que je le fasse. J’estimais qu’il était important qu’elle connût la raison des cris de son époux. Pour achever de le convaincre, je lui affirmai que l’ignorance était bien plus douloureuse que la réalité. Il l’appela, je la fis asseoir aux côtés de son époux et je débutai le récit, une respiration plus ample et saccadée m’indiqua qu’il ressentait dans sa chair ce que j’expliquais. Je demandai à Marie-Louise, puisque c’était son prénom, de se tenir prête. Elle lui suça les doigts quand Charles s’enfonça dans l’horreur et Charles revint à lui.

Comment vous remercier ? Vous le sauvez de l’asile, savez-vous ? Nous vous serons éternellement reconnaissants !

Je vous ai donné la méthode que j’applique, rien de plus ! Mais je sais que vous n’en avez pas fini avec les cauchemars, avec les cris, les crises de votre époux… Si vous le souhaitez, si vous en avez besoin, n’hésitez pas à me faire signe, j’essaierais de vous aider avec mes faibles moyens…

Une cloche retentit. Il était temps de passer à table. Ne vous moquez pas, mais en redescendant vers la salle à manger, aux côtés Charles et Marie-Louise rayonnants, le sourire et le regard plein de fierté du père de Toine fut ma plus belle récompense.

Le repas fut joyeux comme l’étaient ceux de la bourgeoisie de l’époque, point d’éclats de rire, point de plaisanteries, mais des sourires polis, des « je vous en prie » prononcés avec légèreté, des considérations sur les mets, sur les vins, sur la douceur de cette fin d’été, sur l’odeur des fleurs. Je n’en fus pas surprise, le père de Toine avait souvent évoqué cette particularité quand je demeurais chez lui et que nos conversations s’animaient ou que nous riions un peu trop fort lors des repas.

Après le déjeuner, pendant que les hommes buvaient une eau-de-vie digestive, Marie-Louise et sa mère me proposèrent de profiter de l’ombre de la tonnelle pour me détendre un peu avant de reprendre la route. De nouveau, elles me remercièrent, me demandèrent comment me rendre la pareille. Je n’en savais fichtre rien ! Pour couper court à la discussion, je leur désignai les superbes rideaux qui ornaient les vitres du « salon d’hiver », leur demandant si elles pouvaient m’indiquer où acheter un tissu semblable qui me permettrait d’en confectionner pour habiller les fenêtres de ma future maison.

Sans le savoir, j’avais tapé dans le mille ! Elles étaient toutes deux passionnées de spectacle, d’opéra, de théâtre et leur marotte était de recréer les décors et les costumes pour rejouer des extraits de leurs œuvres favorites. Au fil des ans, tout ceci s’était accumulé dans une réserve. Marie-Louise était certaine qu’il restait des coupons de ce tissu, ou d’un autre similaire.

Souhaitez-vous m’y accompagner ? Vous pourriez faire votre choix et je serais si heureuse de savoir qu’il y a un peu de mon univers chez vous !

Quand je découvris la réserve, je devais ressembler à Ali-Baba voyant pour la première fois les trésors de la caverne ! Je ne savais où poser mon regard ! Tant de jolis objets, de costumes chatoyants ! Marie-Louise m’invita à essayer une robe, puis une autre, ravie comme une fillette qui joue avec sa poupée. Nous étions, à peu de choses près, bâties sur le même gabarit, « Il y aurait si peu de retouches à faire… je vous en prie, prenez celles-ci ! »

Sur le trajet du retour, le père de Toine plaisanta à propos de la malle remplie de tissus et de costumes qu’il avait dû arrimer à l’arrière de l’auto.

Mais que vas-tu faire de tout ce fatras ?

J’ai ma petite idée, mais promettez-moi de n’en parler à personne. Je voudrais faire une surprise à mon Pierrot et à votre fils…

Il rit de plus belle, mais tint sa promesse. En chemin, il fit un détour pour me permettre de parler à Nathalie, à qui je demandai d’arriver une bonne heure avant Pierrot et Toine lors de notre prochain rendez-vous dominical. Une fois encore, nous étions amusées, excitées et complices sans avoir eu besoin de mots supplémentaires.

Ce soir-là, comme ça ne m’était pas arrivé depuis plusieurs semaines, je dînai chez les parents de Toine, qui me raccompagna chez moi après le repas. Voulant me taquiner, il me dit

Alors, Bouton d’Or, comme ça, tu es passée à l’ennemi ? Tu réconfortes ces salauds de bourgeois ?

Piquée au vif, je lui répondis

J’ai soulagé un être humain, son épouse. Si pour toi, c’est « passer à l’ennemi », alors oui, je suis passée à l’ennemi et j’en suis fière !

Avant de me dire au revoir, il remarqua mon front plissé.

Ho ! Que t’arrive-t-il, Bouton d’Or ? Je t’aurais blessée en voulant te taquiner ?

Je balayai ses craintes d’un revers de la main.

Parfois, tous ces souvenirs que je n’ai pas vécus semblent m’envahir et prendre possession de mon cerveau… Ce n’est rien… un mauvais moment à passer…

Il entra avec moi, me demandant comment il pourrait m’aider.

Je ne sais pas… ou alors… peut-être que…

Angelo Asti femme blonde assise
Angelo Asti

Je me dévêtis, m’assis sur le sofa et lui demandai de poser sa tête sur mes cuisses. Sans un mot, nous passâmes une partie de la soirée ainsi, son regard perdu dans ma toison et ses doigts qui en lissaient les poils. Mes mains caressant ses cheveux, je laissais couler des torrents de larmes sur mes joues.

Fais-moi… tu aurais envie de jouir… là… maintenant ? Rien que toi et moi ? Tu aurais envie qu’on jouisse ensemble ?

Ho, Bouton d’Or ! Tu me poses la question ? Si je retire mon pantalon, je vais me crever un œil tellement je bande !

Des sanglots dans mon éclat de rire, je l’aidai à se déshabiller « en prenant garde à tes yeux ! » Il me prit dans ses bras et m’invita à danser avec lui, mon corps nu collé au sien, nous valsions dans le silence de la pièce.

J’aime quand tu me fais danser, Toine !

J’aime te faire danser, Bouton d’Or ! Et tu sais pourquoi ?

Non ! Pourquoi ?

Parce que tu connais le secret de cette danse, jolie Normande

Le secret ? Mais quel secret ?

Il me fit tourner dans un sens, puis dans un même mouvement dans l’autre.

Ma belle, tu valses aussi bien à l’envers qu’à l’endroit !

Comme tout le monde, non ?

Mais non ! Justement pas ! Oh… quand tu souris comme ça… laisse-moi faire…

Continuant à me serrer contre lui, d’une main, il retira les épingles, les peignes qui maintenaient mon chignon en place. Je sentis mes cheveux couler sur mon dos, comme si c’était de l’eau.

À ton tour de te laisser faire…

Je m’agenouillai devant lui, enroulai une mèche de mes cheveux blonds autour de son sexe, Toine était émerveillé. D’autant plus que la faible lumière de la lampe à pétrole conférait à la scène une ambiance féerique, presque irréelle.

Ho, Bouton d’Or ! Mais que fais-tu ?

Je léchais son sexe au travers de mes cheveux

Si tu savais comme j’aime le goût de ta verge…

Fais-moi plaisir, Bouton d’Or, pour une fois dis-moi « ta grosse queue » au lieu de « ta verge » !

Je préfère le mot « verge » quand je parle de la tienne

Et pourquoi… donc… ooh… oui… comme ça… avec tes cheveux… dorés… Et pourquoi donc ?

Parce que par chez moi… hummm… comme j’aime son goût… chez moi… quand on… hmm… fesse un gamin… hmm… on dit… hmm… qu’on lui… assène… des coups… de verges… et…

Ho, Bouton d’Or… tu me… mets à la tor… oohh… à la… torture… et ?

Sentir le… contact de ta… verge sur mes… fesses… oohh… si tu savais…

Voulant être certain de bien comprendre ma raison, il me releva, d’un mouvement de l’index sous mon menton, il m’obligea à le regarder dans les yeux.

Sur tes fesses ou dans tes fesses ?

Sur mes fesses…

Je voulus détourner le regard, il m’en empêcha, la lumière de son regard, son sourire…

… mais surtout dans mes fesses… quand je pense à toi…

Quand tu penses à moi ?

Je me caresse souvent en imaginant ta verge dans mes fesses… Je pense à Nice… à quand on vous a expliqué pour l’huile d’olive… à la fois où tu les as honorées… comme tu ne le fais plus… je rêve et je me caresse…

Mais c’est parce que j’ai peur de te faire mal ! Tu as vu la taille de mon engin ? ! Si tu savais comme j’en ai envie… mais je ne veux pas te faire mal !

Si c’est ainsi que tu définis « me faire du mal », ne t’en prives pas ! Fais-moi du mal et dès que tu le voudras !

Comme s’il était possédé, il sortit de la pièce, le temps de réaliser qu’il était toujours nu et qu’il ne voulait pas me fuir, je l’entendis pester dans la cuisine

Putoù que… dis-moi, Bouton d’Or où tu la caches ton huile d’olive ?

Je le rejoignis en riant et lui expliquai que j’avais oublié d’en racheter. Il fit la grimace. Je lui pris la main et l’entraînai dans le petit cellier, où je pouvais entreposer les denrées qui avaient besoin de fraîcheur pour ne pas se gâter. Puisqu’il était toujours prompt à me taquiner sur mes origines, je lui proposai de le faire « à la mode de chez moi ». Il plongea ses doigts dans la petite motte de beurre. « Une chance que la Normande soit de nature prévoyante ! » et entreprit de m’enduire le derrière. Je sentais mon corps se détendre sous ses caresses. Il ne les stoppa que pour allumer une lampe à pétrole et quelques chandelles. « Je veux voir ton regard, ton sourire, Bouton d’Or ». J’aurais voulu garder les yeux ouverts, comme il le souhaitait, mais quand je sentis son gland me pénétrer, ils se fermèrent malgré moi.

Que marmonnes-tu, Bouton d’Or ? Dis… que marmonnes-tu ?

C’est encore meilleur que l’autre fois… encore… meilleur… encore… encore… encore !

Je ne te fais pas mal ?

Oh non ! C’est comme…

Je sentais le moindre des reliefs de sa verge et c’était comme autant de caresses différentes. J’ouvris les yeux.

… comme si… elle avait été… oh oui ! Comme si… pour que tu… ooh… pour que tu la mettes là…

Ô, Bouton d’Or…

Je caressais son cou, ses épaules, ses bras, son dos. Je griffais doucement ses reins du bout de mes ongles. Je voulais le sentir davantage en moi, mais il se retirait déjà. Doucement.

Non ! Pas tout de suite ! Pas déjà !

Il me pénétra à nouveau. Cette fois-ci, je parvins à garder mes yeux grand ouverts. Nous nous criions en silence de jolis mots, pleins de tendresse crue. Le temps semblait suspendu à nos souffles coupés. Je sentais mes chairs s’ouvrir pour mieux l’accueillir au plus profond de moi. Je sentais aussi les contractions de mon plaisir croissant. Quand j’allais y succomber, il se retira encore.

Oooh… tu me…

Je te ? Je te quoi, joli Bouton d’Or ?

Tu me tourneboules… oh non ! Ne ris pas !

Quel drôle de mot ! Et pourquoi donc ?

Je ne sais pas ce… oooh… ce que… je préfère…

Quand il allait et venait en moi, je pensais que c’était ça que je préférais. Puis, quand il s’enfonçait d’un coup de rein, de tout son long, que mon corps était empli de sa verge, je me disais « ah non… non… c’est ça que je préfère ». Alors, il se retirait, qu’il le fasse rapidement ou au ralenti, je préférais subitement cette sensation. Jusqu’au moment où son gland, à chaque fois un peu plus bouillant, à chaque fois un peu plus dur, me pénétrait, écartant mon orifice étroit… J’avais à peine le temps de réaliser que c’était ça que je préférais qu’il recommençait ses va-et-vient… Alors, pour ne pas « tourner fada » comme il disait, je décidai de ne pas chercher à savoir ce que je préférais, mais de m’abandonner au plaisir.

Allongée sur le dos, le poids de son corps ajouté au mien, mes longs cheveux dénoués me tiraient un peu, avant que ça ne devienne désagréable, je me soulevai légèrement et d’un geste vif, les projetai sur le côté. Sans l’avoir cherché, j’avais fouetté Toine. Il sursauta, surpris. Me sourit. Alors, je pris mes longs cheveux dans ma main et recommençai. Pour lire dans ses yeux, dans son sourire, le plaisir de cette sensation… Plus il me disait qu’il aimait ça, plus j’y prenais plaisir.

J’étais comme possédée, comme prise dans une vague de sensations plus agréables les unes que les autres. Je me demandai s’il pouvait percevoir la violence de l’orgasme qu’il m’offrait, quand il me chuchota, d’une voix qu’il avait du mal à dompter « Que c’est bon de te sentir jouir… » Il ferma les yeux et jouit au plus profond de moi.

Il nous fallut attendre un long moment avant de trouver le courage, d’avoir la force de nous relever pour aller nous coucher, mais nous ne pûmes nous résoudre à ne pas dormir ensemble.

Allongés dans les bras l’un de l’autre, encore étourdis de tout ce plaisir, nous ne parvenions pas à trouver le sommeil, alors, nous nous chuchotions des secrets qui n’auraient pas accepté d’être révélés à voix haute. Je n’oublierai jamais combien il fut bouleversé quand je lui fis cet aveu

Parfois, je me déteste. Quand j’entends les récits de vos années dans les tranchées, quand je pense aux souffrances que vous avez endurées, je souffre pour vous… Mais, en même temps, une petite voix au fond de moi me rappelle que s’il n’y avait pas eu la guerre, je n’aurais jamais correspondu avec Pierrot. Je serais restée la petite Rosalie, dure à la tâche, dans sa ferme normande… Je n’aurais connu ni l’amour, ni l’amitié, ni même le plaisir… Je mène une vie dont je n’aurais jamais osé rêver et cette vie, mon bonheur, je les ai construits sur les cadavres de la plus horrible des boucheries… Si tu savais comme je me déteste de me dire que la chance de ma vie aura été cette putain de guerre 14-18…

Il déposa de doux baisers sur mon front, entrecoupés de mots bien plus doux encore, sécha mes larmes par des caresses d’une tendresse incroyable. Apaisée d’avoir pu enfin confier ce secret qui commençait à me ronger, je m’endormis sereinement.

Le dimanche suivant, jour de la Sainte-Reine, voici ce qu’il advint

Le cahier de Bonne-Maman – « S’il n’y avait pas d’hiver, le printemps ne serait pas si agréable »

Le lendemain, nous nous retrouvâmes à la crique. Pierrot arriva le dernier, nous désignant sa musette qui nous parut bien remplie. Je courus vers lui, il me chuchota « Tu leur as dit ? »

Non ! Je voulais qu’on leur annonce ensemble !

Il m’embrassa, me répétant son amour. Tout comme moi, il s’était réveillé ce matin-là en se demandant s’il n’avait pas rêvé tout ceci. Je lui dis que pour être certaine du contraire, il m’avait fallu tenir à nouveau dans ma main les papiers remis par le notaire. Il allait me répondre quand nous fûmes interrompus par Toine « Qu’est-ce que vous manigancez, tous les deux ? » En nous retournant, nous éclatâmes de rire.

Toine se tenait debout, les poings serrés sur les hanches pour marquer sa désapprobation. De nous quatre, il était toujours le premier à se dévêtir, il aimait la nudité par-dessus tout, mais à cet instant le contraste entre sa mine sévère, son allure réprobatrice et son érection était franchement comique.

Oh gari, quand tu nous engueules, essaie de ne pas bander comme un âne !

Toine regarda son sexe dressé avant d’éclater de rire.

On pourrait croire que tu veux décrocher le soleil !

J’en serais bien capable, Bouton d’Or !

Sortant une « bonne bouteille » de sa musette, Pierrot annonça qu’on aurait quelque chose à fêter, mais avant, il nous fallait découvrir ce que « le sort » nous avait réservé. Nous nous déshabillâmes, nous assîmes, Pierrot déplia le bout de papier qu’il avait pêché dans « la boîte à désirs », je reconnus l’écriture de Nathalie.

Colin-Maillard

Pierrot crut avoir mal lu, mais Nathalie expliqua

Rosalie et moi on aurait les yeux bandés et vous nous feriez… et nous, on devrait deviner qui fait quoi, mais interdiction de parler… Colin-Maillard, quoi !

Té, Pitchoune, vous avez une drôle de façon de jouer à Colin-Maillard dans ta famille !

Nathalie voulut s’expliquer, plus elle parlait, plus Toine et Pierrot la moquaient. Je pris sa défense, l’assurant que de toute façon, les garçons comprenaient toujours tout de travers. Pierrot sauta sur l’occasion.

Mais oui ! Bien sûr ! Les garçons comprennent toujours tout de travers… ! Voyons, c’est bien connu ! Dis-moi, Nathalie, toi qui es une fille, que répondrais-tu, si après avoir fait les premières démarches en vue de te marier, le Toine te disait « Demande-moi ce que tu veux » ? Dis, que répondrais-tu ?

Nathalie ouvrit des yeux comme des soucoupes.

Il t’a fait sa demande ?

Oui ! Hier !

Pierrot insista

Que répondrais-tu ?

Tu as déjà offert la bague ?

Non !

Alors, la bague ou… pourquoi tu ris Pierrot ? Et Rosalie, pourquoi tu lèves les yeux au ciel ?

Parce qu’il raconte n’importe comment !

Pierrot me prit dans ses bras en riant.

Non ! Non ! Non !

Toine observait la scène, amusé, des éclats de tendresse, d’amitié dans les yeux. Exagérant mon accent, le rendant ridicule, Pierrot me singea « Fais jaillir mes seins de mon corsage et caresse-les comme toi seul sais les caresser »

Toine rejoignit Pierrot dans un formidable fou-rire, tandis que Nathalie bégayait « mais… mais… mais… »

La Normande est moins vénale que la Provençale, si je comprends bien ! Quand même, Bouton d’Or, tu aurais pu pousser l’avantage…

L’interrompant, je m’exclamai « Nous étions en train de… de batifoler… je le chevauchais et… par pitié, Pierrot, raconte mieux ! Tu n’as pas dit… »

Pierrot, un air de contentement sur son visage, sortit quatre timbales, déboucha la « bonne bouteille », nous servit les uns après les autres, leva son verre et nous invita à trinquer « à l’amour, à l’amitié, à la vie ». Je le suppliai encore, le menaçai et, n’y tenant plus

Il aurait trouvé les mots mieux que moi… il m’avait déjà offert la maison de la boîte aux lettres !

Toine faillit s’étrangler en avalant sa gorgée de vin, à cause d’un éclat de rire.

Ho fatché, Pierrot, tu émerveilles, tu combles Bouton d’Or avec une ruine !

Ces deux-là étaient en train de transformer ce magnifique moment en une pantalonnade… Toine s’approcha de moi, tendit sa main et de son pouce essuya la larme sur ma joue avant qu’elle n’ait eu le temps de jaillir de mes yeux.

On te taquine, Bouton d’Or ! Et puis, tu sais, on va te la retaper, ta maison ! Tu verras tout le canton voudra y passer du temps, la visiter !

Notre maison, Toine, ce sera la maison de Pierrot et de moi !

Toine me tendit son gobelet vide, prit la main de Nathalie l’enjoignant à se lever, posa un genou à terre.

Nathalie, voudrais-tu devenir ma femme ?

Je… oh ! Mais cesse donc ! Arrête ! Je…

Toine la caressait entre les cuisses, la léchait du bout de sa langue. N’y tenant plus, elle plaqua le visage de son prétendant contre son minou, se laissa aller au plaisir de ce baiser.

Vautrée sur Pierrot, je les regardais en me délectant de ses caresses. Alors que ses doigts puissants glissaient de ma toison jusque mon bouton, il s’exclama d’une voix tonitruante « Ho, la Nathalie, on l’a pas entendue ta réponse ! Tu le veux, qu’il te marie, le Toine ou tu le veux pas ? »

Je remarquai les soubresauts des épaules de Toine, qui devait réprimer un éclat de rire, mais ne voulait certainement pas interrompre ce qu’il était en train de faire.

Oh, fan de Diou ! Oh que oui, je le veux !

Pierrot poussa un long « Aaahhh » de soulagement, comme s’il y avait eu le moindre suspens.

Ne lui offrant pas la possibilité de la faire jouir, Nathalie s’arracha à l’étreinte de son Toine, le fit se mettre debout. Bon sang ! Son sexe semblait encore plus long, plus gros qu’à l’ordinaire ! Je n’étais pas la seule à l’avoir remarqué, Pierrot avait marmonné un « C’est pas humain… Pour sûr, il a été croisé avec un taureau ! »

Nathalie s’agenouilla « Et toi, mon Toinou, veux-tu me marier ? » Avant qu’il n’ait eu le temps de répondre, elle le lécha sur toute la longueur, des gonades jusqu’au gland avant de l’avaler. Toine grognait de plaisir. Qu’ils étaient beaux, ces deux-là !

Je n’eus pas le loisir de taquiner Toine sur son absence de réponse, parce que voir Nathalie se régaler ainsi me donna une impérieuse envie de me régaler de mon Pierrot. Je tremblais déjà de plaisir quand j’entendis la voix vibrante de Toine « Oh, Pitchoune, ô, ma Nathalie ! Je le veux ! Tu le sens comme… han… je le veux ? » et il cria à en effrayer tous les oiseaux de la création.

La « bonne bouteille » et sa petite sœur étaient vidées depuis longtemps quand nous ouvrîmes le panier pour déjeuner. C’est à la fin de ce pique-nique que nous vint l’idée du double-mariage. J’étais allongée, la tête sur le ventre de Pierrot qui caressait le corps de Nathalie, Toine regardait ma toison, ses doigts glissaient entre mes poils, le soleil nous léchait la peau d’une façon fort agréable. Nos corps enchevêtrés, nous plaisantions « si quelqu’un nous voyait, il se demanderait qui est avec qui ! », quelques rires plus tard, quelques caresses et un peu plus de baisers, quelques mots d’amour et d’amitié encore et la décision fut prise, nous nous marierons le même jour, une double cérémonie, coûte que coûte.

Nathalie tint sa promesse malgré tout, me houspilla quand je lui proposai d’avancer la date de son propre mariage puisque je n’avais toujours aucune nouvelle de mes parents presque un an après ce pique-nique. Têtue comme une bourrique, elle tapa du pied « On a décidé d’une double-cérémonie, on s’y tient ! Un point c’est tout ! » Quelle amie formidable… !

Échauffés par le vin, par le soleil, enivrés par la promesse de cette double-cérémonie, nous nous laissions envahir par une certaine langueur quand Pierrot étendit son bras, à la recherche d’une pièce de tissu pour bander les yeux de Nathalie. Pour finir, il utilisa son pantalon, alors que les grands torchons qui nous avaient servi à emballer nos provision auraient tout à fait convenu. « C’est plus amusant ainsi ! »

Quand elle était excitée, Nathalie riait d’une façon qui nous troublait tous, elle en avait conscience, elle aurait pu en jouer si elle avait su maîtriser ce rire si particulier, mais elle n’a jamais cherché à le faire. Elle riait, déjà aveugle, je sentais le désir me posséder, m’envahir, je regardais les sexes de nos compagnons se gonfler, se dresser avant de ne plus rien y voir. Les yeux recouverts par le pantalon de Toine, je sentais son odeur, ce qui m’excitait davantage, moqueur, il s’adressa à Nathalie

Dis, Pitchoune, maintenant que vous n’y voyez plus, que fait-on ? Quelles sont les règles de ton Colin-Maillard familial ?

Mais… ce n’est pas…

Nathalie pouffait, excitée, excitante

— … vous nous faites tourner et nous, on doit vous attraper, celui qu’on touche fait ce qu’il veut de nous…

Colin-Maillard, quoi !

Attendez qu’on vous attrape, vous ne perdez rien pour attendre !

Ils nous firent virevolter à nous en faire perdre l’équilibre, le soleil était haut dans le ciel, nous étions un peu grises du vin que nous avions bu, je chancelai, les mains en avant à la recherche d’un corps. Le premier qu’elles trouvèrent fut celui de Nathalie, que j’aimais sentir ses jolis seins dans le creux de mes mains !

Ah ah ! Te voilà bien puni, Toinou !

Nathalie avait collé son corps contre le mien et se livrait, impudique, à mes caresses, ses lèvres embrassaient mes épaules, descendaient vers mes seins…

Tu dis vrai, Pitchoune, nous voilà bien punis !

Elle riait, merveilleuse, reprochant l’ironie de son Toinou, reprochant à Pierrot de rire aussi. Je sentis des mains d’homme empoigner ma taille, sans pouvoir déterminer lesquelles, ces mains m’arrachèrent à Nathalie qui poussa un soupir de dépit.

À nouveau, je tournoyais, à nouveau, je chancelais, trébuchant, manquant de perdre l’équilibre, de tomber, je ne dus mon salut qu’à une branche d’arbuste à laquelle je m’agrippai « Heula ! L’est bien moelleuse c’te branche… ! » J’entendis, non loin de là, le rire de Nathalie qui avait attrapé Pierrot.

Je sentis la main de Toine prendre la mienne, lui faire effleurer mes seins. Il aimait par-dessus tout que je me caresse pour lui, devant lui… Je devinai l’éclat de son regard, son sourire, le bruit de sa langue humectant ses lèvres, j’entendis son souffle déjà court de désir, aveugle je me livrais avec impudeur, ma voix était un peu rauque quand je lui demandai « Comme ça ? » pour toute réponse, je l’entendis souffler plus fort par le nez, comme un taureau avant la saillie, me guidant à ce son, je m’approchai de lui, ondulante, une main sur mes seins, l’autre sur mon pubis.

Quand je fus assez près pour sentir son souffle sur ma peau, j’écartai mes cuisses, basculai mon bassin vers l’avant, ouvris les lèvres de mon sexe de mes doigts, me caressai. Je sentais mon bouton durcir, se gonfler de plaisir, saillir comme un pénis miniature, j’étais envoûtée par ma propre voix quand je lui redemandai « Comme ça ? », son souffle plus puissant, plus saccadé pour toute réponse. « Comme ça ? »

Enfin, je sentis ses doigts, j’allais retirer les miens, quand il m’en empêcha « N’arrête pas, Bouton d’Or ! N’arrête pas… » il me sembla entendre couler sa salive pleine de désir « … n’arrête pas ». Comme une supplique, il me demanda « Dis-le… dis-le, Bouton d’Or… dis-le moi ici, en plein jour… dis-le », alors je lui dis les mots que je lui répétais pendant ces nuits d’hiver, pour l’aider à chasser ses cauchemars « Regarde comme j’aime me faire jouir, rien que pour toi… regarde comme j’aime ça ! Regarde le plaisir que tu m’offres avec tes yeux ! Regarde et n’oublie pas ! »

Il agrippa mes hanches pour mieux profiter du spectacle, pour m’empêcher de tomber et aussi pour sentir mon corps chavirer, je jouis en poussant un long cri, la pression de ses mains s’accentua, je compris qu’il guidait mon corps pour que je puisse m’empaler sur lui, quand il me pénétra, mon sexe palpitait toujours, nous psalmodions à mi-voix « Comme c’est bon ! Que c’est bon ! »

J’essayais de le contraindre à me pénétrer de tout son long.

Je vais te faire mal, Bouton d’Or et je ne le veux pas…

Je te veux tout entier, tout au fond de moi, Toine !

Je me penchais tantôt en avant, tantôt en arrière, me soulevais un peu, pour mieux m’enfoncer, étrangement guidée par mes sensations tout autant que par les cris de plaisir de Nathalie et de Pierrot, il me semblait qu’ils s’étaient rapprochés de nous, en entendant Nathalie crier « Oh, fan de Diou ! Oh, fan de Diou ! », mon corps s’ouvrit tout à fait et le sexe de Toine put entrer de toute sa longueur, de toute son épaisseur, sans me faire le moindre mal.

Je continuais à me pencher, tantôt en avant, tantôt en arrière, à me soulever, à m’enfoncer pour jouir de ces différentes sensations, mon plaisir n’étant pas distrait par la vue. « Tu aimes, Toine ? Tu aimes ça autant que moi ?», pour toute réponse, je n’avais que ses cris étouffés.

J’entendis Pierrot crier son plaisir, le bruissement du tissu qu’on dénoue, un chuchotement de Pierrot, le rire étouffé de Nathalie, mais je n’en pris conscience que plus tard. Pour le moment, je n’étais attentive qu’au seul plaisir que je prenais avec Toine.

Ses mains se crispaient sur mes hanches, accompagnant mes mouvements « Oh, fatché ! Comme c’est bon ! Comme c’est bon ! » Enfin, il retrouvait l’usage de la parole ! Enfin, je savais qu’il y prenait plaisir ! Mes mains devenues folles couraient sur mon corps, sur le sien au gré de mes ondulations, de mes mouvements « Un baiser, Bouton d’Or, offre-moi un de tes baisers ! »

En me penchant pour exaucer ce souhait, mon bouton tout bandé, tout excité, frotta le sexe, le pubis de Toine, libérant mon plaisir. Je criai la bouche grande ouverte collée à celle de Toine qui enfonça ses ongles dans mes fesses, donna un ultime coup de rein et déversa son plaisir tout au fond de moi.

Avant de me rendre la vue, ayant retrouvé tous ses esprits, il me demanda

Alors, Bouton d’Or, as-tu deviné qui tu as attrapé ?

Quelle question ! La Nathalie !

Dessin de Paul-Émile Bécat

Nous aimions nous ébattre nus dans la mer après avoir pris du plaisir, sentir l’eau tiède sur notre peau. Si Pierrot et Toine nageaient comme des poissons, Nathalie ne le savait pas, quant à moi, je ne savais nager « que là où j’ai pied », ce qui irritait l’esprit logique de Toine « Si tu sais nager, tu sais nager !  Au plus tu as d’eau sous ton corps, au mieux tu flottes ! », mais je n’en démordais pas, hors de question de m’aventurer au loin !

Je crois que j’étais déjà l’épouse de Pierrot quand j’ai osé leur avouer que cette mer étrange, sans marée, presque sans vagues m’effrayait un peu, je ne savais pas la déchiffrer et je craignais de ne pas savoir y déceler les signaux d’alerte d’un danger imminent.

Nous étions sur le sentier qui mène à la crique, main dans la main, quand Nathalie se retourna en riant

Pierrot m’a dit « si elle portait un corsage, elle lui demanderait de faire jaillir ses seins et de les lui caresser ! »

J’entendis le rire de Toine, Pierrot sourit comme le ravi de la crèche, fier de lui, je haussai les épaules, levai les yeux au ciel « Tu parles de travers, Pierrot ! Toine ne venait pas de me demander en mariage, juste avant ! » et je m’échappai en riant pour éviter la claque sur mes fesses que Pierrot s’apprêtait à m’asséner.

Quand nous retournâmes au village, que Toine et moi entrâmes chez ses parents, nous avions les yeux brillants d’avoir trop joué dans la mer, d’avoir trop regardé le soleil, d’avoir trop bu, d’avoir trop ri. Toine s’en excusa auprès de son père

Nous avons fêté deux bonnes nouvelles, nous allons nous marier le même jour et Pierrot va acheter la vieille maison, rue Basse, pour lui et pour Rosalie…

Il va acheter la maison de toutes les débauches ?

Devant notre air ahuri, il expliqua

C’est ainsi que les anciens l’appelaient, n’y vois aucune offense, Rosalie !

Rosalie découvre pourquoi on appelait ainsi sa future maison

Le cahier de Bonne-Maman – La liberté est au-dessus de toutes les richesses

Quand je me réveillai, le matin de notre première nuit, nous n’étions que deux dans le lit. Pierrot et Toine avaient eu du mal à s’endormir et, à plusieurs reprises, s’étaient agités dans leur sommeil, sursautant, marmonnant, criant, nous avions essayé de les rassurer du mieux que nous le pouvions, mais ce ne fut pas facile. Ils revivaient des horreurs dont nous n’avions pas idée. Et puis, les lits étaient trop moelleux après tant d’années d’inconfort.

Nathalie dormait profondément. J’avais la bouche sèche et l’envie d’admirer la ville se réveiller avec le soleil. Je descendis du lit, enjambant Pierrot qui dormait recroquevillé par terre. La porte communicante était restée ouverte, j’allai dans l’autre chambre pour enfiler ma robe et me servir un grand verre d’eau que je comptais boire en regardant Nice par la fenêtre.

Quand j’entrai dans la chambre, j’y trouvai Toine, une bouteille de vin à la main, une autre, vide avait roulé au sol et reposait entre ses pieds. Il n’était pas 7 heures du matin. Il eut un sourire fanfaron que trahissait le désespoir de son regard. « Voilà ce que j’ai rapporté du front, cauchemars, insomnie et alcoolisme ! »

Je m’assis à côté de lui et lui proposai « Si tu me promets de ne plus boire avant midi, je t’écouterai autant que tu en éprouveras le besoin, jusqu’à ce que tes cauchemars deviennent supportables » Il aurait pu me dire que ses souvenirs étaient bien trop horribles pour que j’en supporte le récit, mais il fut tellement surpris de ma proposition qu’il n’y pensa pas.

Il posa sa tête sur mes cuisses, se recroquevilla et commença à me raconter ce qui lui interdisait d’être heureux d’en être revenu, de croire à la beauté de la vie, ce qui l’empêchait de trouver le sommeil. Je lui caressais la joue, les paupières. Comment une telle boucherie avait pu être possible ? Il voulut m’en donner son explication, mais il m’avait parlé pendant plus de deux heures et s’endormit au milieu d’une phrase.

Quand Pierrot et Nathalie passèrent la tête par la porte, ils furent étonnés de nous trouver là, Toine endormi sur mes cuisses et moi le visage inondé de larmes. En voyant les bouteilles par terre, Pierrot comprit.

Je ne sais plus comment la décision fut prise, ni même qui en a eu l’idée, mais nous décidâmes que Toine me raconterait ses cauchemars et que Pierrot ferait de même avec Nathalie. Il nous fallut plusieurs années de confidences pour rendre leurs cicatrices moins douloureuses, mais dès le mois suivant, ils purent à nouveau dormir dans un lit sans craindre ces horribles visions qui les hantaient dans leur sommeil.

Dès ce séjour à Nice, ils prirent l’habitude de ne pas boire en dehors des repas. Beaucoup d’anciens combattants ont sombré dans l’alcoolisme. Fléau auquel Pierrot et Toine échappèrent grâce à notre instinct et à l’amour qui nous unissait les uns aux autres. Nathalie et moi avons toujours été fières d’avoir épaulé nos hommes et nous leur avons toujours été reconnaissantes de la confiance qu’ils nous ont accordée, alors que nous n’étions que deux gamines, sans aucune expérience en ce domaine.

Quand il se réveilla, Toine m’affirma que dormir contre mon pubis « blond comme les blés » l’avait préservé des cauchemars. Il sursauta en entendant l’éclat de rire de Pierrot et de Nathalie. Il voulu s’expliquer, s’excuser, mais elle lui répondit « Comment crois-tu que j’ai réussi à dormir quand je savais que tu risquais ta vie à tout moment ? » Je me réfugiai dans les bras de mon Pierrot, minaudant à l’excès, me plaignant de ma condition de pauvre Normande au pays des cigales. Ça vous paraîtra étrange, mais en ces années qui suivirent la fin de la guerre et à chaque fois où nous furent confrontés à la douleur, à la tragédie, notre capacité à en rire nous a permis de les surmonter.

La matinée touchait à sa fin, nous avions dévoré mes provisions. Avant de sortir déjeuner, Toine s’adressa en italien à notre logeuse. Il lui avait posé une question, mais elle semblait le tancer plus que d’y répondre. Elle désigna un cadre enrubanné de crêpe noir. Leur discussion s’animait, Pierrot paraissait en comprendre une partie, mais Nathalie et moi étions complètement perdues.

Toine et Pierrot remontèrent dans notre chambre et en redescendirent habillés des vêtements qu’ils portaient lors de leur mobilisation, mais qui n’étaient plus tout à fait à leur taille, ils avaient beaucoup maigri sur le front. Notre logeuse parut satisfaite et nous fit remarquer, dans un français teinté d’un fort accent italien, qu’à cette heure avancée, nous ne trouverions aucun restaurant ouvert, mais elle nous offrait de manger ce qu’elle avait cuisiné. Pierrot et Toine se frottèrent les mains et nous nous mîmes à table.

Elle avait déjà déjeuné, mais « par principe » elle partagea notre repas, picorant plus que mangeant. C’est lors de ce repas que Nathalie et moi apprîmes que Toine la connaissait de longue date, quand il apprenait le métier d’imprimeur, il logeait chez elle et son mari, qu’il avait été ami avec son fils, mort à la guerre en Albanie, mais ce qui nous fit ouvrir des yeux grands comme des soucoupes et nous effraya un peu, qu’ils partageaient l’idéal anarchiste.

Toine nous expliqua brièvement ce qu’était réellement l’anarchisme et je compris qu’au plus profond de mon être, c’était ma conception de la vie. Jusqu’à ce jour, je pensais que les anarchistes étaient des sauvages assoiffés de sang et j’appris qu’il n’en était rien. Je regardais cette vieille femme et je l’admirais de pouvoir parler de politique « comme un homme », de la simplicité avec laquelle elle démontait les arguments qui avaient constitué le fondement de mon éducation. Elle avait toute sa place dans la société et la revendiquait. Son idéal était empreint de liberté et il me convenait bien.

Quand elle nous affirma qu’on pouvait refuser le rôle que la société nous imposait, je lui fis remarquer que nous portions les enfants et qu’à moins de renoncer au plaisir charnel, les grossesses ne pouvaient que rythmer nos vies de femmes. Elle éclata de rire et dit quelque chose en italien qui fit rougir Toine.

Qu’a-t-elle répondu ?

Que le seul enfant qu’elle ait eu avait été conçu parce qu’elle et son mari l’avait bien voulu, mais pour autant, ils ne se sont jamais privés…

Qu’a-t-elle répondu réellement ? Si ça avait été sa réponse, tu n’aurais pas rougi, Toine !

Notre logeuse tança une fois encore Toine et dans un mauvais français nous expliqua « un homme et une femme peuvent prendre du plaisir autrement que mettendo il membro nella vagina », que ces pratiques étaient sans risque de grossesse et que nous n’aurions pas à en rougir. Je regardai Nathalie, sidérée de cette évidence et du naturel avec lequel cette vieille bonne femme, à l’allure si austère l’avait énoncée.

Le plaisir se prend où et quand on désire le prendre, il n’y a aucune contrepartie à payer ! Croire que pour chaque instant de bonheur, on doit accepter le malheur, c’est de la superstition et je ne suis pas superstitieuse !

Elle mit une claque amusée sur le dessus du crâne de Toine quand il ajouta « Parce que ça porte malheur ! ». Nous achevâmes le repas en lui posant toutes les questions qui nous traversaient l’esprit, elle y répondait tantôt en français, tantôt en italien.

J’étais un peu grise du vin que nous avions bu à table, Nathalie aussi, nous fîmes quelques pas dans les ruelles du quartier, avant d’admettre que nous nous moquions éperdument de visiter Nice, d’aller jusqu’à la mer, que ce que nous voulions par-dessus tout, c’était nous retrouver tous les quatre dans la chambre et jouir, jouir à n’en plus finir de nos corps, de la lumière, de la vie.

Et mettre en pratique ce que vous venez d’apprendre en théorie ?

Pierrot et Toine avaient voulu nous faire rougir en nous posant cette question, mais ils en furent pour leurs frais quand nous leur répondîmes

Et mettre en pratique ce que nous venons d’apprendre en théorie !

Quand nous entrâmes dans la plus grande des deux chambres, nos habits semblaient nous brûler la peau. Nous les ôtâmes avec hâte.

Pierrot me couvrait de caresses, auxquelles je répondais par des baisers. Mon corps semblait renaître à la vie sous ses mains. J’entendais Nathalie roucouler, je savais ce que signifiaient ces petits trémolos. J’aurais voulu dire au Toine comment faire pour qu’ils se transforment en chant d’amour, mais j’étais bien trop accaparée par mon plaisir, par le plaisir que nous prenions Pierrot et moi.

Toine n’eut, en fait, pas besoin de mes conseils pour faire chanter Nathalie !

Comme cela s’était produit la veille, l’envie nous prit de faire l’amour tous les quatre ensemble.

J’aimais mon Pierrot par-dessus tout, de la même façon, j’aimais Nathalie, mais un sentiment sournois, indicible m’interdisait de m’avouer que j’aimais tout autant Toine. La culpabilité, la crainte de trahir Pierrot et la seule amie que je n’avais jamais eue, me paralysaient. Alors je résistais à la douceur des baisers, des caresses du Toine, je m’en échappais en riant comme une bécasse, pour, à chaque fois, me réfugier dans les bras de Pierrot.

Puis, je remarquai le regard de Nathalie, j’y lus le désir qu’elle avait de Pierrot, mais qu’elle redoutait d’y succomber tout à fait. Plus courageuse que moi, elle se demanda à voix haute si elle pouvait s’abandonner de tout son corps, de toute son âme au plaisir avec Pierrot, sans pour autant trahir l’amour qu’elle portait à Toine et celui qu’elle me portait.

Il s’avéra que nous étions tous les quatre plongés dans le même dilemme, que nous résolûmes en nous laissant guider par notre désir. C’est ainsi que je partageai, de temps à autre, la vie de Toine et que Nathalie fit de même avec Pierrot. Il nous est aussi arrivé de vivre toutes les deux avec l’un ou avec l’autre, mais le plus souvent, ce que nous aimions par-dessus tout, c’était être tous les quatre, nous laissant guider par cette soif inextinguible de plaisir.

Cette après-midi là, je goûtais au bonheur d’être une œuvre d’art. Toine glissait ses doigts dans ma blonde toison, comme s’il voulait la peigner, et s’émerveillait de sa douceur. Quant à moi, je régalais tous mes sens au contact de son corps, de son sexe aussi.

J’en aimais la vue, j’en aimais le toucher, j’en aimais l’odeur, j’en aimais le goût, j’en aimais la mélodie toute en souffle et en gémissements qui s’échappait de la bouche du Toine quand je le caressais, quand je l’embrassais, quand je le léchais. Je composais la mélodie de notre plaisir et m’enivrais de l’aisance avec laquelle elle naissait.

Je succombai tout à fait quand, voyant le plaisir que prenaient Pierrot et Nathalie, nous fîmes l’amour sans nous poser plus de question. Libérés de toutes ces tensions, nous pûmes enfin nous aimer de la façon qui nous convenait le mieux, c’est-à-dire en nous amusant.

Je chevauchais Pierrot qui faisait minette à Nathalie, Nathalie qui me tétait un sein, puis l’autre. Toine me caressait tantôt les seins, tantôt mon clitoris. Quand ses caresses me faisaient trop frémir, que j’ondulais, que je criais un peu trop fort à mon goût et que j’essayais d’échapper à cette vague qui montait en moi, il m’enjoignait « Laisse-toi aller, Bouton d’Or ! » et dans un même mouvement, m’arrachait au corps de Pierrot, m’empalait sur son sexe dur et vibrant de désir.

Alors, cette ronde prenait une autre forme. Nathalie empalée sur Pierrot. Moi, à quatre pattes, le sexe de Toine au plus profond du mien, Toine qui embrassait Nathalie, mes mains qui caressaient ses jolis seins. Jusqu’à l’envie d’une autre figure, d’une autre combinaison.

Nous oubliâmes de dîner, ce soir-là, tant nous étions repus d’amour. Nous nous endormîmes à même le sol, à demi sur le plancher, à demi sur le vieux tapis un peu élimé.

Quand Toine s’agitait dans son sommeil, avant que ses cris ne le réveillent, je prenais sa main et la posais sur ma toison, ses doigts s’agrippaient à mes poils et sa respiration s’apaisait.

Quand Pierrot s’agitait, hanté par ses cauchemars, Nathalie prenait sa main et la posait sur ses seins.

Notre victoire fut cette première nuit sans cris d’horreur, sans réveil en sursaut, même s’il nous fallut encore de longs mois avant qu’elles ne deviennent la règle.

Au petit matin, alors qu’ils dormaient encore, Nathalie me raconta le plaisir solitaire qu’elle avait pris quand Pierrot lui caressait les seins.

Tu crois que c’est mal ?

Pourquoi donc le serait-ce ? Qui te dit que ce n’est pas ton plaisir qui lui a permis de chasser ses cauchemars ?

Nous nous embrassâmes, nous recouchâmes dans le lit, Pierrot et Toine nous rejoignirent à leur réveil, s’émerveillant de nous regarder ainsi enlacées dans le sommeil.

Comme l’écrivait Madame de Sévigné « Je ne saurais vous plaindre de n’avoir point de beurre en Provence, puisque vous avez de l’huile admirable »

Dessin d’Alexander Szekely

Le cahier de Bonne-Maman – À table comme en amour, le changement donne du goût

J’avais quitté ma Normandie sous la pluie et le vent et je découvrais une Provence éclatante de soleil, bien que très venteuse. Ce furent les premières choses qui me frappèrent, la lumière et ce vent que je ne connaissais pas. Ensuite, je me souviens des odeurs. J’étais une fille de la terre et sans doute bien plus sensible que toi à ces choses-là.

Je fis à pied le trajet depuis la gare, les reliefs me surprenaient et je m’arrêtais souvent pour regarder, toucher, sentir ces fleurs, ces buissons, goûter ces fruits que je ne connaissais pas encore.

Je trouvai facilement la ferme des parents de Nathalie. Elle avait reçu une lettre du Toine lui racontant mon histoire et lui demandant de trouver un lieu pour manger et dormir contre mon travail. 

Puisque j’avais mon certificat d’études et que j’avais une écriture soignée, je pourrais peut-être aider l’instituteur après avoir passé un petit examen. Si j’étais prise, je logerais au-dessus de l’école. Sinon, je pourrais toujours proposer mon aide dans une ferme, ce n’était pas le travail qui manquait !

Nathalie était curieuse de me voir et surtout d’entendre « mon drôle d’assent » ! C’étaient eux qui en avaient un ! Pas moi ! Ce fut longtemps un sujet de plaisanterie mon fameux accent, au fil des années, je l’ai perdu. Nathalie dit que ce sont leurs oreilles qui s’y sont habituées!

Très fatiguée par ce voyage, par toutes ces émotions aussi, je m’endormis la tête posée sur mes bras, alors que j’attendais que la Nathalie ait fini de me faire une omelette. Quand je rouvris les yeux, je la vis, souriante, un bambin sur les genoux.

Je mangeai un peu puis nous allâmes à l’école, au cœur du village, je rencontrai l’instituteur qui me fit faire une dictée, résoudre quelques problèmes d’arithmétique, m’interrogea sur la géographie. Le besoin était grand, je fus embauchée comme maîtresse auxiliaire et il fut convenu que je commencerai dès le lundi suivant, nous étions vendredi soir, j’avais donc deux jours entiers pour m’installer, faire le tour du village et connaissance avec ses habitants.

Je n’avais qu’une robe sur moi, celle que je portais pour aller voir mon Pierrot. À l’époque, surtout quand on était paysanne, on n’avait pas beaucoup de robes, on portait un tablier sur celle de la semaine et on avait la fameuse « tenue du dimanche »

Je portais ma robe du dimanche, elle était un peu sale, sentait la sueur et le tabac froid, des odeurs de cuisine aussi… Il n’y avait pas de magasin de prêt-à-porter. Les plus riches s’offraient les services d’une couturière, les femmes de ma condition achetaient du tissu et cousaient leurs vêtements. On n’avait pas de machine à laver non plus… aussi, je demandai à Nathalie si elle pouvait me prêter une de ses robes, le temps que je lave la mienne et qu’elle sèche… avec ce grand soleil et ce vent, même si le tissu était épais, ça ne prendrait pas longtemps.

Nous fîmes un aller et retour de la ferme à l’école, la grand-mère de Nathalie s’occuperait des petits le temps que je m’installe dans cette petite chambre, dont la fenêtre donnait sur la cour, et aussi le temps de papoter entre filles dont les fiancés étaient au front.

Nathalie me tendit une robe en me demandant « deux faveurs ». Tout d’abord, la serrer fort dans mes bras et tandis que je le faisais, de ne pas laver ma robe tout de suite. « Mon Toinou a dormi dessus, il a rêvé à moi en vous écoutant, derrière le drap tendu… » Ses grands yeux noirs étaient pleins de larmes.

Elle sentait le tissu, essayant d’y trouver l’odeur de son Toine. Je lui fis la promesse de ne pas laver ma robe avant le retour de nos hommes. Mais je ne savais pas encore qu’il nous faudrait attendre presque dix-huit mois avant de les revoir. Ne te moque pas, mais à leur retour, nous étions tous les quatre convaincus que ce « sacrifice » leur avait porté chance et permis de rentrer sains et saufs.

Je retirai ma robe comme je l’aurais fait devant ma sœur, Nathalie fut surprise de mes dessous. Une fois encore, il y avait quelques différences avec ceux qu’elle connaissait. Je fis une toilette de chat et tandis que je m’aspergeai de « sent-bon », Nathalie étala ma robe sur le lit et s’allongea dessus.

Je la regardais faire et comprenais très bien à quoi elle songeait. Plus que jamais, le corps de Pierrot me manquait. Et ses mains… Et ses baisers… Je me fis une petite place aux côtés de Nathalie et lui caressai les cheveux. Elle laissa enfin couler ses larmes et déversa sa peine, ses regrets.

Pourquoi avait-elle tant tenu à garder sa vertu ? Pourquoi avait-elle refusé d’écouter son cœur, son corps ? Et si le Toine ne revenait pas ? Cette guerre qu’on devait gagner si vite, ce retour des hommes pour les récoltes qu’on nous avait promis ! Ça faisait presque trois ans qu’il était parti…

Elle m’admirait d’avoir eu le courage de faire ce voyage pour rencontrer Pierrot. Elle avait presque vingt ans et enviait pourtant mon « espérience ». Je lui caressai les cheveux, embrassai ses yeux, ses joues, sa bouche. Nos corps firent le reste.

En ce printemps 1917, je découvrais le plaisir et la beauté d’un corps féminin, la douceur de la peau, le frémissement des seins sous mes mains. Il nous fallut presque une heure de caresses, de baisers avant d’oser nous dévêtir entièrement.

Quand je fus nue devant elle, Nathalie écarquilla ses grands yeux « Tu es blonde, même en bas ! ». Je rougis, bafouillai je ne sais quoi, sidérée qu’elle le fût. Je me faisais l’impression d’être une bête de foire, ma tenue, mon accent, les mots que j’employais, tout semblait étrange à Nathalie et maintenant, même mes poils l’étonnaient !

Remarquant mon air contrarié, Nathalie décida de me faire rire et s’agenouilla devant moi « pour implorer ton pardon ! » Comme ses excuses étaient douces… !

« Tu crois qu’on peut ? » était la question que nous nous posions le plus, et à chaque fois, la même réponse s’imposait « Bien sûr qu’on le peut ! »

Dessin de Gerda Wegener

J’avais aimé les baisers de mon Pierrot sur mon sexe, ceux de Nathalie étaient différents, mais je les aimais tout autant ! Je découvris aussi les délices d’un sexe féminin, ses parfums, ses trésors. J’aimais glisser ma langue dans ses replis secrets et j’aimais quand Nathalie faisait de même.

Nous nous caressâmes, nous embrassâmes, nous léchâmes, nous étreignîmes, nous embrassâmes encore, ondulant, lascives, étouffant nos cris de surprise, nos cris de plaisir. Ce jour-là, nous restâmes à l’orée de la jouissance.

Les cloches de l’église sonnèrent la fin de cette récréation, il était temps de nous rhabiller, de nous recoiffer et de retourner à la ferme.

Nous nous regardions droit dans les yeux, sans aucune honte, ni regret, sans crainte d’aller en enfer. Bras dessus, bras dessous nous fîmes le chemin en parlant de tout et de rien, comme s’il ne s’était rien passé dans la petite chambre.

En y repensant, tant d’années après, je me souviens que j’étais bien plus troublée par la robe que je portais, si différente de celles dont j’avais l’habitude, que par ce que je venais de faire avec sa propriétaire.

Après le repas, nous écrivîmes chacune une longue lettre à nos hommes, pour les rassurer. Je racontai mon voyage à Pierrot, la découverte de sa Provence, mon installation au village, je lui parlai de ma robe et de ma décision de ne pas la laver avant son retour, je lui décris, avec force détails, ma découverte du plaisir entre deux jeunes filles. Je ne voulais pas lui cacher quoi que ce soit, du fond de mon corps, je savais qu’il ne me jugerait pas.

Loin de nous juger, mon Pierrot et le Toine, dans leur réponse respective, nous encouragèrent à prendre du plaisir sans aucune honte, ni crainte d’un courroux divin, comme me l’écrivit Pierrot « Je subis la colère de dieu à chaque instant depuis deux ans, pourtant je n’ai rien fait pour la mériter. Si tu m’aimes, accroche-toi au plaisir, croque le bonheur à pleines dents, récolte le plaisir, fais-en provision, si je reviens de cet enfer, je vais en avoir besoin, j’en serai affamé » Je lui ai reproché d’avoir écrit « si » à la place de « quand », mais je ne manquais pas de lui raconter nos émois sensuels pendant les mois qui suivirent.

Dessin de Gerda Wegener

Nous nous laissions aller aux « plaisirs saphiques » comme le Toine les nommait de sa plume érudite, dès que l’occasion se présentait, parce que l’envie, le désir ne nous quittaient jamais. Nous devenions audacieuses dans nos étreintes, la seule crainte de Nathalie étant de perdre son pucelage.

Même si ça amusait son Toinou, qui la moquait un peu à ce propos, elle tenait à lui offrir sa virginité. Depuis toutes ces années, j’ai appris que quand Nathalie a une idée dans sa caboche, rien ni personne ne pourront la déloger !

Quand il revinrent au village, j’y avais trouvé ma place je m’étais accoutumée aux parfums, aux vents, à la végétation, aux reliefs, à l’accent, au langage, aux traditions, à la cuisine de la Provence, mais j’y avais surtout trouvé une amie, une compagne, une sœur, une de ces personnes qui t’ancrent dans la vie, qui te permettent de garder l’espoir dans les moments de doute.

Au fil des mois, j’avais appris à connaître mon corps, à le faire réagir, à moduler la montée du plaisir, et je savais la stopper si je voulais prolonger cet état ou, au contraire, je savais laisser exploser ce feu d’artifice intérieur. J’avais aussi appris à reconnaître tous ces signes dans le regard de Nathalie, dans les frémissements des ailes de son nez, je savais déchiffrer la mélodie de son plaisir rien qu’en l’écoutant respirer. J’avais appris ce que signifiaient les mouvements de ses cuisses, les ondulations de son bassin, les crispations de ses mains, même ses pieds m’indiquaient où elle en était dans son ascension vers son plaisir.

En apprenant à aimer une autre fille, nous ne pensions pas que nous saurions offrir tant de plaisirs aux hommes qui allaient partager nos vies, à nos compagnons. Mais le plus important, nous ignorions que nous en prendrions autant ! Sans en avoir conscience, nous nous étions libérées des carcans d’une morale qui ne nous aurait jamais convenu.

À leur retour, quand il me vit nue, mon Pierrot me dit que les nombreuses caresses de Nathalie avaient épanoui mes seins, qu’ils étaient encore plus beaux que lors de notre rencontre, qu’ils avaient tout pour combler ses mains d’homme. Il sut s’en montrer reconnaissant.

Comme l’affirme le dicton, « là où il y a des filles amoureuses, il est inutile de verrouiller les portes »

 

Les souvenirs de Tatie Monique – Voiture avec chauffeur

Quand je me suis installée au village, l’école fonctionnait encore. À l’instar de Bonne-Maman 57 ans plus tôt, j’y travaillais « en attendant mieux » , à la différence que je n’y étais pas « maîtresse d’école », mais « dame de service », comme on disait à l’époque. J’y faisais le ménage, la vaisselle, aidais en cuisine, soignais les petits bobos, mouchais les nez et essuyais les larmes. Il n’y avait que deux classes, celle des tout petits, qui ne savaient pas lire et celle des grands, jusqu’à la 7ème. 

J’aimais bien ce boulot, qui me laissait beaucoup de temps libre et presque autant de congés que les enseignants. Quand je croisais le bavard, le notaire ou un homme avec lequel j’avais fait des galipettes, rien dans mon attitude ne le laissait deviner. Comme si j’étais une autre Monique. Mes histoires de fesses, leurs histoires de bites ne concernaient que mes fesses et que leur bite. Les papas qui aidaient à la préparation des diverses fêtes, qui assistaient à la remise des prix, n’avaient rien à voir avec les amants que je rencontrais ici et là.

J’avais été très claire sur ce point peu après la rentrée, quand dans « le vieux château », alors que je le suçais, le bavard m’avait dit « Mon fils m’a dit que tu étais une dame de service très gentille » avant que la moindre allusion grivoise ne sorte de sa bouche, j’avais arrêté ma pipe et lui avais répondu « Je ne fais pas dans les parents d’élèves » et, profitant de la présence de mes autres amants dans la même situation, j’ajoutai « ceux qui me parleront de leurs gosses pendant nos parties fines, n’obtiendront plus aucune faveur sexuelle de ma part ! ». Bien que surpris par la virulence de mes propos, tous s’accordèrent pour reconnaître qu’il était plus judicieux d’agir ainsi.

Les semaines avaient filé à une vitesse incroyable, rythmées par les fêtes, par les préparatifs du double mariage, dont la date avait été fixée au 4 septembre 1975. J’avais vingt ans et pas froid aux yeux, Christian me proposait souvent de nouveaux jeux, je lui en proposais d’autres, nous nous amusions bien. Nous pensions être imaginatifs, pourtant il nous restait tant à apprendre, à découvrir…

J’avais fermement refusé que Bonne-Maman me cède sa maison et aille s’installer chez Nathalie. Quand nous avions envie de faire la fête en intérieur, nous avions toujours la possibilité d’aller chez Alain. En plaisantant, Nathalie m’avait soutenue « Mais, Rosalie, les laisser vivre tous les deux, tous seuls sous le même toit… AVANT le mariage… pense à la réputation de la petiote ! Je ne veux pas qu’on cancane sur elle ! ». L’accent de Nathalie était très prononcé, davantage que celui des plus jeunes, quand elle avait dit « cancane », j’avais eu la vision d’une file de canards, tortillant du cul en poussant des « coin-coin ! » très sonores.

Nous avions comblé le fossé des générations et parlions sans vergogne de nos aventures quand l’occasion se présentait. Elles avaient vécu, à peu de choses près, les mêmes expériences, de fait, nous n’avions pas besoin de préciser certains détails et s’il nous arrivait de le faire, c’est que nous en avions l’envie. 

Quelques jours avant les vacances de la Toussaint, nous papotions tous les quatre, entre l’heure de l’apéro et celle du dîner, quand Bonne-Maman mentionna « la voiture avec chauffeur ». À cette évocation, elles avaient à nouveau vingt ans  ! Nous ne comprenions pas ce dont elles parlaient, alors elles nous racontèrent la première fois où le Toine avait proposé ce jeu à Nathalie.

Elles s’enflammaient, s’interrompaient, riaient, parlaient en même temps, nous les écoutions médusés, éberlués, si elles n’avaient pas eu besoin de sortir leur mouchoir brodé de leur poche pour s’essuyer le coin des yeux, on aurait pu croire deux gamines surexcitées !

Que l’idée était tentante ! Du regard, je suppliai Christian de m’offrir cette « voiture avec chauffeur », son sourire, son léger haussement de l’épaule signifia « Oui ! Bien sûr, ça va de soi ! ». Encore toute excitée, Nathalie termina son récit en provençal, que je ne comprenais pas, mais j’y reconnus « Toinou » avant que tous les trois éclatent de rire.

Il était impératif que Christian s’occupe tout seul de l’organisation. Il lui fallut un peu de temps pour trouver les complices et surtout la voiture de luxe qui devait être spacieuse. Pour pimenter l’aventure, Christian avait suggéré que je me rende à Arles, que je parte seule à la découverte de cette ville. À 20 heures tapantes, la voiture m’attendrait devant la gare, je monterais dedans, un à un trois passagers me rejoindraient, enfin, Christian, dans un uniforme de chauffeur de maître, je devrais faire comme si je ne le connaissais pas, ne pas lui adresser le moindre regard, de toute façon, la petite vitre qui séparait les places arrière des places avant me l’aurait interdit. 

Je fis le trajet aller en train, je souris en montant dans la vieille micheline, c’était dans un autre train, plus moderne, plus « luxueux » que j’avais vécu les premières heures de cette vie qui était désormais la mienne. Je découvris la ville entre plaisir et dépit. Christian n’était pas à mes côtés pour me guider et je le regrettais, mais je savais que nous y retournerions très bientôt et je me consolais en me disant que puisqu’il avait choisi la robe que je portais, c’était un peu comme s’il était avec moi.

Je déjeunai dans le petit café qu’il m’avait indiqué. Le serveur plaisantait avec un client. J’aimais l’exubérance des éclats de voix, des gestes, des rires des provençaux. Bien que vivant depuis plusieurs mois en Provence, ce fut ce jour, ce midi précis que j’en pris conscience. La sensation était voluptueuse, un peu comme s’installer confortablement dans un vieux fauteuil, moulé à nos fesses, étendre ses jambes et souffler de soulagement après avoir enfilé ses chaussons un peu usés, pas très sexy, mais dans lesquels on se sent tellement bien… !

Après avoir déjeuné, j’écrivis une longue lettre à Christian pour lui expliquer ce que j’avais ressenti et pour qu’il soit un peu près de moi quand même, puis une autre lettre à mes parents pour les inviter à mon mariage, leur donner des nouvelles de Bonne-Maman. Ma décision les avait un peu inquiétés, alors je leur parlai de ma vie, de mon travail. Maman était « montée » à Paris pour y travailler, elle y avait rencontré mon père et parlait de son village avec ce léger dédain propre aux provinciaux fraîchement installés à la capitale, je faisais le chemin inverse. Je lançai les deux enveloppes dans la première boîte aux lettres que je trouvai sur ma route et passai la fin de l’après-midi à m’émerveiller de cette sensation d’être chez moi, à ma place.

L’après-midi fila à la vitesse de l’éclair et la voiture m’attendait déjà lorsque j’arrivai à la gare. Un homme y était déjà installé. Je m’assis à ses côtés, du bout des doigts, il souleva ma robe, écarta ma culotte et me regarda comme pour estimer la marchandise. Je le trouvais déplaisant, mais quand il sortit sa queue de son pantalon, je fus rassurée. 

Une longue cicatrice un peu brune dessinait une ligne presque droite le long de sa hampe. Catherine m’avait déjà parlé de cet homme un peu étrange, dont la timidité maladive l’handicapait avec les femmes, mais qui, dès qu’il était rassuré, s’avérait être d’une incroyable gentillesse.

Caressant délicatement son membre du plat des ongles, je lui demandai s’il m’autorisait à le sucer un peu en attendant les autres passagers. Il accepta de bon cœur et c’est avec sa queue dans ma bouche que j’entendis la portière s’ouvrir sur les deux derniers passagers, qui nous saluèrent joyeusement.

Le client et le serveur ! C’était donc pour cette raison que Christian avait tant insisté pour que je déjeune dans ce café précis ! Déguisé en chauffeur, il prit place en dernier. Étant occupée à m’installer entre le serveur et le « balafré », je ne l’avais pas vu entrer. Comme convenu, je déclenchai le petit interphone pour lui indiquer l’adresse de Bonne-Maman et « j’omis » de couper le petit micro. Ainsi, Christian entendrait mes ébats et, ne pouvant être spectateur, je lui décrirai avec force détails ce qui se passerait à l’arrière. 

Ces mains inconnues qui me découvraient me rendaient folle de désir, certaines sous ma culotte, d’autres par-dessus, ces langues qui s’enroulaient autour de la mienne pour la première fois… La voiture roulait, je n’en pouvais déjà plus de désir quand je me penchais vers le client du café, à ma gauche, le plus éloigné de moi, coincé contre la portière, pour le sucer. Le balafré baissa ma culotte pour me caresser les fesses, le serveur touchait mon minou de ses mains carrées et viriles, ma pipe était bruyamment baveuse, les cris de plaisir fusaient de toutes parts, ils me traitaient de coquine, de salope avec admiration. Bon sang, que c’était bon !

– Viens… viens sur moi, ma jolie !

953714267Je m’empalai sur la queue dure et large comme un madrier du serveur, je n’avais pas pris le temps de retirer ma culotte et elle restait suspendue à ma cheville droite. Le contact du tissu humide et frais sur ma peau était si excitant ! 

Je ne savais plus quelles mains avaient tiré sur l’encolure de ma robe pour en faire jaillir mes petits seins ronds, mais je me trouvais ainsi bien plus offerte, bien plus sexy que si j’avais été nue. J’embrassais « le client » la bouche bien ouverte, la langue sortie pour que tout le monde puisse voir ce baiser voyou. 

Une bite dans chaque main, la troisième au plus profond de moi, nous étions ballottés au gré des chaos, des virages de la route. Je jouissais de ces inconnus avec exubérance, en devinant l’état dans lequel nous étions en train de mettre Christian, au volant. 

Le client fut le premier à jouir de mes caresses, son sperme inonda mon ventre et ma poitrine, tachant le tissu froissé de ma robe au passage.

– Chauffeur, je descends là !

Christian s’arrêta à l’entrée d’une ville. Avant de descendre de la voiture, « le client » me remercia et me dit son désir de me revoir bientôt. La voiture redémarra, nous avions plus de place. Je restais empalée sur le serveur, je caressais ses couilles tout en branlant le balafré, qui manifesta son désir de me prendre, mais il souhaitait également voir mon regard, mes seins.

J’offris donc mes fesses aux coups d’œil de Christian, qui devait bien se régaler grâce au rétroviseur. Pour lui offrir le meilleur point de vue possible, je me cambrai exagérément.

– Ooooh… comme c’est bon ! Oooh, mon Christian, si tu sa… vais comme… comme c’est bon !

– Tu l’aimes, ma grosse queue ?

– Oooh… oui !

Le balafré me faisait aller et venir, en me tenant par la taille, m’embrassant la bouche, les seins, léchant du bout de sa langue mes petits mamelons roses. Je ne sais pas si la route était vraiment en si piteux état, mais à l’intérieur de la voiture, nous étions bringuebalés et certains chaos le faisaient s’enfoncer au plus profond de moi. Avant de jouir, il s’exclama :

– Ta chatte est une œuvre d’art, petite et que c’est…

HAN ! Il s’enfonça d’un coup jusqu’aux couilles. Son baiser, son coup de rein, ses doigts sur mon clitoris me firent hurler de plaisir, au beau milieu de sa phrase, je la sentais palpiter, couler.

– … et que c’est bon de la faire miauler !

Comme il semblait que ce fût leur règle, après avoir joui, il demanda à Christian de le laisser descendre. La voiture étant assez spacieuse, je me mis à quatre pattes sur la banquette, le front appuyé contre la vitre de la portière. Pour la deuxième fois, le serveur me pénétra, mais cette fois-ci, en levrette. 

Je le sentais aller et venir, il prenait son temps, chacun de ses mouvements étaient amples, il sortait entièrement à chaque fois et s’enfonçait ensuite d’un coup, de tout son long. J’étais folle de ces sensations ! Ses mains me pétrissaient les seins, puis la droite descendait vers mon minou. 

Je gémissais de plaisir, oubliant de décrire à voix haute ce que je ressentais, comment mon corps ondulait, comment mes lèvres s’écartaient pour laisser entrer le gland volumineux, doux et chaud, puis la verge, comment je sentais ses couilles battre sur ma vulve, comment les reliefs de sa hampe semblaient arracher les lambeaux de mon plaisir quand il se retirait.

J’oubliais de décrire mon sexe qui coulait un peu, cette envie de « pipi qui n’est pas du pipi » (à l’époque les termes « femme-fontaine », « squirt » nous étaient inconnus, mais nous avions bien compris que ce n’était pas une envie d’uriner). J’oubliais de lui décrire comment mon bassin ondulait, ma façon de me cambrer, je ne pouvais que gémir, soupirer, crier dans un crescendo des « OooOOOooh… oooOOOh… c’est bon… ooohh… ooohh… que c’est… BON ! »

Le serveur accéléra encore la cadence et jouit dans un cri animal. Avant de descendre sur la place de la ville où travaillait Catherine, il me fit cet étrange compliment :

– Quand ton petit con figurera dans les guides touristiques, comme une merveille à visiter absolument, je serai fier de proclamer que j’y ai mis ma queue et que je la remettrais avec plaisir, ma jolie !

Il m’embrassa une dernière fois avant de claquer la portière. 

Je me retrouvais, pantelante, seule avec Christian, qui ne se retournait toujours pas, ne prononçait aucun mot, et conduisait, raide comme la justice. Je le remerciai de m’avoir offert ce tour en « voiture avec chauffeur », lui demandai si je devais remettre de l’ordre dans ma tenue. Il fit « NON » de la tête et nous fîmes la fin du trajet en silence.

Quand nous arrivâmes devant la maison de Bonne-Maman, je poussai un cri de surprise en découvrant Christian qui m’attendait sur le trottoir. Il ouvrit la portière et dans un éclat de rire, m’accueillit d’un « C’était un sacré farceur, le Toine, tout de même ! »

Pétrifiée, les yeux exorbités, la bouche qui s’ouvrait et se refermait comme celle d’un poisson sorti de l’eau, je compris que Nathalie avait volontairement achevé son récit en patois, pour que j’aie droit à la même surprise qu’elle !

Dans les bras de Christian, je saluai d’un geste de la main, la « voiture avec chauffeur » qui s’éloignait déjà.

L’inculture cinématographique de Monique et de Christian leur permet de laisser libre-cours à leur fantaisie