Bonheurs des jours, confidences épistolaires – Objet : Perfection pubienne

Le 11 janvier 2019

Mon petit Lucas,

La deuxième nuit que j’ai passée au village restera gra­vée à tout jamais dans ma mémoire. Monique m’avait proposé de choisir un déguisement et un scénario pour une petite say­nète à ma convenance. Elle avait sorti tous les costumes de la malle, je les regardais attentivement. J’aurais voulu porter une guêpière comme celles que j’avais entraperçues dans des re­vues cochonnes, mais il n’y avait que des corsets à lacets et à rubans… j’étais un peu déçue, car je ne les trouvais pas très excitants.

Monique me demanda à quoi je pensais, je lui livrais ma déception, le terme est trop fort, elle m’expliqua alors mon erreur. Elle me raconta comme elle trouvait agréable le laçage, quand elle avait le souffle presque coupé et combien le côté désuet du tissu blanc et rose fané augmentait son plaisir. Elle me proposa d’en essayer un. Il y avait cinq corsets en tout, de différentes tailles, de différentes périodes et de différentes provenances.

Je me déshabillai, à la fois excitée à l’idée de le faire de­vant Monique et à la fois un peu anxieuse à l’idée qu’elle ne me regarde pas comme je rêvais qu’elle le fasse. Non seulement, elle ne détourna pas les yeux, mais au contraire, me regarda ouvertement, me demandant de tourner sur moi-même, de lever les bras comme une danseuse, de me cambrer un peu plus. Je voulus savoir si c’était pour deviner quel corset m’irait le mieux.

Elle éclata de rire et me répondit que non, que c’était juste pour m’admirer davantage, qu’elle me trouvait très belle et super bien gaulée. Je rougis, elle s’agenouilla devant moi et marmonna. Je lui demandai ce qu’elle disait, elle me répondit par Quand le mari de Nathalie a vu ma grand-mère à poil, la pre­mière fois, il est resté bloqué sur les poils de son pubis, il n’en avait jamais vus d’aussi blonds Ta toison me fait le même effet…” Je lui rétorquai que je ne suis pas blonde, elle haussa les épaules et me sourit Merci, j’avais cru remarquer !”

– Alors quel est le rapport ?

– Ta toison est… je peux ?

Valentina par Guido Crepax

Elle me demandait la permission de toucher mon pu­bis ! Nous avions flirté, plus ou moins couché ensemble la veille, mais elle attendait mon accord pour le toucher ! Je le lui donnai bien volontiers. Ses doigts jouaient avec mes poils, parce que contrairement à la mode actuelle, le grand chic dans ces années-là était d’avoir une belle toison pubienne. Ses doigts glissaient sur ma peau, mes poils dépassaient, elle s’amusait à les enrouler au bout de son index. Elle me regarda enfin, un grand sourire aux lèvres, il faut dire que j’étais dans un tel état d’excitation que les muscles de mes cuisses tressau­taient et que je ne pouvais empêcher mon bassin d’aller d’avant en arrière, d’arrière en avant.

– Je crois que je n’ai jamais vu une toison aussi parfaite ! Chaque poil est à sa place, ondulé pile-poil comme il faut ! Et tellement denses… ils sont tellement denses ! On pourrait croire que tu les as plantés ! Regarde, ton triangle est parfait ! Martial arrive à te baiser malgré tout ? Parce que si j’étais à sa place, je ne pourrais pas décoller ma bouche de ta chatte !

Puis, semblant remarquer mon émoi, elle me proposa de jouer à la balançoire.

– À la balançoire ?

Elle sortit une langue gourmande, après m’avoir de­mandé de balancer mon bassin d’avant en arrière en écartant légèrement les cuisses. Je fis comme elle me le demandait, j’avais fermé les yeux, autant pour me concentrer sur cette sensation que par crainte de voir réellement cette scène dont j’avais rêvé maintes fois. Je me laissais aller à ses caresses, je sentais mes doigts se crisper sur ses cheveux. Je crus les lui avoir tirés un peu trop fort quand elle prit ma main, puis l’autre, mais sans cesser de me lécher, elle m’incita à écarter mes lèvres avec mes doigts.

Je sentis alors tout mon sang se concentrer dans mes mollets, des picotements sous la plante de mes pieds. Je pous­sai un cri rauque, comme un souffle d’animal en rut et je jouis dans sa bouche. Je lâchai mes lèvres pour retenir son visage contre mon sexe. Je ne pouvais m’arrêter de gémir “Comme c’est bon… ! Comme c’est bon… !” vite remplacés par la sup­plique “Encore… ! Encore… !”, les autres invités étaient déjà là quand nous fîmes notre entrée. Monique expliqua qu’elle avait dû me convaincre de la supériorité du corset à lacets sur la guêpière moderne. Le Balafré s’étonna que les arguments de Monique n’aient pas porté, nous nous récriâmes “Mais pas du tout !” avant de constater que j’étais restée nue.

Je rougis et baissai les yeux, n’osant affronter le regard de Martial qui comprit aussitôt ce qu’il se passait dans ma tête. Il me rassura “Tu n’as pas à rougir des plaisirs que peuvent t’offrir Monique et ses amis, nos amis !”. Je me blottis dans ses bras en lui disant à quel point j’avais aimé cette sensation, je savais que mes yeux brillaient de mille feux de reconnaissance, je lui répétais “Merci. Merci. Merci” et je sentais son cœur battre la chamade. Je réalisai soudain qu’on parlait de moi, que Monique parlait de moi, de la perfection de mon pubis. Jamais une fille ne m’avait complimentée en quoi que ce soit et Monique était en train de le faire sans se soucier que je l’entende ou pas, ce qui ne pouvait que me confirmer la sincérité de ses propos.

Remarquant que je les observais, Cathy me fit un clin d’œil amusé et complice “Faut dire que question comment vous dites vous autres, déjà ? Ah oui question « oralité », elle s’y connaît notre Monique !”. J’éclatai de rire, un peu gênée de ne pas avoir été la première à avoir goûté aux talents de Monique en la matière et de n’avoir donc pu cacher le plaisir que j’avais pris sous sa langue. Martial me demanda dans un souffle si j’aimerais réitérer devant lui. Je ne pensais qu’à ça ! Je voulais plus que tout que tous me regardent jouir sous la langue de Monique, je voulais que tous admirent la perfection de ma chatte et de ma toison!

Monique s’agenouilla à nouveau devant moi, je me mis en position, sous le regard attentif de toute l’assemblée. Elle expliqua à nouveau pourquoi elle trouvait mon pubis excep­tionnel, pourquoi elle adorait me bouffer la chatte. Elle rit en constatant que ses derniers mots m’avaient excitée davantage. J’écartai mes lèvres, mais elle me demanda de poser mes mains sur mes super nichons et de les caresser comme une salope qui veut exciter son monde, elle demanda ensuite à Mar­tial d’écarter mes lèvres et d’offrir mon sexe à la vue… Je jouis presque immédiatement. Monique me demanda si mes sensa­tions avaient été différentes. J’approuvai.

– Tu veux te reposer ou tu veux recommencer ?

– Recommencer

– Qui va écarter tes lèvres ?

– J’aimerais bien… Jimmy…

J’entendis alors des éclats de rire étouffés, Christian m’expliqua que Cathy et Madame avaient décidé d’imiter Mo­nique et avaient décrété que ce serait une « soirée gouinage ». Je les regardais, se taquiner, s’aguicher… J’étais troublée du trouble que leurs caresses et leurs baisers suscitaient auprès de ces hommes. Ils n’avaient que le droit de nous regarder, sauf celui qui écartait et caressait mes lèvres, à tour de rôle.

Je n’aurais jamais cru possible de jouir autant et aussi fort dans une même nuit. Nous avions décidé que ce serait une soirée exhibition lesbienne, que nos hommes n’auraient que le droit de se branler et de commenter, mais alors que je me remettais de toutes ces émotions dans les bras de Martial, Christian prononça la formule magique Et maintenant, mes­sieurs, si nous offrions une bague de fiançailles à la charmante Syl­vie ?” et l’envie nous submergea à nouveau.

Je fus bien contente de ne pas avoir d’obligations le len­demain, comme ce fut le cas pour Monique et Christian. J’ap­préciai tout autant, cette journée passée en tête-à-tête avec Martial, journée où j’ai pu mettre des mots sur mes sensations, où j’ai pu explorer mes rêves sans en rougir, où Martial m’a parlé avec une ferveur incroyable de sa vie à mes côtés telle qui l’imaginait. J’étais touchée qu’il l’imaginât si belle et exci­tante, mais je n’aurais jamais pu deviner qu’elle le serait bien davantage.

Dans une prochaine lettre, je te parlerai de ce que je re­doutais le plus et comment Cathy a réussi à me faire com­prendre à quel point je pouvais me tromper.

Ta mamie Sylvie

Un commentaire sur “Bonheurs des jours, confidences épistolaires – Objet : Perfection pubienne

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.