Chroniques matrimoniales – L’occasion fait le larron

800px-Almanach_1939Même si Valentino aime m’en attribuer tous les mérites, je voudrais te raconter ce qui s’est réellement passé, comme dans un compte-rendu, t’écrire comment les événements se sont enchaînés, comment ils lui ont permis d’échapper au pire et de lui assurer une certaine tranquillité.

La vie au village s’écoulait au rythme des événements internationaux, parfois de longues semaines d’apaisement, qui s’achevaient dans le fracas des bruits de bottes, bruits qui finissaient par s’évanouir dans ce mouvement perpétuel que je comparerais à celui des vagues s’écrasant sur une plage.

L’amicale des anciens combattants se réunissait plus souvent qu’au début des années 30. La crainte d’une nouvelle guerre faisait ressurgir les horribles cauchemars et nous demeurions les confidentes de ces hommes. Il n’y a jamais eu d’accord formel, mais nous ne parlions jamais de politique entre nous, nous savions que notre amitié, que notre complicité n’y résisteraient pas, qu’elles risquaient de voler en éclats ce qu’aucun de nous ne souhaitait.

Valentino vivait caché, tapi dans le repère que lui avait trouvé Toine.

À l’occasion du 14 juillet 1939, alors que nous batifolions tous près de « la source aux fées », Barjaco nous annonça, quelque peu dépité, que son cousin « le parisien » avait décidé de passer ses vacances « au pays ». Avec sa mauvaise foi coutumière, Barjaco le regrettait.

– Qué « au pays » ? Je ne l’ai vu qu’une seule fois ! Son père est parti bien avant ma naissance, avant même son mariage ! Et il n’a même pas marié une femme normale, non ! Monsieur a épousé une… parisienne !

Me voyant froncer les sourcils, il s’était adressé à Pierrot.

– Ça aurait pu être plus pire, tu me diras, il aurait pu tomber sur une…
(enchaînant les signes de croix, telle la bigote se préservant du Malin)… une… une Normande ! Dieu soit loué, elle n’était que Parisienne… !

J’avais fait mine de ne rien avoir entendu ou de m’en moquer, mais quand Barjaco s’était approché de moi, j’avais fait semblant de m’enfuir.

– Boudiou, la Rosalie ! Ne me laisse pas dans cet état ! Vé comme môssieur (c’est ainsi qu’il surnommait son membre) a besoin que tu le soulages !

– Je l’aurais bien volontiers sucé… voire je lui aurais bien volontiers offert mon corps, mais vois-tu… je suis Normande… si ça se trouve, c’est contagieux… Je m’en voudrais de te contaminer… que tu attrapes la Normandite aiguë… !

Claironnant un « Tu parles d’or ! », Barjaco s’était tourné vers Nathalie, qui lui ouvrit les bras en grand.

Il n’avait jamais évoqué Valentino, comme s’il ignorait son retour, mais il est vrai que nous ne nous rencontrions presque jamais rien que tous les deux. Valentino se terrait comme l’animal traqué qu’il était, je ne connaissais pas sa tanière. Par mesure de sécurité, seul Toine savait où elle se trouvait exactement. De temps à autre, ils arrivaient chez nous, à la nuit tombée. Je restais avec Toine pendant que Valentino se confiait à Pierrot.

Parfois, nous faisions l’amour, parfois, non, mais à chaque fois, Toine me demandait de soulever ma robe, il regardait ma « blonde toison » et passait ses longs doigts entre mes poils qu’il lissait, comme on peigne des cheveux. À sa façon de prononcer « Bouton d’Or », je savais si ses doigts allaient s’aventurer plus bas, écarter délicatement les lèvres de « cette bouche que l’on se délecte à faire miauler » comme il aimait à le dire, caresser la peau humide juste au-dessus du « bouton caché de Bouton d’Or », l’appeler d’un doux baiser, le faire éclore, le téter d’une bouche avide et délicate, de glisser ses doigts jusqu’à l’entrée de « la grotte miraculeuse »… ou si son « Bouton d’Or » n’était qu’une incantation, le phare auquel raccrocher son espoir, espoir de savoir les cauchemars envolés, de savoir que le pire était passé, qu’il était derrière nous.

Il arrivait que Toine propose à Valentino de passer la nuit avec moi, dans la chambre qu’il retapait pour le retour de son aîné, le père de Christian. Nous faisions alors l’amour avec plus d’absolu qu’avant, nous avions viscéralement conscience que ce pouvait être la dernière fois. Les menaces, le danger étaient constants, omniprésents, tapis dans les bosquets du manque de vigilance né de l’habitude, prêts à bondir et à anéantir Valentino.

Barjaco était furieux, parce que depuis l’instauration des congés payés, nous avions pris l’habitude de fêter la veille des vacances le 31 juillet, par une orgie où le vin coulait à flots, où les corps s’échangeaient, se mélangeaient et que son cousin l’importun avait annoncé son arrivée pour le 30.

– C’est un vieux garçon, en plus ! Vé si ça se trouve, il est encore puceau !

– Dans ce cas-là, viens avec lui, Bouton d’Or se chargera de le déniaiser… !

– Tu m’ôtes les mots de la bouche, Toine !

– Dis-moi, coquine, montre-moi comment tu t’y prendrais pour le déniaiser, mon cousin le parisien… !

– Ton cousin le parisien ? Je croyais que tu parlais de ton cousin l’importun…

– Té, mais c’est le même peuchère ! Il a le double-nom ! Mon cousin le Parisien-L’importun !

Je m’étais approchée de lui, m’étais faite câline, j’avais soulevé la combinaison de soie que je portais, découvrant ainsi mon triangle doré, l’avais contraint à lever les yeux, à croiser mon regard.

– Montre-moi comment tu voudrais que je m’y prenne avec lui…

Barjaco avait juré en patois, m’avait caressée à m’en arracher la peau, me demandant de lui apprendre comment faire pour préparer le corps d’une femme à d’autres attouchements. J’avais décollé ses mains, m’étais assise à califourchon sur ses cuisses, les yeux dans les siens, lui avais demandé d’imaginer une apparition féerique, comme un halo de lumière, une bulle de savon qu’un geste trop brusque ferait éclater.

– Essaie de la caresser avec toute la délicatesse cachée au bout de tes doigts…

Les caresses de Barjaco se firent idéalement aériennes, mon corps ondulait, s’échauffait… Je m’enivrai de mes mots quand je lui susurrai

– Que tes lèvres soient mille Sylphides, qu’elles volent sur ma peau et y déposent de chauds baisers, là… et puis là… et là encore… oui ! là… plus bas… que ta langue lèche ma rose tétine… Oh ! Sens-tu comme ton gourdin frappe à ma porte ? Veux-tu me prendre à la hussarde ? Ou préfères-tu, au contraire, faire ton entrée sur la pointe des pieds ?

– Pierrot ! C’est le diable que tu nous as rapporté là !

Je lui souris de toute mon amitié, de toute notre complicité, de tout mon désir aussi. Semblant se raviser, il pria ses « collègues et néanmoins amis » (la formule nous amusait beaucoup) de ne surtout pas chercher à l’exorciser, que c’était trop…

– Fatché ! Regarde-moi ça ! Môssieu est entré sans même demander la permission !

Il bougonnait, sans chercher à masquer le plaisir qu’il prenait. J’interpellai Nathalie. Nous aimions ce code secret, comme une langue des signes, que nous avions inventé, nous en changions dès qu’un de nos partenaires commençait à le décrypter, pour le plaisir de les surprendre à chaque fois que l’envie nous en prenait.

– Nathalie, viens par ici ! Barjaco ne doit pas pâtir de ses obligations familiales… !

Je fis un signe des doigts.

– Boudiou ! Qu’est-ce que vous manigancez toutes les deux ?

Je m’empalai d’un coup, au plus profond, sur le sexe dur et épais de Barjaco, je sentis ainsi à quel point mon minou était trempé. Je me relevai lentement, laissant à Nathalie le temps de s’agenouiller. Qu’elle était ravissante, juvénile, à plus de quarante ans, avec son éternelle robe de bergère ! Nous l’avions à peine modifiée au fil des ans, tant son corps et elle étaient restés les mêmes… Qu’il était attendrissant ce petit bout de langue gourmande qui apparaissait derrière son sourire… ! Et l’éclat de son regard, pétillant et léger comme des bulles de Champagne !

Elle léchait chaque centimètre carré de peau que je découvrais en me relevant. Quand je coulissais sur le sexe de Barjaco jusqu’à ce qu’il disparaisse, les baisers de Nathalie me précédaient et quand il avait disparu, elle léchait la cuisse, l’aine de Barjaco… Mais, toujours aussi gourmande, elle m’incitait presque aussitôt à hâter la cadence.

Barjaco était aux anges. Fidèle à sa tradition familiale, il commentait au gré de ses sensations…

– Fatché, la Nathalie… libère-moi donc tes belles mamelles ! Qué « Non » ? Qu’est-ce qui te ferait changer d’avis ? Qu’un de… outch… doucement, Rosalie… tu vas me faire venir ! Alors, Nathalie, tu dirais oui si un de ces… chhhhu Rosalie… tout doux… si un de ceux-ci te culbutait par derrière ? Vai ! Fallait le dire ! Messieurs… un volontaire ?

Toine, dont le sexe énorme se dressait tel un flambeau avait fait un pas vers nous. Il souleva le jupon de Nathalie.

– Oh, ma pitchoune ! Tu as pensé à moi… !

Depuis peu, il s’était découvert une passion pour les vieux dessous, les vieilles culottes fendues d’antan, en cotonnade, maintenues par des rubans multicolores, il ne s’en expliquait pas la raison, mais de nous voir ainsi attifées le remplissait d’une joie lubrique. Il aimait nous prendre ainsi pendant de longues minutes, nous ramoner jusqu’à nous laisser au seuil de la jouissance… Alors, il se retirait, préférant quand nous le suppliions, nous ôtait la culotte, la lançait au loin et reprenait ses va-et-vient. « Voilà, c’est ainsi que jouissent les honnêtes femmes ! Le con, le cul et les reins à l’air ! »

Toine me demanda de me relever un peu plus « Cambre-toi aussi, tant que t’y es, que je ne sois pas venu pour rien ! » Je ne relevai même pas la mauvaise foi et lui obéis.

– Ho, Barjaco !Tu préfères comme elle te suce quand je la prends comme ça ?

Rien qu’à ses petits cris, je devinai comment il était en train de prendre Nathalie, alors que je lui tournais le dos, comment il bougeait en elle.

– Oh boudiou… ouh fan… ouh que c’est bon ! Oui ! Oui ! Comme ça !

– … ou quand je… Hou, Pitchounette ! Venez tous voir comme…  Hou, ma Pitchoune… Si t’étais pas déjà mon épouse, je te marierais !

– Boudiou ! Elle… ô fan de Diou ! C’est encore meilleur !

Barjaco m’attrapa par la taille et me fit aller au rythme des coups de langue de Nathalie qui le léchait au rythme des coups de boutoirs de son Toine. Elle dégagea enfin sa poitrine du carcan de tissu en criant à Barjaco qu’elle ne le faisait que pour lui. Barjaco se déversa en moi, noyant ses jurons habituels de tendres remerciements.

La journée s’était ensuite écoulée paisiblement, comme une rivière lascive, par endroits agitée de tourbillons, je veux parler de nos galipettes, nos cochonneries réjouissantes et joyeuses, comme nous les appelions.

Le lundi 31 juillet au matin, nous préparions la maison pour recevoir nos amis et fêter les congés payés, même si la plupart étaient des paysans et ne prenaient donc aucun jour de vacances, spécialement à cette période ! Antonella et Léonie étaient déjà depuis 15 jours chez leur tante, Marie, la soeur de Pierrot, elles aimaient s’occuper de leur cousin, jouer avec lui comme avec un baigneur, « de vraies petites mères » comme on disait alors.

Barjaco toqua à la vitre, le béret ainsi tenu à la main indiquait qu’il ne rendait pas une visite amicale, mais qu’elle était plus formelle. Pierrot lui ouvrit tout grand la porte et le fit entrer. Quand il fut assis, après s’être assuré que nous n’étions que tous les trois, il nous demanda

– Il compte se cacher ainsi combien de temps ?

Pas la peine de prononcer son nom, nous savions de qui il parlait. D’un haussement d’épaules, Pierrot et moi lui signifiâmes notre ignorance. Baissant la voix, avec des airs de conspirateur, d’espion comme dans les films que nous voyions au cinéma itinérant, il nous confia « Parce que j’ai peut-être la solution… » et il nous raconta l’incroyable aventure qu’il avait vécue.

– Je suis allé le chercher à la Blancarde, parce que le Parisien voulait goûter à l’ivresse marseillaise avant de passer son mois d’août « en famille »… ô pute borgne, je t’en ficherais, moi, de la famille ! Heureusement qu’il m’a reconnu, sinon je serais passé devant lui sans le savoir… Nous voilà partis pour la tournée des grands ducs… il me demande si j’ai quelques bonnes adresses à lui conseiller, me propose de passer quelques heures dans un « lupanar local »… ce qui répond à notre interrogation… le cousin n’était pas puceau ! Je lui rétorque que je n’ai aucune envie d’attraper la vérole avec une fille qui s’ennuie, que je connais deux charmantes créatures qui s’offrent avec plaisir et que si ça lui dit… Le cousin était bigrement intéressé, mais il a quand même voulu « se perdre dans les rues de Marseille ». Et que je veux visiter ci, et que je compare tout à Paris… et que je veux voir ça et que je te raconte ma vie… Boudiou ! Il me farcissait le crâne de toutes ses histoires ! Qué bavard ! Rigolez pas ! Plus pire que moi, je vous dis ! Avec tout ça, le temps de rentrer avec ma carriole… qu’il a moquée, en plus ! Le temps de rentrer, tout le monde dormait. Sauf la mamé, mais de toute façon, la mamé, elle s’économise… elle se désaltère d’une goutte de vin, se nourrit d’une miette de pain et se repose d’un battement de cils… On avait déjà soupé, on est allés au lit… pas ensemble, hein ! Allez pas vous imaginer… ! Et ce matin… c’est vrai que je le trouvais rougeot… tout le dimanche, il s’est plaint de la chaleur, de la soif, mais moi, je croyais que c’était un prétexte pour boire un coup ! Ce matin… ô peuchère ! Je me le suis pas trouvé raide mort dans son lit ! Alors, je me suis pensé puisqu’il est venu mourir ici, puisque personne ne le connaît de par ici… autant qu’il soit pas mort pour rien… que ça serve à quelqu’un ! La mamé ne dira rien et en plus, elle y voit plus très bien… c’était la nuit… On pourrait habiller Valentino avec les affaires du cousin… échanger les papiers… ni vu, ni connu ! Qu’est-ce que vous en pensez ?

Nous étions abasourdis ! Pierrot fut plus prompt que moi à réagir, à réfléchir.

– Il faudrait prévenir Toine. On ne sait pas où se cache Valentino et il faut faire l’échange avant que ta femme découvre le corps, qu’elle…

– Té… mais t’es couillon comme…

En éclatant de rire, il me désigna.

– … comme cette femelle ! Pourquoi crois-tu qu’il y a une bâche sur ma carriole?

– Allons chez Toine sans tarder, alors !

– Parce que tu crois que je ne sais pas où il se cache, ton Valentino ? Allez… vai ! On fait comme ça… j’ai ma petite idée…

C’est ainsi que le corps d’un va-nu-pieds fut découvert par Barjaco parti inspecter ses champs, qu’il en avisa monsieur le Maire et que le cousin de Barjaco vint s’installer au pays, un mois avant le début de la drôle de guerre… !

En vérifiant sur son livret militaire que « tout collait », pendant que Valentino échangeait les photos d’identité, je constatai que les patronymes n’étaient pas les mêmes. Je m’en étonnai, Barjaco m’expliqua alors que son oncle était le fruit d’une liaison adultère que son grand-père avait entretenue avec la jeune fille qui aidait sa femme, qu’il l’aurait bien gardée parce qu’elle avait la galipette rieuse et bavarde, mais que malheureusement, son épouse n’avait rien voulu savoir. Quand le bambin était né, comme c’était un garçon et que la grand-mère de Barjaco n’avait eu jusque là que des filles, la gamine était montée à Paris avec son enfant, mais qu’ils étaient tous restés en très bons termes, que l’existence de cet « enfant de l’amour » n’avait jamais été tenue secrète. Cet enfant qui avait grandi à Paris, épousé une parisienne, avait eu un fils qui venait de mourir sur les terres de ses ancêtres.

– Comme un cercle… la fin est l’origine et l’origine est la fin…

Barjaco est un homme à l’aspect, aux manières rustres, ses mots sont souvent grossiers, il semble dénué de toute délicatesse, je peux témoigner qu’il en déborde, au contraire ! Tout comme il regorge d’une loyauté sans faille.

Tu comprends, Monique, pourquoi je refuse que Valentino parle de moi comme d’une héroïne, parce que s’il devait y avoir un héros dans cette histoire, ce serait Barjaco et personne d’autre ! Je me suis contentée d’enregistrer le décès d’un homme sous l’identité d’un autre.

Monique va de surprise en surprise…

Chroniques matrimoniales – L’anniversaire de Catherine – Deuxième partie

En demandant l’aide du Bavard, du Notaire, de Joseph et du Balafré pour l’organisation de cette fête d’anniversaire, j’étais loin d’en mesurer toutes les conséquences. Comme ce fut à chaque fois le cas, ils se montrèrent tous à la hauteur de la surprise qu’Alain voulait offrir à sa Catherine.

J’avais suivi les préparatifs de loin, par crainte de dévoiler ce plan secret, un mot en entraînant un autre, mais la raison principale était que je passais beaucoup de temps avec Rosalie et Valentino. Au fil des mois, j’avais pris conscience d’être passée à côté de mon grand-père. J’avais de vagues souvenirs d’un vieillard prompt à la rigolade, à l’accent provençal très prononcé, mais j’étais trop petite quand il est mort pour deviner le Pierrot qui se cachait derrière mon papé.

La première fois où Valentino m’avait parlé de lui, un bonheur incroyable s’était emparé de moi, un sentiment de joie profonde et de sérénité. Savoir que ce que Valentino et Rosalie vivaient ensemble n’avait jamais nui à l’amitié qui l’unissait à Pierrot. J’avais voulu tout de même avoir quelques précisions.

Mais quand vous vous rencontriez, quand vous parliez politique, quand vous passiez des soirées, des journées entières ensemble avec Pierrot, Toine et Nathalie, tu n’avais pas envie de prendre Rosalie dans tes bras ? De l’embrasser ? De la caresser ?

Ils s’étaient regardés, abasourdis par ma question.

– Mais j’étais face à Rosalie !

– Justement !

– Non ! Tu ne comprends pas ! Ce n’était pas ma Rosalina, ma Rosalinetta… non ! Là, j’étais face à Rosalie, la femme de Pierrot, mon ami… tu comprends ce que je veux dire ?

J’avais été sidérée de tant d’évidence…

Les semaines avaient passé. Arriva l’anniversaire de Catherine. Ils s’étaient tous surpassés, quelle fête incroyable ! Alain avait loué une belle villa dans les terres. Il avait prévenu Catherine que le meilleur traiteur de la région leur cuisinerait ses plats préférés, qu’un serveur viendrait les leur servir « comme si on était les deux seuls clients d’un restaurant étoilé », mais elle n’en savait pas plus.

Christian et moi arrivâmes avant tout le monde. Je découvris, épatée, la villa. La salle où se tiendrait le dîner était pourvue de grands miroirs sans tain, ce qui nous permit de ne rien rater du spectacle, sans être vus. Pour être tout à fait certain de ne pas être remarqués, Christian s’installa à table et me demanda de parler depuis un des salons derrière un miroir. Ce que je fis. Ne me demande ni pourquoi, ni comment, mais j’entendais distinctement chacun de ses mots alors que ma voix ne lui était pas audible.

J’en eus la confirmation quand le Balafré arriva dans mon dos, qu’il me surprit en me prenant dans ses bras. Je criai et Christian ne l’entendit pas. Je lui expliquai en deux mots ce que nous étions en train de vérifier et lui demandai si c’était lui qui avait eu l’idée de cette villa. Il eut un sourire éclatant.

– Non ! Pour la villa, c’est le Notaire et le Bavard qui méritent tes louanges !

Arriva le moment que je redoutais un peu, tout en l’espérant vivement.

Tu veux toujours connaître mon vœu ?

Qu’il était radieux en prononçant ces mots ! Son visage semblait parcouru de décharges électriques qui faisaient palpiter les ailes de son nez, tressauter sa lèvre supérieure d’une façon extraordinairement sensuelle. Je sentis mon propre trouble dans le ton de ma voix.

– Tu oses me poser la question ? Combien de fois te l’ai-je demandé ?

Je n’ai jamais su s’il avait voulu faire durer le suspens ou si l’arrivée des premiers invités l’avait interrompu. Sa version varie à chaque fois que je lui pose la question. Il me désigna ces hommes qui arrivaient dans la salle à manger, saluant Christian qui leur donnait les consignes.

– Voici ma contribution !

Je les regardais, je ne pouvais m’empêcher de les jauger. Un autre groupe arriva. Je m’exclamai « Mais y’en a combien ? » quand je sentis la grosse main puissante du Bavard triturer mes fesses.

– Fais marcher ta tête, Monique ! Elle va faire combien, la Catherine ?

Euh… 33 ans…

– Alors, tu l’as, ta réponse !

Trente-trois hommes pour Catherine ! Je l’enviai tout en me demandant si je pourrais survivre à tant de plaisir. Joseph arriva, me salua. Comme toujours, ses mots étaient choisis et délicats. Le Bavard lui proposa d’aller saluer les collègues qui patientaient dans un autre salon, me laissant seule avec le Balafré. Je trépignais d’impatience.

– Alors ? Ce vœu ?

Avant qu’il ait eu le temps de me répondre, je perçus une agitation dans la salle à manger. Joseph venait de prévenir tous les participants de l’arrivée prochaine d’Alain et de Catherine. Toute la petite troupe partit se cacher dans les différents salons, seul un homme en smoking ne les rejoignit pas, il serait le majordome durant la soirée.

Je les regardais, machinalement, j’avais posé mes mains sur un miroir et m’y étais collée en me demandant lequel ferait quoi… et comment… et quand… Je sentis les lèvres du Balafré sur mon cou, il les faisait danser sur ma peau, de l’épaule jusqu’à l’oreille… ses mains couraient sur ma robe, remontant de mon ventre à ma poitrine… il fit glisser la fermeture Éclair d’une main et de l’autre caressa mon sein.

– Oh, Monique… !

– Pourquoi ce ton plein de reproches ?

– Tu… j’aurais voulu que tu portes un soutif… mais… sentir tes seins… tes jolis petits seins… savoir que tu étais nue sous ta robe… oh, Monique !

Je voulus me retourner pour voir ses yeux, son visage, son sourire, mais il m’en empêcha. Malgré notre intimité, malgré toutes les fois où nous avions couché ensemble, il n’osait affronter mon regard.

– Voici le vœu que tu me dois, Monique. Pendant tout le week-end, aussi longtemps que durera la fête, je te prendrai après chacun des partenaires avec lesquels tu coucheras, je ne jouirai pas en toi, cependant… je veillerai à m’arrêter avant et tu enchaîneras avec le suivant. À chaque fois, je te prendrai comme il t’aura prise… Et lorsque tu me supplieras, que tes supplications seront à la hauteur de ton désir pour moi, je jouirai enfin, là où tu le souhaiteras…

Je me retournai, le regardai droit dans les yeux.

– Pourquoi ce vœu ? Ce vœu si… particulier ?

– Tu le sais bien !

– Peut-être que je le sais… mais je veux que tu me le dises… je veux t’entendre me le dire…

– Parce que je suis amoureux de toi, Monique ! Je t’aime !

– Et tu sais pourquoi j’accepte…

– Parce que tu me dois un vœu et que tu es de parole !

Tu n’as donc pas compris ? !

– Qu’est-ce que je n’ai pas compris ?

– Mais… que je suis amoureuse de toi ! Que je t’aime !

– Mm… et Christian ?

– Je l’aime aussi, mais différemment… mon amour pour lui est aussi sincère que celui que j’éprouve pour toi… il est juste différent… mais… je… Quand tu ne viens pas partouzer avec nous, tu me manques… Je rêve qu’un jour tu viennes… que tu m’enlèves… comme ça… un jour comme les autres… un jour où je ne m’y attendrai pas… et qu’on passe un week-end… quelques jours ensemble… rien que toi… toi et moi…

– Et Christian le sait ?

– Bien sûr ! Pourquoi devrais-je le lui cacher ? Ce n’est pas honteux !

– Et il en pense quoi ?

– Il dit que tu es mon Valentino ! Et puis… il sait qu’il restera pour toujours l’homme de ma vie… Il t’aime beaucoup, tu sais… Il a beaucoup de respect pour toi, parce que…

– Parce que ?

– Parce qu’il aime te regarder quand on couche ensemble… parce que, comme il dit, il t’arrive souvent de me faire tellement l’amour que tu en oublies de me baiser… parce que tu sais me faire l’amour en me laissant rester salope aussi…

– Elle dit vrai, tu sais !

Christian nous avait rejoints et avait demandé aux partenaires de la soirée qu’il me réservait, de patienter dans un autre salon privé.

– Mais ça ne t’ennuie pas un peu ? Elle ne parle pas que de cul ! Elle parle de sentiments… d’amour ! Ça ne t’ennuie vraiment pas ?

– Pourquoi veux-tu que ça m’ennuie ? ! Au plus elle aime, au mieux elle aime, ma merveilleuse Monique !

– Tu voudrais bien me laisser ta place pour ce week-end ?

– Comment ça ?

– Je te regarde la baiser… tu la baises comme un fou… et après… je la prendrai dans ton foutre… oh ! Je voudrais vivre rien qu’une fois, ce que tu vis… ce que tu as la chance de vivre…

Les yeux de Christian s’emplirent de larmes, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Il déglutit bruyamment avant d’accepter. Mon cœur s’emballa quand ils se donnèrent l’accolade. Je me blottis contre eux et les embrassai… à tour de rôle… l’un après l’autre… encore et encore…

Christian remonta la fermeture Éclair de ma robe en me souriant. Je compris tout de suite ce qu’il voulait. Je penchai ma tête sur le côté… un regard coquin… un sourire enjôleur… le bout de ma langue entre mes dents… mes doigts sur son tee-shirt… les doigts du Balafré sur ma fermeture Éclair… Un cran… des sourires… un autre cran… d’autres sourires… leur sexe dur contre mes cuisses… mes doigts s’aventurant sur la peau de Christian… quelques crans encore… des encouragements… mes attitudes de Sainte-Nitouche… de Sainte-Quitouche comme le disait Toine… les mains soudain impatientes de Christian… ma robe totalement ouverte…

Je me retrouvai les mains plaquées sur le mur, le visage collé au miroir… ma robe ouverte dont Christian releva le bas… ses doigts qui me fouillaient… ses mots à mon oreille… « Tu aimes ça ? »… ses doigts qui me fouillaient davantage, à la recherche de la réponse… ses doigts qui la trouvèrent… « Fatché ! Oh oui ! Tu aimes ça… ! » … « Penche-toi davantage »… le bruissement du tissu d’un pantalon jeté à terre… À nouveau ses doigts… son gland qui me pénètre… Je remarquai à peine Catherine et Alain trinquant au Champagne, seuls au milieu de cette grande salle… Je me contractai autour de son gland, ce qui le fit durcir davantage… ses doigts remontèrent le long de mon ventre… j’aimais ces caresses romantiques et sauvages sur mes seins… Les premiers va-et-vient passionnés, de plus en plus brutaux… Christian me baisait exactement comme j’avais envie de l’être à ce moment précis…

L’orgasme montait en moi, comme une fusée de feu d’artifice monte dans le ciel… je le sentais monter… monter… enfler… m’envahir… monter encore… Christian et le Balafré m’exhortaient

– Laisse-toi aller !

– Vas-y ! Crie comme une chienne !

– Sors l’animal qui est en toi ! Libère-le !

– Oui ! Oui ! Encore ! Crie encore comme ça !

– Dis-le plus fort que c’est bon !

– Crie ! Crie, Monique !

– Regarde comme il se branle ! Il t’aime comme je t’aime !

– Oui ! Regarde-moi, Monique ! Regarde comme je me branle pour toi !

– Tu aimes ça ? Oh oui, Monique ! Crie-le encore que tu aimes ça !

– Regarde encore, Monique !

– Regarde-le ! Vé comme il aime nous mater quand je te baise !

Je perdis tout contrôle et la fusée explosa enfin. Comme le ciel noir est aspergé de lumières multicolores, l’orgasme qui éclata en moi colora de vie chaque cellule de mon corps… Je n’étais plus Monique, il n’était plus Christian, nous n’étions que jouissance… Je sentis les ondes de son plaisir monter en lui avant même qu’il n’explose en moi… Christian rugit. Lui aussi redevenait animal !

Dessin de Milo Manara

Il se retira. J’étais pantelante… Je m’affalai sur le sofa et, avec une joie infinie,  écartai mes jambes… mes cuisses… pour que Christian puisse montrer « son œuvre » au Balafré qui siffla, admiratif, avant de me rouler une pelle… Peu de mes partenaires m’embrassaient ainsi… nous en parlions parfois avec Catherine, nous étonnant de cet accès de pudeur de la part d’hommes qui par ailleurs se livraient totalement à nous.

Le Balafré posa mes chevilles sur ses épaules, me demanda d’écarter mes genoux au rythme de sa pénétration.

– Comme c’est bon de la baiser dans ton foutre tout chaud ! Putain… c’que c’est bon !

Je les regardais se sourire, j’aimais l’amitié qui les unissait… j’aimais en être l’origine… Le Balafré allait et venait en moi. Il avait écarté les deux pans de ma robe, mais avait refusé que je l’enlève… il regardait mon corps… il caressait mon ventre… mes seins… il écarta d’une main les lèvres de mon sexe et se saoula de la vue de mon clito bandé… luisant… il s’enfonça profondément en moi… « pour que mes poils noirs se tissent avec ta blonde toison » … Je souris, surprise de l’entendre utiliser une expression de Rosalie… Je me cambrai tant pour ne faire qu’une avec son corps, que j’étais presque en position de souplesse arrière, seul le dessus de mon crâne touchait le canapé. Je devais ressembler à une contorsionniste ! Christian s’exclama « Qu’elle est belle… » et ajouta « … ta Monique ! »

Je sentis le sexe du Balafré enfler. Ses va-et-vient se firent plus amples, moins saccadés… pour cette nuit, je serai sa femme, il pouvait donc me faire l’amour sereinenement. D’une voix douce, il me demanda

– Ma chérie, tu veux bien sucer mon ami ? Qu’il puisse goûter à la douceur de ta bouche quand je te baise…

Christian, qui ne bandait pas, refusa ma bouche d’un geste de la main. Je n’ai jamais su s’ils avaient mis au point ce scénario ou s’il naquit de la situation.

– Ne t’en fais pas, mon ami, les pipes de ma femme feraient bander un mort ! Allez, ma chérie, montre-lui ! Suce-le bien pendant que je te baise !

Christian s’approcha de moi, son sexe tout mou avait du mal à rester dans ma bouche. Je fermai les yeux. Le Balafré se pencha vers moi, me souleva un peu la tête et, dans un mouvement d’une assurance absolue, me fit pivoter. Je me retrouvai ainsi allongée sur le côté. Nous voulions me mettre à quatre pattes sans qu’il ne sorte de moi.

Quand ce fut chose faite, qu’il me prit en levrette, il remarqua que je rejetais la tête en arrière et comprit ce que je désirais. D’une main, il attrapa la queue de Christian qui reprenait un semblant de vigueur, me la fourra dans la bouche, tandis que de l’autre, il me tira les cheveux.

– Regarde mon ami dans les yeux, ma Monique ! Montre-lui comme tu suces bien les queues quand je te fourre !

Christian bandait tout à fait désormais. Je sentais à nouveau tout le plaisir de chacune de mes cellules vouloir converger au creux de mon ventre, en faire une boule de feu qui grossirait jusqu’à exploser les irradiant en retour. Je dégageai ma bouche.

– Je le sucerais mieux si tu me parlais, mon amour et si ton ami m’encourageait de ses mots…

Le Balafré, amusé, me dit

– Ce sera tout ?

– Non ! Baise-moi comme une salope ! Montre à ton ami comme tu sais bien le faire !

Je sentis l’excitation du Balafré à la crispation de ses doigts sur mes hanches. J’aimais « le faire à la parlante », comme on disait, mais ce soir-là, leurs commentaires me firent décoller bien plus vite, bien plus haut, bien plus fort que je ne l’aurais imaginé.

– C’est vrai qu’elle suce bien, ta petite femme !

– Regarde-le, Monique !  Fais-lui ton regard de salope !
Oui… comme ça… suce-lui bien la pine !

– Oui ! Regarde-moi comme ça !

– Tu aimes comme elle te suce ?

– Oui ! Fatché ! Elle s’y connaît ! Elle suce toujours comme ça ?

–Regarde, si je lui touche le clito…

Je grognai de plaisir, la bouche pleine du sexe de Christian.

– Hummm que c’est bon quand elle grogne… ! Avale, avale ma queue !

– Tu veux que je la fasse rugir ?

– Oh oui ! Montre-moi comment tu t’y prends !

– Regarde…

Tout en allant et venant en moi, le Balafré posa un doigt sur mon petit trou et entreprit de l’enfoncer. Je criai de plaisir.

– Ouch… tu as raison, c’est bon quand elle rugit…

– Elle ne rugit pas encore… regarde comment il faut s’y prendre…

Il se retira lentement, du bout de ses doigts récolta un peu de nectar au fond de ma chatte et s’en servit pour lubrifier ses doigts qui entrèrent dans mon cul comme dans du beurre. Je poussai toute une gamme de cris. Je sentais mon ectoplasme à l’étroit dans mon corps, mais il y restait coincé… pour la première fois de ma vie, je me demandai comment faire pour le libérer.

– Regarde ! Regarde comme elle me tend ses fesses ! Tu vois ?

– Tu ne vas pas l’enculer, tout de même ! Pas devant moi…

Je sentis la salive du Balafré sur mes reins et celle de Christian sur mon omoplate, ils étaient aussi excités que moi !

– Elle n’attend que ça !

– Tu crois ?
Dis-moi, Monique… tu veux bien que… que ton… que ton mari t’encule devant moi ?

Je grognai « Oui ! », la bouche pleine du sexe de Christian qui l’avait enfoncé encore plus profondément dans ma bouche. Une claque sur mes fesses « On ne parle pas la bouche pleine ! » libéra mon ectoplasme.

Je nous vis, moi à quatre pattes, bien plus cambrée que je ne l’aurais imaginé, Christian dans ma bouche, une main sur sa hanche, l’autre caressant mon visage, la cicatrice brune du Balafré apparaissant, disparaissant entre mes fesses si blanches, apparaissant disparaissant encore, ses mains qui couraient sur mon corps, les miennes qui se crispaient sur un coussin du sofa.

Ils n’avaient pas interrompu leur conversation, mais fascinée par le spectacle de nous trois dans ce petit salon, je ne la captais que par bribes…

– Mais bien sûr que si ! Elle est en train de rugir !

– Ne dis pas n’importe quoi ! Elle miaule à peine !

– Ça ne peut pas être mieux que ça…

– Attends et tu vas voir ce qu’elle peut offrir, ma petite femme…

J’aurais voulu qu’ils fussent mille et que ces mille me prissent mille fois, de mille manières, au même moment ! Mon sang galopait dans mes veines avec la fougue d’un troupeau de tauraux sauvages à la poursuite d’un seul objectif, le plaisir.

– Allez ! Lâche tout, ma Monique ! Lâche tout !
Libère la lionne qui est en toi !

– Il a raison ! Lâche tout, ma… sa…

Mon ectoplasme captura leur regard au vol.

– … notre Monique !

– On ne sera pas trop de deux, si tu veux mon avis…

Alors, Christian fit l’amour à ma bouche, pendant que le Balafré le faisait à mes fesses, leurs mains se complétaient idéalement pour aimer le reste de mon corps. Toute mon animalité put enfin sortir de moi dans un incroyable rugissement. Le Balafré ne put ou ne voulut se retirer à temps, il jouit en criant presque aussi fort que moi, que Christian dont le sperme avait le goût du meilleur des nectars.

J’étais vidée ! Le Balafré et Christian m’apprirent qu’ils avaient convié les membres de notre « amicale » à une partouze pour les remercier d’avoir permis à Alain d’offrir ce beau cadeau à Catherine…

Catherine ! Je l’avais presque oubliée ! Catherine et ses trente-trois amants d’un soir ! Pourvu qu’elle ne succombe pas à tant d’hommes… j’étais vidée… comment ferait-elle ? Je demandai quelques minutes de répit, le Balafré me répondit

– Bien sûr ! Et puis… tu dégoulines de partout… il va falloir faire appel à un nettoyeur…

Pourquoi cet air de dégoût ? Lui et Christian étaient plutôt amateurs du spectacle de mon corps ruisselant, couvert de sperme… J’eus la réponse dès que le nettoyeur entra dans la pièce et qu’ils me racontèrent son histoire.

Je ne suis pas cruelle, si vous souhaitez savoir ce qui arriva ensuite, il vous suffit de cliquer ici !

 

 

 

 

Chroniques matrimoniales – Tout finit par des chansons

Nous roulions depuis peu quand nous aperçûmes Rosalie qui revenait du village, le Balafré lui proposa de la déposer, ce qu’elle refusa

– Je préfère marcher un peu, mon garçon !

Devant son air dépité, elle eut un sourire amusé, sembla le reconnaître.

Mais ne serait-ce donc pas le jeune Sherlock Holmes qui pense avoir reconnu qui se cachent derrière les surnoms que j’ai donnés ?

Elle l’invita à la suivre, je restai seule dans la voiture et les regardai s’éloigner avec des airs de conspirateurs. Je ne distinguais que la danse de leur dos, le Balafré enfonça ses poings dans ses poches, shoota dans un caillou, l’air satisfait. Rosalie lui ébouriffa joyeusement les cheveux, puis ils revinrent vers moi.

– Il avait vu juste ?

– Oui !

– C’était qui ?

– Ça, ma petiote, c’est à lui de te le dire !

Rosalie m’embrassa, me fit un clin d’oeil et s’en alla en sifflotant. Le Balafré prenait tout son temps, je décidai de le laisser profiter de cet instant. Au bout d’un temps qui me parut durer une éternité, en réalité ce n’était qu’une poignée de secondes, je n’y tins plus.

Alors ? C’était qui ?

Le Balafré sourit, mais demeura silencieux.

– Tu vas me le dire ?

– N’y compte pas !

Le Balafré démarra la voiture, comme si de rien n’était, comme s’il ne me laissait pas sur des charbons ardents. Je jouais toute une gamme de supplications pour le faire infléchir. Tout d’abord, je pris un air de chien battu, tentant de faire trembler mon menton, joignis les mains dans une prière improbable, plissai les yeux en espérant faire jaillir une larme, pris un ton pleurnichard.

S’il te plaît…

Le Balafré me regarda et se contenta de sourire. Je me fis câline, pris ma voix la plus douce, lui caressai la joue d’une main légère.

– S’il te plaît… allez… dis-le moi… !

Le Balafré prit une profonde inspiration, me regarda entre tendresse et émotion, son joli sourire jurait avec le non qu’il faisait de la tête.

Nous étions arrivés devant la maison quand j’eus l’idée du siècle, l’argument auquel il ne pourrait résister. Je me fis intransigeante et tandis que nous entrions dans la salle à manger, le menaçant d’un index sévère, lui dis

– Je te préviens, si tu ne me dis pas immédiatement qui c’est, tu n’auras plus jamais… plus jamais tu entends ? Tu n’auras plus jamais droit à mes faveurs ! Plus jamais je ne te sucerai, plus jamais je ne te caresserai, plus jamais je ne t’offrirai mon corps, mon cul, ma chatte, ma bouche… plus rien ! Et qui sera bien puni ?

Le Balafré éclata de rire, me fit signe d’approcher, descendit sensuellement la fermeture Éclair de son pantalon, sortit sa queue déjà dure et gonflée, il caressa du bout du doigt la longue cicatrice brune. Je sentis une bouffée de désir s’emparer de moi, je savais que mes yeux brillaient, que mes joues s’empourpaient, ma langue humectait mes lèvres… comme j’avais envie de lui ! Je levai les yeux, il me sourit et en silence fit mine de se rhabiller.

Tu as posé la bonne question, Monique ! Lequel de nous deux sera bien puni ?

Je le renversai sur le canapé en le traitant de salaud, avant de rire avec lui quand Christian fit son entrée.

– Ai-je bien entendu le mot « punition » ?

Je sus immédiatement sur qui elle s’abatterait… Ils montèrent à l’étage chercher le banc. Je les entendais rire et chuchoter assez fort pour que je sache qu’ils conspiraient, mais trop bas pour que je puisse savoir ce qu’ils mijotaient.

Depuis mon installation au village, j’avais pris goût au rituel de l’apéro. Chez mes parents, on ne servait l’apéritif que pour les grandes occasions, anniversaires, Noël, diplômes ou les rares réunions familiales auxquelles ne participaient que ma famille paternelle. Je ne les appréciais pas plus que ça, l’ambiance guindée faussement décontractée, les petits fours en quantité insuffisante qu’on devait manger avec parcimonie pour ne pas prendre le risque de se couper l’appétit et je n’avais droit qu’à un verre de soda.

Je n’avais jamais bu de Pastis avant que Christian m’y fasse goûter. Ici, j’avais aussi appris à aimer la simplicité des tartines de pâté, de tapenade, les olives et les éclats de rire, l’odeur de l’anis, le bruit des glaçons qui s’entrechoquent… J’aimais beaucoup les préparer, surtout quand je devais les improviser. Je chantonnai ce tube dans la cuisine tout en écoutant Christian et le Balafré installer le banc, il me fallut un peu de temps avant de remarquer qu’ils en sifflaient la mélodie.

Quand j’entrai dans la salle à manger, je les trouvai installés devant la table. Ils avaient sorti une piste de dés et semblaient vouloir débuter une partie de 4 21. Je m’exclamai

– La Provence dans toute sa splendeur ! Soleil, pastis, partie de dés, deux beaux mecs à l’accent chantant… que rêver de mieux ?

Ils se regardèrent, complices, un sourire coquin s’épanouissait sur leur visage, mais je me souvins de la sanction que j’avais promise au Balafré… pensant trouver un soutien auprès de Christian, je me plaignis et lui annonçai fièrement.

– Pour toi, c’est d’accord, mais lui… NON ! Il ne le mérite pas ! Tu sais, il ne veut même pas me dire qui il a reconnu !

– On a qu’à jouer ça aux dés !

L’idée me parut excellente. Nous inventâmes cette règle, un mélange de 4 21 et de strip-poker. À chaque tour, le vainqueur donnait un gage au perdant qui devait l’exécuter. Christian remporta la première manche et demanda au Balafré de retirer son tee-shirt. J’étais un peu dépitée parce que j’avais cru qu’il lui demanderait de répondre à la question qui me taraudait. Je râlai un peu pour la forme, mais au fond de moi, cette attente m’excitait beaucoup, je la trouvais plaisante.

Je perdis le deuxième tour, remporté par Christian.

– Ôte un de tes vêtements !

– Mais je ne porte qu’une robe !

– Comme ça, tu ne perdras pas trop de temps à réfléchir !

J’aurais voulu protester, ne serait-ce que par principe, mais un rayon du soleil couchant fit étinceler l’alliance au doigt de Christian, alors je lui dis « Oh Christian… comme je t’aime ! » Ce qui les surprit.

Nous étions tous trois dévêtus quand je pus enfin obliger le Balafré à me répondre. Malheureusement, les verres que j’avais bus entre temps avaient produit leur effet et je m’embrouillai

– Donne-moi un indice !

Soulagé, il me répondit

Un indice ? La Provence ! Oui, au moins l’un d’entre eux était provençal !

Non ! Non ! Non ! Tu dois me dire qui exactement !

Le Balafré fronça les sourcils.

Tu n’as droit qu’à un gage !

– Tu n’es pas dans ta classe et je ne suis pas ton élève !

Quoi ? Quoi ? Quoi ? Rébellion ? On trace des rails de train dans la purée ? !

Cette phrase, qui ne voulait rien dire, fut dès lors comme un mot de passe entre nous trois. Mot de passe annonciateur de rieuses sanctions.

Je pris un air contrit, me levai et présentai mes fesses au Balafré pour recevoir une fessée « bien méritée », c’est alors que le jeu prit une toute autre tournure. Christian proposa de me bander les yeux, que je m’installe sur le banc, pendant qu’ils lanceraient les dés, le vainqueur ferait autant de va-et-vient qu’il aurait marqué de points.

Je me mis à quatre pattes et entendis rouler les dés. Le Balafré remporta la première manche, fit 12 mouvements dans ma « petite chatte si accueillante ». Christian remporta la suivante, 10 va-et-vient seulement.

– Encore, mon chéri ! Ne t’arrête pas !

Une claque sur mes fesses « pour t’apprendre la politesse ». Je me cambrai. « Et en plus, elle en redemande ! ». Je m’enivrais de ce mélange de sensations, aveugle, je cherchais à deviner à combien de va-et-vient j’aurais droit. Christian remporta une bonne dizaine de manches successives, je le reconnaissais à ses pénétrations, mais avant tout à sa façon de poser sa main sur mon épaule.

Mais c’est toujours toi qui gagnes ou tu joues tout seul ?

Christian éclata de rire. Ils relancèrent les dés.

Ma parole, tu as une chance de…

Une chance de cocu ?

Je me raidis, faillis arracher mon bandeau.

Ne dis pas n’importe quoi, mon chéri ! Tu n’es pas cocu ! C’est comme ça que tu aimes et c’est comme ça que j’aime ! Tu serais cocu si je faisais ça dans ton dos, en te jurant l’exclusivité ! Nous, c’est pas pareil, c’est… du partage !

Tu as raison, je ne suis pas cocu, mais ça m’amusait de le dire…

Il se retira… zut ! Cette fois, il n’avait marqué que 7 petits points… Mais après être sorti de ma chatte, il me demanda d’ouvrir « ta jolie bouche pleine de sagesse ». Encore 6 va-et-vient, juste assez pour me faire saliver de désir. Je m’en plaignis pour la forme et les suppliai de me prendre tous les deux, je n’en pouvais plus de ces coïts interrompus… Les dés roulèrent et je reconnus enfin le Balafré.

Ah ! C’est pas trop tôt !

Une claque sur mes fesses.

Merci !

Quand je te disais qu’elle adore ça !

Je ronronnais, miaulais, grognais, j’aimais sentir mes chairs s’ouvrir pour accueillir leur membre, leurs doigts, j’aimais ces baisers tendres sur ma bouche qu’ils m’offraient en supplément.

Quand je jouis pour la première fois, je surpris Christian qui allait et venait lentement, profondément en moi. Alors, le jeu connut une première variante : quand le vainqueur de la manche me prenait, il devait s’efforcer de me faire jouir dans le temps imparti, ils me connaissaient assez pour savoir quelles caresses, quelles morsures me propulseraient vers l’orgasme. Juste avant de me faire jouir, le vainqueur faisait un signe au perdant qui forçait mes lèvres de son gland. Je me sentais tellement fière de leurs compliments, n’importe qui les qualifieraient d’obcènes, mais je les recevais comme autant de marques de respect, parce que c’en étaient.

Il y eut quelques matchs nuls, je devais désigner le vainqueur, mais à chaque fois je demandais « les deux en même temps ! ». Je faillis pleurer de bonheur quand, après le premier « ex-aequo » et mon premier « les deux en même temps ! », Christian s’exclama

Ô ma Monique, mon amour, si tu savais comme je t’aime !

Et que le Balafré lui répondit

Quel veinard tu fais ! Monique est une déesse de l’amour !

Mon estomac se mit à gargouiller et je réalisai que nous n’avions toujours pas dîné. Christian voulut préparer de quoi grignoter un peu, mais le Balafré lui dit « Laisse, je m’en occupe ! » et partit dans la cuisine en chantonnant. Qu’il était bruyant ! À croire qu’il prenait une casserole pour taper sur une autre ! Il claquait les portes des placards avec une telle force que je faillis lui demander de faire attention, mais les baisers de Christian, ses caresses sur mes seins, sur mon ventre, me firent jouir si fort que j’oubliais tout le reste.

Christian jouit en moi, en me remerciant de tout le bonheur que je lui offrais, d’être la femme que j’étais, me répétant son amour.

Reste en moi, mon amour !

Mais le Balafré était déjà de retour… Christian se retira pour lui laisser la place, ses doigts écartaient mes petites lèvres, il prenait son temps, regardait ma chatte pleine du sperme de son ami, le bout de son gland à l’entrée de mon vagin, il me prit au ralenti, millimètre par millimètre… je m’exclamai

Aloune ? !

Un éclat de rire général retentit.

– Ô pute vierge, je suis démasqué ! Pas moyen de te baiser incognito ! Mais ne m’appelle plus « Aloune », je m’appelle Alain !

C’est bien ce que j’ai dit… Aloune…

Tiens, voilà pour toi, petite impertinente !

Alors que je me cambrai pour accueillir la fessée, Alain me pénétra de tout son long, d’un seul coup de reins. Sous l’effet de la surprise, je relevai la tête et ma bouche s’ouvrit. Catherine en profita pour me rouler une pelle.

– Ô pute vierge, elles se gouinent encore !

D’une voix féline, terriblement sensuelle, Catherine demanda « Y’en a que ça dérange ? » avant de détacher le bandeau qui me masquait la vue. Qu’elle était rayonnante ! Nos regards se croisèrent, elle me sourit, nous nous comprîmes sans avoir à parler. Elle s’approcha de moi, je me redressai un peu, la queue énorme d’Alain toujours en moi et dégrafai un à un les boutons de sa robe, libérant ainsi sa magnifique poitrine opulente que j’aimais tant. Je léchai un de ses seins, caressai sa joue avant de demander à mon tour « Y’en a que ça dérange ? »

– Les diablesses ! Vé… elles me refont bander !

Christian exhibait son sexe gonflé, il rayonnait de bonheur. Le Balafré corrigea son propos

Plus qu’à des diablesses, nous avons affaire à deux déesses… les déesses de l’amour…

Il lança les dés et annonça « nénette ! ». Je ne sais pas si tu connais les règles du 4 21, «nénette » c’est le plus petit nombre de points qu’un joueur puisse faire 2,2,1. En l’annonçant, le Balafré reconnaissait sa défaite, Christian s’approcha de Catherine, souleva sa robe déjà déboutonnée et constata, ravi, qu’un homme avait déjà joui en elle, puis, se ravisant « ou peut-être deux ? Où préfères-tu que je te prenne, belle Cathy ? » La réponse collective fusa « Dans le cul ! ». Catherine resplendissait, heureuse de nous savoir enchantés qu’on l’aime pour ce qu’elle était, une femme à l’appétit sexuel insatiable, une femme qui prenait plaisir à en offrir. Elle m’embrassa amoureusement, nous étions semblables, mais nous ne fûmes jamais rivales, nous nous aimions avec naturel et simplicité, avec une évidence que nous n’avons jamais cherché à qualifier, à expliquer.

Oh oui, Christian ! Comme ça… !

Puis, me regardant

Il encule vraiment bien, ton mari !

– Le tien aussi… quand il daigne honorer mon cul… !

Té, Monique ! S’il n’y a que ça pour te faire plaisir…

Je sentis son doigt sur mon petit trou, comme si du pouce, il voulait en éprouver la souplesse. Il se retira presqu’à regret de ma chatte et me prit les fesses. Malgré la taille monstrueuse de sa queue, il savait s’y prendre pour que ce ne soit jamais douloureux. J’avais fermé les yeux pour mieux profiter de cette sensation et quand je les rouvris, je fis signe au Balafré d’approcher. Nous le suçâmes tout en continuant à nous embrasser à la salope.Dessin_1443

Ô pute vierge ! Elles me font venir ! Je viens… ! Je viens !

Alain voulut se retirer, mais je le supplai

Non ! Pour une fois, je veux tout dans mon cul ! Tout rien que pour m… ooohhh… c’est si bon quand tu… ooohhh…

Pour me faire taire, mon mari attrapa la queue du Balafré et me l’enfonça dans la bouche. Catherine criait son plaisir, encourageant Christian, le félicitant « Comme tu m’encules bien, Christian ! Au plus tu me baises… aaahhh… au plus… ooohhh… tu me fais jouir ! ». Quand Alain se retira, il écarta mes fesses pour que ses comparses puissent admirer « son oeuvre ». Le Balafré toucha mon anus d’une caresse légère, ce qui me fit jouir. Mon orgasme déclencha le sien, suivi de peu par celui de Christian.

Nous étions tous les cinq repus de plaisir. J’ai toujours aimé ces moments post-orgiaques, comme les nommait le Notaire, ces moments où nous nous affalions dans les bras des uns les autres, où nos caresses et nos baisers n’avaient pour toute fonction que de nous apaiser… Je demandai à Catherine s’ils voulaient partager notre repas.

Tu as vu l’heure, Monique ? Non, nous avons déjà dîné ! Nous sommes venus pour vous dire que nous ne serons pas là ce week-end…

Elle regarda Alain avec un amour infini.

Parce que mon mari m’offre un week-end romantique, rien que tous les deux en amoureux pour mon anniversaire !

Nous les félicitâmes. J’aidai Catherine à se rhabiller, caressant sa poitrine si excitante, je l’embrassai et lui souhaitai en avance un joyeux anniversaire. Quand ils sortirent de la maison, Christian ouvrit la fenêtre et leur cria « À dimanche soir, alors ! », puis se retournant, il demanda au Balafré

Que fais-tu ce soir après dîner ?

Sur le même ton, tout en me désignant, il lui répondit

J’aurais tant aimé bien l’enculer… !

Et arriva enfin le moment où Le Balafré demanda à Monique d’exaucer son vœu