Odette&Jimmy – « Two atoms they collide in all their random ways »

Lors de notre premier séjour, Jimmy m’avait fait une proposition très séduisante.

–  Princesse, j’ai envie de te faire découvrir tant de nouveaux horizons, en découvrir certains avec toi. Me suivrais-tu si je te proposais de partir à l’aveugle, sans connaître la destination et vivre à nouveau sept semaines d’amour, rien que toi et moi ?

–  Mais pour mes bagages ? Si je ne sais pas sous quelle latitude…

–  Ne t’en fais pas, je m’en chargerai.

De retour en France, je lui avais envoyé des photos et les copies des documents dont il aurait pu avoir besoin. Nous sommes convenus de ce qui est devenu notre petit rituel annuel. Chaque 29 décembre, nous nous retrouvons à 19 heures, pont de l’Alma. Nous embarquons pour notre dîner-croisière sur la Seine et l’aventure peut commencer.

Pour ce deuxième séjour, alors que nous venions de trinquer, Jimmy consentit à me révéler un indice, nous séjournerions sur une île.

– Une île ? Mais laquelle ? Il y en a tellement !

– Si tu me montres tes seins, je t’en dirai davantage.

Après avoir jeté un regard circulaire, j’avais exaucé ce vœu en dénudant brièvement ma poitrine.

– L’exhibition était minimale, Princesse, mon indice le sera également. Pense à l’île de Wight, mais celle où nous nous rendons sera plus grande.

Nous étions arrivés à Perth depuis quelques jours, avions fêté la nouvelle année avec faste et nous nous offrions une petite balade le long de la côte. Sur une plage, tout près d’un embarcadère, Jimmy remarqua un petit bateau, s’exclama « Il n’attendait que nous ! », courut vers lui et masqua une partie du nom « Jim O, c’est bien nous deux, non ? »

Nous riions de sa bêtise quand son regard fut attiré à l’intérieur de l’embarcation, le voyant blêmir, je me précipitai vers lui. Un homme recroquevillé, suffoquait. Je ne saurais dire pourquoi je compris ce qui lui arrivait. Je montai à bord et pratiquai la manœuvre de Heimlich. Il expulsa ce qui ressemblait à une boulette de pain ou de poisson et put enfin respirer normalement. Machinalement, je lui pris le pouls et lui demandai s’il se sentait mieux. Il parlait trop vite pour que je puisse le comprendre. Jimmy me traduisit sa réponse. Il s’était vu mourir et ne savait comment nous prouver sa gratitude.

Je haussai les épaules pour lui signifier que ce n’était pas la peine, mais Jimmy lui demanda s’il consentirait à nous offrir une balade en mer et lui chuchota un secret à l’oreille. Le marin eut un sursaut de surprise, nous regarda mi-amusé, mi-interloqué, un large sourire s’épanouit sur son visage et topa dans la main de Jimmy pour sceller leur accord.

Nous embarquâmes aussitôt. Notre capitaine d’un jour nous faisait découvrir la côte et ses surprises tantôt loquace, tantôt presque muet. Jimmy se racla la gorge et d’une voix entre effronterie et timidité expliqua « Je voudrais offrir l’océan indien à la superbe poitrine de ma Princesse. Puis-je la dénuder sans que la vue de ses mamelons offusque la morale anglo-saxonne et puritaine de quiconque ? »

– Laissez-moi vous conduire jusqu’à un endroit que les nageurs n’atteindront pas et dont les eaux n’attirent aucun pêcheur.

Il nous mit de la musique, j’étais surprise de l’apprécier autant alors que je ne suis pas fan de ce genre musical d’ordinaire. Quand nous fûmes arrivés, après avoir coupé le moteur, il regarda droit devant lui et nous indiqua d’un geste de la main que nous pouvions procéder.

Je me sentais rougir comme une adolescente tandis que les doigts de Jimmy rejoignaient les miens sur les boutons de la robe que je portais.

– Pourquoi t’as mis un maillot de bain ? Et un « une pièce » en plus ! Pourquoi ?

– Je ne m’étais pas imaginé… j’avais pas anticipé… oh… Jim…

Je remarquai le sursaut de notre capitaine « Je crois que notre matelot s’appelle Jim et qu’il nous mate en loucedé ». Jimmy voulut vérifier mon pressentiment, aussi il se tourna de telle façon qu’il lui suffit de jeter un regard en biais vers le gros rétroviseur pour y croiser celui de notre marin. Il lui fit un grand sourire complice.

– What’s your name?

– Jim!

– So…

Jimmy dénuda totalement ma poitrine, mon maillot de bain roulé à la taille. Il faisait pigeonner mes seins entre ses mains, les vantant comme une marchandise inaccessible. Je succombais sous ses caresses, sous le regard de cet homme qui cherchait à masquer son érection dans un geste d’un érotisme involontaire, mais absolu.

– Tu vois, Jim, j’ai couché avec cette déesse, je l’ai même dépucelée, quand elle avait dix-sept ans, je l’ai retrouvée à cinquante-neuf et c’est comme si nous avions toujours été ensemble pendant toutes ces années… Et c’est encore meilleur !

– Quel veinard ! Moi, si j’avais une telle femme… je…

– Tu ?

Encouragé par mon sourire, Jim précisa sa pensée.

– Je me frotterais à son corps… qu’elle sente mon désir pour elle…

Jimmy se frottait à moi. J’ondulais, plaquant mes fesses contre le sexe de Jimmy puis les en détachant. J’ondulais autour de lui, passant de mes fesses à mes hanches, de mes hanches à mon ventre, de mon ventre à mes hanches, de mes hanches à mes fesses. J’entendais le souffle court, animal de Jim qui déglutissait bruyamment.

– Je la ferais asseoir sur la banquette… là… oui ! Et je lui demanderais…

Anticipant sa requête, je déboutonnai le pantalon de Jimmy qui, en homme avisé, ne portait aucun dessous. Il me sourit, l’air de dire « Tu vois ? »

– Et maintenant ? Pour quoi opterais-tu ?

Jim sembla surpris de ma question.

– Elle veut savoir si tu préfères la regarder me sucer ou si tu préfères… entre les seins.

– Je ne sais pas… à ma place, tu choisirais quoi ? Que me conseilles-tu ?

– Ah ah ! Je ne répondrais pas ! Toi, d’ici quelques heures tu ne la verras plus, ma Princesse, tandis que moi… Je ne prends pas le risque d’une mauvaise réponse ! Mais dis-moi, ma Princesse, t’en penses quoi ? Qu’est-ce qui te ferait le plus plaisir ?

– Tu sais bien… moi ce que je préfère, c’est mater !

Jimmy qui parlait bien mieux anglais que moi, malgré les cours du soir que j’avais pris dès notre retour de Vancouver, lui expliqua mon goût pour la beauté des sexes d’hommes, qu’ils soient au garde à vous ou au repos. Jim était sidéré. Nous étions le Père et la Mère Noël venus rien que pour lui en ce jour où il s’était vu mourir ! Il ouvrit des yeux comme des soucoupes quand je le priai, d’un geste, d’offrir son sexe à ma vue.

Après quelques secondes d’hésitation, Jim se débraguetta. Un peu trop vite à mon goût. Il portait un caleçon un peu ridicule et s’en excusa d’un haussement d’épaules. Je lui fis signe d’approcher. J’observais son sexe attentivement, m’extasiant en mon for intérieur de ses reliefs, de sa forme, qu’il était beau ! Je regardais Jim qui me souriait. Je réalisai soudain que je n’avais jamais vu d’aussi près le sexe d’un homme noir. Je ne pus m’empêcher de pouffer. Pour éviter tout malentendu, je tentai de m’expliquer.

Jim ne comprenait pas, Jimmy traduisit. Je les regardais alternativement, essayant de comprendre leur dialogue. Il fallut que Jim pose sa main sur la mienne pour que je prenne conscience que mes ongles couraient sur sa hampe.

– Regarde, Jimmy ! Le petit bourrelet !

Jimmy avertit Jim de ma tendance à oublier l’homme au bout de la queue. Ils rirent de cette boutade. Je me détournai du sexe de Jim pour regarder, caresser, lécher d’une langue timide se faisant de plus en plus gourmande, celui dressé devant moi. J’eus l’envie de reproduire les mêmes titillements que je venais de prodiguer à Jim sur la queue de Jimmy. J’avais envie que notre spectateur en prenne conscience. Quand ce fut le cas, j’entrepris d’agacer le gland de Jimmy d’abord d’une langue timide puis je levai les yeux vers Jim, qui comprit mon message « Voilà comme je te sucerais ».

Jimmy gémissait, tentait de trouver les mots. Il se plaignit de ne pas y parvenir. Je le regardai, compris. Une boule de chaleur explosa dans mon ventre, ma bouche s’emplit de salive. Je manquai de jouir en attrapant du bout des doigts la queue sombre de Jim. Un premier orgasme me transperça quand je découvris son goût, quand il se plia en deux et que je sentis sa main chercher à s’introduire sous mon maillot de bain. Jimmy en écarta le tissu. Un juron s’échappa de la bouche de Jim quand ses doigts trouvèrent ma chatte trempée.

Ma langue, mes lèvres étaient trop occupées avec le sexe de Jim pour que je les en prive, ne serait-ce qu’une seconde. Jimmy lut dans mon regard. Il expliqua à notre complice comment bouger ses doigts en moi. Il posa sa main sur la sienne pour en accentuer la pression. « Elle va jouir »

Je déglutis quand ils me firent jouir, avalant presque la queue de Jim qui poussa un grognement de plaisir. Je fermai les yeux. J’aimais me sentir caressée par ces deux hommes, l’un plus vieux que moi, l’autre nettement plus jeune. J’aimais ce qu’ils disaient de moi, même si je ne comprenais pas tout. J’aimais par-dessus tout me plier à leurs désirs. Désormais nue, je m’offrais à leur vue, me montrant impudique à un point dont je ne me serais jamais cru capable. J’aimais leur demander d’exaucer mes vœux. Que je me sentais belle, à demi-allongée, Jim à ma droite, Jimmy à ma gauche ! Je les observais se branler tout contre moi, ne fermant les yeux que pour me laisser aller aux plaisirs de leurs caresses.

Je sentis une langue, puis une autre. Je gémis de plaisir.

– Tu aimes te faire lécher devant moi, Princesse ?

J’allais répondre quand le gland de Jimmy força mes lèvres. La langue de Jim explorait ma vulve, ses lèvres tétaient mon clitoris tout en douceur et en ardeur. Que c’était bon de me laisser aller à ses baisers ! Ses mains couraient le long de mon corps, écartaient mes cuisses, mes fesses, caressaient mes seins, tandis que Jimmy faisait l’amour à ma bouche.

Les yeux toujours clos, je lui fis signe de me les bander. Son érection s’en trouva renforcée. Quand je le sentis ajuster le tissu, le faire glisser de mon visage vers mes yeux, quand je les sentis en pleins conciliabules en langue des signes improvisée, je sus que leur surprise me permettrait d’atteindre le Paradis.

– Redresse-toi un peu qu’on puisse profiter de… You see?

En disant ces derniers mots à Jim, Jimmy fit courir le bout de son index tout autour de mon mamelon, déclenchant un délicieux frisson le long de ma colonne vertébrale. Je me cambrai dans un réflexe. Répondant à une question dont je n’avais entendu que le murmure, Jimmy rit doucement en passant ses doigts sur les traces des morsures qu’il m’avait offertes depuis notre arrivée à Perth. Son ton redevint sérieux et impératif quand il précisa qu’il exigeait d’être et de rester le seul à me déchirer ainsi la peau.

– Tu es son vampire ?

– Son vampire exclusif ! Écarte un peu plus tes cuisses, Princesse… Écarte-les ! Et les genoux aussi !

– Pourquoi vous tenez-vous si loin ?

– On se branle un peu en te matant. Oui ! Tu fais bien de glisser ton bassin vers l’avant !

– Il me mate aussi ?

– Oui

– Et il apprécie ?

– Tu serais folle de plaisir si tu le voyais se branler pour toi !

– Il se branle comment ? Vite ou lentement ?

– Il alterne ! Look!

Je sentais cette divine sensation, ces picotements, la chair de poule tout autour de mes seins, puis dans une vibration circulaire, les frissons qui se concentrent vers les mamelons, annonciateurs de plaisir. N’y tenant plus, je me les caressais, me cambrant comme pour offrir mes seins à des mains inconnues.

Un « Oh » un peu rauque, d’une musicalité particulière, que je remarquai pour la première fois, me fit tourner la tête. Tout en invoquant un dieu dans un anglais mâtiné d’argot, Jim s’approcha de moi, s’agenouilla face à moi. Je sentis sa bouche se refermer autour de mon téton. Dès la première succion, je me sentis emportée dans un tourbillon sensoriel.

Je sentais les mouvements réguliers de sa main. Je pouvais le visualiser en train de se branler entre mes cuisses ouvertes.

– Je voudrais sentir sa queue le long de ma fente… tu crois qu’il voudra bien ?

Comme s’il avait compris ma question, Jim me le proposa, mais il tenait à jouir sur mes seins. Uniquement sur mes seins.

– Tu es pressé de jouir ?

– Si le jeu se prolonge, je ne pourrai résister à l’envie de te baiser, je n’ai pas de capote… ce ne serait pas safe-sex, tu comprends ?

– Alors, laisse-moi profiter du spectacle !

Ils détachèrent le tissu. Jimmy semblait plus excité par la situation que je ne l’aurais cru. Il se tenait à l’écart, souriant, traduisant mes propos quand cela s’avérait nécessaire. Il se branlait, me souriait, attentif au plaisir que je prenais à regarder Jim se branler pour moi. Ses doigts caressaient la cicatrice que les dents de Jimmy avaient provoquée dans la nuit du 31 décembre. Il me regarda, me sourit. Telle une anguille, sa main glissa vers mon entrecuisse, ses doigts s’engouffrèrent sans peine dans mon vagin. Purée ! J’étais trempée !

– Oh lala, Jimmy ! Ne jouis pas ! Je veux que tu me prennes après… quand nous aurons joui, lui et moi !

Jimmy me regardait, sidéré. « Comme je t’aime, ma Princesse, comme je t’aime ! » Je demandai à Jim d’arrêter de se branler, je voulais à quoi ressemblait son sexe. Il était encore plus beau, plus nervuré, plus tentant ! Il perlait.

Mes doigts rejoignirent les siens dans mon vagin. Je caressai délicatement son gland humide avec ma joue. Nous gémissions chacun dans notre langue maternelle. Je sentais mon clitoris se gonfler, je pouvais même ressentir l’afflux de sang. Jim le sentit également. Il s’agenouilla sur un petit banc. Son sexe se plaça naturellement au niveau du mien.

Je ne pouvais distinguer son gland qu’au travers des poils de ma toison pubienne. C’est d’ailleurs en observant son gland que je remarquai pour la première fois « mon minou désormais poivre et sel ». J’éclatais de rire sans pouvoir en expliquer la raison.

J’essayais de visualiser les reliefs que je sentais le long de ma vulve. Son petit bourrelet cognait régulièrement juste au-dessus de mon clitoris, le décalottant davantage. Je déchirai mes cordes vocales et les tympans de Jim en hurlant mon plaisir.

N’y tenant plus, il me pencha en avant, cala son membre -qui me parut avoir épaissi- entre les seins et débuta ses va-et-vient. J’étais ravie de voir son sexe apparaître puis disparaître… Il me traitait de déesse diabolique, compressait mes seins, relâchait la pression qu’il exerçait sur eux avant de l’accentuer à nouveau…

Il eut un regard presque suppliant qui m’étonna. Je me penchai vers lui et l’embrassai naturellement, ignorant encore cette règle que certains s’infligent « Pas de baiser sur la bouche ». Trouvant le premier baiser, un peu trop furtif, j’en réclamai un second, plus long, que j’obtins sans aucun problème. J’aimais la grâce avec laquelle nos langues dansaient ensemble. Sensation accentuée par les caresses de son magnifique membre entre mes seins.

Mes doigts se crispèrent sur sa nuque. Je jouis « comme une chienne ». Cette image décupla mon plaisir. Jim jura. Je regardais avec une joie infinie, son sexe éjaculer, son sperme maculer ma gorge. J’avais l’impression qu’il ne s’arrêterait jamais ! Avide, je bus la fin de son éjaculation. Ses doigts se crispèrent à leur tour sur ma nuque. Il me remercia avec des mots, des caresses, des baisers d’une tendresse incroyable. Jimmy pesta.

– Et voilà ! Je pensais débusquer la piste qui me mènerait à mon père et tout ce que je trouve, c’est le fils d’Alain ! Quand ça veut pas, ça veut pas !

Jim ne parlant pas le français, se fia au ton de Jimmy et se méprit. Jimmy lui raconta l’histoire de sa naissance et cette blague qui revient régulièrement entre nous, cette blague qui nous unit l’un à l’autre. Il dut sans doute lui expliquer pour la particularité particulière d’Alain, mais je ne compris pas ou ne fis pas attention. Ce détail ne m’est revenu en mémoire que lorsqu’Alain me fit visiter la maison de Jean-Luc.

– Viens ! Viens ! Prends-moi, Jimmy ! Prends-moi maintenant !

– Serviteur !

Une fois de plus, il réussit à me faire éclater de rire tout en me pénétrant. Il se figea. Parut perplexe. « La p’tite bosse ? ». Fit marche arrière. Sortit presque de mon vagin. Un sourire. « La p’tite bosse ! » et rassuré me pénétra à nouveau. Faisant rouler mes lèvres autour de son bourrelet. Tout en faisant semblant de me reprocher de n’avoir pas eu la patience d’attendre que le sperme de Jim ait fini de sécher.

– Tu as aimé me voir… avec un autre ?

– Et toi ? Tu as aimé t’offrir à Jim ? Devant moi ?

– Tu ne l’as pas remarqué ? Senti ?

Après avoir joui, nous passâmes la journée sur le bateau, à profiter du soleil, de la beauté de nos corps. Nous ne nous caressions pas forcément, mais nous étions bien tous les trois sur ce petit rafiot au milieu de l’océan. Parfois, au détour d’une phrase, au gré d’une vague un peu plus forte, la main de l’un ou de l’autre glissait sur mon corps, déclenchant l’érection de mes tétons, la chair de poule sur mes aréoles… Je pestais alors avec la plus parfaite mauvaise foi « Et si je te faisais ça, moi ? » Mais les gredins n’y voyaient point sanction !

Nous naviguions vers l’embarcadère quand Jimmy fut pris d’une inspiration soudaine.

– C’est sûr, papa était australien ! Jimmy O’Malley ! C’était son nom ! La preuve : toi et moi ! Princesse et Jim O’Malley !

Devant mon air ahuri, au prix d’un effort surhumain de self-control, il consentit à m’expliquer.

– Les Aristochats ! The AristoCats !

– Sauf que c’est Tom O’Malley et Duchesse, Monsieur Cinéma !

Jim avait compris le sens de notre conversation. J’étais pliée de rire, me moquant de l’inculture de Jimmy. Prenant l’australien à témoin. D’une belle voix grave, il entonna la chanson de Thomas O’Malley, remplaçant les Thomas par des Jimmy. Je capitulai devant leur coalition.

Après avoir accosté, nous nous dîmes au revoir. Jimmy m’offrit un dîner somptueux, au cours duquel il m’invita pour la dernière fois à venir m’installer avec lui en Provence. Proposition que je déclinai.

Quelques jours plus tard, alors que nous nous promenions en ville, nous entendîmes une mélodie sifflotée derrière nous. Nous nous retournâmes. Jim nous souriait, il nous remercia encore de la journée que nous avions passée ensemble. Il laissa sa proposition en suspens, mais elle finit par franchir ses lèvres tandis qu’il nous tendait une petite carte de visite.

– Si vous avez envie d’une autre promenade en mer…

– Tu as pensé aux capotes ?

Jim éclata de rire, me fit un clin d’œil et en sortit une pleine poignée de sa poche.

Quelle autre breloque aurait pu mieux représenter ce deuxième séjour « Nouveaux horizons » ?

Envie de réagir à ce texte ? Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.