Mes p’tites conneries inspirées par Rosalie et Monique

Je vous propose un florilège des derniers photomontages inspirés par les photos envoyées par mes lecteurs, auxquels s’ajoutent d’odieux détournements dont je suis l’auteure !

 

Voici la vidéo régulièrement mise à jour des photos que vous m’envoyez

Et voici cette autre vidéo de la couverture du Cahier de Bonne-Maman revisitée « à la façon de », vidéo dans laquelle je rends hommage à Charlieliveshow à qui je dois tant…

 

 

Quand je découvre les joies du photomontage

Voici quelques photomontages que je m’amuse à faire pour promouvoir « Les souvenirs de Tatie Monique », plus ou moins réussis, je me suis bien amusée à les créer, alors je les regroupe ici pour en garder le souvenir.

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parfois, j’y ajoute une légende… rarement fine… habituellement de mauvais goût… bref, à mon image…

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Instantané – Lecture dominicale

Tu lis mes mots, allongé dans ton lit. Tu tiens entre tes mains l’exemplaire de mon roman. Tu fermes les yeux, pensant à ma bouche sur ton sexe, pensant à mon cul offert, pensant à toutes ces galipettes que nous ferions ensemble, ici et là, partout et nulle part. À toutes ces galipettes, à deux, à trois, à beaucoup.

Ton œil a glissé vers ton sexe dressé, alors tu as rabattu le drap pour le masquer à ta vue. Tu imagines mieux, si tu peux croire, ne serait-ce que le temps de cette lecture, que je suis près de toi.

Tu pourrais presque entendre ma respiration saccadée, excitée. Tu pourrais presque sentir ma salive humidifier ton gland, ma langue tourner comme une guirlande qu’on déroule, qu’on enroule autour des branches du sapin.

Tu souris en pensant à la réflexion coquine que je ferais à l’évocation des décorations de Noël. « Il ne faut pas que j’oublie de m’occuper des boules ! ». Tu imagines mon rire, tu repenses à mes mains… à la gauche…

Tu reprends ta lecture. Monique a-t-elle existé ? N’est-ce que la projection de mes fantasmes ou y ai-je glissé quelques souvenirs authentiques ? Et Christian ? Tu envies son détachement, son goût du partage. Alain te donnerait des complexes si Monique n’appréciait pas autant Joseph.

Ta main a glissé le long de ton ventre. Tu sursautes. Soulèves le drap…

Comment as-tu fait ça, coquine ? 

– Tu avais tellement envie d’y croire, alors… me voilà !

Ton rire enchanté est la plus belle des récompenses, il a plus de valeur que tous les prix littéraires, que tous les records de vente ! C’est pour toi que j’écris, pour que tu me sentes là… au creux de ton lit quand tu tournes les pages.

Où finit la réalité ? Où commencent les rêves ? La solution se cache-t-elle au milieu de ces instantanés ?